Comme de longs échos – Elena Piacentini

Les histoires d’Elena Piacentini ne sont jamais de longs fleuves tranquilles. Elle puise dans la noirceur de notre société pour en faire ressortir le pire… ou y chercher le meilleur, avec une qualité de plume exceptionnelle.

Fidèle

Son arrivée chez Fleuve Editions lui permet de défricher de nouveaux territoires, en parallèle de sa série mettant en scène le commandant Leoni qui continuera à être publiée chez son éditeur d’origine Au-delà du raisonnable.

L’auteure est fidèle. Fidèle à ses idées, à ses valeurs, à son amour des mots et des personnages.

Comme de longs échos est basé sur un fait divers. Elle décrit l’affaire dans sa note aux lecteurs en fin d’ouvrage. Mais ce livre n’est en rien le genre à décrire précisément une affaire criminelle, l’auteure ne l’a utilisée que comme une idée pour faire marcher son imagination et sa propension à vouloir comprendre la nature humaine.

Nouveau personnage

Elena Piacentini parle du quotidien, elle s’en inspire, elle s’en nourrit. « Les monstres sont chez eux », dit la quatrième de couverture. Pas cachés sous un lit ou dans un placard, mais bien au chaud dans les foyers. C’est là que se jouent les pires drames. Rien d’extravagant dans ses intrigues, on est au plus près de la réalité. Ou quand la réalité et la fiction se lancent dans une course effrénée vers l’horreur.

Et puis, il y a ce nouveau personnage qu’on risque fort de retrouver par la suite : la capitaine Mathilde Sénéchal de la DIPJ de Lille. Pas juste un pendant féminin de Pierre-Arsène Leoni (pour ceux qui connaissent les précédents romans de l’auteure), mais une personnalité bien marquée et fort marquante.

Un sacré caractère que cette Mathilde, sèche et dure au mal, mais qui cache des failles et une sensibilité vraiment saisissantes pour le lecteur qui aime les beaux personnages.

Sensibilité soignée

Il faut dire que le métier de flic à la criminelle est le genre de job qui assèche (expression très juste tirée du livre). Peu de place aux sentiments et à la vie personnelle, même s’ils sont pourtant bien présents (« Leurs cœurs anorexiques se nourrissent de miettes »).

Ce qui fait la singularité des romans de Piacentini, c’est bien la qualité de son écriture, très travaillée et particulièrement inspirée. Certains passages tout en poésie (noire), d’autres très expressifs. Parce que soigné ne veut pas dire dénué de sensibilité. L’auteure aime profondément la langue mais n’en oublie jamais l’essentiel : elle sert à donner vie au récit et aux personnages.

Sa manière de raconter, cette fois-ci, va au delà des mots pour donner une enquête inspirée et olfactive. Et puis, il y a ce final plutôt inattendu qui va loin dans la folie…

Comme de long échos est une nouvelle réussite d’Elena Piacentini et un polar aussi travaillé dans sa forme que touchant dans le fond (et l’homme est capable de toucher le fond dans la noirceur). Une première réussie pour le capitaine Sénéchal auquel je me suis déjà attaché.

Sortie : 24 août 2017

Éditeur : Fleuve Editions

Genre : Polar / Roman noir

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’écriture soignée et poétique

La découverte de ce nouveau personnage principal

La manière de faire parler son imagination autour d’un fait divers

Lien vers l’interview d’Elena Piacentini au sujet de ce roman

4° de couverture

« Partout, les monstres sont chez eux… »

Vincent Dussart est sûr de son coup. Ce break imposé par sa femme va prendre fin aujourd’hui. Il n’a rien laissé au hasard. Comme toujours.

Confiant, il pénètre dans la maison de son épouse. Le silence l’accueille. Il monte les escaliers. Puis un cri déchire l’espace. Ce hurlement, c’est le sien. Branle-bas de combat à la DIPJ de Lille. Un mari en état de choc, une épouse assassinée et leur bébé de quelques mois, introuvable. Les heures qui suivent cette disparition sont cruciales. Le chef de groupe Lazaret et le capitaine Mathilde Sénéchal le savent.

Malgré ses propres fêlures, ou peut-être à cause d’elles, Sénéchal n’est jamais aussi brillante que sous la pression de l’urgence. Son équipe s’attend à tout, surtout au pire. À des milliers de kilomètres, un homme tourne en rond dans son salon. L’écran de son ordinateur affiche les premiers éléments de l’affaire. Ce fait divers vient de réveiller de douloureux échos…



Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

47 réponses

  1. Cela donne très envie de le lire, merci 🙂

  2. Oui, fort alléchant …

  3. bon et bien voilà, je suis déjà fort attachée au commandant Leoni, mais je crois que je vais beaucoup aimer aussi le capitaine Sénéchal. Merci pour cette belle critique ! 🙂

  4. Et moi qui pensait que le monstre était tapi sous mon lit… voilà que tu détruis mes illusions… Et je me dis qu’il serait plus que temps que je découvre cette auteure dont un de ses destriers se trouvent dans mes écuries Palesque, mais putain, je manque de temps !!

  5. je ne me comprends pas de mettre autant de temps à lire les ouvrages d’Elena Piacentini alors que j’ai adoré celui que j’ai lu… faut vraiment que je m’y mette !

  6. Hahaha, je vois que nous avons le m^me ressenti sur cette nouvelle aventure avec Elena et son ou ses nouveaux personnages !
    Le personnage de Pierre et lui aussi très marquant !

  7. Il ya longtemps que j’ai envie de découvrir cette romancière mais avec une Pal de 18 kms de long, je n’en ai pas encore eu l’occasion. Mais là j’avoue que ton article attise encore plus mon envie; du coup, c’est sûr, je m’y mets dès le mois prochain 🙂

  8. Je ne connaissais pas du tout. Ce n’est pas trop mon genre de prédilection, mais cela ne veut pas dire que je ne me laisserai jamais tenter…

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Comme de longs échos – Elena Piacentini – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Festival sans nom 2017, le salon du polar de Mulhouse – Info n°4 – Auteurs – Seconde partie – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Le Festival Sans Nom 2017, salon du polar de Mulhouse – Compte-rendu – EmOtionS – Blog littéraire et musical

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :