L’empreinte du soupçon – Brian Freeman

Les auteurs américains se sont fait une spécialité de nous insuffler le doute et de jouer avec les apparences à travers leurs thrillers psychologiques.

Empreinte quasi indélébile

Je découvre Brian Freeman avec ce roman, alors qu’il en a déjà publié sept en France. A la lumière de cette lecture, où chacun semble avoir sa part d’ombre, je ne peux que me réjouir d’entrer enfin dans l’univers de cet auteur.

Comme l’indique le titre français, lorsque le soupçon s’installe, il laisse souvent une empreinte quasi indélébile. Le concept de présomption d’innocence n’est souvent qu’une vaste blague.

Dans le cadre du Wisconsin, contrée où la nature imprime sa loi sur les rares habitants, l’auteur dépeint avec intelligence l’atmosphère qui en découle. Une ambiance bien loin de la Floride, là où débute pourtant l’intrigue. La comparaison entre cette Floride étouffante et cette Amérique rurale glaciale en est d’ailleurs saisissante (l’action se déroule dans un endroit nommé la Porte des Morts). Confrontation des régions, pour mieux imprégner le climat même du roman.

Freeman joue admirablement avec certains travers de la nature humaine, avec cette suspicion omniprésente et ce culte du secret où personne n’est jamais ni tout blanc ni tout noir.

Mécanisme d’horlogerie

L’art du thriller psychologique est un travail d’orfèvre qui peut vite s’enrayer si les moindres détails ne sont pas totalement maîtrisés. Un mécanisme d’horlogerie qui doit orienter (ou désorienter) sans que l’on ne s’en rende compte. Un roman où l’on sent les rouages fonctionner n’est pas un thriller réussi.

Avec L’empreinte du soupçon, le moins que l’on puisse dire est que l’auteur contrôle parfaitement les différents engrenages. Son récit est un puzzle dont les pièces se découvrent au fur et à mesure et dont la complexité monte crescendo au fil de rebondissements inattendus et bien pensés. Des ricochets, autour de cette île du Wisconsin, qui ne tombent jamais à l’eau. Freeman prend son temps pour mettre en place toutes les pièces sans que ne vienne poindre la moindre longueur.

Alors oui, ce thriller peut être considéré comme dans la grande tradition des Harlan Coben et consorts. Mais ce roman est tellement meilleur que les dernières productions de l’auteur susnommé que vous auriez tort de vous limiter à ce genre de considérations.

Personnages bien brossés

Parce que les personnages brossés par Brian Freeman sont l’autre point fort du récit. A l’image de ce flic, Cab Bolton, à la personnalité si atypique que je ne m’étonnerais pas de le voir réapparaître à l’avenir (il y a de la matière en tout cas).

Des faux-semblants, de lourds secrets, des dialogues dynamiques, une plume qui sait adroitement se fondre dans l’intrigue et un final étouffant : ce sont bien les composants qui font une bonne intrigue psychologique, non ?

Sortie : 16 octobre 2014

Éditeur : Les presses de la cité

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥♥

Psychologie : ♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥ 

Émotion : ♥♥

Note générale : ♥♥

4° de couverture

Une maison brûle dans le Wisconsin, non loin d’un lieu appelé la Porte des Morts. Une petite fille de dix ans, Glory, assiste au drame depuis le garage où elle s’est glissée en cachette dans la nuit.

Six ans plus tard, on la retrouve morte sur une plage de Floride, étranglée. Mark Bradley, professeur dans la petite ville de Glory, est soupçonné du meurtre. Tout le monde le croit coupable excepté sa femme Hilary, qui a déjà été la seule à le défendre quand, un an plus tôt, on l’a accusé d’avoir eu des rapports sexuels avec une de ses élèves.

Cab Bolton, l’inspecteur qui enquête en Floride sur la mort de Glory, ne tarde pas à penser que c’est dans le Wisconsin qu’il trouvera la clef de l’affaire. Mais ceux qui habitent dans le voisinage de la Porte des Morts ne sont pas très enclins à parler du passé. Certains sont même prêts à tuer pour que la vérité demeure cachée…



Catégories :Littérature

Tags:, ,

27 réponses

  1. bienvenue dans l’univers de Freeman ! Y rentrer c’est ne jamais en ressortir ! ^^ Amitiés

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Je te crois sur parole mon pote 😉
      La bise, ptit mulot

  2. c’est mon chouchou aussi…j’en ai 4 ..et pas decu du tout….alors il m’en manque 3…oups…je cours les chercher

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      C’est ma première lecture d’un de ses romans mais pas la dernière !
      Merci pour ton commentaire enthousiaste 😉

  3. Je ne connaissais pas et franchement la couverture et le quatrième ne m’auraient pas attirée plus que ça mais bon, vu ton avis, je pense que je vais faire abstraction. 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Moi aussi on m’a poussé vers cet auteur ;-). C’est le principe de la chaîne

  4. belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

    Bon, ben voilà, je viens de tomber dans la chaîne aussi… une vraie secte, ce blog ! 😆 Yvan, tu me déconstipes (pour ne pas dire que tu me fais ch***) 😀 Mais que veux-tu, on t’adore parce que tu nous mets sous les yeux (et le nez) des romans qui nous seraient passé totalement à côté. Et en général (même en colonel), se sont des petits bijoux ! Gros Kiss à Gruz ! 😉

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      tu aimes les chaines hein (bon ok je sors)

      • Incroyable. ..Yvan vient de faire une private joke tendancieuse. .. Tu te lâches mon pépère !! Lol
        Ça doit être l’influence belge. .. 😉

        • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

          désolé 😉 (c’est la Belette qui me pousse à la faute)

      • belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

        Oui, j’aime ça !!! Avec les menottes, je ne me sens plus…

        — CHOUCHOU !! Viens, un peu voir ici…

  5. Je pense avoir lu un livre de cet auteur…. »Le voyeur » c’est possible???

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      oui oui c’est bien un livre de lui, c’était bien ?

      • Ben..je ne sais plus….lu il y a très longtemps et avant que je publie mes livres sur FB donc ?????

        • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

          Donc tu n’as plus qu’à réessayer avec un autre de lui 😉

  6. Je connaissais pas , mais je note (entrons dans la chaine….). dis donc ca depote par ici!!!! on ne t’arrete plus ……;)

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      je vais me calmer le mois prochain ! (enfin je crois)

      • Oh ben pourquoi???!!!On adore nous!!!!!!Des chroniques de qualité et de super découvertes: on en veut toujours plus!!!!!;)

        • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

          c’est super gentil, merci !
          Mais je ne vais pas tenir le rythme 😉

  7. Vincent Garcia – Montpellier

    C’est un auteur qui m’est totalement inconnu je crois. Pourtant un de ses titres « Le prix du pêché », sonne familièrement à mes oreilles.
    Je prends bonne note pour celui-ci… Et pour belette2911, double ration de Normacol!!! 😉

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      ahah la pauvre !

  8. J’ai adoré ce livre, je me suis plongée entièrement dans cette intrigue avec des personnages intéressants à suivre. Et je suis d’accord, ce livre est bien meilleur que ceux des auteurs comme Harlen Coben (sans dire que ces derniers sont mauvais).

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Si tu aimes ce genre je ne peux que te pousser à tenter l’expérience !

  9. Un auteur qui a prouvé sa valeur, ta chronique en est la preuve 😉

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      prépare toi, l’interview arrive 😉

Rétroliens

  1. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%