Les livres à travers les mots de leurs auteurs : Olivier Bal – Sonja Delzongle – Mo Malo – Gilles Vincent

Six premiers mois d’interviews sur le blog EmOtionS en 2022, 24 rendez-vous où j’ai donné la parole aux auteurs pour parler de leur dernier roman.

Un livre en cinq questions, pour discuter de leur nouvelle histoire, de leur inspiration, de leurs techniques, de leurs vécus.

Voici quatre courts extraits, tirés de ces entretiens.

Vous pouvez cliquer sur le lien de l’interview pour la lire intégralement, et sur le nom du livre pour aller vers ma chronique du roman en question.

OLIVIER BAL – Méfiez-vous des anges (XO)

Pour moi, Paul Green est un peu comme le titan Atlas, il porte le poids du monde sur ses épaules. D’histoire en histoire, il s’enfonce dans ce que l’humanité a de plus sombre, de plus monstrueux et, malgré tout, continue à croire qu’il reste un peu de lumière quelque part et qu’il faut la protéger. Il a un côté un peu candide, qui me touche. Parce que je dois être un peu comme ça, moi aussi.

Lien vers l’interview complète

SONJA DELZONGLE – Abîmes (Denoël)

Ce qui me fascine sont ces funambules (que nous sommes peut-être tous, un peu, beaucoup, passionnément…) marchant sur un fil, entre raison et folie. Folie individuelle, folie collective…

Lien vers l’interview complète

MO MALO – Summit (La Martinière)

Je m’efforce en effet de considérer l’environnement et les paysages dans lesquels ils évoluent non pas comme un décor, mais comme un autre personnage à part entière. Avec lequel tous les autres protagonistes sont tenus d’entretenir des relations, parfois harmonieuses, parfois plus conflictuelles, en tout cas jamais indifférentes. Car dans ce pays, chaque instant rappelle l’empire que la nature exerce sur les hommes, et non l’inverse, comme nous avons l’illusion de le croire sous nos latitudes.

Lien vers l’interview complète

GILLES VINCENT – Usual victims (Au diable vauvert)

Disons que je pousse mes personnages dans leurs derniers retranchements, jusqu’à l’ultime seconde de vie. Peut-être qu’au fond, la mort est mon unique sujet. Le polar n’est-il pas une manière de la décliner sous tous ses aspects possibles (enlèvements, séquestrations, meurtres, assassinats, suicides…) ?

Lien vers l’interview complète



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , , , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :