L’inconnue de la Seine – Guillaume Musso

Il n’y a que ceux qui ne le lisent pas qui pensent que Guillaume Musso écrit toujours le même livre. Il n’y a qu’à comparer cette Inconnue de la Seine avec ses deux précédents romans, par exemple, pour s’en rendre très vite compte.

Oui, il aime mettre en scène des écrivains mais la différence saute vite aux yeux en terme d’écriture. La plume de celui-ci se veut plus alerte, plus enlevée et moins soutenue. L’ambiance s’en ressent immédiatement et est tout autre.

Vrai polar

Le roman est un vrai polar, ce qui est loin d’être le cas de tous ses livres. Le suspense se déploie au sein d’un vraie enquête policière, aux cotés d’une flic placardisée. Qui va tomber sur une étrange affaire dont personne ne se soucie vraiment. Et qui va prendre des proportions étonnantes, inattendues.

Car derrière ce qui semble être un fait divers, se cache une machination dont les ramifications sont insoupçonnées, insoupçonnables.

Une intrigue plus directe, donc, plus rythmée. Pas de temps mort. Et la cadence est renforcée par cette belle idée d’entrecouper certains chapitres d’illustrations, photos et faux articles de presse.

Ce qui n’est pas inconciliable avec du fond. Une mythologie réincarnée, pour une histoire qui prend racine très loin, et creuse bien plus profond qu’il n’y paraît.

Pas toutes les clés

Musso n’a plus rien à prouver, c’est un conteur hors pair qui ne se satisfait pas de la même rengaine. Même quand il propose un roman moins fignolé psychologiquement comme ici, sa manière de construire les personnages reste très intéressante. A l’image de sa flic de tempérament. Et de l’autre personnage principal, un écrivain (il en fallait bien un), aussi énigmatique que déboussolé.

Du coup, l’alternance des narrations fonctionne bien, apporte encore davantage de variété aux battements du récit. Et puis, ça permet à l’auteur de s’amuser avec les caractères, ainsi que de lancer quelques piques bien senties. Toujours accompagnées des citations bien amenées et pas gratuites.

L’écrivain ne donne pas toutes les clés, on est parfois dans le non-dit. Une manière aussi de stimuler l’imagination à travers cette intrigue plutôt étonnante. Avec une fin surprenante.

L’inconnue de la Seine est un roman haletant, plus rythmé que ses précédents. Une belle preuve que Guillaume Musso sait maîtriser les codes du polar tout en les adaptant à son univers.


Yvan Fauth

Date de sortie : 21 septembre 2021

Éditeur : Calmann-Lévy

Genre : Polar / Suspense

4° de couverture

Par une nuit brumeuse de décembre, une jeune femme est repêchée dans la Seine au niveau du Pont-Neuf. Nue, amnésique, mais vivante. Très agitée, elle est conduite à l’infirmerie de la préfecture de police de Paris… d’où elle s’échappe au bout de quelques heures.

Les analyses ADN et les photos révèlent son identité : il s’agit de la célèbre pianiste Milena Bergman. Mais c’est impossible, car Milena est morte dans un crash d’avion, il y a plus d’un an.

Raphaël, son ancien fiancé, et Roxane, une flic fragilisée par sa récente mise au placard, se prennent de passion pour cette enquête, bien décidés à éclaircir ce mystère : comment peut-on être à la fois morte et vivante ?



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

1 réponse

  1. C’est vrai qu’il y a un clan pro et anti Musso, moi perso, je me fie à mes envies de lecture, et là, tu as quand même éveillé ma curiosité 😏

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :