S’adapter ou mourir – Antoine Renand

Je pense qu’il n’y a plus grand monde à voir les réseaux sociaux comme un espace de liberté totale. Mais sait-on vraiment ce qui se cache derrière la modération de leurs contenus ?

Antoine Renand plonge dans l’arrière-boutique, pas du côté des algorithmes qui font le boulot, mais où l’Homme intervient encore. Sujet original pour un thriller à deux temps.

Un auteur qui ose

Son récit débute par une énième affaire de séquestration. Je dois dire que j’ai eu un peu peur de me retrouver devant un sujet lu et relu. Y aurait-il tromperie sur la marchandise à lire le résumé ?

Pas du tout ! Au fil des pages, et surtout dans sa deuxième partie, les virages pris par cette histoire s’avèrent inattendus et culottés. Une intrigue profonde, touchante, déstabilisante, amorale et morale. Et bel et bien surprenante.

Premier constat, et un premier bon point me concernant : c’est un pavé de 567 pages. Preuve que l’écrivain a décidé d’approfondir son récit, loin de cette mode des thrillers français qui doivent entrer au chausse-pied dans 300 ou 350 pages. Et à la différence de certains romans qui ne vont pas toujours au bout de leurs idées, contraints par leur format, Renand assume ses idées et les pousse loin. Servitude contre liberté.

Modération des réseaux sociaux

Ce qui frappe, tout au long de la seconde de partie, c’est que l’auteur ose ! Ose ne pas prendre un chemin tout tracé, ose malmener ses personnages sans que le lecteur ne puisse imaginer comment, ose l’émotion à la fin d’un thriller en complément de la surprise (liste non exhaustive). Bref, il utilise les codes du genre tout en les brisant quand ça l’arrange.

C’est l’une des immenses qualités de cette lecture, qui sait s’éloigner de l’uniformisation à marche forcée. Et pourtant, cela reste un vrai thriller qui plaira aux amateurs du genre.

La plus-value du roman tient dans ce sujet des modérateurs de réseaux sociaux. Ces femmes et ces hommes qui, tout au long de leurs journées, visionnent des vidéos toutes plus horribles les unes que les autres. Pour décider si elles répondent à la charte du réseau social.

Sacrée mise en scène

Nous sommes peu à imaginer ce job et ce qu’il se passe en coulisse. Fermez les yeux et faites preuve d’empathie, imprégnez-vous de ce qu’endurent ces personnes payées au lance-pierre pour s’en prendre plein la tête, à coups de ce que notre monde peut engendrer de plus abject.

L’auteur fait preuve d’un sacré talent scénaristique, mis en scène grâce à une écriture efficace et convaincante. Le tout en sachant prendre des risques. Jusqu’à une fin qui pourra surprendre, et que je trouve personnellement parfaite.

S’adapter ou mourir est une règle à suivre depuis la nuit des temps. Elle prend encore une autre signification à l’ère de la communication à outrance.

Antoine Renand a une capacité très cinématographique à raconter une intrigue. Ce thriller est une formidable réussite, dérangeante et étonnante, questionnant la morale tout en divertissant. Pour moi, son meilleur livre à ce jour, ce qui n’est pas peu dire.


Yvan Fauth

Date de sortie : 07 octobre 2021

Éditeur : Robert Laffont / La bête noire

Genre : Thriller

4° de couverture

Elle a 17 ans et s’est enfuie de chez sa mère pour se sentir enfin libre. Accompagnée de son petit ami, elle fait escale chez un homme qu’elle n’a jamais rencontré mais avec lequel elle discute depuis des mois sur Internet. Elle en a fait son confident. Alors qu’il pourrait bien s’agir du plus abject des monstres…
Il a 40 ans, est réalisateur de cinéma, en couple avec la même femme depuis leurs années de lycée. De soudains déboires conjugaux et professionnels le contraignent à trouver un job alimentaire : modérateur pour Lifebook, le plus important des réseaux sociaux. Sa mission : supprimer des vidéos interdites du fait de leur caractère choquant, sexuel ou ultraviolent.
Dans une société en constante évolution, où le précepte  » S’adapter ou mourir  » connaît des résonnances tant dans la folie meurtrière des hommes que dans le monde du travail, les destins de ces deux êtres, si éloignés au départ, finiront par s’entrechoquer.



Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

24 réponses

  1. Fermer les yeux et faites preuve d’empathie. C’est bien Yvan, tu as lu les deux premiers aussi. J’ai eu du mal à en choisir un après cette lecture.
    Superbe chronique. Merci à toi. 🙏😘

  2. Après moult et moult hésitations, j’ai pris  » les yeux d’Iris » de Magali Collet.
    Mais je garde bien précieusement la maison bleue dans un coin de ma tête.
    ❤️😉

  3. Ça dépote, ça chahute, ça part en brille et j’aime ça. Mais j’ai repensé à mon Gilou que je globiche et ça peut pas rater, il me redonne la banane comme à chaque fois . Adieu monde cruel. 😅😘

  4. Ah il en a sous le pied papyVan quand il a un coup de coeur ❤️. L’art de la formule, les émotions, tout y est !

  5. Comment j’ai écrivaillé. 😜 On dirait un goret sous acide. Pardon Yvan. Foutu clavier. 😂
    Lire ça part en vrille.

  6. Toi oui. Mais tout de même. Personne pour effacer et tout va bien dans le meilleur des mondes. 😉😘

  7. Marche ou crève, en quelque sorte… Ma première fois avec cet auteur n’avait pas été concluante, mais là, tu me donnes envie de réessayer avec lui… En tout bien, tout honneur, bien entendu 🙂

    Tu savais que tu m’énervais à force de publier des chroniques tentatrices ?? 😆

  8. Et hop ! Sur la pile…
    A propos, vous êtes cité dans le dernier post sur BBB, broblogblack, ici :
    https://broblogblack.wordpress.com/2021/10/18/vous-en-aurez-toujours-besoin-un-jour/

    Amicalement et noir vôtre.

    François Braud

    François Braud / Blog polar :
    https://broblogblack.wordpress.com/
    Chroniqueur dans Émancipation (rubriques polar et jeunesse)

  9. Tient ! J’ai vu un documentaire et/ou un film où ces personnes travaillent et sont exploitées pour supprimer ces vidéos très très hard.
    L’esprit humain doit à un certain moment subir bien des chocs post-traumatiques, d’où le titre. J’imagine très bien ce que tu écris et où ressort en images et non en mots la noirceur de l’être humain qui ne l’est plus.
    Merci pour la chronique. 😊👍

  10. Toujours le mot de plus, la petite formule assassine, l’art de donner envie de lire un livre ou de découvrir un auteur . Tout le talent est là, et pas donné à tout le monde. Je note aussi celui-là, mais je suis bien d’accord avec la Belette: tu m’énerves à publier des chroniques tentatrices…
    Avec cette question qui me taraude nuit et jour: comment vais-je me dégager du temps pour les lire???

  11. Héhé oui il ose, je suis bien d’accord avec toi mon ami. Et je suis d’autant plus contente que ce titre et cet auteur trouve du coup toutes leurs places dans ma table ronde à venir. Tu sais … »Le polar qui décoiffe qui ose tout ». Merci pour ce bel avis mon ami !

Rétroliens

  1. S’adapter ou mourir, Antoine Renand – Collectif polar : chronique de nuit
  2. Interview – 1 livre en 5 questions : S'adapter ou mourir - Antoine Renand - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :