Usual victims – Gilles Vincent

Les intrigues des thrillers et des romans noirs de Gilles Vincent ne sont jamais gratuites et le plus souvent socialement engagées. Un combat qu’il mène sans jamais pour autant mettre en retrait l’aspect ludique. Toujours en cherchant la bonne balance.

Contexte social

Usual victims propose une histoire particulièrement noire, assez surprenante dans la façon dont elle est menée. A chaque mort marquante, on se demande où l’auteur va nous emmener.

Son contexte social appuie cette fois-ci sur la place que prennent les grandes entreprises de commerce en ligne. Sa société fictive, Titania, doit évidemment être rapprochée d’une société bien réelle dont le nom commence par un A.

On suit la déshumanisation du travail qui tend à devenir une norme. Mais pour autant ce n’est pas le sujet central du livre. J’avais imaginé un thème davantage tourné autour de cette entreprise, mais les quelques saillies sociales sont bien senties.

Dérapages

L’écrivain tire plutôt à boulets rouges sur ses personnages, le cœur palpitant de chacun de ses romans. Et n’imaginez pas anticiper ce qui leur arrivera et pourquoi tant de morts s’accumulent.

Son enquête policière plonge, une fois de plus, dans les ténèbres de l’âme humaine souillée. Noire, oui vraiment noire intrigue.

Un récit à la fois dans la pure tradition de l’enquête tout en déviant régulièrement sa route ; dérapages contrôlés par l’auteur mais surprenants pour le lecteur. Et ancrés dans notre temps, avec le dark web qui est une pièce de l’échiquier morbide.

Il ose !

Ce que j’aime tout particulièrement dans les romans de Gilles Vincent, et celui-ci en particulier, c’est sa manière d’oser. Oser perturber le lecteur, oser ballotter ses personnages centraux sans qu’il soit possible d’imaginer leur sort, oser sortir des codes établis du genre en matière de construction d’intrigue.

Concernant les protagonistes, le jeune flic stagiaire autiste met du sel dans les échanges et les rouages de l’enquête.

Au final, voilà un livre particulièrement efficace, aussi ludique par son coté impossible à anticiper que marquant par sa violence.

Gilles Vincent ne ménage ni ses personnages ni ses lecteurs. Usual Victims est un polar enragé et engagé.

Yvan Fauth

Date de sortie : 10 février 2022

Éditeur : Au Diable Vauvert

Genre : polar

4ème de couverture

À Tarbes, quatre femmes sont retrouvées mortes dans les locaux de Titania, géant du commerce en ligne. Loi des séries ? Pressions professionnelles ? Vies intimes livrées au chaos ?
Le capitaine Delbard, la lieutenante Rucher et Stéphane Brindille, jeune stagiaire, sont sur l’enquête. C’est un déchaînement qui les attend. Une tempête qui broie les vies et fait sombrer les existences ; celles des hommes comme celles des bêtes…



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

5 réponses

  1. S’il ose il faut que nous osions aussi ! Un auteur que je ne connais pas, mais que je découvrirais certainement un jour 😉

  2. Allons y, osons. Merci à toi Yvan 🙏😘

  3. ♫ Osez, osez, Joséphine ♪

    La boîte qui commence par A et se termine pas « zone » est souvent au coeur de la littérature, on la visait déjà dans « Mothecloud » 😉

    Je note !

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Usual victims - Gilles Vincent - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :