Victime 55 – James Delargy

En matière de pur thriller, pour réussir son coup, il faut plusieurs éléments. L’un d’eux est de trouver une idée de base qui sorte de lot. Autant dire qu’aujourd’hui c’est devenu une gageure.

James Delargy a déjà réussi ce pari-là, et c’est déjà beaucoup.

La bonne idée

D’autant plus que c’est le tout premier roman de ce baroudeur né en Irlande, mais qui a vécu en Afrique du Sud, en Australie, en Écosse et en l’Angleterre.

Des expériences qui lui ont ouvert de nombreux terrains d’expérience. Une deuxième caractéristique qui pousse à s’intéresser à ce thriller plutôt qu’à un autre.

Le tueur en série, tarte à la crème du genre. Le risque de se vautrer est grand, à vouloir répéter une recette tellement cuisinée qu’elle peut vite en devenir indigeste.

Mais avec son concept initial, l’auteur tire donc déjà son épingle du jeu. Deux hommes se font connaître à la police, à quelques heures d’intervalle, se présentant comme victime échappée d’un tueur multirécidiviste, et désignant le coupable par son nom : celui de l’autre prétendue victime. En clair, Gabriel accuse Heath d’être le tueur et Heath accuse Gabriel.

Voilà une idée très fun, mais sacrément casse-gueule. Et l’écrivain s’en sort bien, même si le roman s’avère au final très fidèle aux caractéristiques de ce style d’histoires.

Il tient bien la distance, à la manière anglo-saxonne, sans prendre trop de risques mais avec suffisamment de talent et d’imagination pour tenir le lecteur en haleine.

Ambiance australienne

Un des points forts du roman est son environnement, un patelin australien. Ambiance particulière, qui donne un certain caractère à l’intrigue. La vraie originalité est là. Et dans ce contexte, du rythme, mais pas trop, juste ce qu’il faut.

Et comme, pour un premier roman, l’auteur, en plus de maîtriser les codes, a su créer des personnages qui en ont aussi (du caractère), voilà un thriller qui se lit avec intérêt.

La quête de la vérité tourne à la traque. Qui est qui ? Qui ment et pourquoi ? De l’action, des faux semblants, des retournements de situation. Ça pulse, ça bouge, sans jamais perdre de vue de donner une certaine épaisseur aux personnages.

Qu’est-ce-que Victime 55 ? Davantage qu’une accumulation de morts (vous n’imaginez pas le fin mot de l’affaire), c’est une histoire efficace, où vous ne pouvez vous fier à rien. Pour son entrée dans le monde du thriller, James Delargy montre qu’il a d’intéressantes facultés à créer une intrigue prenante et qui fonctionne.

Yvan Fauth

Date de sortie : 16 janvier 2020

Éditeur : HarperCollins

Genre : Thriller

Traduction : Maxime Shelledy et Souad Degachi

4° de couverture

Deux suspects. Deux témoignages identiques. Un seul coupable.

Une petite ville perdue en Australie. Un officier de police habitué à régler des petits problèmes de vie domestique et querelles de voisinage.
Un jour de canicule débarque un homme, couvert de sang. Gabriel déclare avoir été séquestré dans une cabane par un serial killer. Le dénommé Heath a déjà tué 54 personnes. Gabriel est sa prochaine victime.
Quand la chasse à l’homme commence, ce même jour de canicule, débarque un deuxième homme. Heath est couvert de sang. Heath déclare avoir été séquestré dans une cabane par un serial killer, un certain Gabriel. Gabriel a déjà tué 54 personnes. Heath est sa prochaine victime.
Qui est le numéro 55 ?



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

4 réponses

  1. Je ne l’avais pas repéré en anglais l’an dernier, alors merci pour cette présentation. En parlant d’Australie, j’ai récemment découvert de très bons auteurs de là-bas, comme Candice Fox ou Sarah Bailey: https://wordsandpeace.com/2019/09/25/book-reviews-the-dark-lake-and-into-the-night/

  2. Ohhhh il me tente bien ☺️

  3. Tellement de choses à lire…
    Je ferai l’impasse sur celui-là. 😊

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :