Interview Charlotte Monsarrat – Les âmes fragmentées

1 livre et 5 questions pour permettre à son auteur de présenter son œuvre

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger

Interview CHARLOTTE MONSARRAT

Les âmes fragmentées

Editeur : Anne Carrière

Sortie : 03 février 2023

Lien vers ma chronique du roman

Le récit débute par une énigme qui semble impossible, et pourtant…

Je voulais plonger le lectorat dans le mystère dès les premières pages, une tactique pour lui donner envie de lire les suivantes. Il fallait donc que je distille les informations et révélations tout au long du roman, pour tenir la distance. La majeure partie du travail de préparation a été de poser le début et la fin et de compliquer l’énigme à chaque étape, pour lui donner de l’épaisseur. C’est devenu une enquête, avec des suspects, des témoins, des preuves, des fausses pistes, et même une course-poursuite ! J’avais envie de raconter une histoire intime, mais je souhaitais aussi captiver les lecteurices. Pour y arriver, quoi de mieux qu’une énigme impossible ?

Cette histoire est écrite au plus près des émotions de votre personnage principal…

Au début, Veronica, c’était moi. Puis au fur et à mesure de l’écriture elle s’est mise à exister par elle-même, tout en puisant une partie de son identité dans mon vécu. Elle a habité dans ma tête pendant plus d’un an, j’avais l’impression de lui coller aux baskets. Si j’étais bloquée pour écrire une scène, je la jouais, en parlant avec sa voix, pour m’aider à comprendre ce qu’elle avait dans la tête. C’était pour moi la meilleure façon de raconter cette histoire intime, la difficulté de s’accepter soi-même, les blessures de la vie d’une femme. Pour que ça sonne juste, ça devait venir de mes tripes et des siennes.

” Cette quête identitaire nous habite et nous passionne. Pour ma part, c’est ça que je recherche en tant que lectrice “

C’est l’histoire d’une quête pour se souvenir, se retrouver. Une recherche de soi…

Je crois que nous passons notre vie à nous chercher nous-mêmes. En tout cas c’est mon cas ! Comme j’ai une mémoire très sélective et beaucoup de difficulté à me rappeler d’évènements précis de mon existence, je me pose beaucoup la question de la bonne distance à garder avec nos souvenirs pour éviter qu’ils nous encombrent, tout en gardant conscience qu’une grande partie de notre identité y est contenue.

J’ai aussi une formation d’historienne, qui m’a appris que l’individu, les sociétés et les civilisations se construisent à partir du passé, mais qu’on le déforme en permanence. Les sources ne sont pas fiables. On raconte l’Histoire comme on raconte des histoires, en partant de notre propre point de vue sur le monde. Cette quête identitaire nous habite et nous passionne. Pour ma part, c’est ça que je recherche en tant que lectrice, c’était donc naturel d’écrire mon roman sous la forme d’une quête.

” J’ai écrit dans une grande liberté, sans me poser la question du genre “

Ce roman est inclassable, à cheval entre les genres littéraires, ne cherchant pas à entrer dans une case…

C’est le sentiment que j’avais en écrivant, et apparemment il est partagé à la lecture ! J’ai écrit dans une grande liberté, sans me poser la question du genre. Une fois que j’ai structuré l’histoire avec des éléments de science-fiction et du suspense, j’y ai entremêlé des expériences que j’ai vécues, ma vision du monde qui nous attend, des bribes de moments passés avec mes proches, des moments d’intimité féminine. Comme si je prenais une photo d’un instant de ma vie et que je tricotais mon intrigue avec. La question du genre, je me la suis posée à la fin, quand j’ai réalisé que les libraires ne sauraient peut-être pas sur quelle étagère mettre mon livre. Mais je suis heureuse d’avoir écrit sans cette contrainte. C’est aussi ce que raconte mon roman : le genre n’est pas cloisonné, il est fluide, la vie c’est le mouvement. J’espère que l’avenir de la littérature est aussi de brouiller ces frontières.

Votre vision du futur proche se veut réaliste, décrite par petites touches…

Comme beaucoup de gens aujourd’hui, je vis dans l’incertitude de l’avenir et des conséquences du changement climatique sur nos vies. Ces dernières années, j’ai changé beaucoup de choses dans mon quotidien pour accompagner mes prises de consciences d’actions concrètes. Les Âmes fragmentées est une pièce du puzzle. Je voulais proposer ma vision, ni déprimante ni optimiste. J’ai tiré les lignes de ce qui se passe aujourd’hui pour décrire un monde où notre mode de vie ne sera plus celui qu’on a connu mais où la vie humaine continue. Et où chaque individu y a sa place et son rôle à jouer.



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , ,

6 réponses

  1. Lorsque j’ai commencé la lecture de ce livre, je n’ai eu qu’une envie, en connaître la fin. Bravo…

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      oui c’est un roman qu’on ne lâche pas !

  2. Est ce qu’on a besoin d’un genre pour écrire ? La preuve: non. À trop vouloir entrer dans le moule, on finit tarte. Merci à vous deux pour ce beau partage🙏😘

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      eheh bien dit !

  3. Aude Bouquine – « Lire c’est pouvoir se glisser sous différentes peaux et vivre plusieurs vies. » Ici, je lis, je rêve, je parle de mes émotions de lectures, avec des mots. Le plus objectivement possible. Honnêtement, avec respect. Poussez la porte. Soyez les bienvenus dans mon univers littéraire.

    Passionnant !! Elle a tout compris ! Ne pas se mettre de barrière, ne pas chercher à rentrer dans une case, penser à la structure et aux personnages ! J’adore !

Rétroliens

  1. Les âmes fragmentées - Charlotte Monsarrat - EmOtionS, blog littéraire

Laisser un commentaireAnnuler la réponse.

%%footer%%