5 lectures pour votre été : Des romans noirs historiques

L’été est souvent propice à la lecture. Mais que lire ? Quels livres marquants emporter avec soi ?

Voici cinq intrigues qui se déroulent dans le passé. Des romans noirs historiques mais qui racontent bien davantage que la grande Histoire.

Des récits où plane le mystère, au plus proche des personnages face à la dureté de leur époque. Sans jamais tomber dans la facilité, tous avec une approche bien singulière.

Bonnes lectures !

Stuart Turton – L’étrange traversée du Saardam

Editions Sonatine

Sortie : 2022

Ils seront plusieurs à tenter de faire émerger la solution de cette intrigue mortifère qui se déroule sur un navire en 1634, alors que les morts s’accumulent, que les douleurs s’agglutinent aux chairs, que la folie s’empare peu à peu des âmes.

L’ambiance développée par l’auteur est incroyable. Immersive pour le moins, à l’ancienne mais avec une pointe de modernité qui en rajoute sur l’étrangeté de cette expédition.

Ce n’est pas le genre d’histoire à lire à la va-vite, il faut de la concentration et vraiment s’y plonger pour profiter au maximum de l’immense richesse de l’environnement, de cette histoire et de ceux qui la composent.

L’étrange traversée du Saardam va vous bringuebaler de bâbord à tribord, de fond de cale en haut du grand mat, à travers une intrigue démente qui vous ballottera entre logique et fanatisme.

4ème de couverture

1634. Le Saardam quitte les Indes orientales pour Amsterdam. À son bord : le gouverneur de l’île de Batavia, sa femme et sa fille. Au fond de la cale, un prisonnier : le célèbre détective Samuel Pipps, victime d’une sombre affaire.
Alors que la traversée s’avère difficile et périlleuse, les voyageurs doivent faire face à d’étranges événements. Un symbole de cendres apparaît sur la grand-voile, une voix terrifiante se fait entendre dans la nuit, et les phénomènes surnaturels se multiplient. Le bateau serait-il hanté, ses occupants maudits ? Aucune explication rationnelle ne semble possible. Et l’enquête s’avère particulièrement délicate, entre les superstitions des uns et les secrets des autres.

Vous aimez Jules Verne, Agatha Christie et Arthur Conan Doyle ? Avec ce nouveau puzzle aussi passionnant qu’étourdissant, Stuart Turton nous embarque dans une traversée diabolique, qui restera longtemps dans nos mémoires. Est-ce aussi jubilatoire que ça en a l’air ? C’est mieux encore !

Niklas Natt och Dag – 1794

Editions Sonatine / Pocket

Sortie grand format : 2021 / Poche : 2022

Ce récit est un étonnant voyage. Dans Stockholm, la ville sous les ponts. Dans un passé décrit avec tant de réalisme qu’on s’y croirait, tant on sent les odeurs et la crasse, la chaleur et le froid, les bruits ; un livre qui fait marcher les cinq sens. Et dans une plongée abyssale dans l’âme humaine, entre douleurs et noirceur.

L’auteur ose. Ose aller au fond des choses, allez loin dans la noirceur, déstabiliser le lecteur, malmener ses protagonistes.

De nombreux passages sont durs, très durs, mais sans jamais surjouer. Et toujours en nous emportant dans une touchante aventure faite de destins de femmes et d’hommes du peuple.

Jusqu’au final. Cette fin… Cette hallucinante fin… Qui a tourné en boucle dans ma tête durant des jours, entêtante, marquante comme peu arrivent à le faire. Le chef d’œuvre à l’intérieur du chef d’œuvre.

4ème de couverture

La suite du roman 1793.

Stockholm, 1794. De retour après un an d’exil sur une île oubliée des dieux, le jeune noble Erik Tre Rosor retrouve son domaine et sa fiancée. Las, sa nuit de noces tourne au massacre. Mais que vaut la mort d’une fille de fermier dans cette société aristocratique et corrompue ? Pour s’intéresser à cette affaire, un seul homme : l’enquêteur manchot Jean Michael Cardell. D’auberges mal famées en asiles de fous, de ruelles nauséabondes en sociétés secrètes, c’est -une nouvelle plongée dans les bas-fonds qui attend Cardell et ses alliés. Parce qu’il y a, plus que jamais, quelque chose de pourri au royaume de Suède…

R.J. Ellory – Le carnaval des ombres

Editions Sonatine / Le livre de poche

Sortie grand format : 2021 / Poche : 2022

Ce roman noir est ambitieux à bien des égards, émouvant au possible, humainement enrichissant, surprenant dans son déroulement, incroyable par l’ambiance qu’il arrive à transmettre.

L’enquête de l’agent Travis va se révéler bien plus déroutante qu’elle n’y paraît. Une investigation sur un meurtre qui va rapidement se transformer en retour vers son passé. En une quête de vérité aussi, le concernant mais également au sujet du contexte tendu et embrouillé des années 50-60.

Ellory accumule les scènes mémorables, ses personnages inoubliables au service d’une intrigue étonnante, et des passages d’une puissance émotionnelle rare. La rencontre de ces protagonistes fait des étincelles, la magie opère.

Ce carnaval projette ses ombres et les met à nu, jusqu’à les rendre transparentes. R.J. Ellory réalise un tour de magie, un roman noir sublime, empli de réflexions intenses sur la condition humaine. Magistrale réussite, noire et lumineuse à la fois.

4ème de couverture

1958. Un cirque ambulant, avec son lot d’attractions et de bizarreries, vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, dans le Kansas. Sous les regards émerveillés des enfants et des adultes, la troupe déploie un spectacle fait d’enchantements et d’illusions. Mais l’atmosphère magique est troublée par une découverte macabre : sous le carrousel gît le corps d’un inconnu, présentant d’étranges tatouages. Arrivé sur les lieux, l’agent spécial du FBI Michael Travis se heurte à une énigme qui tient en échec ses talents d’enquêteur. Les membres du cirque, dirigés par le mystérieux Edgar Doyle, ne sont guère enclins à livrer leurs secrets. On parle de magie, de conspiration. Mais l’affaire va bientôt prendre un tour tout à fait inattendu.

Dominique Maisons – On se souvient du nom des assassins

Editions La Martinière / Points

Sortie grand format : 2016 / Poche : 2018

1909, Paris s’éveille. S’éveille à l’avènement de nouvelles techniques révolutionnaires, mais aussi à l’essor de la littérature populaire de masse. On se souvient du nom des assassins est le récit de cette époque, celui d’un écrivain populaire à succès qui devient enquêteur, celui de son condisciple qui est le narrateur de cette histoire, celui d’une investigation incroyable qui réserve des surprises en masse.

On a réellement l’impression de lire un roman écrit au début du XXème siècle, avec ce dynamisme tout particulier des romans feuilletons. Avec une vraie pointe de modernité aussi, des pics sanglants dans la description des meurtres que l’auteur sème au travers de cette intrigue. Une ambiance à l’ancienne, assez légère, contrebalancée par la violence inouïe des crimes commis et rehaussée par l’écriture sublime de l’auteur.

Suivre cette sorte de Ligue des gentilshommes face au mal, concoctée par Dominique Maisons, est un plaisir de tous les instants, et un bonheur de lecture rare.

4ème de couverture

Max Rochefort, dandy exubérant et feuilletoniste à succès, croise le chemin de Giovanni Riva, jeune employé d’un journal. Au lendemain d’une soirée mondaine, ils découvrent un cardinal mutilé et assassiné dans sa chambre d’hôtel. La femme de chambre est immédiatement accusée. Dans le Paris bouillonnant d’avant-guerre, les deux compères se lancent dans l’enquête afin d’innocenter la jeune fille.

Antonin Varenne – Trois mille chevaux vapeur

Editions Albin Michel / Le livre de poche

Sortie grand format : 2014 / Poche : 2015

Trois mille chevaux vapeur est un roman d’aventure comme on n’en fait plus et une véritable expérimentation sensorielle.

Découpé en trois parties se déroulant sur plusieurs années à partir de 1852, cette aventure nous mène de la Birmanie (un passage du récit plein de sons, de bruits et de fureur), au Londres de la grande canicule (un passage tout en odeurs) pour se terminer dans l’Amérique naissante (terre des grands espaces, vision panoramique).

A la croisée des chemins du western, du roman de guerre, du polar et de l’aventure intérieure, cette histoire est d’une profondeur rare. Le genre de récit immersif dont on ne peut (on ne veut) se détacher.

Ce roman, d’une profondeur romanesque et psychologique étonnante, loin de tomber dans la facilité tout en restant vraiment accessible, est inoubliable. Un véritable et sombre bijou.

4ème de couverture

1852, pendant la 2e guerre anglo-birmane. Le sergent Arthur Bowman doit accomplir une mission secrète. Mais l’expédition tourne mal et les hommes sont capturés et torturés pendant plusieurs mois. Seuls dix d’entre eux survivront.
Londres, 1858. Alors qu’il noie son passé dans l’opium et l’alcool, Bowman découvre dans les égouts le cadavre d’un homme atrocement mutilé. La victime semble avoir subi les mêmes sévices que ceux qu’il a endurés six ans auparavant. Persuadé que le coupable est l’un de ses anciens compagnons de captivité, Bowman décide de partir à sa recherche.
De la jungle birmane à l’Amérique de la conquête de l’Ouest en passant par les bas-fonds londoniens, l’histoire d’une quête personnelle et de la métamorphose d’un homme, dans un monde en pleine mutation.

Et d’autres listes pour davantage de plaisirs de lecture :

5 lectures pour votre été : des thrillers français qui vont vous retourner le cerveau

5 lectures pour votre été : romans noirs et histoires d’héroïnes (ou d’anti-héroïnes)

5 lectures pour votre été : des gamins qui illuminent des histoires sombres

5 lectures pour votre été : cinq romans inclassables

5 lectures pour votre été : romans noirs captivants et engagés

5 lectures pour votre été : des trilogies mémorables



Catégories :Littérature

Tags:, , , , , , ,

5 réponses

  1. Yvan,
    Merci infiniment pour tous ces conseils depuis le début de cet été.
    Te reposes-tu de temps en temps ?
    Dominique.

  2. J’ai lu les 3 premiers que j’adore 😊

  3. J’aime vraiment beaucoup tes sélections de l’été !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :