Le dernier chant – Sonja Delzongle

Le son, douce mélodie à l’oreille ou terrible souffrance auditive. Son importance ne se reconnaît vraiment que quand il est dévoyé, et sa puissance n’a aucune limite.

Sonja Delzongle s’ouvre à l’immensité de ce pouvoir à travers Le dernier chant. Un sujet à part pour un thriller qui l’est tout autant.

Hum, hum

Au début était le Hum. Un bruit étrange, qui s’insinue chez certaines personnes jusqu’à les rendre folles, alors que la plupart ne l’entendent pas. L’écrivaine avait proposé une nouvelle sur cette thématique dans le recueil Écouter le noir.

Ce roman n’en est pas l’extension, il va dans tant de directions qu’il donne le vertige. Très ancré dans notre société actuelle et ses problématiques. Très encré par ce qui fait tâche : cette nature qu’on détruit.

A ce sujet, le récit fait vivre quelques scènes mémorables, fortes, émouvantes, sensuelles même. Je pense aux passages avec les baleines et les gorilles, mais aussi à la scène finale, qui mettent tous vos sens en éveil.

Émotions

Ce n’est pas qu’un simple thriller, même s’il en est vraiment un avec ses retournements de situation et ses morts à foison. Non, c’est aussi un roman à messages, que chacun entendra à sa manière. Cette mélopée de la fin doit pourtant s’imprégner en chacun de nous pour que cette complainte individuelle devienne aussi celle du collectif. Pour le bien de tous.

Le monde est immense, et il nous écoute. Shan, chercheuse à l’Institut de virologie de Grenoble, tente de décrypter sa musique qui semble détraquer les vivants, animaux en premier.

L’intrigue va prendre des détours surprenants, dans des directions que peu de romans noirs prennent. Elle part parfois un peu dans tous les sens, en autant d’hypothèses, mais elle revient à l’essentiel sur la fin. Tous ces sujets ne concernent pas les sons, d’autres parlent de l’Homme dans ce qu’il a de meilleur comme de pire (et la balance n’est pas équilibrée).

Hors des sentiers

Ce dans quoi nous baignons actuellement sont les ingrédients d’une histoire qui a de quoi étonner. Problèmes écologiques, complotisme, recherche du pouvoir ultime, dérèglements sociétaux. Des éléments qui forment un tout complexe pour une intrigue qui ne suit pas les sentiers balisés.

La noirceur de certains passages est contrebalancée par l’émotion d’autres. Rien n’est jamais tout noir ou blanc.

Avec Le dernier chant, Sonja Delzongle pousse un cri autant qu’elle construit une intrigue prenante et surprenante.

Yvan Fauth

Date de sortie : 31 mars 2021

Éditeur : Denoël

Genre : Thriller

4° de couverture

Et si les animaux n’étaient que de malheureuses sentinelles…

« C’est le bruit, qui tue. Le dernier chant. Il apporte la mort ». Telle est la prédiction de la vieille Innu devant l’immense cimetière qu’est devenu le fleuve Saint-Laurent en ce matin d’août 2021. A perte de vue, des marsouins, des bélugas, quelques orques, flottent le ventre en l’air. Une hécatombe sans précédent. Deux mois après, dans une réserve du Congo, les gorilles succombent eux aussi à un mal inexpliqué. Et, chose stupéfiante, les survivants, prostrés semblent pleurer… Quel lien entre ces phénomènes qui se multiplient dans le monde ? A qui profite la disparition de ces êtres vivants ? C’est ce que se demande Shan, chercheuse à l’Institut de virologie de Grenoble, en découvrant le dossier déposé sur son bureau par un stagiaire. La voilà décidée à mener l’enquête, seule. Mais déjà, des yeux la surveillent, quoi qu’elle fasse, où qu’elle s’envole… Et à l’approche de la vérité, Shan mettra en jeu non seulement ses convictions, mais aussi sa propre vie. Entre peurs ancestrales et angoisses de fin du monde, une plongée vertigineuse aux confins de l’humanité. Un thriller intense et bouleversant.



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

6 réponses

  1. Coïncidence : je viens juste de lire sa nouvelle dans le recueil « Écouter le noir  »
    Je me régale d’ailleurs avec ces nouvelles, soit dit en passant, merci à toi et à tous ces auteurs talentueux que tu as réunis pour notre plus grand plaisir!

  2. Hum. Pas hum. Il est sur ma whislist. En gros. Merci à toi Yvan.

  3. Ça donne envie de s’y plonger, avec led yeux et les oreilles. Merci!

  4. J’aime ce que tu as écrit Yvan, ton analyse, ton avis toujours humaniste, vers ta réalité. Un livre que je ne lirai pas, c’est trop actuel. Note que je lis en ce moment le dernier B.Minier. C’est dès le début génial. 😉
    Bon dimanche de Pâques 🥚☀️🥚☀️😀

  5. Intriguant ce roman et ta chronique donne envie, une fois de plus (à quand la chronique qui ne donne pas envie ??). 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :