Petite louve – Marie Van Moere

4° de couverture

Marseille, aujourd’hui, une mère est confrontée au drame que chaque parent redoute. Sa fille, à peine adolescente, a été enlevée sur le chemin de retour du collège et violée. Son couple n’y a pas survécu. Son mari a pris la fuite. Mère et filles vivent ensemble. Lorsque le suspect de l’agression est libéré sur vice de procédure, la mère renonce à la justice des hommes. Elle décide de se venger, simplement et brutalement. La chirurgienne sans histoire va donc assassiner un homme. Cet homme, celui qu’elle considère comme un monstre, c’est aussi un fils, un frère. En l’occurrence, il est issu d’une famille de gitans sédentarisés “défavorablement connus des services de police” comme on dit pudiquement. Une famille, elle aussi, avec son histoire et ses drames, une famille à laquelle on ne s’attaque pas impunément.

Voilà la mère criminelle, et un crime ne peut rester impuni. Les frères de la victime vont poursuivre mère et fille, parties dans une fuite qui commence à Marseille pour se poursuivre sur les routes de Corse. Là les deux femmes vont croiser d’autres êtres humains au lourd passé. Tandis que sur leur piste, une fratrie sème la violence, une mère et une fille vont se découvrir. Mais qui sont les proies, qui sont les victimes ? Qui sont les forts et qui sont les faibles ? L’humain se loge parfois dans des endroits obscurs.

Mon ressenti

Une scène d’introduction qui donne le ton, une écriture âpre, un récit qui vous prend aux tripes, une plume viscérale. Dès les tous premiers mots, on sait qu’on va être marqué au fer rouge.

Une histoire afflictive, qui heurte, un propos qui fait réfléchir jusqu’à chambouler nos fondements, une écriture organique, qui nous plonge dans l’intime de cette relation mère-fille.

Pour un premier roman, Marie Van Moere cogne fort, genre uppercut. Ce qui frappe au premier abord, c’est cette écriture résolument moderne, toute à la fois sèche, lyrique et enragée.

Ce qui ébranle, c’est le thème bien sûr, mais également la façon de le traiter. Avec cette petite louve, complètement meurtrie par ce qui lui est arrivé et cette mère qui par moment semble encore plus perdue que sa fille. Relations difficiles entre deux êtres d’un même sang. Émouvante jeune fille (la couverture, c’est exactement elle).

Le tandem va louvoyer à travers la Corse, qui devient un cul-de-sac, dans une course poursuite qui sèmera la mort sur son passage. Opération terre brûlée. Parce qu’on ne fait pas de tels choix sans conséquences.

Un récit sauvage qui met en avant les instincts des différents protagonistes, instinct animal, instinct familial, instinct grégaire.

Un véritable roman noir, très noir qui nous force à nous poser un flot de questions dérangeantes, la place du bien et du mal, le bien-fondé ou l’absurdité de la violence, la légitimité de se faire justice soi-même…

Et la fin… Si le reste du récit vous a assommé, cette fin vous mettra totalement à terre. Une p… de fin (passez-moi l’expression) dont il est difficile de se remettre, tout en violence (psychologique et physique), émotions et remise en question. Une fin qui reste présente tel un fantôme.

Un court et abrupt premier roman d’une auteure à suivre de très près à l’avenir.

L’interview de l’auteure

Sortie : 16 janvier 2014

Éditeur : La manufacture de livres

Notes (sur 5) :

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥ 1/2

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥ 

Psychologie des personnages : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥ 1/2

Émotion : ♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥ 



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

28 réponses

  1. Si je n’avais pas autant de livre en attente je serai déjà sur la route de la librairie ! Je le note 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      excuse rejetée, de toute façon une bibliothèque n’est belle que si elle est remplie à ras bord 😉

      • Mais c’est qu’elle est déjà bien pleine la mienne, j’ai du mal à y caser les derniers livres que j’ai acheté ! Il ne me restera plus qu’à l’agrandir pour y mettre celui-ci en plus !

        • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

          tu peux en caser chez le voisin ? 😉

          • Non Non Je suis mal entourée côté voisinage 🙁 je préfère garder mon idée d’agrandir 🙂

            • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

              oui c’est une bonne motivation pour agrandir 😉

  2. Et bien, celui là aussi va aller direct dans ma biblio…… Je ne me suis pas encore remise de Reflex fini hier soir et voilà que cela recommence…….Je vais peut être m’apaiser un temps (le temps de courir acheter ce livre qui me fait bien envie)… Mais dès que je lis une de tes chroniques ou tu prends un uppercut, je n’ai qu’une envie….. le prendre moi aussi… C’est grave docteur ??? 😉

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Très content de savoir que tu es tombée dans le « piège » Reflex 😉
      Petite louve est très différent de Reflex, pas du tout le même genre de récit, ni d’écriture. Mais il est effectivement à classer dans les romans coup de poing.
      Et non ce n’est pas grave (même si je ne suis pas docteur) 😉

  3. Brrrr, un roman assez sombre, en effet ! Il est dit que celui qui veut se venger doit creuser deux tombes : une pour son ennemi, une pour lui… Ça veut tout dire.

    Je suis comme Muriel, j’aime me prendre des uppercut dans la tronche lorsque je lis ! Bon, je ne sais pas si ça va endommager mes connexions neuronales, mais j’aime ça !! 😀

    Par contre, je saurai jamais lire tout dans cette vie, je peux bien en emporter avec moi dans l’au-delà !! 😀

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Brrr, bon ça se passe en Corse, ça va peut-être te réchauffer 😉
      Ta citation est très juste

      • J’ai plein de blagues corses !! 😀 Faudra que je te les raconte un jour…

        Les corses… « Quoi, elle te plaît ma soeur ? »
        – Heu, non… (légionnaire tremblant)
        – Comment ça, elle te paît pas ma soeur ??? (corse fâché).

        • Heureuse qu’il t’ait plu ce livre, mais je n’étais pas très inquiète ;-), connaissant un peu plus ce qui te touche, je pensais bien que celui-ci ferait mouche 🙂 !

          • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

            et c’est intégralement grâce à toi, Valou ! 😉 C’est ton avis qui m’a poussé à lire ce livre, donc merci merci merci

  4. Sacré Yvan, qui de chronique en chronique, prend un malin plaisir à nous tenter… Effectivement, ce que tu dis de ce roman laisse augurer d’une lecture passionnante…
    Je prends bonne note, pour un jour prochain… 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Sacré Vincent, tu vas faire croire que je le fais exprès ;-).
      Voilà typiquement le genre de bouquin atypique qui mérite de sortir de l’ombre

  5. J’ai été happé par l’intensité de cette écriture. Un coup de coeur pour moi.
    Et merci pour ton partage de lecture, j’adore…

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      encore un point commun entre nous, devrais-je être étonné ? 😉

  6. Tu me tentes encore là! !!! Je note ce titre!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      merci Valérie ! Surtout que moi même j’ai lu ce livre sur les conseils d’une autre Valérie que tu connais aussi 😉

  7. J’avais entendu parler de ce livre et lu des chroniques très élogieuses et il était déjà dans ma liste mais évidemment tu enfonces le clou 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Je vais me reconvertir en succursale de Casto 😉

  8. Hop hop il est dans ma pal…je prends de l’avance…j’achète avant que tu ne chroniques ahahahahahahah!!! J’adore ta chronique en tout cas!!!!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      t’es de plus en plus douée, toi 😉

  9. salut Yvan, je viens de le terminer et j’ai adoré!! quelle histoire!! quelle écriture!! Encore merci pour cette merveilleuse lecture! Entre Elena Piacentini, Anouk Langaney et Marie Van Moere, les Corses sont décidément très fortes!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      qu’elles soient Corses de naissance ou d’adoption, il faut croire que ça donne de sacrées plumes 😉
      Bien content de savoir que toi aussi tu as apprécié cet étonnant bouquin

Rétroliens

  1. Interview littéraire 2014 – Marie Van Moere | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Sorties 2014 – Récapitulatif des chroniques littéraires | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%