13 poches de 2020 à lire pendant le prochain confinement

En cette période d’incertitudes et de stress, le titre de ce billet se veut un peu provocateur et à prendre comme un brin d’humour noir…

J’ai eu surtout envie de mettre en avant 13 de mes lectures indispensables, qui sont sorties en poche en 2020.

Parce que rien ne vaut la lecture pour s’évader et réfléchir (même avec des lectures sombres). Le monde est à vous à travers les livres, c’est le moment de le saisir !

Un extrait de ma chronique figure sous chaque livre, pour tenter de vous convaincre de vous y plonger.

Morgan Audic – De bonnes raisons de mourir (Le livre de poche)

On peut encore proposer un thriller avec une vraie personnalité. De ceux qui font formidablement le job de divertir, faire frémir et réfléchir. De ceux dont le contexte est crédible et immersif. De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic est de ceux-là. Il serait criminel de passer à côté, ce roman est juste indispensable.

Lien vers ma chronique complète

Franck Bouysse – Né d’aucune femme (Le livre de poche)

Avec Né d’aucune femmeFranck Bouysse signe son roman le plus émouvant. A n’en point douter, une histoire et des personnages qui resteront longtemps en mémoire, et des émotions ineffaçables. Il n’y a que les écrits d’un très grand écrivain pour réaliser une telle performance. Inoubliable, j’insiste !

Lien vers ma chronique complète

Jérôme Camut et Nathalie Hug – Et le mal viendra (Pocket)

Jérôme Camut et Nathalie Hug sont des inventeurs visionnaires. Des alchimistes du noir, créateurs d’émotions et de réflexions. Et le mal viendra est une œuvre unique, atypique, prenante, choquante parfois. Impossible d’y rester insensible. Les deux écrivains ont fouillé l’histoire, sans jamais perdre le sens du rythme. Ils l’ont engagée dans des problématiques économiques, sociétales et environnementales sans pour autant oublier l’émotion.

Lien vers ma chronique complète

R.J. Ellory – Le chant de l’assassin (Le livre de poche)

Le chant de l’assassin est une énorme boule d’émotions, 500 pages immersives qui prouvent une fois de plus que R.J. Ellory n’a pas son pareil pour créer une atmosphère et donner vie à des personnages marquants. Que ce soit dans les bons sentiments, les trahisons ou la violence, il a tissé une histoire forte qui laissera de puissantes traces en mémoire.

Lien vers ma chronique complète

Stephen King – L’outsider (Le livre de poche)

L’outsider est un modèle du (des) genre(s), à la construction aussi solide que surprenante, aux personnages attachants comme seul Stephen King sait les proposer, et à l’intrigue qui a de quoi ravir tous les lecteurs. Ce n’est pas loin d’être ce qui s’apparente à un exploit, parce que l’émotion est bel et bien là !

Lien vers ma chronique complète

Michaël Mention – Manhattan chaos (10/18)

Manhattan Chaos est sans doute le livre le plus dingue que j’ai pu lire depuis des lustres. Construction d’une originalité folle, intrigue stupéfiante (sans mauvais jeu de mots), écriture musicale et sensorielle, petites histoires et grande Histoire de New York. Michaël Mention prouve, une fois de plus, qu’il est un écrivain surdoué, atypique dans un monde trop formaté. Génial. Vous n’avez aucune idée de ce qui vous attend avec cette lecture.

Lien vers ma chronique complète

Bernard Minier – M, le bord de l’abîme (Pocket)

M, le bord de l’abîme, ou la barre de défilement du monde informatisé qui est le nôtre, là où tout est répertorié, et où la singularité se gomme peu à peu. Bernard Minier défragmente notre société, sans aucun bug, de quoi laisser ce formidable thriller en mémoire. Souriez, vous êtes fichés, vous n’avez plus le mot de passe de votre vie. Voilà bien le genre de roman qui vous colle à la rétine, à la fois hypnotique et réfléchissant.

Lien vers ma chronique complète

Valentin Musso – Un autre jour (Points)

Le résultat est remarquable. Un autre jour n’est pas qu’un énième autre thriller. Même avec des ingrédients connus, Valentin Musso a construit une intrigue incroyablement prenante, formidablement surprenante, et avec une fin qui restera dans les mémoires.

Lien vers ma chronique complète

Olivier Norek – Surface (Pocket)

Surface est une très belle réussite. Une cold case provinciale qui a du souffle, toujours au plus près des émotions. Olivier Norek y démontre qu’il est incontournable lorsqu’on veut vivre une enquête à la fois hyper réaliste et au plus proche de l’humain. Et puis, Norek met à nouveau en avant ce qui se retrouve dans chacun de ses livres et qui lui tient tant à cœur : l’esprit d’équipe.

Lien vers ma chronique complète

Fabrice Papillon – Régression (Points)

Parler de Régression demanderait d’accumuler tous les superlatifs. Ce roman doit être lu, par le plus grand nombre, parce que tant de qualités à la page ça n’a pas de prix. Prodigieux thriller scientifique et historique tout autant qu’un formidable divertissement impossible à lâcher. C’est ça, l’effet Papillon !

Lien vers ma chronique complète

Tess Sharpe – Mon territoire (Pocket)

Mon territoire est une dramaturgie, le théâtre d’une vie qui pourrait être réduite en pièces, mais que le personnage principal tient par la seule force de sa volonté. A l’image du final, qui marque et qui fait sens. Tess Sharpe est une jeune écrivaine qui a déjà tout d’une très grande. Son roman est lumineux, malgré sa noirceur. Poignant, déchirant, révoltant, saisissant, enthousiasmant et définitivement marquant. A ne rater sous aucun (mauvais) prétexte.

Lien vers ma chronique complète

Franck Thilliez – Luca (Pocket)

Depuis quelques années, à chaque nouveau roman de Franck Thilliez, on se dit que ce n’est pas possible, qu’il ne va pas pouvoir continuer ainsi à faire toujours plus fou. Qu’il finira à un moment par se répéter, surtout aux travers des aventures de ses personnages fétiches que sont Sharko et Hennebelle (et le reste de leur équipe). Peut-être aurez-vous du mal à me croire, mais avec Luca il va encore plus loin et frappe encore plus fort. A en devenir béat d’admiration.

Lien vers ma chronique complète

David Zukerman – San Perdido (Le livre de poche)

San Perdido est une formidable aventure. Exotique, émotionnelle et humaine. L’histoire est passionnante, les personnages inoubliables et l’écriture aussi vivante que poétique. Un roman sombre, littéralement transpercé de traits de lumière. David Zukerman, LA révélation d’un conteur hors pair. Rare, je vous l’ai dit.

Lien vers ma chronique complète



Catégories :Littérature

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

21 réponses

  1. Ben dis donc : je les ai TOUS lus !! ❤️

  2. Belle sélection ! J’en ai lu 9 !

  3. Alors là je suis baba, il m’en manque seulement 2! (Mon territoire et San perdido)

  4. N en ayant lu aucun je veux bien des avis de lecteurs sur ces oeuvres merci

  5. J’en ai lu sept. Mon territoire est dans ma pal. Merci pour tes conseils Yvan 🙏😘

  6. Aucune chance Yvan. Je te fais confiance les yeux fermés. Tentateur number one que tu es. 😉😘

  7. lu 7 , je lirai peut etre regression et mon territoire

  8. Belle sélection, ça donne envie d’être confinée ^^

  9. Je ne râlerai pas sur toi car j’en ai lu assez bien et les non lus, je les ai déjà acheté à cause de toi ! 😆

    Bon, j’ai fait mes courses à la librairie, dans les bouquineries, au supermarché, les congélos sont pleins, les armoires aussi et les biblios débordent : confinement, tu peux venir, je t’attends de pied ferme, nom de Zeus !

  10. Toujours pas lu le King.
    Mais quelques autres sont des pépites pour moi…. 😛 😀

  11. Merci pour cette liste, car j’attends le plus souvent possible la sortie des livres en poche. Je vais pouvoir me lâcher ! 🙂
    Mais heureusement il n’y a pas besoin de confinement pour lire.

Rétroliens

  1. Janvier 2021 – Au Bazart des Mots

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :