Dévolution – Max Brooks

Max Brooks aime s’approprier des thématiques usitées jusqu’à l’outrance, en arrivant à les dépoussiérer de manière étonnante. Il l’avait fait avec les zombies (World War Z, adapté au cinéma avec Brad Pitt), le voilà qui s’attaque au mythe du Bigfoot. Cette créature est très ancrée dans l’imaginaire nord américain, même si on retrouve son pendant un peu partout dans le monde (le Yéti au Népal par exemple).

Thème totalement revisité

Sincèrement, je ne pensais pas un jour lire un roman autour de cet hominidé chimérique, qu’on retrouve davantage dans les séries Z. Et pourtant, je ressors emballé du roman de l’auteur américain. Épaté par sa manière de redonner vie à un thème éculé, avec intelligence et un formidable talent.

Il faut dire que le choix du Sasquatch (son nom amérindien) sert surtout à une analyse aussi pertinente que ludique de notre société moderne. Le roman se compose d’extraits du journal intime d’une des protagonistes disparus, entrecoupés d’interviews et de textes officiels concernant l’affaire et le mythe du Bigfoot.

Cette manière de raconter rend immédiatement la lecture addictive, avant et après le point de bascule.

Bobos vs nature

L’action se déroule autour d’une communauté écolo high-tech, créée par de riches bobos californiens qui souhaitent subitement se rapprocher de la nature, tout en gardant tout le confort (ils se font livrer en drones…).

Ces femmes et hommes, Brooks les décrit à la limite de la caricature pour mieux appuyer là où ça fait mal.

Cette nouvelle tendance à croire qu’on peut revenir au « naturel » tout en continuant à profiter des bienfaits modernes est une utopie, pour ne pas dire une illusion. La nature ne nous attend pas, elle est telle qu’elle est, et ne va en rien s’adapter à l’humanité.

Cette première partie est formidable de clairvoyance et en dit autant sur notre société, en quelques pages et entre les lignes, que nombre de romans plus « sérieux ».

Malin comme un singe

Les relations sociales sont poussées à leurs limites au moment où se déroule un événement qui va chambouler toutes les règles mises en place : une éruption volcanique.

Le roman se transforme ensuite en un étonnant récit survivaliste, violent, jusqu’au-boutiste. C’est face à la pire adversité et aux pires moments de tension que le vrai caractère de chacun se révèle. L’homme moderne est-il encore capable de s’adapter ? La question de fond est la possible résilience.

L’auteur joue ensuite avec les codes des films d’horreur, mais toujours en élevant son traitement, toujours en mettant les personnages et leur adaptabilité au centre du jeu.

Dévolution est un thriller fantastique habile, clairvoyant tout autant que ludique. Max Brooks est malin comme un singe, et arrive à faire du neuf avec ce qui paraissait n’être qu’un cliché.

Et on plonge à fond dans cette cinglante démonstration de ce qu’a perdu l’homme, et de sa naïveté face à la nature. Le tout sans jamais oublier la bonne et vraie dose d’émotions. Étonnant roman, le (grand) pied !

Yvan Fauth

Date de sortie : 31 mars 2021

Éditeur : Calmann-Lévy

Genre : Thriller / fantastique

4° de couverture

Bienvenue à Greenloop, près de Seattle, petite communauté écolo privilégiée permettant à des ultra-riches de vivre au plus près de la nature, mais avec une technologie de pointe. Quand un proche volcan entre en éruption, Greenloop est soudain coupée du monde, et ses habitants jetés dans une épreuve de survie au jour le jour.

Kate Holland relate dans son journal intime comment son petit coin de paradis devient un enfer, surtout quand s’abat sur les survivants un prédateur inattendu : le Bigfoot. Pour survivre, la communauté doit désapprendre tout ce que le monde moderne lui a inculqué.

Entre le journal de Kate et les nombreux témoignages extérieurs, nous reconstituons une ahurissante histoire de survival horror. À la fois conte horrifique et voyage scientifique, Dévolution est une lecture intense, qui questionne le conflit entre nature et monde civilisé.



Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

6 réponses

  1. J’hésitais à me lancer, ton avis m’encourage à me lancer. Une fois de plus 🙂

  2. Original ! Why not 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :