Les filles mortes ne sont pas aussi jolies – Elizabeth Little

Ce que j’aime chez elle, c’est le ton. A l’image du titre français de son deuxième roman (qui est en fait une phrase tirée du livre). Dans le sous-genre du thriller psychologique, qui se répète sans cesse et où tout se ressemble, Elizabeth Little marque son territoire dès les premières pages avec son écriture dynamique, mordante, souvent sarcastique et bourrée de traits d’esprit.

Rare

Deux romans en six ans, l’autrice américaine n’est pas du genre à empiler les titres au kilomètre, gage d’une volonté de prendre son temps pour écrire des histoires qui sortent du lot, et de donner corps à des personnages forts.

Après le formidable Les réponses, cette nouvelle histoire nous plonge dans le monde du cinéma. Un univers dévoyant, qu’elle décrit de l’intérieur, avec ses codes et son ambiance si particulière. Rien que pour cette plongée cinématographique, ça en vaut la peine.

Mais le roman cumule bien d’autres qualités. L’intrigue est vraiment originale. Une sorte d’enquête improbable sur un ancien meurtre, et le film qui est sensé raconter les faits jusqu’à prouver qui est le tueur pourtant jamais appréhendé.

L’écrivaine a une approche intelligente, n’abusant jamais de rebondissements à outrance, et prenant le temps nécessaire pour construire son intrigue. Elle n’en devient que plus immersive, avec un sentiment de paranoïa qui s’amplifie au fil des pages. Une vraie ambiance, sans violence inutile.

Punchlines

Oui, ce qui frappe et secoue le plus, c’est ce style, cette écriture jouissive qui met un lumière une protagoniste principale, limite misanthrope alors qu’elle vit dans le monde de la lumière.

Des punchlines de pages en pages, à travers les pensées et les ressentis du personnage (le roman est écrit à la première personne).

Deux citations parmi d’autres, tant le livre en est formidablement truffé, qui démontrent bien cet humour noir omniprésent (et dépressif) de Marissa Dahl :

« Elle a des cils tellement épais que je parie qu’elle pourrait en donner la moitié au profit des enfants cancéreux et quand même servir de modèle pour une pub Maybelline. »

« Il est injuste de présumer que les gens beaux manquent de substance. Les mannequins sont aussi des personnes. Je l’ai lu quelque part. »

Peinture au vitriol

Une Marissa, monteuse de films de son état, qui va aller au-delà de son caractère introverti pour déterrer des secrets étonnants. Un personnage qu’on adore maudire, et qu’on se retrouve assez vite à aimer vraiment par ses failles et ses doutes.

Les filles mortes ne sont pas aussi jolies est un thriller psychologique singulier, truculent. Une peinture au vitriol du monde du cinéma, vu de l’intérieur, au travers d’une intrigue passionnante.

Elizabeth Little est décidément tout d’une grande dans ce monde aseptisé du thriller psychologique. Une vraie voix, une vraie plume, jubilatoire et corrosive.

Yvan Fauth

Date de sortie : 22 octobre 2020

Éditeur : Sonatine

Genre : Thriller / roman noir

4° de couverture

« Donnez-moi un film, et je trouverai la vérité. »

Au départ, elle n’a rien d’une enquêtrice. Timide, un brin asociale, elle s’efforce d’éviter les ennuis. Marissa Dahl est surtout une étonnante monteuse de films. Engagée sur un long métrage dont le tournage a lieu sur Kickout Island, elle fait la connaissance du metteur en scène Tony Rees, réputé pour son comportement tyrannique.

Très vite, elle comprend que quelque chose ne tourne pas rond : une atmosphère de secrets et de paranoïa, des acteurs persécutés… Le film reconstitue une histoire vraie, celle du meurtre non élucidé, vingt ans plus tôt, de Caitlyn Kelly. Pourquoi un tel projet ? Marissa n’en sait pas assez. Elle veut en savoir plus, bientôt elle en saura trop. Alors, il sera trop tard pour revenir en arrière…



Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

5 réponses

  1. Je dois avouer qu’une nouvelle fois, tu titilles ma curiosité 😏

  2. J’aime déjà Marissa. Merci à toi Yvan. 🙏❤️

  3. Décidément, à chaque fois que ma pile diminue un peu, tu arrives à point pour y remédier.
    Je vais devoir emprunter une vie à mon chat si ça continue comme ça !

  4. Je suis d’accord avec Nath, ta critique est alléchante et donne envie. Mes soirées (parfois même un peu mes nuits !) ne sont pas assez longues afin de découvrir toutes ces histoires…et je sais que si tu as aimé …il y a de grande chance que j’adhère aussi 😉 Je me demande parfois si mon engouement à dévorer un livre en 2 ou 3 soirées n’est pas quelque peu irrespectueux vis à vis de l’auteur qui lui a pris pris tout son temps pour nous faire plonger dans son univers !!
    VIrginie

  5. UN autre à ajouter à ma liste de découverte … merci et très bon weekend

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :