On était des loups – Sandrine Collette

Les liens familiaux, de tous ordres, sont les fondations de la plupart des romans de Sandrine Collette. Avec comme socle la nature, dans toute sa splendeur et sa rudesse.

On était des loups ne déroge pas à la règle, mais n’imaginez pas pour autant que ces histoires se ressemblent.

Lecture en apnée

Il en va de même concernant la manière de les raconter et de les écrire, qui diffère fortement. C’est tout particulièrement prégnant avec ce livre-là. Brut, brutal. Au point que même la ponctuation s’en trouve bouleversée.

A peine 200 pages, une écriture à la première personne, un langage parlé. Ce qui marque dès les premiers mots, c’est ce choix de narration, direct, spontané. Qui fait appel instinctivement aux émotions, au point de heurter frontalement.

Du coup, voilà une lecture qu’on vit en apnée, tant l’immensité de la nature est écrasante, tant ce qui va se dérouler entre un père et son fils est suffocant.

Emotions viscérales

Le choix de cette manière de raconter demande quelques pages d’adaptation mais, très vite, se révèle comme une évidence. La bonne manière de faire passer les émotions viscérales qui transpercent le récit de part en part.

L’homme de l’histoire tient autant de la bête, tant il est habitué à se fondre dans ces montagnes et ces forêts loin de tout. A vivre en autarcie, loin de la plupart de ses congénères, à part quelques contacts sporadiques.

Les circonstances vont l’obliger à s’occuper d’un enfant, son fils. Mais l’instinct paternel n’est pas inné, surtout quand on côtoie davantage les ours et les loups que les humains.

Les deux partent à cheval. Pour se découvrir ou pour se perdre, là est la question.

Ambigu

Évidemment, on pense à La route de McCarthy, mais Collette trouve rapidement son chemin, sa singularité.

On comprend vite que c’est l’écrasante beauté de la nature environnante qui dicte ses lois. Que sa sauvagerie déteint sur ceux qui osent l’affronter. Que la part d’humanité risque de se perdre à chaque détour de sentier.

On suit ces deux personnages, cet homme particulièrement ambigu, avec le palpitant qui pulse, et un sentiment d’urgence et de catastrophe annoncée.

Sa relation avec la chair de sa chair est déchirante, heurtant les fondements mêmes de notre humanité.

Bouscule

Cette écriture aride était un choix audacieux (pour ne pas dire casse-gueule), qui se révèle être un pari réussi. Les ressentis s’en trouvent au plus près des personnages, les conditions d’isolement sont palpables, la détresse morale et mentale tangible. Au point que certains passages clés collent littéralement des frissons.

Même s’il est un peu court, ce roman se vit avec les tripes, et le talent de Sandrine Collette éclabousse à nouveau chaque paragraphe.

On était des loups est un récit âpre, qui bouscule. Une histoire qui ne dira qu’à la fin si elle bascule du côté de l’amour ou dans l’horreur. Une magnifique leçon de vie autant qu’un roman d’apprentissage marquant.

Yvan Fauth

Sortie : 24 août 2022

Éditeur : JC Lattès

Genre : Roman noir

4ème de couverture

Ce soir-là, quand Liam rentre des forêts montagneuses où il est parti chasser, il devine aussitôt qu’il s’est passé quelque chose. Son petit garçon de cinq ans, Aru, ne l’attend pas devant la maison. Dans la cour, il découvre les empreintes d’un ours. À côté, sous le corps inerte de sa femme, il trouve son fils. Vivant. Au milieu de son existence qui s’effondre, Liam a une certitude. Ce monde sauvage n’est pas fait pour un enfant. Décidé à confier son fils à d’autres que lui, il prépare un long voyage au rythme du pas des chevaux. Mais dans ces profondeurs, nul ne sait ce qui peut advenir. Encore moins un homme fou de rage et de douleur accompagné d’un enfant terrifié.



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

11 réponses

  1. Même si cela semble le réchauffé j’adore Sandrine depuis « les noeuds d’acier » donc on va pas faire la fine bouche 👄 ! Merci.

  2. Autrice que j’aime beaucoup surtout que j’ai eu la chance de la rencontrer. En tous les cas son nouveau livre me tente bien. Merci.

  3. Je prends! J’avais adoré  » Ces orages là ». Merci

  4. La beauté de cette écriture et de l’histoire méritent très largement ce très bel hommage ❤️.

  5. Tentant bien sûr, comme souvent ici, comme souvent aussi avec Sandrine Collette (encore qu’il doit m’en manquer un voire deux à « rattraper » d’elle).
    Je sens que cette rentrée va mettre à rude épreuve ma capacité de résistance.

  6. ben j’ai pris une claque, tu t’en doute.
    j’aime tellement les mots de Sandrine…Mais ça tu le sais déjà.
    Maintenant comment en parler le mieux, ça c’est une autre histoire.
    Je pense que je vais être obliger comme souvent de digérer tout cela !

Rétroliens

  1. Sandrine Collette – On était des loups | Sin City

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :