Sans queue ni tête – Nick Gardel

Voilà un roman que vous auriez dû trouver partout dans le circuit de vente traditionnel. Son destin en a voulu autrement, par la faute d’un éditeur qui s’est sabordé et à flingué nombre de publications et d’auteurs. Retour donc à l’auto-édition pour Nick Gardel, qui ne voulait pas enterrer ce livre-là.

Et comme il a eu raison ! De ceux que j’ai lus de l’auteur, c’est sans doute le plus réussi.

A la lettre, ou pas ?

Il ne faut pas prendre le titre du roman à la lettre. Ou plutôt si, Sans queue ni tête est un nom à lire au premier degré, une histoire construite autour d’un mort bien particulier. A vous de vous laisser surprendre.

Nick Gardel écrit du roman noir, mais c’est aussi (surtout ?) un amuseur, de ceux qui jouent avec les mots, les situations et les personnages. Pour qui la forme est essentielle, à coups de circonstances burlesques et de bons mots à foison, à travers des dialogues particulièrement enlevés.

Qu’on ne se détrompe pas, c’est un vrai polar, avec deux enquêtes, et une équipe de flics pas piquée des hannetons. Quelque part, c’est un mix entre ses deux précédents romans, l’aspect polardeux de Morts chroniques et l’humour noir de Laisse tomber.

Bateleur de mots

En chantre du bon mot, l’écrivain soigne ses personnages et mitraille ses dialogues de traits d’esprits, cyniques, tout comme de vannes à deux cents. Le tout, du meilleur effet.

Même si elle est davantage construite que d’autres de ses intrigues, ce n’est pas elle qu’il faut absolument retenir. Le titre a bien été utilisé pour lancer l’affaire et surtout permettre à l’auteur de s’ébattre sur ce terrain de jeu.

Nick Gardel est un bateleur des mots, à l’écriture atypique pleine de verve et d’humour.

Mais, l’émotion n’est pas absente, loin de là, parce que le sujet n’est pas anodin. Et on sent à quel point il aime ses personnages, le sel qui donne le goût inimitable à ses recettes littéraires.

Si on veut passer un bon moment de lecture, tout est à dévorer dans les livres de Nick Gardel, de la tête à la queue. Dans celui-ci tout particulièrement.

Lien vers l’interview de Nick Gardel au sujet de « Sans queue ni tête »

Yvan Fauth

Auto-édition

Lien vers Amazon pour commander le livre

Le commander via son site internet

L’acheter directement à l’auteur via sa page Facebook

4° de couverture

Quand les intempéries font remonter un cadavre à la surface, c’est toujours des soucis pour la police. Lorsque le défunt est décapité, c’est encore plus de problèmes. Si en plus il n’est pas identifié du bon sexe, là, c’est carrément le désastre !

Deux flics, aux antipodes de l’enquêteur habituel, vont tenter de démêler cette affaire qui va se révéler surprenante.



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

2 réponses

  1. La couverture est plus jolie que celle des éditions F.P comme je viens de voir sur ha ma zone… Ce serait une bonne idée de lecture, dès que je pourrai aller l’acheter en vrai 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :