5 romans noirs qui ont enflammé la rentrée littéraire 2022

La rentrée littéraire de septembre 2022 a réservé de belles sorties également en matière de romans noirs, entourés de toutes ces lectures dites de littérature blanche.

Voici ma sélection de cinq romans marquants, de cinq histoires éblouissantes. Dans des styles très différents, voilà toute la richesse de la littérature noire représentée par cinq écrivains au talent fou.

Dans un monde où on recommence à censurer et brûler des livres, autant défendre ces plumes incandescentes. Sincèrement, ne passez pas à côté !

Tiffany McDaniel – L’Été où tout a fondu (Gallmeister)

Voilà un vrai roman noir comme une photographie de ce que peut être une partie de l’Amérique, entre entraide et communautarisme, où le rejet de certains du fait de leur couleur de peau ou de leur orientation sexuelle reste bien ancré.

Mais aussi un livre plein de fantaisie, Avec des passages qui tiennent autant du conte que du récit de vie. Où l’écriture symbolique et figurée embrase les pages, fait bouillonner les sensations, rougeoyer les personnages.

L’été où tout a fondu est un roman brûlant d’émotions, qui colle à la peau de manière indélébile. La noirceur du propos est admirablement contrebalancée par une sensibilité unique.

Lien vers ma chronique complète

Marcus Malte – Qui se souviendra de Phily-Jo (Zulma)

Chaque nouveau roman de Marcus Malte est une découverte, un émerveillement, une surprise, une aventure littéraire.

C’est un roman ahurissant, vertigineux par sa construction en forme de poupées gigognes. Vous n’imaginez pas une seule seconde ce qui vous attend à travers cette lecture mémorable.

Qui se souviendra de Phily-Jo ? Ce n’est que la première des innombrables questions qui se posent à travers cette lecture atypique, inclassable et oh combien précieuse pour qui cherche du sens.

Lien vers ma chronique complète

Sandrine Collette – On était des loups (Lattès)

A peine 200 pages, une écriture à la première personne, un langage parlé. Ce qui marque dès les premiers mots, c’est ce choix de narration, direct, spontané. Qui fait appel instinctivement aux émotions, au point de heurter frontalement.

Du coup, voilà une lecture qu’on vit en apnée, tant l’immensité de la nature est écrasante, tant ce qui va se dérouler entre un père et son fils est suffocant.

On était des loups est un récit âpre, qui bouscule. Une histoire qui ne dira qu’à la fin si elle bascule du côté de l’amour ou dans l’horreur. Une magnifique leçon de vie autant qu’un roman d’apprentissage marquant.

Lien vers ma chronique complète

Stephen King – Billy Summers (Albin Michel)

Eh oui, le King se frotte au vrai roman noir !

Par ce biais du polar, comme par celui de l’écriture (sa marotte), Stephen King fait passer une foultitude d’émotions. Y instillant des passages éblouissants de lumière, émouvants au possible, dans la pénombre ambiante. Jusqu’à un final magnifique, à en perdre les mots.

Avec Billy Summers, on sent que Stephen King a adoré jouer avec les codes du roman noir, avec grand respect, tout en racontant à sa manière une histoire passionnante. Un récit captivant où King fait montre de sa maturité « d’ancien », tout en retrouvant çà et là l’enivrante sensation des premières fois.

Lien vers ma chronique complète

Laurent Gaudé – Chien 51 (Actes sud)

De la SF ou du polar ? Les deux ! En France il faut oser inviter l’imaginaire dans la littérature dite générale. Quand c’est fait avec habileté et sans tricher, le résultat peut être mémorable.

C’est passionnant quand la littérature de genre est ainsi utilisée comme vecteur pour parler de vraies préoccupations, tout en n’oubliant jamais l’intrigue en route. Et en laissant parler la puissance de l’imagination.

Laurent Gaudé est un auteur étonnant, parfaitement à l’aise quel que soit le genre de récit. Chien 51 est une belle réussite, prenante et qui interpelle.

Lien vers ma chronique complète



Catégories :Littérature

Tags:, , , , , , , , , , ,

12 réponses

  1. Je vais embarquer dans le King 😊

  2. 2 lus, un troisième prévu, les deux autres…peut-être ou pas !

  3. Déjà lu: « On était des loups »..écriture surprenante pratiquement sans ponctuation, qui nous transporte comme une lame de fond. J’ai adoré l’aventure âpre, touchante, de cet homme et son petit fils. Je vais maintenant m’atteler au King!

  4. Trois d’entre eux sont déjà au programme!

  5. Je n’ai lu que Tiffany MC Daniel et je suis complètement d’accord avec toi (comme souvent pour ne pas dire tout le temps 😊😉) je note pour les autres. Bon week-end Yvan

  6. Deux sont prévus en principe : le premier et le dernier.

  7. Merci pour ce premier bilan. Ici, on fait toujours le plein d’idées !

  8. Excellentes suggestions… j’ai lu le 1 er et le dernier et j’ai adoré ! A suivre « On était des loups »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :