Pierre Bordage – L’évangile du serpent

cvt_LEvangile-du-Serpent_51974° de couverture

Un christ et quatre évangélistes : Pierre Bordage transcrit le Nouveau Testament dans l’univers des médias fous et du XXIe siècle naissant.

Matthieu, Marc, Luc et Jean s’appellent ici Mathias, tueur professionnel manipulé par une police parallèle, Marc, journaliste fatigué par ses propres lâchetés, Lucie, strip-teaseuse sur le Net, et Yann, le disciple des premiers jours jaloux de ses privilèges.

Tous les quatre éclairent de leur trajectoire l’avènement d’un jeune Indien d’Amazonie élevé dans l’Aubrac. Par la chaleur de sa présence, le jeune homme sauve, guérit et réunit autour de lui des dizaines de milliers de fidèles en quête d’une nouvelle alliance.

Dans la chaleur moite d’une Europe en proie aux dérèglements climatiques, le mouvement se transmet comme une lame de fond qui déverse sur les routes des foules de curieux abandonnant leurs possessions et leurs vêtements.

Mathias, Marc, Lucie et Yann, gagnés par la grâce du jeune homme, se retrouvent au cœur de cette entreprise salvatrice d’effondrement de la civilisation de l’individu.

Mon avis

Ce roman est le premier volet de la trilogie des Prophéties.

Pour pouvoir écrire l’histoire d’un messie du XXI° siècle, Bordage se devait d’éviter un certain nombre de pièges. Il en a contourné une bonne partie brillamment.

Avec des chapitres numérotés comme des évangiles, il nous propose l’histoire croisée de quatre personnages totalement opposés.

On est étonné, dès le départ, de la peinture faite de ses acteurs tout droit sortis d’un thriller, de la violence et du caractère sexuellement explicite du récit. Un roman profondément ancré dans son époque.

L’auteur fait subtilement évoluer ses personnages, en les utilisant pour faire passer son message de tolérance.
L’écriture est à la fois riche, imagée et fluide. Même daté de 2001, le contexte général est encore brûlant d’actualité.

Mais, ce qui ressort surtout du roman, c’est la violente critique et sans concession de notre société de consommation effrénée, de la condamnation de tout intégrisme, du détournement religieux et politique de la spiritualité.

Qu’on adhère ou non à ces concepts, cette lecture nous fait nous poser de nombreuses questions, et c’est là l’essentiel.

Derrière la violence, c’est un message de compassion et une invitation à comprendre les autres.

Bordage ne tombe que rarement dans le piège du donneur de leçon, sait garder le plus souvent la distance nécessaire et injecte la dose suffisante d’action pour nous tenir en haleine tout le long de ces presque 700 pages.

Un superbe roman alliant distraction et réflexion, une œuvre profonde et touchante. Le début d’une trilogie majeure.

Publication française : 2003

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Imaginales 2013, 25 mai 2013 – Compte-rendu |

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :