Sélection de sorties littéraires : mars et avril 2023

Voici une sélection personnelle des sorties littéraires de mars et avril 2023, qui ne se veut absolument pas exhaustive et est uniquement le reflet de mes goûts et envies.

Les sorties sur ces deux mois sont très nombreuses, une liste qui n’en finit pas… C’est donc bien les livres qui ont attiré mon attention dans ce flot de publications.

Romans noirs, Imaginaire, fictions diverses, de quoi varier les plaisirs !

Cette liste sera affinée et complétée tout au long de ses prochaines semaines. Elle se veut vivante.

Bonnes découvertes, bonnes futures lectures ! Allez chez vos libraires et lisez !

MARS

Niko Tackian – La Lisière (Calmann-Lévy) 01/03

SON MARI ET SON FILS ONT DISPARU AVALÉS PAR LA PLUS MYSTERIEUSE DES LANDES BRETONNES…

Un choc sous la voiture, en pleine nuit, alors que Vivian, Hadrien et leur fils Tom roulent dans les monts d’Arrée, ce massif breton formé de landes, de roches et de marécages.

Hadrien s’arrête, descend pour voir, Tom le suit. Une minute passe, puis deux. Vivian s’inquiète, c’est bien long et elle ne les entend plus, elle quitte la voiture, appelle. Personne. Si c’est une blague, elle n’est pas drôle, fulmine-t-elle. Mais quand elle s’avance de quelques pas vers la forêt, un homme surgit et la prend en chasse, il est armé d’une hache, elle court vers la route, et se jette quasiment sous les roues d’un camion qui la prend à son bord et la conduit à la gendarmerie.

Là, Vivian raconte, affolée, supplie qu’on l’aide. La lieutenante Maëlys Mons envoie une équipe sur les lieux. Rien. Pas de voiture. Aucune trace. Ainsi commence une attente d’autant plus insoutenable pour Vivian que, dans ses rêves, qui semblent essayer de lui dire quelque chose, elle retrouve son mari et son fils.

L’incompréhension grandit lorsque la voiture est découverte au fond d’un marais, vide. Qu’est-il arrivé à Hadrien et Tom?

Neal Stephenson – Choc Terminal, tome 1 (Albin Michel) 01/03

Parce que la montée des eaux menace l’existence même des Pays-Bas, leur reine Frederika Mathilde Louisa Saskia comprend mieux que quiconque la notion d’urgence climatique.
Invitée à une rencontre secrète au Texas par T.R. Schmidt, l’excentrique propriétaire d’une chaîne de fast-food, Saskia découvre non sans inquiétude les plans du milliardaire pour mettre fin de façon décisive aux hausses de températures qui accablent le sud des États-Unis.
Et si son remède, inspiré par l’explosion du volcan Pinatubo, était pire que le mal ?
Du delta du Mississipi à l’Inde, des Pays-Bas à la Papouasie, Neal Stephenson nous plonge dans une incroyable fresque du futur proche.
Choc terminal est sans doute le roman le plus audacieux jamais écrit sur l’ingénierie climatique.

Brice Reveney – Le Programme Lazare (Hachette) 01/03

Les assassinats d’enfants sont déclarés Fléau National.

« Désormais, les individus ayant commis ces crimes abjects seront condamnés à reconstituer scientifiquement et en temps réel, l’avenir avorté de leur victime, dans le but d’alléger la douleur des familles en leur offrant un prolongement virtuel de la vie de leur enfant. Parce que nous courons tous le risque d’avoir un enfant, un neveux, une filleule assassinés, ce risque sera mutualisé entre tous les citoyens. Tout sera mis en œuvre pour que ces enfants objets de ces expérimentations soient désormais considérés comme vivants et membres à part entière de la société. »
Ce qui vous est arrivé n’est pas juste. Ça n’aurait pas dû arriver. Ça ne devrait jamais arriver. Par conséquent la société vous autorise à considérer que ce n’est pas arrivé. Tel est le Programme Lazare, en toute simplicité.

Un tout premier roman féroce, intense et brillant qui interroge notre rapport au deuil et au déni, et jette une lumière crue sur les conséquences de l’aveuglement volontaire de toute une société. Fascinant par sa profondeur psychologique et son écriture, autant que par son humour grinçant, il porte le fer – et la plume – dans nos âmes, nos tripes et nos consciences pour questionner nos propres frontières.

Julien Sandrel – Les extraordinaires (Calmann-Lévy) 01/03

ESPÉRER, RIRE, FAIBLIR, ESSAYER ENCORE…
LES EXTRAORDINAIRES, C’EST LE GOÛT DE LA VIE ET LA FORCE DES RÊVES

Dans l’entourage d’Anna, tout le monde le sait : à 6 ans, sur l’estrade du spectacle de fi n d’année, elle a clamé qu’elle voulait être astronaute. Quarante ans plus tard cependant, Anna est bien loin des étoiles : elle est médecin généraliste, et sa vie est trop sage, arrêtée net par un très grand chagrin. Mais ce soir, pour son anniversaire, ses proches lui ont réservé une surprise : ils l’ont inscrite en grand secret au concours de l’Agence spatiale européenne, qui recrute ses futurs astronautes.
Bien sûr, Anna leur dit qu’ils sont fous, remercie, refuse… mais le piège affectueux est bien tendu : un jour, Anna a promis à son plus jeune fi ls, Michael, qui se battait contre une maladie grave, de tout faire pour réaliser ce rêve de partir dans l’espace. Anna ne peut renier son serment, et se lance à corps perdu dans l’aventure. Lors de la première sélection, elle rencontre un petit groupe de candidats qui a décidé de s’entraider.
Ils se sont baptisés « les Extraordinaires ». Anna sait bien que ses chances sont minces, mais épaulée par ces amoureux de l’espace aussi attachants que courageux et drôles, elle n’y peut rien : elle se met à croire à l’impossible…

Peter Farris – Le présage (Gallmeister) 02/03

Cynthia Bivins rend souvent visite à son père, Toxey, dans une maison de retraite de Géorgie. Un jour, alors que l’Amérique est tombée sous la coupe d’un homme politique violent et sans scrupules, le vieil homme décide qu’il est temps de partager son secret.
L’histoire commence des décennies plus tôt. Tout juste sorti de l’adolescence, Toxey se rêve photographe ; d’ailleurs, ses clichés se vendent déjà à l’épicerie locale. Un jour, une jeune femme est retrouvée morte dans la réserve naturelle voisine, la Lokutta. Elle était enceinte, mais il n’y a aucune trace de l’enfant. L’affaire ne plaît pas du tout à l’héritier de la riche famille Reese, qui possède tous les bois jusqu’à la Lokutta. Elder Reese, qui a bien des choses à cacher, joue gros, car il s’est lancé en politique et se voit déjà sénateur. Quand Toxey s’aventure dans la réserve pour y prendre des photos, il s’expose à la colère du clan.
Implacable, le nouveau roman de Peter Farris éclaire les multiples visages de la corruption qui ronge les États-Unis. 

Tess Gunty – Écoutez-moi jusqu’à la fin (Gallmeister) 02/03

“Nous ne sommes que des somnambules. Vous voulez que je vous dise ? Je veux me réveiller.”
Blandine Watkins est une jeune femme à part. Sa beauté éthérée et son intelligence aiguë dressent une barrière entre elle et les autres. Elle partage un appartement avec trois garçons qu’elle ne comprend ni n’apprécie, mais sur lesquels elle exerce une étrange fascination. Tous viennent de foyers brisés et tâtonnent pour trouver leur place dans le monde. Pour ne pas se blesser au contact des autres, Blandine se réfugie dans le mysticisme. Comment devenir adulte dans cette ville délabrée, dans ce monde qui n’a que faire des fragilités de la jeunesse ? Soudain, dans la chaleur de juillet et sous une pluie diluvienne, un geste de violence inexpliqué survient.
Ce premier roman audacieux et plein d’humour dépeint avec sauvagerie le monde d’aujourd’hui, dans une langue hypnotisante qui crie la solitude, le désir et la soif de liberté.

Marie Surgers – Une prière pour les cimes timides (L’Atalante) 02/03

Omphale et Dex quittent la nature sauvage et arrivent sur les terres humaines.
À chaque étape, le robot prend conscience que sa tâche sera bien plus compliquée qu’il ne le pensait. À sa question « de quoi avez-vous besoin ? », il y a tant de réponses, et souvent aucune. Le simple fait de venir la poser ne change-t-il pas la paix que l’humanité a su trouver ?
Au fil de cette déambulation, l’amitié entre Dex et Omphale ne faiblit pas, au point même de supplanter mission et frustrations.

« La vision optimiste d’un monde fertile et beau qui s’est reconstruit après avoir frôlé la catastrophe. L’explorer aux côtés des deux personnages principaux est une expérience fascinante et délicieuse. » Martha Wells

Victoria Kielland – Mes hommes (Dalva) 02/03

Bella Gunness est la première tueuse en série de l’histoire. Née Brynhild Storset en 1859 dans une famille modeste de Norvège, elle devient fille de ferme avant d’émigrer vers l’Amérique où elle assassinera plus d’une quarantaine de personnes, essentiellement des hommes. C’est son incroyable destinée qui est au cœur du roman de Victoria Kielland : celle d’une femme que les injustices de classes, la quête d’amour absolu et l’austérité religieuse font basculer dans la folie meurtrière. Du Chicago de la fin du XIXe siècle à l’Indiana, elle va leurrer puis tuer ses maris, ses propres enfants, ses garçons de ferme et autres jeunes scandinaves fraîchement débarqués aux États-Unis qu’elle séduit par l’intermédiaire de petites annonces.

Au fil d’un texte ciselé, charnel, aux très beaux élans poétiques, l’autrice fait corps avec les tourments de Belle, son appétit érotique, son insatiable besoin d’être aimée, le poids de la culpabilité luthérienne qui la poursuit jusque dans ce nouveau pays où elle, comme tant d’autres, espère se réinventer.

Erin Young – Les moissons (Belfond) 02/03

On récolte ce que l’on sème…

Iowa. Des champs, des silos et des fermes à perte de vue. Mais derrière l’image bucolique d’une Amérique éternelle se cache la misère d’une population paysanne rendue exsangue par l’agrobusiness ; un taux de misère et de violence qui grimpe aussi vite que celui des pesticides dans le sol.
Habituée aux difficultés locales, la sergente Riley Fisher se retrouve à enquêter sur une vague de crimes hors normes. Un premier corps découvert dans un champ de maïs. Puis d’autres. Tous porteurs de stigmates dignes d’un film d’horreur. Là, derrière les épis, un serial-killer guette ses proies.
À mesure que l’enquête avance, d’autres liens apparaissent : l’implication d’un géant de l’agriculture, des ramifications politiques et financières qui dépassent largement le Midwest. Comment Riley pourrait-elle lutter contre un scandale d’État ? Comment faire éclater une vérité que personne ne veut entendre ?

Intense, passionnant et absolument glaçant, un thriller horrifique qui évoque les dérives de l’industrie agroalimentaire, les risques sanitaires et les menaces sans précédent qui pèsent sur le monde du vivant.

Frédéric Lepage – Promets-moi d’avoir peur (Robert Laffont) 02/03

Au plus profond de son cerveau, Luna Ritter détient le secret de nos peurs…

Soudain, Luna se demande qui est cette femme qui évalue, analyse, calcule… plutôt que de laisser la panique s’emparer d’elle et mourir de frousse ! Elle devrait hurler, blêmir, voir défiler sur sa rétine le film accéléré de sa vie. Au lieu de quoi elle n’est en proie ni à la peur ni à l’angoisse. Luna se sent déconnectée, séparée du reste de l’humanité – il lui semble qu’une partie de son cerveau n’assure plus l’une de ses fonctions fondamentales, faisant d’elle un monstre froid, indifférent à son propre destin.
La rarissime maladie d’Urbach-Wiethe provoque chez le sujet l’abolition du sentiment de peur. De quoi couler des jours paisibles… ou se mettre en danger de mort.
Dans un appartement de Chinatown, à New York, une jeune femme est victime de ce syndrome. Elle s’appelle Luna Ritter. Et elle va disparaître. Pourquoi ?

Matt Wesolowski – Six versions, La tuerie MacLeod (Les Arènes) 02/03

Fantasme ou réalité ? Avec Six Versions, Matt Wesolowski renouvelle le genre du thriller par un dispositif génial. Entre hyper réalisme et fantastique, il joue avec nos nerfs. Chacun se prend pour un détective jusqu’au dénouement final, époustouflant.

” Bienvenue dans Six Versions, je suis Scott King. Durant six semaines nous reviendrons sur le drame qui a frappé la famille Macleod en 2014, une tragédie connue sous le nom de “Tuerie Macleod’. “
Lors d’une soirée glaciale d’hiver, Arla Macleod, vingt ans, tue sa mère, son beau-père et sa sœur cadette à coups de marteau. Vingt ans plus tard, internée dans un hôpital psychiatrique, Arla accepte de se confier à Scott King, pour le célèbre podcast Six Versions. Interrogeant aussi ceux qui ont connu Arla dans son adolescence, le journaliste plonge dans le monde trouble des jeux interdits, des trolls infestant la Toile et, surtout, des mystérieux ” enfants aux yeux noirs “…

Michel Bussi – Trois vies par semaine (Presses de la cité) 02/03

Habiter trois villes différentes ? Posséder trois identités reconnues ? Aimer trois femmes intensément ? Avoir trois vies par semaine.

Pour tirer les fils de ce nouveau suspense qui mêle les thèmes de l’exil, la vengeance, la multiplicité d’une vie… l’unique Michel Bussi.

Un mort
Deux disparus
Trois femmes amoureuses
Un corps est retrouvé dans la vallée de la Meuse, au coeur des Ardennes. Accident, suicide, meurtre ?
La révélation de l’identité de la victime plonge la capitaine Katel Marelle dans la sidération.
Renaud Duval menait-il… trois vies par semaine ?
Trois femmes attendent son retour. Chacune revendique d’être son unique amour. Ensemble, elles vont tenter de percer l’énigme d’une
impossible triple vie…
Mais comme dans un théâtre d’illusions, des ombres rôdent, prêtes à se venger.
Qui sait la vérité ? Qui manipule ? Qui tire les ficelles ?
Méfiez-vous des fils invisibles…

Salvatore Minni – Désobéissance (M+) 02/03

Une histoire sombre qui prend place à Bruxelles dans une ambiance à la fois oppressante et mystérieuse. Alors que Guillaume peine à accepter son deuil, Sarah, une quadra accro à son boulot, est renversée par une voiture, ce qui lui impose de ralentir son rythme de vie. En quittant l’hôpital, elle fait la connaissance d’une fillette qui lui demande son aide. Malgré ses hésitations, Sarah finit par accepter. Pourtant, un danger la guette, mais trop absorbée par ce qui lui arrive, elle n’en a pas conscience. Ressortira-t-elle indemne de cette quête ?

Ce thriller psychologique, mettant l’accent sur tous les sentiments que peut éprouver l’être humain (injustice, chagrin, perdition, colère etc) est mené tambour battant avec des chapitres courts, efficaces, montés comme une série TV américaine. Les personnages sont très fouillés, jusqu’à l’intime, et le lecteur, confronté à l’extrême complexité humaine, est happé et provoqué par tous les protagonistes du récit, les héros comme les monstrueux. Une des intentions exprimée par l’auteur est de susciter la remise en question des lecteurs. Jusqu’où le chagrin et le deuil peuvent-il nous conduire. Objectif atteint.

Cormac McCarthy – Le passager (L’Olivier) 08/03

Le corps d’une jeune fille abandonné dans la neige, l’épave d’un avion échoué au fond des eaux, un homme en fuite. Autant d’images qui illuminent le nouveau roman de Cormac McCarthy. Des rues de La Nouvelle-Orléans aux plages d’Ibiza, son héros, Bobby Western, conjugue sa mélancolie à tous les temps.
Cet homme d’action est aussi un mathématicien et un physicien, deux disciplines qu’il a abandonnées après la mort de sa sœur Alicia, disparue mystérieusement dix ans plus tôt. Hanté par la culpabilité, Western trouvera-t-il enfin le repos ?

Roman noir, histoire d’une passion, Le Passager est aussi une parabole sur le déracinement de l’homme moderne.
À quatre-vingt-dix ans, Cormac McCarthy nous surprend une fois de plus par son audace. Entre une conversation sur la physique quantique, un traité de la solitude et la description d’une tempête dans le golfe du Mexique, il se joue des conventions et demeure l’un des romanciers les plus singuliers de notre époque.

Nicolas Lebel – L’Hallali (Le masque) 08/03

À jouer double, on perd de vue sa cible

Yvonne Chen n’a pas d’amis et elle n’en veut pas :  ils l’ennuient ou finissent par mourir. Lorsque, en ce 5 janvier, son téléphone sonne, elle sait donc que ce n’est pas un ami qui l’appelle.
Les Furies, ces tueurs à gages sans foi ni loi, sont de  retour et leur chef Alecto propose à Chen de participer  à l’une de leurs danses. Deux frères se disputent le
contrôle d’un prestigieux vignoble dans les Vosges et,  d’après le commanditaire anonyme, il ne doit en rester  qu’un.
Chen, l’ex-flic de la Crim, aujourd’hui agent infiltré de la DGSI, accepte la mission : l’occasion rêvée pour elle de piéger enfin ces assassins. Lancée dans un jeu  de faux-semblants au coeur d’un hiver glacial, Yvonne  va devoir décider de quoi elle est l’instrument. La  justice ou bien le châtiment ?
Tout bascule quand les fantômes du domaine s’en  mêlent. Eux aussi réclament vengeance.
Un nouveau polar renversant porté par l’humour et  le talent d’illusionniste de Nicolas Lebel, où chaque  hypothèse du lecteur se voit pulvérisée page après  page jusqu’à la révélation finale.

Fernanda Trías – Crasse rose (Acte sud) 08/03

Roman pré-apocalyptique, inquiétant et poétique, du délitement d’un monde envahi par nos déchets, par la saleté et la pollution liées à la surconsommation après qu’un étrange fléau s’est abattu sur une ville portuaire condamnée au confinement de ses habitants. Se nourrir devient alors un défi quotidien, et pour survivre, il faut consommer la « crasse rose », cette pâte fabriquée à partir des déchets d’animaux. Réflexion sur notre mode de vie suicidaire mêlée à une sorte de fascination morbide face à l’esthétique étrange des cataclysmes.

Cyril Carrère – Avant de sombrer (Denoël) 08/03

Et si on vous annonçait que vous avez tué ?

Lorsque Jérôme Cazenave se réveille dans une chambre d’hôpital, tout lui revient à l’esprit. L’échange téléphonique houleux avec sa femme. L’urgence de la situation. Sa terrible sortie de route en rentrant de Nîmes. C’est en tout cas ce qu’il soutient au médecin qui le regarde avec circonspection. Mais quand un avocat qui prétend le connaître s’invite à son chevet pour lui présenter une autre version de l’histoire, la confusion s’installe. Non, il n’a pas eu d’accident de voiture. Il a été violemment agressé à Lannemezan, dans la prison où il purge une longue peine… pour le meurtre de son épouse. Afin de recouvrer sa liberté, Jérôme doit résoudre les mystères d’un passé qui lui est étranger. Au risque de faire ressurgir le monstre qui l’a englouti…

Chrystel Duchamp – L’île des souvenirs (L’Archipel) 09/03

Quand Delphine se réveille dans un lieu inconnu, elle est menottée à un radiateur. Bientôt rejointe par une autre prisonnière, qu’elle connaît. L’une des deux ne survivra pas à l’horreur. L’enquête confiée à la Crim n’avance pas assez vite aux yeux de l’opinion. Et pour cause : la mémoire de la rescapée est un véritable champ de ruines…

Delphine, 22 ans, est étudiante à Lyon. Issue d’une famille bourgeoise, elle tente de s’affranchir de son éducation en écumant bars et boîtes de nuit. Au cours d’une soirée, elle suit une ombre mystérieuse jusqu’à sa voiture…
Quand elle se réveille dans une maison abandonnée, elle est menottée à un radiateur. Bientôt rejointe par une autre prisonnière.
L’enquête confiée à la Crim’ n’avance pas assez vite aux yeux de l’opinion. Sous pression, le capitaine Romain Mandier accepte l’aide d’un profiler et d’une psychotraumatologue.
Qui est cet homme en noir, qui hante les souvenirs confus d’une des captives ? Pourra-t-on exhumer de sa mémoire les fragments qui mèneront au coupable ?
Une fois de plus, Chrystel Duchamp surprend par une intrigue des plus originales, et un épilogue aussi glaçant que retors !

Aidan Truhen – Sept Démons (Sonatine) 09/03

Jack Price a quitté son business de vente de cocaïne pour prendre la tête d’un groupe d’assassins internationaux sans fois ni loi : les Septs démons. Quand un client anonyme le sollicite pour dévaliser une banque suisse réputée inviolable, il accepte de mettre sa bande impitoyable de psychopathes sur le coup. Mais bien entendu, rien ne va se passer comme prévu…

Sonja Delzongle – Thanatéa (Fleuve) 09/03

Sur cette île qui ne figure sur aucune carte, les morts sont rois.

Thanatea. Un nom qui sonne comme celui d’une femme ou d’une déesse. Un mot plutôt agréable, exotique, à condition de ne pas en connaître la racine grecque, thanatos, la mort. Le plus long des voyages. L’éternité.
Une autre qu’Esther aurait sûrement été refroidie, mais, durant ses années passées à la police judiciaire, elle a côtoyé la mort sous ses aspects les plus sombres, les plus violents. Un quotidien qui l’a usée, au point d’être prête à tout quitter pour rejoindre cette entreprise de pompes funèbres située au cœur du lac Léman. Et même si ce nouvel environnement s’annonce quelque peu macabre, au moins elle n’aura plus à voir les stigmates d’un meurtre sur la chair, les organes, les os. Là-bas, la mort sera un concept, du marketing, elle sera travaillée, pensée, enrobée dans du velours ou du satin. Là-bas, Esther espère trouver enfin la paix…

Kukafka Danya – Une exécution (Buchet Chastel) 09/03

Dans la tête d’un tueur en série, dans le cœur de ses victimes

Ansel Packer attend la mort, après avoir lui-même tué. Dans douze heures, il sera exécuté dans une prison américaine. Ansel ne veut pas mourir. Il veut être écouté, admiré, compris. À son monologue obsessionnel depuis sa cellule se superposent les récits de trois femmes : Lavender, sa mère, Hazel, la sœur jumelle de son épouse, et Saffy, l’enquêtrice, qu’il avait croisée plus jeune en foyer d’accueil. Alors que l’heure de l’exécution se rapproche, les destins des trois femmes se nouent à la manière d’une tragédie, laissant place à des questions d’une cruelle actualité. Qu’est-ce que cette fascination du tueur en série dit d’une société qui oublie ses victimes ?

Mélange étonnant de suspense et d’enquête socio-psychologique, Une exécution accomplit la prouesse de maintenir une tension constante alors que le coupable est désigné dès l’ouverture. Danya Kukafka excelle aussi bien dans la construction d’une intrigue impitoyable que dans le portrait de ses personnages. Chacun à leur manière, ils percent la page, nous étreignent et nous interrogent, nous émeuvent et nous dérangent tout à la fois.

Chung Bora – Lapin maudit (Matin calme) 09/03

Du glaçant, du stupéfiant, du terrifiant ; de l’inoubliable !

Un lapin envoûté qui dévore trois générations, une tête qui appelle sa mère depuis la cuvette des toilettes, des doigts glacés qui s’enfoncent dans la terre, un renard qui saigne de l’or, des cicatrices, des mots d’amour, du sang, un fantôme qui se hâte sur une grand-place de Pologne…

Maîtresse du réalisme magique, Chung Bora revêt dans ce Lapin Maudit les habits de la littérature de genre. Le lecteur pensera alors aux modèles féministes Margaret Atwood, Laura Kasischke et Cho Nam-joo. Et à Stephen King.

Sophie Loubière – Dernier parking avant la plage (Phénix noir) 13/03

Été 2003. Station balnéaire de Saint-Jean-de-Monts, en Vendée. Un adolescent disparaît… Puis deux, puis trois… Certains sont retrouvés, d’autres non. Qui les enlève ? Pourquoi ? Que sont devenus ceux dont on n’a jamais retrouvé la trace et comment expliquer le silence prostré des rescapés, surgis de nulle part ? Quel sombre trafic s’organise dans la discothèque La Maison Bleue ? 

Dans une ambiance faussement relax de village vacances, Dernier parking avant la plage aborde par le biais d’une intrigue minutieusement ficelée les thèmes contemporains et cruciaux de la disparition d’enfants, de la démission parentale et de l’adolescence qui se cherche. 

Nouvelle édition complètement revue par l’autrice

Andrée A. Michaud – Proies (Rivages) 15/03

UN BOURG, UNE FORÊT, UNE RIVIÈRE. TROIS ADOLESCENTS DU VILLAGE PARTENT CAMPER SEULS POUR
LA PREMIÈRE FOIS. LEURS VACANCES VONT TOURNER AU CAUCHEMAR.

Non loin du village de Rivière-Brûlée, trois adolescents, Judith, Abigail et Alexandre, partent camper dans la forêt. C’est l’été, ils se réjouissent de passer ces trois jours au grand air loin de leur famille. Le premier jour est idyllique. Le soir, à la veillée, ils se racontent des histoires de fantômes et jouent à se faire peur. Mais le lendemain, au retour d’une baignade dans la rivière, ils ont la nette impression que leurs affaires ont été déplacées. Ils sentent comme une présence autour d’eux sans pouvoir vraiment en identifier l’origine. Peu à peu, leurs peurs se concrétisent de la manière la plus effrayante. Et la nature exubérante se fait hostile quand leur vie est en jeu…

ENTRE EDEN LAKE ET DÉLIVRANCE, UN ROMAN QUI COMMENCE DANS LE MALAISE ET FINIT DANS L’EFFROI.

François Baranger – Ars Obscura, I, Sorcier d’empire (Denoël) 15/03

815. Napoléon Ier a conquis l’Europe grâce aux pouvoirs d’Élégast, un sorcier dont nul ne sait rien et qui est le seul capable de pratiquer l’Art Obscur : une forme de magie aussi puissante que terrifiante.
En dépit de la force militaire de la France, la population vit dans la crainte des bulles noires, ces manifestations surnaturelles violentes qui engloutissent les gens et libèrent des hordes de monstres semant la mort dans les campagnes.
Ludwig Arcerese, un mercenaire qui a tout oublié de son passé, s’est spécialisé dans la traque de ces créatures. Lorsqu’il croise la route d’Éthelinde Ordant, une étrange naturaliste recherchée par toutes les polices de l’Empire, celle-ci ne peut que constater l’impossible: Ludwig sait lui aussi faire appel aux forces de l’Art Obscur. Les deux marginaux vont unir leurs efforts afin de comprendre qui est cet effrayant sorcier, et quels sont ses noirs desseins.
Antique confrérie de mages, espions à la solde de l’étranger, mystérieuses entités ésotériques, comploteurs travaillant à la chute de l’Empereur, secte russe d’adorateurs d’un dieu sanguinaire… Chacun joue son rôle dans ce récit épique, les uns pour empêcher le monde de sombrer dans les ténèbres, les autres pour l’y plonger.

Michael F. Flynn – Connexions (Le Bélial’) 16/03

Sur Terre, aujourd’hui, ici et là.
Il y a ce truc sphéroïde reposant sur cinq… jambes ? Un monstre, quoi d’autre ? Quelque chose errant loin de son Nid. Et dont dépend la survie de ses pairs. Il y a cette femme aux cheveux blancs coupés très courts dans sa robe noire moulante qui vous regarde bizarrement, comme si elle en savait trop sur vous. Il y a celui-là, aussi, ce type à la mine morose. On le serait à moins : il se croit le génocidaire de sa propre civilisation. Et puis Stacey Papandreou, qui semble avoir traversé l’Histoire, sans coup férir. Et le lieutenant-colonel Bruno Zendahl, membre de la très sérieuse, très secrète, très fermée Ligue apkallu. Il arrive à Annie Troy de travailler pour lui. Froide comme l’acier, calculatrice, d’une logique implacable, Troy ignore le doute aussi bien que l’échec… Si tous ne se connaissent pas, tous sont liés. Par un enjeu qui les dépasse de beaucoup : la vie, le temps, l’univers et ses possibles…

Lucy Banks – Oiseau de proie (Belfond) 16/03

Tout le monde dit d’Ava qu’elle est un monstre.
Tout le monde sauf Ava.

Après vingt-cinq ans passés derrière les barreaux, celle que l’on surnomme ” l’Oiseau boucher ” est désormais libre. Enfin, libre, un bien grand mot pour cette quinqua qui doit désormais rendre des comptes réguliers à une conseillère désabusée, remettre ses émotions entre les mains d’un psy aigri et vivre sous une fausse identité dans une ville qu’elle ne peut quitter.
Heureusement, il y a Bill, son gentil voisin, un ancien SDF qui tente de se racheter auprès des siens. Un ami pour Ava, peut-être plus. Après tout, elle a payé sa dette, elle a droit au bonheur et rien ne saurait l’empêcher d’en profiter enfin.
Mais quelqu’un l’a reconnue. Un corbeau qui la menace, la pourchasse, réclame vengeance pour ses victimes. Qui peut bien être assez fou pour réveiller l’Oiseau boucher ?

Avec une prose qui évoque Lionel Shriver, Lucy Banks plonge son lecteur dans la psyché d’un personnage aussi fascinant qu’effrayant. Un roman noir très noir, intense et sidérant qui aborde de l’intérieur l’insécurité émotionnelle, l’humiliation et la folie.

Pétronille Rostagnat – Quand tu ouvriras les yeux (HarperCollins) 22/03

«  Maman, il faut cacher le corps.  »
 
Depuis son divorce, Marion sombre dans la dépression. Assommée de médicaments, elle réalise à peine qu’à 16 ans, sa fille Romane a bel et bien quitté l’enfance. Jusqu’au soir où Romane rentre à la maison en état de choc. Elle vient tout juste de réchapper d’une agression, et ses vêtements sont couverts de sang. Le sang de l’homme qu’elle a tué.
Marion est prête à tout pour protéger sa fille. Même à croire à sa version des faits, qui s’émaille pourtant chaque jour de nouvelles révélations. Mais Pauline Carel, avocate, compte bien faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé cette nuit-là.

Christiane Vadnais – Faunes (L’Atalante) 16/03

Il n’y aura pas de vivant sans dévoration.

« Laissant surgir d’outre-tombe les monstres du passé, les songes dessinent ce qu’Homo sapiens sapiens perçoit, obscurément, comme les menaces du futur. Ainsi peuplés de cataclysmes et de bêtes, les rêves constituent peut-être des réminiscences de peurs immémoriales, des rappels de la précarité du corps – cette machine gorgée d’eau et pourtant si vite noyée, ce prédateur si facilement dévoré. »

Premier roman de la Québécoise Christiane Vadnais, Faunes observe au microscope l’évolution du cataclysme en cours et estompe les frontières échafaudées de longue date entre l’homme et la nature.

Projet Décaméron (Fayard) 22/03

Quand la réalité dépasse l’imagination, seule la fiction peut lui redonner un sens.
 
En 1353, Boccace écrivait le Décaméron, recueil dans lequel un groupe d’hommes et de femmes se racontent cent histoires pour passer le temps après avoir fui la peste qui ravage Florence .
En mars 2020, les éditeurs du New York Times Magazine lancent le Projet Décaméron  : rassembler des récits de tous horizons au moment même où le monde se confinait. Vingt-neuf auteurs et autrices ont répondu à l’appel. Ces « nouvelles nouvelles  », selon l’expression consacrée, varient dans leur ton, leur forme, leur sujet : l’une nous plonge dans l’algorithme de Google, une autre dans un immeuble de New York peu à peu déserté, une autre encore nous fait quitter la planète Terre. Mais, par-delà leurs différences, chacune est un vibrant hommage au pouvoir de la fiction aux heures les plus incertaines.
 
Avec : Victor LaValle, Mona Awad, Kamila Shamsie, Colm Tóibín, Liz Moore, Tommy Orange, Leïla Slimani, Margaret Atwood, Yiyun Li, Etgar Keret, Andrew O’Hagan, Rachel Kushner, Téa Obreht, Alejandro Zambra, Dinaw Mengestu, Karen Russell, David Mitchell, Charles Yu, Paolo Giordano, Mia Couto, Uzodinma Iweala, Rivers Solomon, Laila Lalami, Julián Fuks, Dina Nayeri, Matthew Baker, Esi Edugyan, John Wray, Edwidge Danticat.

Shannon Burke – Black Flies (Sonatine) 23/03

Le réalisme de The wire allié à la frénésie de Bad lieutenant : un romn d’une intensité hallucinatoire, bientôt sur grand écran.

Lorsqu’il devient ambulancier dans l’un des quartiers les plus difficiles de New-York, Ollie Cross entre dans un enfer quotidien fait de scènes de crime, de blessures par balle et de crises de manque. Alors que ses collègues répondent à cette misère omniprésente par le cynisme, Ollie commet une erreur fatale : tenter d’aider les victimes auxquelles il a affaire. C’est le début d’une spirale infernale qui le conduira à un geste aux conséquences tragiques.

Ava Glass – Alias Emma (Les arènes) 23/03

Agente surdouée du MI6 britannique, Emma Makepeace doit exfiltrer en catastrophe un jeune médecin russe qui travaille dans un hôpital de Londres. Michael Primalov ignore que cette inconnue de vingt-cinq ans a pour mission de le soustraire à une équipe d’assassins diligentée par Moscou.
Les Russes ont envoyé leurs meilleurs agents et ils ont piraté les caméras de Londres, la capitale la plus surveillée du monde. Dans la ville endormie commence une folle course poursuite. Emma se bat pour garder Michael en vie, mais les Russes ont toujours une longueur d’avance.
Dans une intrigue menée pied au plancher, chaque page marque un rebondissement. Alias Emma est un roman d’espionnage d’aujourd’hui, salué par tous les maîtres du genre. Vous n’avez pas fini d’entendre parler d’Emma Makepeace.

Respirer le noir (HarperCollins – poche) 29/03

Barbara Abel, Franck Bouysse, Hervé Commère, François-Xavier Dillard, Chrystel Duchamp, R.J.  Ellory, Karine Giebel, Vincent Hauuy, Sophie Loubière, Jérôme Loubry, Dominique Maisons, Mo  Malø.

Des auteurs prestigieux, maîtres incontestés du frisson, nous entraînent dans une exploration sensorielle inédite autour de l’odorat.
Douze nouvelles originales, singulières et surprenantes, pour autant de voyages olfactifs à la découverte de mondes connus ou futuristes, de personnages terrifiants ou terriblement humains  ; douze expériences de lecture qui vous marqueront durablement de leurs effluves.
Plongez au cœur de ce dédale et laissez vos sens vous guider dans le noir.

Jane Harper – Les Oubliés de Marralee (Calmann-Lévy) 29/03

APRÈS CANICULE ET SAUVAGE, LA DERNIÈRE ENQUÊTE D’AARON FALK

Lors d’un festival dans une charmante petite ville viticole du sud de l’Australie, un bébé est retrouvé, seul, dans son landau. Tout le monde à Marralee connaît sa mère, Kim, beaucoup l’ont croisée ce soir-là et nul ne peut imaginer qu’elle soit partie en abandonnant son nouveau-né. Pourtant,  on ne la reverra jamais.

Présent le jour du drame, l’inspecteur Aaron Falk revient en ville un an plus tard pour rendre visite à son ami Greg Raco. À la demande de ce dernier, il va enquêter sur cette disparition. Il découvre que Raco et ses proches ont été touchés de près par cet évènement, que ce soit par les liens du sang, du mariage ou simplement d’amitié.

Au gré des versions bien différentes que lui livrent les gens et des secrets révélés, Falk va peu à peu démêler les fils de cette affaire jusqu’à en dévoiler l’issue dramatique.

Un roman policier subtil et atmosphérique par la virtuose Jane Harper, star incontestable du polar australien.

Peng Shepherd – Les Cartographes (Albin Michel) 29/03

Nell a perdu ses deux parents. Sa mère trente ans plus tôt, et maintenant son père, le Dr Young, un célèbre cartographe de la New York Public Library qui vient d’être retrouvé mort dans son bureau.
Elle l’adorait, elle voulait embrasser la même carrière que lui, mais parfois la famille c’est très compliqué. En fouillant dans les affaires du défunt, elle trouve, bien cachée, une carte routière a priori sans grand intérêt. Sauf que Nell se souvient parfaitement de cette maudite carte. Elle lui a valu une engueulade homérique et lui a coûté sa place, auprès de son père.
Intriguée, elle reconstitue avec un regard neuf ce vieil incident et ne tarde pas à se rendre compte que le document est aussi rare que précieux. Il comporte une erreur singulière, une signature pour ceux qui sont initiés à l’art de la cartographie. Pour percer ce mystère, Nell contacte certains amis de ses parents. Trente ans plus tôt, ils formaient un groupe de sept personnes, très soudé : les Cartographes.
Qu’ont-ils découvert ?
Quels crimes ont-ils commis contre la réalité ?

Après l’apocalypse magique du Livre de M, Peng Shepherd confirme tout son talent de romancière avec ce thriller surnaturel et culturel, qui lui vaut à nouveau d’être comparée à Stephen King (nous, Européens, rapprocherons plus volontiers Les Cartographes de l’œuvre d’Arturo Perez-Reverte).

Neal Stephenson – Choc Terminal, tome 2 (Albin Michel) 29/03

Marin Ledun – Free Queens (Série noire) 30/03

Bouleversée par le témoignage d’une prostituée nigériane, la journaliste Serena Monnier se rend à Lagos pour enquêter. Guidée par les militantes de Free Queens, une ONG qui lutte pour le droit des femmes, Serena découvre vite l’ampleur effarante des réseaux criminels qui prospèrent grâce à la prostitution. Pire, que des multinationales en font, au vu et au su de tous, une arme commerciale particulièrement efficace.
Si Leur âme au diable dénonçait les pratiques amorales des fabricants de tabac, Free Queens, le nouveau formidable thriller politique de Marin Ledun, s’intéresse à un industriel de la bière qui vend le corps des femmes pour mieux écouler ses produits. Mais cette fois, au cynisme capitaliste et à la corruption politique, l’auteur oppose l’incroyable courage de femmes unies pour défendre leurs droits et prêtes à tout pour se faire respecter.

Philippe Cavalier – Le Parlement des instincts (Anne Carrière) 31/03

1582, grand-duché de Toscane. Ilario d’Orcia apparaît sur la scène du monde. Non par la grande porte, mais par l’entrée la plus discrète qui soit. Cela convient à sa morphologie, puisque sa taille ne dépassera jamais celle d’un enfant. Mais si son corps est minuscule, son intelligence est vive et son appétit de connaître impérieux.

Moinillon, peintre, ermite, médecin ou prophète, Ilario par­court une Europe où se flétrissent les grandioses espérances d’une Renaissance désormais moribonde. De Venise à Rome et de Malte à Prague, c’est l’avènement du Baroque, un âge d’ambi­tions, de découvertes et d’excès. C’est le temps de Kepler, de Faust et du Caravage, une parenthèse sensuelle et dangereuse où tous les futurs se trouvent possibles, au point même qu’un contrefait peut se rêver doge de la plus belle cité qui fut jamais.

Voyage gigantesque et frénétique accompli par un tout petit homme, Le Parlement des Instincts est une épopée fabuleusement généreuse et inventive, une expérience de lecture colossalement immorale dont les férocités joyeuses exaltent le souffle du lan­gage, la puissance du rire, la force de l’art et le simple bonheur d’exister !

AVRIL

Victor Guilbert – Brouillard (Hugo) 05/04

Avant de mourir, il a eu le temps de dissimuler, dans le fatras de décors et accessoires de scène, un mystérieux objet que la CIA comme la DGSE veulent récupérer. Suspectant que l’identité de nombre de leurs agents est tombée entre les mains des renseignements américains à cause de cet espion décédé soupçonné de trahison, les services secrets français veulent envoyer un inconnu hors du circuit pour récupérer l’objet caché. 
Or, Marchand a eu le temps de griffonner un nom avant de pousser son dernier soupir : « Boloren ». Comme le nom de cet ancien flic, Hugo Boloren, qui s’ennuie dans sa formation de zythologue (« c’est comme œnologue mais pour la bière ») dans un petit village de montagne. Le colonel Grosset, haut gradé de la DGSE et cousin de l’ancien commissaire d’Hugo Boloren, va donc le convaincre de partir à New York, de s’infiltrer dans le Edmond Theater, d’identifier et de récupérer l’objet caché. 
À son arrivée, Hugo va découvrir le monde étrange de ce théâtre de Broadway dirigé par une équipe de Français aux nombreux secrets… L’intransigeant Felix, le gardien trisomique de la réserve d’accessoires, un directeur exhibitionniste, une régisseuse qui ressemble à Mary Poppins, un éclairagiste aveugle, un perroquet alcoolique, une vieille actrice qui a perdu la tête, un janitor de Harlem qui parle français avec l’accent d’un lord anglais, sans compter Clara Colombo, l’agent de la DGSE à peine majeure qui veille sur Hugo de loin, et Germain Jary, l’ancien consul qui tire les ficelles dans l’ombre… 
Toute cette petite foule évoluant dans un New York plongé dans une brume inquiétante et tenace dont on murmure qu’elle ne serait pas totalement naturelle. Et même si le colonel Grosset lui rappelle que sa mission se limite à retrouver l’objet caché et le rapporter en France, la petite bille qu’Hugo a dans la tête lui souffle de regarder plus loin. Qu’est-ce qu’un agent de la DGSE faisait dans le sous-sol de ce théâtre ? Pourquoi tout le monde est intéressé par cette montagne d’accessoires poussiéreux ? Est-ce vraiment un agent de la CIA qui a assassiné Marcel Marchand ? Pourquoi a-t-ilécrit ce nom de « Boloren » avant de mourir ? Hugo va avancer à tâtons dans le brouillard de son enquête, dans le brouillard de sa vie personnelle et dans le brouillard de la ville de New York… Alors qu’au milieu de ces brouillards, la tragédie re, prête à frapper Hugo Boloren de plein fouet.

Michelle Min Sterling – Camp zero (Bragelonne) 05/04

Amérique du Nord, 2049. Les températures atteignent des niveaux intolérables et l’industrie pétrolière s’est effondrée. Les plus fortunés habitent dans la Cité flottante, une île artificielle, tandis que le reste de la population continentale lutte pour survivre. Embauchée comme hôtesse dans un club privé de la Cité, Rose espère enfin se diriger vers un avenir meilleur.

À Blanche Alice, une station de recherche datant de la guerre froide, des combattantes hautement qualifiées mènent une mission de surveillance climatique. Mais les termes de cette mission deviennent de plus en plus étranges au fil du temps…

Dans le Grand Nord canadien, Camp Zéro se construit peu à peu. Profitant d’un climat encore vivable, cet endroit doit marquer l’avènement d’une nouvelle façon de vivre. Pour Grant, professeur de littérature exilé, c’est l’occasion d’expier le sinistre héritage de sa famille.

Chacun suivant ses propres objectifs, à qui faire confiance ? Accepter l’amour pourrait-il s’avérer le choix le plus radical ?

Pierre Lieutaghi – Montée des Eaux (Actes sud) 05/04

Un matin de fin d’été, les habitants d’un petit village des Alpes se réveillent avec vue sur un golfe immense : les montagnes sont devenues des îles éparses, au loin, et toutes les vallées sont noyées. Très vite, la petite communauté épargnée va devoir réapprendre à vivre uniquement avec les ressources locales, en misant sur la confiance et la force du collectif.

Agathe Portail – Les Âmes torrentielles (Actes Sud) 05/04

Alma, jeune employée tehuelche d’une grande exploitation agricole, a pour mission d’assurer le transfert d’un troupeau de chevaux, en compagnie du gaucho qui les vend. Chevauchant leurs montures dans les contrées patagoniennes, ces deux solitudes vont apprendre à se connaître, à braver les difficultés et leur passé qui les rattrape sans crier gare. Sans compter qu’un barrage, tout proche, est sur le point de céder… Un périple tout en tension en Amérique du Sud.

Mo Malo – La Breizh Brigade, ni français ni bretons (Les escales) 06/04

La Breizh Brigade reprend du service ! Un puzzle est à reconstituer, avec en son cœur une victime inattendue : le maire de Saint-Malo.

L’irrésistible trio Corrigan est de retour : Maggie, Louise et Énora continuent de s’occuper de leur manoir et de leurs hôtes avec soin, restant toutefois à l’affût d’une nouvelle enquête. Elles se retrouvent avec du pain sur la planche le jour où une puissante déflagration secoue la baie, pulvérisant un bateau.
Que s’est-il passé ? Les Malouins ne sont pas au bout de leur surprise quand ils découvrent que nul autre que le maire de Saint-Malo est la victime de cette attaque. La Breizh Brigade est sur le coup, bien décidée à élucider cette affaire.

Page Comann – Outaouais (M+) 06/04

Des côtes déchiquetées d’Irlande jusqu’aux immensités enneigées du Québec, le vent de l’Outaouais souffle ses tempêtes et ses blizzards. Les hommes se révèlent plus violents encore que la nature la plus sauvage. Larguez les amarres et chaussez les raquettes .L’Outaouais vous attend. L’amour et la mort aussi. 

Sous le pseudo collectif de Page Comann, Ian Manook et Gérard Coquet signent ici un époustouflant roman d’aventures et de passions servi par une écriture d’une irrésistible puissance romanesque.

Bernard Minier – Un œil dans la nuit (XO) 06/04

Un réalisateur culte de films d’horreur, retiré du monde au fond de ses montagnes…
Misanthrope, arrogant, fou.
Un nom qui fait pourtant se pâmer tous les étudiants en cinéma.
Et une série de meurtres abominables qui pourrait bien trouver son origine dans un film maudit…
Martin Servaz va être confronté à la plus grande énigme de sa carrière !

Cécile Cabanac – Le Chaos dans nos veines (Fleuve) 06/04

N’oubliez jamais que n’importe qui peut se rendre coupable du pire…Trois heures du matin, dans une maison isolée à proximité d’un étang à Prigonrieux, Brisseau découvre le cadavre d’une femme. Aussitôt, une hypothèse se dessine : suicide. Pour ce capitaine fatigué du métier, le soulagement est intense, l’enquête devrait être bouclée sans difficulté. Pourtant, très vite, tout se complique.
Un second corps est retrouvé à la cave, flottant dans une cuve d’acide. Et la première victime se révèle être une ex-flic. Une flic…

S.A. Cosby – La Colère (Sonatine) 06/04

Un état des lieux sans concession de l’Amérique des marges.

Ike Randolph est noir. Buddy Lee Jenkins est blanc. En Virginie-Occidentale, cela revient à dire que tout les oppose. Ils ont pourtant été tous les deux pareillement lamentables en dénigrant avec la même violence l’homosexualité de leurs fils, maintenant mariés l’un à l’autre. Alors, quand Isiah et Derek sont assassinés, la douleur a un goût de culpabilité”. Qui a tôt fait de se transformer en colère, un colère viscérale, qui réclame un exutoire.

Rakel Haslund – Après nous les oiseaux (Robert Laffont) 06/04

La nouvelle voix enchanteresse de la science-fiction danoise, Prix Michael Stunge

Quelque chose est arrivé. Le monde est en ruine. Il ne reste qu’une survivante. Assoiffée de grand air et de large, elle doit s’aventurer hors de ses repères. Dans l’oubli hypnotique du monde d’avant, elle marche, sans s’arrêter, jusqu’à apercevoir la mer. Bientôt elle sent son identité lui échapper. La nature a repris ses droits. Comment vivre désormais ?

Maren Uthaug – Une fin heureuse (Gallmeister) 06/04

Comme sa mère, son grand-père et tous les hommes de la famille avant lui depuis sept générations, Nicolas est croque-mort et adore son métier. Il tient désormais les rênes de la florissante entreprise familiale. Pourtant, il s’apprête à prendre la décision la plus difficile de sa vie. En plus d’un héritage déjà bien lourd à porter, le voici à présent obsédé par des pulsions inavouables. Tandis qu’il emmène ses deux enfants en voyage, Nicolas tente de comprendre sa part d’ombre et retrace l’histoire de cette lignée d’excentriques au service des défunts. D’une île perdue au milieu de l’océan Pacifique au XIXe siècle, berceau de leur généalogie, à l’actuelle Copenhague, se dessine une incroyable saga familiale où les gènes décident de l’avenir de chacun. Car la question se pose : une dynastie qui vit des morts depuis des siècles peut-elle vraiment connaître une fin heureuse ?
Maren Uthaug réinvente la saga nordique, en l’épiçant d’humour noir et de provocation. 

Adeline Dieudonné – Reste (L’iconoclaste) 06/04

Je ne suis pas certaine d’avoir pleinement saisi ce qui m’est arrivé, ni ce qui m’a conduite à agir comme je l’ai fait. Certains matins, tout me semble limpide. À d’autres moments, je me vois comme un monstre, une créature que je ne reconnais pas, qui m’aurait possédée dans un instant de vulnérabilité. Mais je crois que cette image vient du regard des autres.
J’ai fait ce que je pouvais.
Il n’y a pas de morale à cette histoire. Tout ce que je sais, c’est que je vous dois les faits. Je vais donc m’attacher à les relater pour vous, et sans doute aussi pour moi, avec toute la précision dont je suis capable. Ils m’emmèneront sur des territoires obscurs, dans les marécages de ma conscience et, pour quelques secondes encore, contre la peau de M. 

Anne Fakhouri – Trois battements, un silence (Argyll) 07/04

Difficile d’échapper à son héritage familial quand, comme Marco Delusi, on grandit au sein d’une famille dysfonctionnelle dans laquelle être un homme signifie haïr les femmes. Seul son oncle Ray lui montre de l’affection et l’initie à la magie du monde et de celles et ceux qui le peuplent, habitants de l’ombre autant que de la lumière.
Après la mort de Ray, Marco vit à l’écart du monde. Celui-ci se rappelle toutefois à son bon souvenir quand son fils disparu huit ans plus tôt revient dans sa vie. Ce retour laisse alors surgir un passé qu’il préférait oublier.
Pour sauver son garçon, Marco sait qu’il lui faudra mettre fin à la malédiction qui pèse sur les hommes de sa famille et accorder son cœur au rythme des autres. Pourquoi pas à celui de Hannah, son premier amour…
Le temps, peut-être, de trois battements et d’un silence.

Ophélie Cohen – Suspicion(s) (Phénix noir) 10/04

Aaron est un petit garçon plein de vie, rêveur et heureux. Le jour de son dixième anniversaire, son monde s’écroule lorsque son père quitte la maison. Rachel est une mère aimante et une épouse dévouée. Elle perd néanmoins pied lorsque, Hugo, son mari abandonne leur foyer pour se réfugier dans les bras d’une autre femme. Hugo aimait Rachel à la folie. Mais la routine a eu raison de ses sentiments. Sans penser aux conséquences de son acte, il retrouve le frisson de la passion dans les bras de Marie. Nathalie est brigadier-chef. Au menu de son quotidien, violences conjugales, agressions sexuelles et abandon de famille. La découverte d’un corps sans vie, dans le bois de Lèves, va bousculer toutes ses certitudes. Elle se jette corps et âme dans cette affaire, mais en sortira-t-elle indemne ?

Quatre personnages. Quatre points de vue. Une histoire sombre. Saurez-vous démêler le vrai du faux de cet enchevêtrement familial ?

Stephen King – Conte de fées (Albin Michel) 12/04

Charlie Reade ressemble à un lycéen ordinaire, sportif et bon élève. Mais il porte un lourd fardeau : sa mère a été tuée dans un accident avec délit de fuite quand il avait dix ans, et le chagrin a poussé son père à boire. Charlie a appris à en prendre soin.
À dix-sept ans, Charlie fait la connaissance d’un chien, Radar, et de son maître vieillissant, Howard Bowditch, un reclus qui vit dans une grande maison au sommet d’une colline, avec une remise fermée à clé dans le jardin, de laquelle des sons étranges sortent parfois.
Charlie commence à effectuer des travaux pour M. Bowditch et s’attache à Radar. Lorsque Bowditch meurt, il laisse à Charlie son héritage et une cassette racontant son extraordinaire histoire, le secret de toute sa vie : à l’intérieur de la remise se trouve un portail vers un autre monde… dans lequel Charlie va s’aventurer.

Solène Bakowski – Ce que je n’ai pas su (Plon) 13/04

Hélène, la quarantaine, est enseignante. Avec Paul, un écrivain célèbre, elle a filé le parfait amour pendant dix ans. Jusqu’au jour où il a disparu, sans laisser d’adresse. 

Un an plus tard, le téléphone sonne. Paul s’est tué en voiture, ses obsèques ont lieu le lendemain. Guidée par le besoin de comprendre, Hélène décide de s’y rendre. Elle va découvrir que Paul était, en réalité, un sublime inconnu… 

Roman du grand amour et de la liberté, Ce que je n’ai pas su évoque avec une infinie délicatesse le pouvoir de la littérature et la joie retrouvée.

Franck Bouysse – Pur sang (Phébus)

Sous un ciel de crépon, ils pénétrèrent dans la forêt. Une forêt qui était toutes les forêts à la fois ; là où le sacrifice n’ était pas un vain mot et où la mort était féconde.

Elias a grandi à Eden Creek dans le Montana. Élevé par un couple d’Indiens descendant de la tribu des Rêveurs, il croit son destin lié à ce monde. Mais avant de mourir, pour s’alléger d’un poids trop lourd, Mama Tulssa lui fait une révélation qui va bouleverser le cours de son existence.

Elias s’envole alors pour la France où l’attend une terrible vérité, le secret de ses origines.

Gaëlle Perrin-Guillet – Temporis (Des livres et du rêve) 15/04

Londres, 1890. L’Étouffante a ravagé la capitale, laissant derrière elle des centaines de morts et autant d’orphelins.

Dans un monde apocalyptique déchiré entre les riches et les pauvres, Enora tente de contourner les règles qui lui sont imposées.. Lorsqu’elle trouve le corps inanimé d’un jeune homme, blessé par une machine d’un autre temps, sa vie bascule, l’histoire lui appartient enfin.

La mission est périlleuse : changer le passé pour réécrire l’avenir. Prendra-t-elle la bonne décision ? Va-t-elle y survivre ?

Les voyages dans le temps… Impossible ? Pas pour Gaëlle Perrin-Guillet qui s’essaye avec aisance au steampunk.

Benjamin Stevenson – Tous les membres de ma famille ont déjà tué quelqu’un (Sonatine) 20/04

Vous aimez Agatha Christie et À couteaux tirés? Vous allez adorer le whodunnit australien dont tout le monde parle !

Je redoutais cette réunion de famille des Cunningham avant même le premier meurtre. À peine la tempête s’est-elle abattue sur notre hôtel perdu au milieu des montagnes que déjà la neige – et les cadavres – s’amoncelait. Il faut dire que nous, les Cunningham, on a du mal à se supporter les uns les autres. Je crois que nous n’avons qu’une seule chose en commun : chacun de nous a déjà tué quelqu’un.

Olivier Bal – Roches de sang (XO) 20/04

2019, Londres. Dans un appartement donnant sur la Tamise, la police retrouve le cadavre d’un homme égorgé. Un milliardaire serbe. L’agent d’Europol, Marie Jansen qui enquêtait sur lui, est intriguée par une inscription tracée en lettres de sang : ” Che la mia ferita sia mortale “. Marie, qui a grandi en Corse,. sait ce que veulent dire ces mots : “Que ma blessure soit mortelle”. Commence alors pour elle une terrifiante enquête qui l’amènera jusqu’au repaire du parrain, le “balafré’.

1993, Corse. Après avoir fui son île, Ange Biasini est obligé de revenir en Corse. Il y retrouve son jeune frère, Théo, qui la besoin de ses talents d’ancien apnéiste professionnel pour monter une série de cambriolages pas comme les autres : trois braquages de yachts de milliardaires. Sauf qu’ils vont se retrouver confronter à ce qu’ils n’auraient jamais du voir…

John Scalzi – La Société protectrice des Kaijus (L’Atalante) 20/04

Ils sont GROS
Ils sont MÉCHANTS
Ils sont MENACÉS D’EXTINCTION

Jamie accepte immédiatement le job que Tom, une ancienne connaissance, lui offre. Travailler pour une société protectrice d’animaux plutôt que livrer des repas est une veine.
Seul problème, les animaux concernés sont des kaijus.
Or, si ces monstres sont les êtres les plus gros et les plus dangereux de cet univers, ils ont besoin d’aide pour survivre, car des entreprises peu scrupuleuses voudraient les exploiter.
Tous ceux qui ont vu Jurassic Park savent que c’est une mauvaise idée…



Catégories :Littérature

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

24 réponses

  1. Aude Bouquine – « Lire c’est pouvoir se glisser sous différentes peaux et vivre plusieurs vies. » Ici, je lis, je rêve, je parle de mes émotions de lectures, avec des mots. Le plus objectivement possible. Honnêtement, avec respect. Poussez la porte. Soyez les bienvenus dans mon univers littéraire.

    Catastrophe…. + 3 en mars, +2 en avril… en plus de ma propre liste déjà énorme ! J’aime quand tu nous déniches des livres que personne ne trouve 😉 (oui, je sais, nous ne savons pas où chercher 😁)

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      tu es raisonnable, ça va, ahah ! C’est bien l’intérêt de cet exercice, nous donner envie mutuellement, parfois en allant vers d’autres terrains de jeu

  2. Light And Smell – Amoureuse des mots et des livres, je lis beaucoup et à peu près de tout. C'est donc tout naturellement que j'ai ouvert un blog littéraire pour partager cette belle et dévorante passion.

    ça va être difficile d’être raisonnable ces prochaines semaines 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      ce sera très compliqué, en effet 🙂

  3. Que de tentations 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      mois chargés de l’année 😉

  4. Eh bien quel programme !
    Rien qu’à lire les résumés j’ai la tête qui tourne, alors je n’ose imaginer l’état de la tienne qui les a tous lus…

  5. Ohlàlà, c’est terrible, j’ai envie d’en lire les trois quarts au moins !

  6. Yves GIGAULT – Dax (France) – Retraité de la fonction publique... comme officier supérieur de la Gendarmerie Nationale. Passionné de polar mais aussi des arts énergétiques Chinois, de la médecine chinoise. Pratiquant assidu de Taiji Quan style Yang et du Qi Qong (l'un des piliers de la MTC). Je donne bénévolement des cours au sein d'une association. Proche des Pyrénées et du Pays Basque je parcours avec mon épouse, tous les sentiers répertoriés de l'Atlantique jusqu'au Pic du Midi. Par ailleurs cycliste chevronné nous sillonnons nos belles contrées dès les beaux jours.

    Superbe liste j’en ai noté un paquet ! et je garde le mail pour avril… merci 🙏

  7. Que de tentations !!!

  8. Merci pour le rappel !

  9. Et dire que je suis en no buy et je lis ce post…. je me fais du mal… Niko Tackian, Ophélie Cohen, Solène Bakowski, Salvatore Minni, Chrystel Duchamp, Cyril Carrère…. que du bon en perspective…

  10. Collectif Polar : chronique de nuit – Simple bibliothécaire férue de toutes les littératures policières et de l'imaginaire.

    Oh punaise, j’en avais déjà noté quelques-uns mais voilà que ma liste s’allonge, je ne vais pas arriver à tous les lire et encore moins à les chroniquer.
    Mon dieu tout cela n’en fini jamais ?

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      infernal, hein ? 😉

  11. Nath - Mes Lectures du Dimanche – Livres, ongles & Rock 'n Roll

    Quelques tentations… d’autres qui viendront sûrement au fil des chroniques 😬. De toute façon, c’est pareil tous les mois : déferlement de tentations ! 😅

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      les mois de mars et avril sont quand même particulièrement chargés (trop)

  12. belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

    Et moi qui me vantait d’avoir été raisonnable, sur la page des sorties de mars de La Petite Souris… :/

    Maurice, tu pousses le bouchon un peu trop loin !!! 😆

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Je sais, Gertrude, je sais ! 😉

  13. J’en suis à 9 en me restreignant, aïe !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      un minimum ! 😉

  14. Merci pour cette belle sélection.

Rétroliens

  1. Une sélection des sorties littéraires de mars et avril 2023 – Amicalement noir

Laisser un commentaireAnnuler la réponse.

%%footer%%