Thomas H. Cook – Les leçons du mal

7747_11572774° de couverture

Jack Branch est un fils de bonne famille, professeur dans le petit lycée de Lakeland, Mississippi. Très impliqué dans son métier, soucieux de justice dans un pays encore marqué par la guerre de Sécession, il se prend d’affection pour un élève taiseux et renfrogné du nom d’Eddie Miller. Eddie se tient à l’écart de la communauté, résigné, écrasé par le poids de son ascendance : il est le fils du « tueur de l’étudiante », mort en prison quinze ans plus tôt. Le mal se donne-t-il en héritage ? Peut-on sauver les gens d’eux-mêmes ?

Pour libérer Eddie de son fardeau, Jack lui suggère de mener une enquête sur son père. Le maître et l’élève découvrent peu à peu un monde où le bien et le mal se confondent, chargé de violence et de mirages : un monde de ténèbres.

 Mon avis

Il est des polars comme des arbres. Certains sont secs et nerveux, d’autres cachent derrière un feuillage chatoyant leur tronc famélique.

D’autres, comme celui-ci, s’imposent majestueusement devant nous, imposants, massifs, intimidants même.

Mais il serait plus juste de parler de roman noir, plutôt que de polar, sombre comme les tréfonds dans lesquels peut s’enfoncer l’âme humaine.

On ne peux parler de ce roman sans tout d’abord se pencher sur l’écriture de Cook. Une écriture riche, parfois emphatique, d’une inextinguible profondeur, exsudant les émotions de ses personnages par tous les pores de ses mots. Ce livre ne se lit pas à la va-vite, il demande toute l’attention du lecteur, pour en tirer la substantifique moelle.

L’auteur se penche avec soin et attention sur l’idiosyncrasie de ses personnages, l’histoire se déroule lentement, construite à l’envers, sur le mode de la « chronique d’une catastrophe annoncée ».

Cook use d’effets stylistiques du meilleur effet, avec l’alternance de passages très soignés, entrecoupés d’extraits de procès ou encore de passages tirés des écrits des personnages.

Tout du long, certaines phrases, lancées au lecteur, nous préparent au final qui se dévoilera sobrement, mais profondément touchant.

Le roman est aussi une belle description des états du Sud américain dans les années 50, avec les préoccupations de l’époque. Une époque où la division des classes est prégnante et dont l’auteur se sert pour insuffler une atmosphère étouffante à son récit.

A titre personnel, le seul petit défaut que j’émettrais concerne justement le style de l’auteur à certains rares moments, un peu pédant, comme se le reproche lui-même le personnage principal concernant ses propres écrits (un peu comme ma critique aussi). Tout petit bémol, rarement ressenti dans ce flot de mots et d’émotions d’une rare richesse.

Une œuvre touchante, noire mais jamais tapageuse.

Publication française : 2011

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

7 réponses

  1. inextinguible exsudant substantifique idiosyncrasie ben dis dont t’as avalé un dictionnaire au petit déjeuner toi ce matin? 😉 Cook est un de mes auteurs favoris.Je l’ai découvert avec  » Les rues de feu » que je te conseille, qui est très différent de ces derniers romans.je n’ai pas encore lu celui ci. A lire aussi  » Les feuilles mortes » vraiment très bon. Sinon j’aime bien le parallèle que tu fais entre les livres et les arbres, c’est joliment imagé ! allez tu peux reprendre une mousse, tu l’as bien mérité ! Amitiés

    • J’ai tenté, à mon très humble niveau, de rendre hommage à la qualité d’écriture de ce Monsieur. J’ai donc essayé d’améliorer ma prose, c’était la moindre des choses 😉

  2. Fichtre! J’ai failli prendre un dico pour te lire aujourd’hui! Mais superbe prose! Je ne connais pas cet auteur… mais comme d’habitude, tu me donnes envie de découvrir! Alors, en toute simplicité, hop… dans ma wishlist!

  3. J’apprécie énormément le style de cet auteur!!! C’est d’ailleurs avec « Interrogatoire » que j’ai été inspirée pour écrire mon premier article! Ton article est tout simplement grandiose mon ami!!!!

Rétroliens

  1. Tag littéraire « EmOtionS

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :