Impact – Olivier Norek

Impact : Fait pour un corps de venir en frapper un autre – Trace qu’un projectile laisse à l’endroit qu’il a heurté – Effet produit par quelque chose ; contrecoup, influence – Influence exercée par quelqu’un, par ses idées (définitions du Larousse).

Si vous vous questionnez sur le titre du nouveau roman d’Olivier Norek et en cherchez le(s) sens, voilà des définitions qui correspondront parfaitement.

Choc politiquement incorrect

Impact est un choc, d’une violence rare, qui laissera des traces indélébiles. Un texte qui va vous remuer comme jamais et vous faire sacrément cogiter. Et, à titre personnel, j’espère que cela influera vos comportements, et jusqu’à votre manière d’être.

A l’heure du formatage et du politiquement correct, l’auteur sort des clous ; jusqu’au-boutiste. Ce livre n’est pas qu’un thriller, c’est une bombe à fragmentation. La bombe humaine, c’est l’arme de demain, enfantée du monde elle en sera la fin…

Est-on encore dans la fiction ? Clairement oui, c’est une enquête, avec du rythme, des acteurs. Mais rarement la frontière avec la réalité n’aura été aussi poreuse, fissurée, explosée. Parce que le lecteur devient lui aussi irrémédiablement acteur (sauf à n’avoir aucune âme).

Brutal – Vital

Vous n’avez jamais lu un livre pareil. Vous. N’avez. Jamais. Lu. Un. Livre. Pareil.

Pas de circonvolutions, c’est brut. Brutal. Vital.

Le citoyen Norek a compris beaucoup de choses, l’écrivain Norek a tout compris. Dans la forme et dans le fond, ces trois-cents et quelques pages resteront en mémoire. Court, car on ne perd pas de temps quand on n’en a plus. Qu’il serait bon que ce texte ne reste pas qu’une remembrance, mais donne lieu à une vraie prise de conscience.

Des messages sous la forme d’une pluie de grêlons, un propos libre et osé, dans une fiction qui a bien davantage de poids et d’impact que n’importe quelle thèse ou étude sur l’état du monde (écologique et économique).

Parce que le livre y inclus un ingrédient essentiel : l’émotion. Elle n’est pas toujours mauvaise conseillère quand elle est en prise directe avec les faits et les arguments.

J’accuse

Impact est une sorte de J’accuse du XXIème siècle. Pas tout à fait les mêmes cibles, mais c’est l’engagement d’un écrivain pour dire haut et fort ce qu’on veut cacher et dévoyer.

Tous les plantigrades en prennent pour leurs grades, patrons, actionnaires, politiques, juges, flics, citoyens… La responsabilité est clairement inégalement à répartir, mais elle est tout de même commune.

Et l’intrigue dans tout ça ? Elle est parfaitement bien menée, limpide comme l’est l’ensemble des propos du roman. Faire dans l’efficacité, quand l’histoire le demande, n’est pas un argument pour juger de la qualité littéraire d’un texte (cf la « jurisprudence » Pierre Lemaitre, aussi doué dans le thriller que dans d’autres narrations).

Un putain de bon thriller, avec des personnages forts forts forts formidables.

Certains diront sans doute que Norek se donne le beau rôle, en utopisme du chaos. Qu’ils prennent donc sa place, avec le même talent et le même courage !

Il y a des romans qui sont des claques. D’autres vous coupent le souffle. Dans ce cas, Impact est une upperclaque.

A lire d’une traite pour qu’il vous impacte au plus fort. Olivier Norek vous donne la main, et vous la broie. Il vous reste l’autre pour faire avancer les choses, dans le bon sens. Vous ne pouvez plus dire que vous ne saviez pas, plus dire que vous ne comprenez pas…

Lien vers mon interview d’Olivier Norek au sujet de « Impact »

Yvan Fauth

Date de sortie : 22 octobre 2020

Éditeur : Michel Lafon

Genre : thriller engagé

4° de couverture

Face au mal qui se propage et qui a tué sa fille

Pour les millions de victimes passées et les millions de victimes à venir

Virgil Solal entre en guerre, seul, contre des géants



Catégories :Littérature, Livre : les incontournables

Tags:, , ,

29 réponses

  1. Ma sortie prévue du jour afin de l’acheter. Hâte d’en savoir plus.

  2. Très bel hommage à ce livre courageux. On est en phase, comme souvent 😉

  3. J applaudis, bravo Yvan tu as su donner à ce roman ses titres de noblesses!

  4. J’attendrai novembre pour l’acheter, mon budget livre est déjà totalement explosé pour octobre.
    Mais bordel, j’ai hâte.
    Surtout que le précédent de Norek, « Surface », m’avait un peu déçu, laissé sur ma faim.
    Là, non seulement on semble revenir à sa puissance des débuts, mais en passant encore un cran au-dessus si je te comprends bien.
    Vivement !!!

  5. Waouh, j’avais déjà envie (et l’intention) de le lire, mais alors là… !

  6. Je l’ai reçu hier. Ai hâte de le découvrir. « Entre deux Mondes » à été pour moi une véritable révélation et que chaque personne devrait lire. Merci pour avoir pris la peine pour nous de ce partage.

  7. Il arrive pour mon anniversaire. Merci Yvan. Ça promet l’impact. 🙏❤️

  8. Arrrgggg….j’avais déjà tellement envie de le lire…puis tu me plantes cette phrase « Un putain de bon thriller, avec des personnages forts forts forts formidables. »…
    Il me le faut ! Maaaaaiiiiiiiintenaaaaant !!! 😜😁

  9. Impossible que je passe à côté de celui-ci ! Il risque même de bousculer mon programme dès que je mettrai le grappin dessus.

  10. C’est suite à tes mots, et seulement au tien, que je peux sortir de ma réserve parce que je te fais confiance pour ne pas me fustiger. J’ai lu impact, mais il m’a posé problème. Oui, je suis en phase avec le message (comment ne pas l’être !) Mais… mais mon métier me conduit jours après jours au coeur de l’industrie, et je peux jurer que beaucoup d’entre elles sont réellement actives pour trouver des solutions, économiser, faire de

  11. (Sorry, fausse manoeuvre) faire de la recherche… oui, il y a nombre de loups, mais pour une fois, j’ai le sentiment qu’il manque un peu d’espoir dans la balance, espoir que je croise tous les jours sur le terrain.. voilà donc mon message, tous les industries ne sont pas bon à jeter… mais il est cependant grand temps que les consommateurs se réveillent, d’ailleurs dans notre métier, nous les appelons les consomm’acteurs !

    • Tu sais, il ne met pas tout le monde dans le même panier, loin de là ! Pas de manichéisme outrancier, par contre il s’attaque frontalement à des patrons qui ont prouvé par leurs actes et leurs paroles qu’ils n’ont rien à faire de la santé des gens. Evidemment que ce n’est pas le cas de tous !

      • Oui, tu as parfaitement raison et cela se ressent surtout dans ses interviews, et notamment dans ton article de ce matin. Mais évidemment, dans le combat de Virgil, ce n’est pas ce point qui est mis en avant et j’ai, je l’avoue, regretté ce manque de nuance dans ma lecture, même si j’en comprends l’utilité avec le recul lié aux différents retours que je lis.

  12. Comment passé son tour après une telle chronique

  13. On peut toujours casser la vitrine de la librairie pour prendre le livre CE soir… les Belges ont jusque minuit pour le faire, après, on ne peut plus :p

    Je note le livre, je te fais confiance, je fais confiance à l’auteur aussi. Tiens, au fait, tu as fait du Mention dans le texte… 😆

  14. Je l’aiiiiiiiiiiiii. Je l’aiiiiiii. Pardon pour ceux qui l’attendent. Je vais devoir patienter jusqu’au 2 novembre pour le lire.

  15. Très chouette chronique
    Je ne sais pas aussi bien écrire mais c’est tout à fait ce que j’ai ressenti
    Bravo à Olivier et son courage
    Au moins, lui, il ne parle pas la langue de bois !

  16. Un uppercut qui met ko, un livre dense, une prise de conscience pour l’humanité, une terre que l’on malmène, que l’on maltraite que l’on tue
    Un livre fort émotionnel.

    Merci Yvan pour ta chronique, dont je me sens complètement en phase

    Je suis en colère par 2/3 ressentis négatifs, irrespectueux, on peux ne pas aimer un livre mais pas fracasser, pourrir…bref j’ai les nerfs 😉

    • Je ne suis pas étonné de te retrouvé dans cet enthousiasme, connaissant un peu tes valeurs et ta sensibilité. On peut ne pas aimer un livre, encore heureux que tout le monde n’aime pas les mêmes romans ! Mais cracher sur un auteur n’est jamais acceptable. Et puis je me dis une chose : les gens qui ne sont pas du tout touchés par les thèmes du roman de Norek et qui les prennent de haut (comme ils prennent de haut un écrivain aussi courageux), je plains leurs proches.

  17. Désolée de ne pas être de concert avec vous , moi je n’ai pas été emballé par le roman. Je n’ai pas réussi à m’approprier l’atmosphère. certes le sujet est intéressant et très actuel mais l’Impact a fait pschitt ! Je suis une inconditionnelle de Norek mais là vraiment il n’a pas su m’intéresser à son histoire et encore moins ces personnages, dommage !

  18. Voilà un vrai livre coup de poing, un coup de pied dans une fourmilière, qui fait peur, anxiogène au possible, mais tellement vrai ! La pollution, la fonte des glaces, le réchauffement climatique,…on connait tout ça, mais quand on nous donne des exemples, en plus, réunis dans un même livre, ça devient encore plus réel. L’homme a-t-il encore un avenir? C’est une question qu’on est en droit de se poser !
    Olivier Norek dénonce. Est-ce que son travail de fourmi servira à quelque chose? A éveiller les consciences de ses lecteurs, c’est déjà ça !

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Impact - Olivier Norek - EmOtionS - Blog littéraire
  2. Nouveautés policières : | La Malle aux histoires
  3. Olivier Norek – Impact | Sin City

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :