Dans les hautes herbes – Stephen King et Joe Hill

« Dans les hautes herbes » est une nouvelle à quatre mains de Stephen King et de son fils Joe Hill, sortie en 2012 et restée inédite en français jusqu’à ce 1er octobre 2019. Il faut dire que c’était une bonne occasion de la traduire, puisque le 4 octobre 2019 sortait son adaptation en image sur Netflix.

L’idée de voir le maître écrire avec l’un de ses fils est belle, sur le papier. Les deux exercices avec Joe Hill à ce jour me laissent cependant un goût d’inachevé. Deux nouvelles à ambiance, qui se lisent avec un certains intérêt, mais qui restent assez ordinaires.

Après « Plein gaz », voici donc une histoire qui se déroule dans d’étranges herbes hautes, où ceux qui ont le malheur de passer dans les parages entendent des appels au secours.

Une vraie atmosphère à l’ancienne, qui se lit très vite (une quarantaine de pages numériques), dans une ambiance fantastique et horrifique, assez asphyxiante et qui sent les années 80.

Les vrais fans (comme moi) liront cette histoire sans déplaisir mais sans doute sans sauter au plafond.

Yvan Fauth

Date de sortie : 01 octobre 2019

Éditeur : Albin Michel

Genre : fantastique / horreur

4° de couverture

Après avoir entendu les appels à l’aide d’un petit garçon depuis un champ d’herbes hautes, un frère et une sœur se garent sur le bord de la route et partent à sa recherche. Quelques minutes plus tard, ils sont perdus, séparés l’un de l’autre, complètement désorientés, et la distance qu’ils semblent avoir parcouru est étrangement immense. Pendant ce temps, les cris de l’enfant continuent, de plus en plus désespérés…



Catégories :Littérature

Tags:, , , , , , ,

14 réponses

  1. j’ai vu la bande annonce de l’adaptation et je me suis dit que cela me rappelait « Les enfants du mais ».
    Faut voir. Cela reste du King donc le plaisir sera là 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Oui et non, plaisir minimal quand même. ça s’oublie vite, même si ça se lit bien. Et je ne vois vraiment pas comment tenir un film avec aussi peu…

  2. Aude Bouquine – « Lire c’est pouvoir se glisser sous différentes peaux et vivre plusieurs vies. » Ici, je lis, je rêve, je parle de mes émotions de lectures, avec des mots. Le plus objectivement possible. Honnêtement, avec respect. Poussez la porte. Soyez les bienvenus dans mon univers littéraire.

    Sur Netflix en ce moment… je me demande ce que ça vaut. Ça risque de me fâcher de nouveau avec le King tu crois ??

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Fâcher sûrement pas ! Ce n’est qu’une brève nouvelle au départ et il n’a rien à voir avec l’adaptation

  3. Marie-Christine – Antibes – Bonne maîtresse de deux chats, Agathon et Miranda, Agathon est chat écrivain, il écrit son blog depuis environ 10 ans. J'aime lire, faire des photos, dessiner... Agathon n'est plus de ce monde depuis le 18 juin, il a succombé à l'âge de 15 ans à la maladie cardiaque dont il souffrait depuis dix ans. Pour combler le vide qu'il laissait, une petite chatte tricolore est entrée dans notre vie, elle s'appelle Agathe et est très coquine! Miranda aussi nous a quittées, en juin 2019, victime d'une maladie incurable, Pollux, chaton roux lui a succédé, un gentil chaton, plein de ressources!

    Je ne suis pas abonnée à Netflix, donc je pourrai lire le texte sans m’inquiéter!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      de toute façon l’adaptation doit être bien différente 😉

  4. Lord Arsenik – Noumea - Nelle-Calédonie

    Je l’ai lu en fan trad en 2016. C’est du King moyen de gamme. Pas sûr de lire la traduction officielle mais curieux de voir ce que vaut l’adaptation de Netflix.

  5. En tant que fan, j’irai quand même voir dans les herbes….;)

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Normal 😉

    • belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

      « Fée » gaffe à toi, tout de même, dans ces hautes herbes dangereuses !! Le coup des hautes herbes, ça me fait toujours rire. Ça vient d’une blague à deux balles qui disait « Pourquoi les pygmées rigolent quand ils courent dans les hautes herbes ?….

      Parce qu’elles leur chatouillent les coui**** ! 😆

      Sur ce trait d’esprit, je sors !

Rétroliens

  1. Dans les hautes herbes, Stephen King et Joe Hill | L'Imaginaerum de Symphonie

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%