Interview – 1 livre en 5 questions : Le baiser de l’ogre – Elsa Roch

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre.

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger.

ELSA ROCH

Titre : Le baiser de l’ogre

Éditeur : Calmann-Lévy

Date de sortie : 09 octobre 2019

Lien vers ma chronique du roman

C’est bien une enquête dans laquelle tu nous plonges, sauf qu’elle est un peu décalée, par la manière dont tu mènes l’histoire…

J’aime m’aventurer hors des sentiers battus, explorer, tenter, chercher, trouver la bonne construction, celle qui fera écho à mon histoire, ou qui la mettra en valeur, lui donnant le bon rythme et le juste cadre. Et cette manière décalée que tu évoques, que je laisse aux lecteurs le soin de découvrir s’ils le désirent, s’est vite imposée. Elle me permettait de positionner l’humain au centre de l’enquête, parce que c’est un polar qui parle avant tout d’humanité.

C’est un roman noir, mais avec une caractéristique qu’on ne retrouve que très rarement dans ce genre littéraire : de la tendresse…

Oui, tu as raison, il y a de la tendresse, qui n’est effectivement pas ce que l’on retrouve le plus dans les polars ou les romans noirs. Mais ça s’est fait tout seul, c’est venu comme ça : grâce au personnage de la petite fille, Liv, enfermée dans sa tour d’ivoire et pourtant si… lumineuse. Comment ne pas la mettre en scène sans tendresse ? Grâce aussi à Marsac, et Raimbauld, mes deux flics, qui vont tomber sous son charme, eux, les flics rodés à toutes les noirceurs, à tous les vertiges. Comme si la rencontre avec Liv leur ouvrait le champ des possibles… Je le souligne d’une phrase dans ce roman, « Qui peut jamais savoir ce qu’il va advenir d’une rencontre ? ». C’est une belle question non ? Et puis le thème de fond recèle tellement de monstruosité, parce qu’on parle quand même d’un roman noir, qu’un peu de tendresse était inévitable. Les deux facettes étant chacune mise en relief par la présence de l’autre…

On sent que tu es profondément attachée aux personnages. Tous, ceux au premier plan comme les autres…

Comme toujours je crois, depuis Ce qui se dit la nuit. J’envisage un roman comme un tableau. Pour en percevoir toute la richesse, chaque élément compte et nourrir tous les personnages c’est enrichir toute l’histoire, pour espérer pouvoir la transmettre et la partager au mieux. Et comme dirait Michaël Connelly « Everybody counts or nobody counts » ! J’y crois dans la vie, j’y crois dans les romans.

Il y a un personnage en particulier qui touche au cœur, une petite fille autiste. Tu veux nous en parler ?

Mais bien sûr que je veux en parler ! J’ai écrit ce polar, ou ce roman noir comme tu veux, pour en parler justement, et en ce sens c’est à ce jour mon écrit le plus personnel, même si tout est bien évidemment romancé. La petite fille, Liv, est inspirée d’une fillette, Elsa, dont j’étais la baby-sitter pendant mon adolescence. Diagnostiquée autiste, elle non plus ne parlait pas, ne marchait pas, et était belle comme le jour. Elle avait trois ans et a changé ma vie. Ça a été le coup de foudre, l’amour fou. J’ai voulu devenir psy, pour soigner tous les petits autistes de la terre, et il a fallu que j’écrive : ce que je vivais avec elle était trop fort… Aujourd’hui, je suis heureuse d’avoir enfin pu écrire un roman qui lui rende hommage et je n’espère qu’une chose : que les lecteurs soient à leur tour emportés par cette enfant et l’histoire qui gravite autour d’elle.

A l’avenir, ton personnage d’Amaury Marsac restera t-il au centre de tes histoires ?

Pour le prochain polar, déjà en cours, oui ! J’ai encore envie de raconter une nouvelle histoire à travers ses yeux et je crois savoir que les lecteurs se sont, comme moi, attachés à lui… Pour le reste, à suivre. J’aime l’idée de la nécessité d’une histoire à écrire et de découvrir qui va pouvoir la porter…

Yvan Fauth



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

8 réponses

  1. Tous les avis sont unanimes et cette interview achève de me convaincre !

  2. Je crois que là aussi je vais craquer. Mais pas trouvé ta présentation du livre ici ?

  3. C’est une de mes prochaines lectures…je ne connais pas du tout l’auteure mais j’aime déjà ce qui se dégage de cette interview…😊

Rétroliens

  1. Le baiser le l'ogre - Elsa Roch - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :