Interview – 1 livre en 5 questions : L’affaire de l’île Barbe – Stanislas Petrosky

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger

STANISLAS PETROSKY

Titre : L’affaire de l’île de Barbe

Editeur : AFITT

Sortie : 08 septembre 2022

Lien vers ma chronique

C’est vraiment un livre à part, hybride, pas vraiment roman historique ni polar, mais au plus près du réel. Autour de ce personnage historique incroyable qu’est Alexandre Lacassagne…

Merci… Le but premier était vraiment de faire découvrir au public qui était le professeur Alexandre Lacassagne, et remettre l’église au milieu du village comme l’on dit.

En effet, les séries dont nous nous abreuvons tendent à nous faire croire que les fameux « experts » sont d’origine américaine, alors qu’en fait ils sont nés en Europe, principalement en France, à Lyon sous l’égide de Lacassagne. Pour résumer, cet homme est un peu le Léonard de Vinci de la médecine légale qu’il a complètement révolutionné.

Les gens, outre les idées reçus sur les « experts », pensent aussi souvent que le travail du médecin légiste est juste de pratiquer une autopsie afin de connaître la cause du décès, l’œuvre de Lacassagne démontre que c’est bien plus que cela, ce sont aussi des expertises, des expériences afin de faire surgir la vérité.

Alexandre écrivait aussi beaucoup, s’intéressait à énormément de choses, c’est un personnage complexe, il ne fallait pas moins qu’un livre hybride, comme tu le dis, pour parler de lui…

Le seul apport fictionnel est celui du narrateur, et tout l’art de l’écrivain que tu es à raconter le vrai…

Oui, même si tout ce qui est médecine légale, affaires criminelles et politique de l’époque sont retranscrites de façon tout à fait réelle, il fallait aussi un côté fictionnel, afin que cela soit bien un roman et non un livre d’Histoire.

Comme le professeur Lacassagne avait une grande théorie : « Le milieu social est le bouillon de culture de la criminalité ; le microbe c’est le criminel, un élément qui n’a d’importance que le jour où il trouve le bouillon qui le fait fermenter. » ce qui en résumé veut dire qu’une personne mis dans un endroit criminogène, va devenir criminelle, si on la retire de ce milieu, il peut y avoir rédemption, alors je me suis dit pourquoi imaginer que Lacassagne ait tenté l’expérience en prenant sous son aile un Apache ?

Puis un personnage comme Ange-Clément me permettait d’aller dans le milieu Apache et celui de l’anarchisme, très présent à cette époque à Lyon, de pouvoir créer en parallèle une vie fictive, parfois des doubles intrigues lors des romans.

Ton travail de recherches a dû être considérable, et dans de nombreux domaines…

C’est la première étape avant d’écrire le moindre mot. La recherche dans les archives de Lacassagne, consulter tous les rapports et procès-verbaux, puis la presse de l’époque, ça, c’est pour le côté de « l’affaire » qui va être traitée dans le livre, ensuite, même si le côté Ange-Clément est fictionnel, il s’appuie sur les faits divers, la politique, la culture de l’époque…

Lorsque tout semble être rassemblé, il ne reste plus qu’à faire le plan, et ensuite se lancer dans l’écriture.

Cela pourrait paraître fastidieux et rébarbatif, mais comme le sujet et l’époque me passionnent, je ne vois pas passer le temps…

Avec ton éditeur, vous avez vraiment cherché à proposer un livre en réalité augmentée, puisqu’il est agrémenté d’un texte sur les faits marquants de l’affaire, de photos d’époque et de magnifiques dessins de Michel Montheillet…

Avec Nicolas Delestre – l’éditeur et Skand – le graphiste, nous avons passé beaucoup de temps pour que le livre arrive ainsi en librairie… Les nombreux tests de couverture, de mise en page, une fois que nous avons eu cela, il a fallu trouver le papier que l’on souhaitait pour la couverture, qu’il ait ce côté ancien…

Le travail avec Michel Montheillet se fait en toute complicité, lorsque nous lui avons proposé, il a demandé à lire le manuscrit avant, il a aimé, tout de suite adhéré au projet et son trait colle tellement bien à l’histoire…

Quant à Amos Frappa, l’idée vient de Nicolas, je voulais à tout prix qu’un historien relise, pour être certain que je n’ai pas laissé passer une seule erreur, et Amos, est le seul docteur en Histoire de la police, et un très grand connaisseur d’Alexandre Lacassagne, d’où cette postface illustrée de photos d’époque.

Tous les opus de la série seront construits sur le même mode.

Ce livre est donc le premier d’une série à venir…

Eh oui… Il y a tellement à dire sur le professeur Lacassagne ! Tellement à raconter sur l’histoire de la médecine légale, sur ce XIXe siècle passionnant !

Cet homme a pratiquement tout inventé des techniques de la police scientifique, entre ça et les affaires très célèbres sur lesquelles il est intervenu : la malle à Gouffé, Joseph Vacher, Richetto le dépeceur, l’assassinat de Sadi Carnot etc.

Alors oui, si le public est au rendez-vous, ce sera une belle série qui réservera de très bonnes surprises !

4ème de couverture

Janvier 1881, on découvre sur les bords de la Saône, le cadavre d’une femme mutilée. Les restes sont transportés sur la morgue flottante de Lyon, où ils seront autopsiés.
C’est pour Ange-Clément Huin le début d’une grande aventure aux côtés de son maître, le professeur Alexandre Lacassagne.
Comment cette mauvaise graine, cet Apache, est devenu le fidèle auxiliaire d’un des plus grands pontes de la médecine légale, c’est ce que vous découvrirez dans ce premier carnet secret…
Le professeur Alexandre Lacassagne est l’un des fondateurs de la médecine légale moderne, précurseur de la police scientifique. De manière romancée, Stanislas Petrosky raconte ses plus grandes affaires et l’évolution de la médecine judiciaire.
Le docteur Amos Frappa, spécialiste du grand professeur, reprend les grands points de l’affaire, explique comment Lacassagne s’est retrouvé face au crime…



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , , ,

3 réponses

  1. Sympa cet échange. Merci pour le partage. Et oui, remettons l’église au milieu du village. 😉😘

  2. Bonjour Yvan. Celui-là, je vais le le noter.
    Je me souviens avoir lu un excellent livre où il n’est question de médecine légale via https://blacknovel1 un livre que j’ai adoré. Spécial, je le reconnais.
    Aussi un autre livre à lire dans ma PAL, de l’origine de la médecine légale qui serait Chinoise.
    Pour les séries, j’ai plus appris en regardant Bones et Ncis.
    Merci pour la présentation de Stanislas Petrosky et de cette affaire. 😀. Geneviève.

Rétroliens

  1. L'affaire de l'île Barbe - Stanislas Petrosky - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :