Battues – Antonin Varenne

Avec ce roman, Antonin Varenne propose un récit assez éloigné de son épopée de Trois mille chevaux vapeur. Quoi-que si on y réfléchit bien, Battues met en avant une même nature grandiose et puissante.

Roman noir à l’américaine à la française

La volonté de l’éditeur est de proposer des récits qui mettent en avant les espaces naturels, à la manière du « Nature writing » américain. Ce beau roman de l’auteur trouve une place de choix dans cette lignée.

Avec une atmosphère digne des meilleurs romans noirs américains (ceux qui se déroulent en pleine nature), tout en y insufflant des caractéristiques bien de chez nous, Varenne démontre qu’il n’est pas utile d’aller loin pour croiser de belles plumes. Le genre de plume taillée dans un bois noble, épais et tendre à la fois.

Antonin Varenne est un artisan, de ceux qui peaufinent leurs histoires, les polissent pour rendre un ouvrage unique, marqué de l’empreinte de l’artiste. Ce roman noir, feuillu, est à la fois fort comme la nature peut l’être, et profondément humain (et donc plein de fragilité). L’auteur y développe une véritable intrigue qui combine meurtres et suspense, tout en instaurant une ambiance immersive.

Alternance de modes temporels

On pourrait se perdre dans sa forêt et son histoire qui jongle avec les modes temporels ; avant-arrière et alternance de deux personnages principaux. Mais l’écrivain maîtrise admirablement bien sa construction narrative et c’est très vite avec une réelle admiration que j’ai avalé chapitre après chapitre.

Le procédé est plutôt casse-gueule, mais Varenne arrive à donner au tout une vraie cohérence (à l’image de sa trouvaille de début de chapitre, résumé de ce qui nous attend en quelques mots et qui recadre le récit).

L’environnement est fictif, tout comme la ville où se déroule l’intrigue (d’ailleurs elle n’a pas de véritable nom, elle s’appelle R.) et pourtant les descriptions sont si crédibles qu’on sent vraiment que l’auteur sait de quoi il parle quand il évoque cette imposante nature environnante. Il la défend, en la mettant en avant comme un personnage à part entière du roman, sans jamais tomber dans un coté militant.

Cabossés

Mais dans ce livre, la nature n’a de sens qu’à travers les hommes et les femmes qui s’y meuvent. Les personnages sont en effet particulièrement touchants dans cette aventure humaine, à l’image de ce flic de la nature, garde-chasse de l’ONF. Des êtres cabossés mais crédibles, loin de l’image d’Épinal qu’on peut coller aux gens de la terre.

Battues est un roman noir qui prouve que nature et humanité peuvent se mêler pour le meilleur et pour le pire. Avec Antonin Varenne en tout cas, c’est pour le meilleur en terme de plaisir littéraire.

Citation :

« La nature n’est pas un point de vue à envisager selon différentes perspectives, c’est un bien commun et ce qui se passe chez un privé affecte autant ceux qui vivent autour et qui n’ont rien demandé. »

Le livre en un mot : naturisme.

Sortie : 05 juin 2015

Éditeur Écorce éditions

Genre : Roman noir

Lien vers mon interview d’Antonin Varenne au sujet de Battues

Notes :

Profondeur : 7/10

Dimension de l’intrigue : 7/10

Psychologie : 7/10

Qualité de l’écriture : 8/10

Émotions : 8/10

Note générale : 7,5/10

4° de couverture

« Les hommes laissèrent les distances se creuser entre eux et commencèrent à marcher d’un pas plus long et rapide. La pente dans le dos et n’y croyant plus vraiment, ils accéléraient naturellement, distançant Rémi qui continua à s’user les yeux sur le moindre morceau de terre, la moindre tache de couleur aperçue. Il pensait à Philippe, roulé dans un tas de feuilles mortes, sur un humus pourrissant, à quelques mètres de lui, peut-être, et lui revenait le souvenir de l’odeur du sang qui se mélangeait à celle de la prairie fauchée ; la douleur qui le ramenait à la conscience en des chocs déments ; la folie des secondes, coincé sous la ferraille. Il avait attendu, comme Philippe, peut-être, un œil fiché au ciel, se demandant si quelqu’un allait lui venir en aide ou s’il allait crever ici. »



Catégories :Littérature

Tags:, ,

22 réponses

  1. avec  » Clouer l’ouest » et « crocs » dans la même collection, il fait parti de mes plaisirs de vacances !!! trois supers bouquins !! j’espère que tu les lieras aussi tu ne seras pas déçu. En attendant belle chronique qui devrait donner l’envie de s’intéresser au roman à pas mal de monde ! Amitiés

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      varenne est un auteur que j’admire énormément depuis Trois mille chevaux vapeur. Mais c’est clair que ce roman m’a donné l’envie de découvrir les autres dans la même collection !

  2. Smadj – Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

    Yesssss un nouvel Antonin Varenne !!!
    J’avais beaucoup aimé « Trois mille chevaux vapeur », celui-ci est-il aussi réussi ?

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      impossible de les comparer, c’est tellement différent ! Pour moi Trois mille chevaux vapeur est un bijou unique. Interview de l’auteur demain, où il en parle 😉

      • Smadj – Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

        Ah cool je vais la lire avec plaisir 🙂

  3. Collectif Polar : chronique de nuit – Simple bibliothécaire férue de toutes les littératures policières et de l'imaginaire.

    Rhaaaaaaaaa, je lis pas ta chronique, j’ai trop envie de lire et de découvrir ce titre.
    Les 3 derniers étaient tellement bien et différents les uns des autres que ma curiosité est piquée aux vifs avec ce nouveau titre dans cette nouvelle collection qui s’annonce, extra.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Tu crois vraiment que je racontes quoi que ce soit sur le livre ? 😉

      • Collectif Polar : chronique de nuit – Simple bibliothécaire férue de toutes les littératures policières et de l'imaginaire.

        Non, je sais bien mais j’ai vraiment envie d’avoir un esprit vierge de tous ressenti, vois tu mon ami.

        • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

          je comprends tout à fait 😉

          • Collectif Polar : chronique de nuit – Simple bibliothécaire férue de toutes les littératures policières et de l'imaginaire.

            Mais promis je la lirai et y reviendrai après 😉

            • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

              je sais 😉

  4. Salut Yvan, je vais le lire, évidemment. Mais qu’il est difficile à trouver. Obligé de le commander sur Internet … et je n’aime pas ça ! D’ailleurs, je ne l’ai toujours pas reçu ! Amitiés

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      je l’ai demandé à mon libraire aussi. Tu n’as pas un gentil libraire pour le commander pour toi ?

  5. J’ai toujours pas lu 3000 chevaux vapeurs et je sais que tu vas me lapider. ..

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      ben non puisque je sais que tu vas le lire 😉

      • oui mais quand… nul ne le sait….
        ouf, j’échappe à la lapidation, tu me vois soulagée!

        • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

          J’ai confiance 😉

  6. belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

    Un livre qui parle de naturisme ?? mais je veux !! Il y a des photos ???

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Battues – Antonin Varenne | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Quai du Polar 2016 : Compte-rendu du 2 et 3 avril 2016 – Part 2/2 – Cest Contagieux!

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%