Interview – 1 livre en 5 questions : Buveurs de vent – Franck Bouysse

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger

FRANCK BOUYSSE

Titre : Buveurs de vent

Sortie : 20 août 2020

Éditeur : Albin Michel

Lien vers ma chronique du roman

Quelle est la genèse de cette histoire et de cette touchante fratrie ? 

Gamin, j’allais pêcher au Gour Noir avec mon père, et lorsque j’y retourne quarante-cinq ans plus tard avec mon fils et que je me retrouve face au viaduc, l’image de ces quatre gamins, suspendus à une corde, surgit, la mèche est enflammé, la première phrase arrive : « Quatre ils étaient… » C’est à ce moment-là que ça démarre.

Ton récit est sombre, dur, mais également lumineux par moment… 

Il me semble que c’est mon roman le moins sombre, il y a pas mal de moments drôles, voir burlesques, décalés, souvent dus aux personnalités de Luc, Elie, même Double et Snake, et d’autres encore. Tout dépend du niveau auquel le lecteur se situe, cela reste son choix. Mais bien-sur, il y a du sombre par l’ombre de Joyce qui plane sur toute la vallée, et qui se superpose aux ombres de chacun des personnages.

Tu arrives à te renouveler après le grand succès de « Né d’aucune femme », tout en restant fidèle à ton style et à tes idées…

J’avais commencé à écrire « Buveurs de vent » avant même le succès de « Né d’aucune femme« . Il n’y avait rien de prémédité en ce qui concerne l’histoire, mais je savais au fond de moi que je ne ferai pas « Né d’aucune femme 2« . L’écriture est mon espace de liberté, je me laisse guider par mon instinct et surtout pas par ce que les lecteurs pourraient attendre de moi. C’est ma façon de les respecter.  

On sent la présence de thèmes qui te tiennent à cœur, l’enfance, les liens familiaux. Mais aussi d’autres en lien avec les relations sociales…

Oui, il y a évidemment le thème de la famille, ce que représentent les liens du sang, cette forme d’héritage que l’on n’a pas choisi, ce que l’on transmet, des thèmes également présents dans mes précédents livres. C’est la première fois qu’une dimension sociale, voir sociétale apparaît, avec Gobbo, le vieux marin, comme catalyseur. Je ne le soupçonnais pas le moins du monde en commençant le livre. La révolte a fini par gronder dans la vallée et je me suis laissé emporter.  

T’es-tu laissé surprendre par tes extraordinaires personnages, de ceux qu’on n’oublie pas ?

Totalement ! L’histoire s’écrivait et les personnages se présentaient sur scène sans que je n’aie fait de casting à l’avance, parfois longtemps après le début du livre, certains, le temps de quelques répliques, quand d’autres prenaient leurs aises plus durablement. Leurs apparitions étaient déterminées par la progression de l’histoire, afin qu’elle parvienne à son terme. A ce terme dont je ne savais alors rien, et qui répond à l’arrivée du première homme et de la première femme dans la vallée. 



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

13 réponses

  1. J’admire bcp une écriture qui étonne même son auteur. C’est certainement le secret de ce talent si particulier 😉

  2. Je ne connais que de nom cet auteur Yvan. Il va falloir que je cède à la tentation. Merci à vous deux pour ce bel échange. 🙏😘

  3. J’ai beaucoup aimé « né d’aucune femme ». Je lirai probablement celui-ci aussi. Merci.

  4. je suis plongée dans « Grossir le ciel » (il a fallu faire un choix car j’ai plusieurs de ses romans dans ma PAL) et c’est une belle découverte 🙂 donc celui-ci me tente aussi 🙂

  5. J’ai commencé hier ce livre une fois de plus magnifique. Je lis tout ce qu’écrit cet auteur, je déguste page à page, me retenant de lire trop vite, tant j’aime son écriture exceptionnelle.

  6. Un jour, je lirai les premiers 😉
    Un jour !

  7. Né d’aucune femme,m’ a touché profondément.Peut être parce que je suis une femme,une mère,une grande mère et une sage -femme à la fois.Je n’ai jamais lu une roman écrit aussi merveilleusement ou même le pire brutalité de l’homme est présenté de façon si poétique.!Votre écriture est un océan d’émotion!Buveurs de vent m’a également happé,je suis en immersion totale en ce moment.Vos romans sont à « consommer » sans modération!

Rétroliens

  1. Buveurs de vent - Franck Bouysse - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :