Sélection de sorties littéraires – Août, septembre et octobre 2019

Voici ma « petite » sélection personnelle des sorties inédites en grand format prévues entre août et octobre 2019.

Cette liste n’est que le reflet de mes envies et ne se veut en aucun cas exhaustive (et on se doute bien que je ne vais malheureusement pas pouvoir lire tout ça !). Elle regroupe surtout des romans romans noirs / thrillers / polars (mais pas que, vous le verrez)

(Je compléterai avec les couvertures et résumés manquants au fur et à mesure de leur disponibilité, et sûrement avec d’autres titres).

Erik L’Homme – Un peu de nuit en plein jour (Calmann-Lévy) 14/08

« Il ne reste plus que ça aujourd’hui, la communion des caves, cette sauvagerie qui seule subsiste une fois quittée la grisaille de la surface où les clans survivent dans des boulots plus pourris qu’une charogne oubliée sur un piège. »

Ce pourrait être le monde de demain. Paris est envahi par une obscurité perpétuelle et livré aux instincts redevenus primaires d’une population désormais
organisée en clans. Dans ce monde urbain terriblement violent, Féral est un des derniers à avoir des souvenirs des temps anciens. Il est aussi un as de la « cogne»,
ces combats à mains nues qui opposent les plus forts des clans dans des sortes de grand-messes expiatoires. C’est lors d’une de ces cognes qu’il rencontre
Livie, qui respire la liberté, l’intelligence, la force. Leur amour est immédiat, charnel, entier. Mais le destin de Féral va se fracasser sur cette jeune femme qui n’est pas libre d’aimer.
Bijou littéraire, Un peu de nuit en plein jour parle de notre monde qui s’abîme, de la part de sauvagerie en l’homme, de l’inéluctabilité des destins.

Nicolas Feuz – L’ombre du renard (Slatkine) 22/08

Après Le Miroir des âmes, une nouvelle enquête du procureur suisse, parti en Corse sur les traces d’un trésor nazi englouti…

Le 16 septembre 1943, alors que les Alliés s’apprêtent à libérer la Corse de l’occupation nazie, un convoi SS quitte un couvent situé sur les hauteurs de Bastia en emportant une mystérieuse cargaison. Chargées sur une barge à destination de l’Italie, les caisses sont victimes d’un bombardement américain et finissent englouties au large du Cap Corse. 
Ainsi naît la légende du Trésor de Rommel, qui suscitera bien des convoitises et engendrera de somptueuses dépenses en recherches sous-marines durant plus de 70 ans. Toutes infructueuses. 
Jusqu’à ce jour de l’été 2018 où un lingot d’or caractéristique réapparaît en Suisse, à côté du cadavre d’un vieux bijoutier de Neuchâtel. Le premier d’une longue série, qui va entraîner le procureur Norbert Jemsen, sa greffière Flavie Keller et l’inspectrice Tanja Stojkaj dans un tourbillon mortel entre la Suisse et la Corse.

Olivier Paquet – Les machines fantômes (L’Atalante) 22/08

Dans un monde où la société est devenue artificielle, les intelligences artificielles pourraient-elles faire société ?
Quatre personnages – un trader, une chanteuse pop, un ancien tireur d’élite, une joueuse de jeu vidéo multijoueurs : chacun croit jouer pleinement sa carte sur l’échiquier de la société sans percevoir qu’il est piégé dans des fictions confortables dont il n’est pas le seul acteur.
Plus un. Hans / Joachim dont ils croisent tous la route. Ce mystérieux jeune homme, tantôt séduisant, tantôt menaçant, est décidé à confier le destin de nos sociétés à des machines. Ce qui va contraindre nos personnages à coopérer, à se rencontrer pour empêcher l’irréversible.
Et des IA…

Surveillance globale et respect de la vie privée sont au cœur de ce roman qui se joue aussi de nous, car l’auteur est lui-même illusionniste hors pair.

Elena Piacentini – Vaste comme la nuit (Fleuve) 22/08

« Des habitants qui ont avalé leur langue. 
Une forêt où rôde un étrangleur de bêtes. 
Trois maisons isolées en lisière de forêt et l’Eaulne pour frontière… »

La capitaine Mathilde Sénéchal n’aurait jamais imaginé retourner sur les lieux de son enfance, un petit village non loin de Dieppe. Mais quand Lazaret, son ancien chef de groupe, lui fait parvenir une lettre sibylline, elle comprend qu’elle va devoir rouvrir une enquête vieille de trente ans. Qu’elle le veuille ou non, le passé ne meurt jamais. Il a même des odeurs, ces odeurs qu’elle sait identifier comme personne et qui sont aussi son talon d’Achille. Il est temps pour elle de sonder sa mémoire défaillante et d’affronter la vérité. 

Isabelle Desesquelles – UnPur (Belfond) 22/08

Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ?

Garder ce qui disparaît, c’est l’œuvre d’une vie. C’est notre enfance.

Benjaminquejetaime et Julienquejetaime, c’est ainsi que leur mère les appelle. Tous les trois forment une famille tournesol aux visages orientés vers le bonheur. Le destin en décide autrement quand un inconnu pose les yeux sur les jumeaux, se demandant lequel il va choisir. 

Quarante ans plus tard s’ouvre le procès du ravisseur, il n’est pas sur le banc des accusés, et c’est sa victime que l’on juge. 
Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ? 

De l’Italie – Bari et Venise – au Yucatán et ses rites maya ancestraux se déploie ici l’histoire d’un être dont on ne saura jusqu’au bout s’il a commis l’impardonnable. 

Romain Slocombe – La débâcle (Robert Laffont) 22/08

Du 10 juin 1940, quand le gouvernement s’enfuit de Paris, au 17, où Pétain annonce la demande d’armistice, huit jours qui ont défait la France. 
 » Le niveau d’essence dans le réservoir baissait dangereusement. Mme Perret se plaignait en permanence, se disputait avec Bernard qui voulait lui prendre la carte. À l’horizon en face de la colonne montaient de grandes lueurs orangées : un bombardement ? des dépôts de carburant en flammes ? Exténuée, sentant le mal au coeur revenir, gênée dans ses vêtements moites de transpiration, sa combinaison trop serrée, Jacqueline a fini par s’endormir, la tête sur l’épaule de la domestique et le chien sur ses genoux, bercée par les grincements d’essieux, les hennissements et le claquement des sabots, et un choeur de filles qui, quelque part derrière, chantaient du Tino Rossi… « 
Jetés sur les routes de l’exode, une famille de grands bourgeois, un soldat, un avocat fasciste, une femme seule et beaucoup d’autres, dans une vaste chasse à courre à l’échelle d’un pays où nul ne sait encore qui sonnera l’hallali.

Martha Wells – Journal d’un Assasynth – Tome 3 : Cheval de Troie (L’Atalante)

« Je n’ai vraiment pas de bol avec les transports autopilotés.
Le premier à me prendre en stop n’avait eu d’autre motivation que celle de profiter de ma collection de fichiers multimédias.
L’emmerdeur de vaisseau expéditionnaire, EVE, le temps de notre collaboration, avait menacé de me tuer, regardé mes émissions préférées, altéré ma configuration structurelle, fourni un excellent soutien tactique, argumenté jusqu’à me convaincre de jouer les consultants en sécurité, sauvé la vie de mes clients et nettoyé derrière moi quand j’avais dû assassiner des humains. (C’étaient des méchants.) EVE me manquait beaucoup.
Et il y avait ce transport-ci.
 Qui s’était mis en tête de me confier le maintien de l’ordre à bord et de m’envoyer des notifications à chaque querelle entre passagers. Imbécile que je suis, j’y avais répondu. Pourquoi ? Je ne le sais pas moi-même. »

Enfin parvenu sur la planète Milu, AssaSynth est contraint d’endosser de nouveau son rôle de SecUnit afin de protéger son identité et, au passage, des clients officieux, accompagnés d’un bot de compagnie, Miki.

Confronté à plus puissants que lui, mais aussi à l’innocence déstabilisante de Miki, notre androïde devra allier les deux parts de son être pour survivre : la puissance de feu du robot et le libre arbitre de l’humain.

Alexandra Koszelyk – À crier dans les ruines (Aux forges de Vulcain) 23/08

Tchernobyl, 1986. Léna et Ivan sont deux adolescents qui s’aiment. Ils vivent dans un pays merveilleux, entre modernité triomphante et une nature bienveillante. C’est alors qu’un incendie, dans la centrale nucléaire, bouleverse leur destin. Les deux amoureux sont séparés. Léna part avec sa famille en France, convaincue qu’Ivan est mort. Ivan, de son côté, ne peut s’éloigner de la zone, de sa terre qui, même sacrifiée, reste le pays de ses ancêtres. Il attend le retour de sa bien-aimée. Léna grandit dans un pays qui n’est pas le sien. Elle s’efforce d’oublier. Un jour, tout ce qui est enfoui remonte, revient, et elle part retrouver ce qu’elle a quitté vingt ans plus tôt.

Jane Harper – Lost man (Calmann-Lévy) 28/08

Après des mois de silence, Nathan et Bub Bright se retrouvent sur la frontière séparant leurs ranchs, au coeur aride de l’Outback australien. Leur frère Cameron gît à leurs pieds, mort de soif. Sur ces terres isolées et suffocantes, à trois heures de voiture les uns des autres, aucune autre âme ne vit dans les environs. Alors pourquoi Cameron aurait erré sous le soleil implacable jusqu’à en mourir ?

L’enfant du milieu et le favori avait récemment repris la propriété familiale. Nathan et Bub vont y retrouver ceux qu’il a laissés derrière lui : sa femme, ses filles, leur mère, et quelques employés. Mais alors que commence le deuil, Nathan se met à avoir des soupçons, qui le forcent à remuer de terribles secrets de famille. Car si quelqu’un est responsable de la mort de Cameron… les suspects se comptent sur les doigts d’une main.

Une intrigue puissante et brutale, qui prend place dans un paysage à couper le souffle. Après Canicule et Sauvage, Lost Man confirme que Jane Harper est une nouvelle voix exceptionnelle du thriller.

Anonyme – Que le diable l’emporte (Sonatine) 29/08

Vous êtes bien-pensant ? Conformiste ? Poli, honnête et respectable ? Vous voulez le rester ? N’ouvrez jamais ce livre.

Tout le monde pensait que le tueur le plus impitoyable que la Terre ait jamais portée était mort. Et bien non. Le Bourbon Kid est bel et bien vivant. 
Ce qui est une très mauvaise nouvelle. 
Pour tout le monde, mais surtout pour lui. 
Plutôt que de profiter d’une paisible retraite plus ou moins méritée, notre homme va en effet devoir régler quelques dettes. 
Avec à ses trousses toutes les bonnes et les mauvaises âmes de ce monde, le Kid a la très mauvaise idée de se réfugier dans un monastère où sommeillent de sombres secrets. S’il a l’habitude d’affronter des vampires, des bikers, des ninjas, des policiers assermentés et autres créature de l’enfer, faire face à un moine fou et des nonnes psychotiques est une autre paire de manches. 

Tess Sharpe – Mon territoire (Sonatine) 29/08

À 8 ans, Harley McKenna a assisté à la mort violente de sa mère. Au même âge, elle a vu son père, Duke, tuer un homme. Rien de très étonnant de la part de ce baron de la drogue, connu dans tout le nord de la Californie pour sa brutalité, qui élève sa fille pour qu’elle lui succède. Mais le jour où Harley est en passe de reprendre les rênes de l’empire familial, elle décide de faire les choses à sa manière, même si cela signifie quitter le chemin tracé par son père. 

Jérôme Loubry – Les refuges (Calmann-Lévy) 04/09

Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

Antonin Varenne – L’artiste (La manufacture de livres) 05/09

2001. Les nuits parisiennes voient naître un nouveau monstre. Un serial killer s’en prend aux artistes, transformant chacune de ses scènes de crime en oeuvre mêlant esthétisme et barbarie. L’inspecteur Heckmann, flic vedette du moment, se retrouve en charge de cette très médiatique affaire et se lance dans la traque. Mais bientôt il lui semble que tous ces crimes ne sont qu’un moyen pour le tueur de jouer avec lui…
Avec ce roman policier, Antonin Varenne révèle une fois de plus son incroyable talent à nous entraîner dans une course infernale où ses personnages doivent lutter contre leurs propres démons autant que contre le fracas du monde.

Robert Bryndza – Liquide inflammable (Belfond) 05/09

Alors qu’elle sonde les profondeurs d’une vieille carrière inondée à la recherche d’une cargaison de drogue, l’inspectrice Erika Foster fait une macabre découverte : un sac-poubelle renfermant des ossements d’enfant.
Le légiste est formel : le squelette est celui de la petite Jessica Collins, sept ans, dont la disparition en 1990 avait profondément ému l’Angleterre. Un dossier classé sans suite depuis.

Obsédée par ce drame, Erika se jure de faire toute la lumière.
Mais entre la pression de sa hiérarchie, l’effervescence des médias alléchés par ce sordide rebondissement et le silence de la famille Collins, la flic entêtée sent rapidement qu’elle a mis les pieds dans une affaire complexe, aux ramifications aussi noires qu’étonnantes… et dangereuses.

L’eau est un parfait tombeau. Et l’on ne devrait jamais déranger ceux qui y sont engloutis.

Nick Gardel – Morts chroniques (Auto édition) 08/09

Un corps est retrouvé dans le chaudron de caramel d’une fête foraine. Bientôt, c’est un second cadavre qui est découvert dans une petite ville de Seine-et-Marne. Les deux victimes n’ont en commun que leur appartenance à un groupe de lecteurs sur Facebook. Les meurtres suivent le déroulement d’un exercice de « cadavre exquis » initié sur le réseau social. Un jeu de piste compliqué et sanguinaire se lance pour Éliane Condrieux et les autres membres de l’équipe du Capitaine Henri Verdiant. Surtout quand sa plus jeune collègue vient à disparaître.

Vincent Ortis – Pour seul refuge (La Bête Noire) 12/09

La plus terrible des prisons est celle qui n’a pas de murs.
De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d’altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge qui l’a condamné.
Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or : Ensemble, ils s’entretueront. Séparés, ils mourront.

Rosa Montero – Le temps de la haine (Métailié) 12/09

Madrid 2110. Lorsque le commissaire Lizard disparaît, la réplicante Bruna Husky, détective privée, se lance éperdument à sa recherche. Elle découvre à la télévision qu’il est l’un des treize otages qui seront exécutés, un par un, par des terroristes très jeunes et dont les revendications sont bien accueillies pas ceux qui souffrent dans un monde où l’air et l’eau doivent s’acheter. Bruna, qui compte de façon obsessionnelle le nombre de jours qui la séparent de son obsolescence programmée de réplicante, se met à compter aussi le nombre de jours avant que Lizard soit décapité.

Dans son enquête elle découvre une colonie qui refuse la technologie ainsi qu’une structure du pouvoir qui remonte au xive siècle et pourrait dominer les technologies dont elle est elle-même issue. Dans ce monde secoué de convulsions multiples, les crispations populistes s’exaspèrent et une guerre civile devient inévitable. Tous se méfient de tous et ne restent que les liens anciens de l’amitié avec Yannis, le vieil archiviste dépressif, la farouche Gaby, les extraterrestres tendres et le boubi Bartolo, vorace et affectueux.

Nils Barrellon – Le neutrino de Majorana (Jigal) 17/09

Au début du siècle dernier, en Italie, Ettore Majorana, jeune savant de la trempe d’Einstein, partage sa fougue et sa passion entre les particules et Emilia, une jeune étudiante argentine. Bien des années plus tard, au CERN – le plus grand accélérateur de particules du monde –, 600 millions de protons se heurtent chaque seconde pour faire jaillir du vide la matière telle que nous la connaissons. L’univers, les étoiles, la terre, la mer, les arbres, les plantes, les êtres vivants… Ainsi que les cadavres. Quand le corps de Sabrina Marco, chercheuse dans le prestigieux laboratoire, est découvert, le crâne fracassé, aux abords du complexe, après la sidération de tous, les questions vont très vite s’enchaîner. Qui ? Pourquoi ? Le meurtre ayant eu lieu sur la frontière, c’est en « parfaite » coopération, que la police française et la police suisse vont devoir mener l’enquête. Et aller de surprise en surprise…

Nicolas Beuglet – L’île du diable (XO) 19/09

La vengeance est affaire de mémoire. 
Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche… 
Des extrémités gangrenées… 
Un visage figé dans un rictus de douleur… 
En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse. 
Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ? 
Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant. 
Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ? Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ? 

Bernard Werber – Sa majesté des chats (Albin Michel) 25/09

« Un jour, vous les humains, vous comprendrez que nous les chats devons prendre votre place. Alors moi, Bastet, je serai votre Reine. »

Graeme Macrae Burnet – L’accident de l’A35 (Sonatine) 30/09

Avocat respectable dans une petite ville alsacienne, Bertrand Barthelme, trouve la mort une nuit dans un accident de voiture. Lorsque l’inspecteur Georges Gorski vient annoncer la triste nouvelle à sa femme, celle-ci lui apparaît peu affectée. Une seule question semble l’intriguer : que faisait son mari sur cette route au milieu de la nuit ? Question banale en apparence, mais qui va vite mener Gorski à s’interroger sur la vie de cet homme et de ce couple de notables apparemment sans histoires. 

Ian Manook – Askja (Albin Michel) 02/10

Dans le désert de cendre de l’Askja, au coeur de l’Islande, le corps d’une jeune femme assassinée reste introuvable.
Près de Reykjavik, des traces de sang et une bouteille de vodka brisée au fond d’un cratère, mais là non plus, pas le moindre cadavre. Et dans les deux cas, des suspects à la mémoire défaillante. Ces crimes rappellent à l’inspecteur Kornelius Jakobson, de la police criminelle de Reykjavik, le fiasco judiciaire et policier qui a secoué l’Islande au milieu des années 70 : deux crimes sans cadavres, sans indices matériels, sans témoins, que des présumés coupables finissent par avouer sans pourtant en avoir le moindre souvenir.

Romain Puértolas – La Police des fleurs, des arbres et des forêts (Albin Michel) 02/10

Une fleur que tout le monde recherche pourrait bien être la clef du mystère qui s’est emparé
du petit village de P. durant la canicule de l’été 1961.
Un officier de police de la grande ville est dépêché à P. pour résoudre le meurtre de Joël, 16
ans, retrouvé en huit morceaux dans des sacs en plastique après qu’on a essayé de le
transformer en confiture. Pour mener cette enquête, l’officier de la ville sera épaulé par le
garde champêtre du village, autoproclamé « police des fleurs, des arbres et des forêts ». La
tâche n’est pas simple puisqu’une tempête vient de couper le réseau téléphonique, l’autopsie
est déjà pratiquée et la victime enterrée.

Gilles Legardinier – Pour un instant d’éternité (Flammarion) 02/10

Vincent sait mieux que personne ce qu’est un secret. Spécialiste des passages dérobés, c’est à lui que les riches et les puissants font discrètement appel pour dissimuler leurs trésors ou s’aménager des issues indétectables. Chacune de ses réalisations est un chef-d’œuvre d’ingéniosité dont personne ne doit connaître l’existence…
Alors que Paris célèbre l’Exposition universelle et la toute nouvelle tour de monsieur Eiffel, Vincent et son équipe deviennent soudain la cible de tentatives d’assassinat. La mort rôde désormais autour d’eux et de leurs travaux. Un de leurs clients cherche-t-il à effacer ce qu’ils savent de lui ? Sont-ils mêlés à un jeu de pouvoir occulte ? Quelle est cette ombre qui peut les frapper n’importe où, n’importe quand ?
Dans une époque bouleversée, confronté à des mystères surgis d’un autre temps, Vincent va tout faire pour déjouer la menace et sauver les siens. Ce qu’il s’apprête à découvrir va faire voler en éclats tout ce qu’il croyait savoir du monde…

Donato Carrisi – Le jeu du chuchoteur (Calmann-Lévy) 02/10

Un homme tatoué utilise le succès d’un nouveau jeu vidéo nommé Deux pour manipuler à distance les joueurs, en les poussant à libérer leurs pulsions. Lorsqu’un père de famille assassine sa femme et ses enfants sans aucune raison, l’enquêtrice Mila Vasquez décide de s’inscrire à Deux pour comprendre les mécanismes de ce crime, avant d’être traquée par le mystérieux manipulateur.

Caryl Ferey – Paz (Série Noire) 03/10

Un vieux requin de la politique. 
Un ancien officier des forces spéciales désormais chef de la police de Bogotá. 
Un combattant des FARC qui a déposé les armes. 
Un père, deux fils, une tragédie familiale sur fond de guérilla colombienne.

Shaun Hamill – Une Cosmologie de monstres (Albin Michel) 02/10

La Famille Turner, de Vandergriff (Texas), se tient sur le seuil d’un monde terrifiant dominé
par une cosmologie de monstres.

Est-ce le leur ou est-ce le nôtre ?

Ragnar Jonasson – Vik (La Martinière) 03/10

Des années ont passé avant qu’Ásta ne se décide à remettre les pieds à Kálfshamarsvík, à l’extrême nord de l’Islande. Là-bas, c’est comme si le temps avait tout figé : le phare, la maison qui surplombe la baie (vík, en islandais), ses rares habitants. Et le retour de la jeune femme n’est pas perçu d’un bon œil.
Quand, quelques jours avant Noël, le corps d’Ásta est retrouvé au pied de la falaise, l’inspecteur Ari Thór est dépêché sur les lieux. Dans cette contrée perdue, l’étau se resserre inévitablement sur une poignée de suspects. Mais la vérité est peut-être à aller chercher autre part, dans un passé aux résonances morbides, refoulé depuis près de vingt-cinq ans …

Max Annas – Enfer blanc (Belfond) 03/10

Afrique du Sud, dans la chaleur écrasante d’un après-midi de février. Moses, jeune étudiant noir, n’aspire qu’à deux choses : boire une bière bien fraîche et retrouver sa copine Sandi. Mais alors qu’il traverse une banlieue résidentielle, sa vieille Toyota tombe en panne ; pour ne rien arranger, voilà que son portable le lâche. Une seule solution, chercher de l’aide dans une gated community dont le portail s’est entrouvert. Mais, dans ces résidences hautement sécurisées où vivent des Afrikaners de la classe moyenne supérieure, le simple fait d’être noir est suspect. Et le white trash en charge de la sécurité semble particulièrement zélé. Lorsque ce dernier le harangue muni d’une matraque et d’un taser, Moses prend ses jambes à son cou. Une attitude pour le moins suspecte qui signe le début d’une chasse à l’homme sans merci… Pendant ce temps, Nozipho et Thembinsko, un couple de cambrioleurs à la petite semaine, déambulent dans la résidence en quête de bijoux et argent à voler. Dans le congélateur d’une maison, ils découvrent le cadavre d’une femme, encore tiède. Il semblerait qu’ils soient tombés sur un plus gros poisson qu’eux. Il faut partir à tout prix avant que le tueur ne les découvre. Mais ce n’est pas gagné : au dehors, la traque du jeune noir se poursuit et les équipes de sécurité assiègent les lieux. La résidence se transforme peu à peu en sourcière mortelle pour les trois protagonistes.

Harlan Coben – Ne t’enfuis plus (Belfond) 03/10

New York, aujourd’hui. Pour un père, il n’est pas de pire cauchemar que celui que vit Simon : après des mois de silence, voilà qu’il retrouve sa fille, sale et amaigrie, en train de faire la manche en plein Central Park. Comment Paige a-t-elle pu passer de petite fille sage à cette junkie prête à tout pour obtenir sa dose d’héro ? A vrai dire, il a une petite idée sur la question : son camé de petit ami, Aaron, est de toute évidence responsable de sa déchéance. Simon est bien décidé à ramener sa fille à la maison, coûte que coûte. Lorsque Aaron s’interpose entre eux, il le frappe. Mais trop tard, il a suffi de quelques secondes pour que Paige s’enfuie de nouveau… Trois mois plus tard, la police frappe à sa porte. Aaron a été assassiné dans le taudis du Bronx qu’il partageait avec Paige. Cette dernière demeure quant à elle introuvable. Coupable ou en danger ? Prêts à tout pour retrouver leur fille, Simon et son épouse Ingrid s’aventurent dans les bas-fonds de NY. Leurs pas croisent ceux d’une détective privée, Elena Ramirez, qui recherche un certain Henry Thorpe, jeune homme de Chicago disparu qui aurait été en contact avec Paige. Bientôt s’ajouteront d’autres noms, des disparus mais aussi des victimes de meurtre qui, bien que d’horizons différents, semblent tous se connaître. Quel mystérieux lien entretiennent tous ces jeunes gens – exclusivement des hommes, à l’exception de Paige ? Dans quelle sombre histoire a-t-elle bien pu se fourrer ?

Ray Celestin – Mafioso (Le Cherche Midi) 03/10

New York, 1947 : un mystérieux tueur assassine de sang-froid tous les occupants d’un hôtel de Harlem. On parle d’un meurtre rituel, lié au vaudou. Un suspect est arrêté, condamné.
Une ancienne détective de l’agence Pinkerton, Ida Davis, et le patron d’un club en vogue de Manhattan, Gabriel Leveson, se retrouvent mêlés à l’enquête. Ils découvrent bientôt avec effroi que l’affaire est liée à une série de meurtres bien plus importante, impliquant le crime organisé et la haute société de la ville.

Après La Nouvelle-Orléans de Carnaval et le Chicago de Mascarade, Ray Celestin nous entraîne dans le New York de l’après-guerre. Au fil d’une intrigue palpitante, inspirée de faits réels, où se croisent Frank Sinatra, Bugsy Siegel et Louis Armstrong, il dresse, sur fond de jazz, un portrait inoubliable de la ville, épicentre du cauchemar américain.

Craig Johnson – Dry bones (Gallmeister) 03/10

La découverte d’un énorme T-Rex parfaitement conservé est une excellente surprise pour le comté d’Absaroka. En revanche, la découverte du corps du rancher cheyenne Danny Lone Elk, propriétaire des terres où gît le dinosaure, est une sacrée mauvaise nouvelle pour le shérif du comté, Walt Longmire. D’autant que les ossements du monstre préféré d’Hollywood sont estimés à des millions de dollars, ce qui crée bien des complications juridiques. Lorsque le FBI s’en mêle, Walt a peu de temps pour découvrir à qui profite la mort de Danny. Il fait donc appel à ses fidèles amis, le vieux shérif Lucian Connally et l’infatigable Indien Henry Standing Bear, et se lance dans une poursuite particulièrement périlleuse.

Elsa Roch – Le baiser de l’ogre (Calmann-Lévy) 09/10

Paris, en pleine nuit. Amaury Marsac, chef de groupe à la Criminelle, découvre dans le hall d’un immeuble sa plus jeune équipière, Lise Brugguer, gisant entre la vie et la mort. Près d’elle, un cadavre d’homme à la tête explosée, mais pas d’arme.
Avant de sombrer dans l’inconscience, Brugguer lui révèle qu’elle a une fille de trois ans, qui est peut-être en danger, et que lui, Marsac, doit veiller sur elle.
Marsac est stupéfait d’apprendre l’existence de cette enfant. Et quand il la rencontre, petite fille muette aussi mystérieuse qu’attachante, la protéger devient son obsession. Mais pourquoi Brugguer était-elle dans ce hall ? Quelles étaient ses relations avec la victime, vermine criblée de dettes ? Et qui pourrait en vouloir à cette petite fille ?
Marsac va devoir démêler les faux-semblants et déterrer les secrets du passé de son équipière pour percer la vérité. Et vaincre l’Ogre…

Margaret Atwood – Les testaments (Robert Laffont) 10/10

​Trente ans après La Servante écarlate, Margaret Atwood reprend la plume pour écrire la suite de son histoire.
Lorsque les portes du fourgon se referment sur Defred, à la fin de La Servante écarlate, les lecteurs n’ont aucune idée de ce que lui réserve l’avenir : la mort ou un nouveau départ. Les Testaments apportent enfin une réponse à leurs questions. 
Nous y retournons à Gilead quinze ans après avoir laissé Defred à son avenir incertain, grâce aux témoignages explosifs de trois narratrices. 
 » Chers lecteurs : pour ce livre, j’ai puisé mon inspiration dans toutes les questions que vous m’avez posées à travers les années sur Gilead et ses rouages internes. Enfin, presque toutes ! Mon autre source d’inspiration, c’est le monde dans lequel nous vivons,  » Margaret Atwood. 

Alan Glynn – L’expérience (Sonatine) 10/10

Une mémoire inépuisable, des capacités démultipliées, que feriez vous à la place de Ned Sweeney?

New York, années 2000. Tout ce que Ray Sweeney, lobbyiste, sait de son grand-père Ned, c’est que ce dernier a mis fin à ses jours en sautant par la fenêtre d’un hôtel de Manhattan. Jusqu’à ce qu’il rencontre Clay Porter, ex-conseiller de Richard Nixon, qui semble avoir bien connu Ned. Et le vieil homme a une autre histoire à raconter : celle d’une drogue mystérieuse développée par la CIA, décuplant l’intelligence de ses utilisateurs. 

New York, années 50. Simple employé dans une agence de publicité de Madison Avenue, Ned vit une expérience des plus particulières. Au contact d’une substance étrange, il est comme transporté au-dessus de ses capacités, il pénètre les arcanes de la haute société, rencontre Marlon Brando, Dylan Thomas et Marilyn Monroe, voit son horizon s’élargir de façon littéralement hallucinante. Mais combien de temps peut-il tenir un tel rythme, et à quel prix ? 

En suivant le parcours du grand-père et du petit-fils, le lecteur sidéré plonge dans le monde caché des années 50, celui des riches et des puissants, peuplé de stars sous influence et de conspirations majeures qui façonneront de façon durable notre monde. 

Fabrice Papillon – Régression (Belfond) 10/10

Ils sont prêts.
Ils reviennent d’un lointain passé, d’une époque glorieuse.
Ils forment ce que Socrate et Homère nommaient déjà la race d’or.
Ils viennent sauver la terre, et les hommes qui peuvent encore l’être.
Pour les autres, ils n’auront aucune pitié.
L’heure du Grand Retour a sonné… et, pour le commandant Marc Brunier, celle de son ultime enquête. Une chasse à l’homme exceptionnelle à travers le monde et les âges.

Jacques Saussey – Du poison dans la tête (French Pulp) 10/10

« Elle a incliné le cou, le visage déformé par les flocons épais qui se déposaient déjà sur le carreau. Elle a cherché son regard à travers le verre qui s’opacifiait de seconde en seconde, mais les lunettes noires l’ont empêchée de le trouver. Alors, elle s’est détournée vers le pont et elle a commencé à marcher en direction de la gare, son manteau ouvert claquant sur ses jambes face au vent glacial.
Dans la voiture, le son des feux de détresse rythmait sa progression comme le tic-tac d’une minuterie. Une femme qui arrivait en sens inverse s’est retournée sur elle. Elle a eu un temps d’arrêt, comme si elle doutait de ce qu’elle venait d’apercevoir.
Il a vu un panache de vapeur sortir de la bouche de l’inconnue. Elle s’est figée d’horreur au moment où Myriam a laissé tomber son manteau dans la neige et a enjambé le parapet. Elle s’est précipitée vers elle en hurlant, mais il était trop tard.
Après un dernier regard en direction de la voiture immobile, Myriam, entièrement nue, avait déjà sauté dans le fleuve. »

Johana Gustawsson – Sang (Bragelonne) 16/10

[Sång] : nom fém. En suédois, signifie « chanson ».

En Suède, une famille est massacrée dans sa luxueuse demeure. Ce terrible fait divers rappelle sur ses terres Aliénor Lindbergh, une jeune autiste Asperger récemment entrée comme analyste à Scotland Yard : ce sont ses parents qui ont été assassinés.

Avec son amie Alexis Castells, une écrivaine spécialisée dans les crimes en série, la profileuse Emily Roy rejoint sa protégée à Falkenberg, où l’équipe du commissaire Bergström mène l’enquête. Ensemble, elles remontent la piste du tueur jusqu’à la guerre civile espagnole, à la fin des années 1930, lorsque le dictateur Franco réduisit toute résistance au silence, dans le sang.

Don Winslow – La frontière (Harper Collins) 16/10

Art Keller, ancien agent de la DEA, est recruté par le sénateur républicain O’Brien pour participer à une opération officieuse au Guatemala  : aider le cartel de Sinaloa, dont la mainmise sur le Mexique assure un semblant de stabilité à la région, à se débarrasser d’une organisation rivale sanguinaire, Los Zetas. La rencontre organisée entre les dirigeants des deux cartels tourne au bain de sang  : les trafiquants s’entretuent et le parrain de Sinaloa disparaît. Keller retourne alors au Mexique, où il retrouve la femme qu’il aime, Marisol. Maire d’une petite ville, celle-ci résiste vaillamment aux cartels, malgré la tentative d’assassinat qui l’a laissée infirme quelques années plus tôt. Quand O’Brien propose à Keller de prendre la tête de la DEA, il y voit l’occasion de lutter contre les organisations qui sèment la mort en Amérique. Il accepte.

Salvatore Minni – Anamnèse (Slatkine) 17/10

Que se cache-t-il derrière les terribles cauchemars de Marie ? 
Un véritable choc émotionnel, un grand polar psychologique.

Anamnèse, du grec anamnêsis : action de rappeler à la mémoire. 
En médecine, l’ensemble des renseignements fournis au médecin par le malade ou par son entourage sur l’histoire d’une maladie ou les circonstances qui l’ont précédée. 
En ésotérisme, le fait de recouvrer la connaissance totale de ses existences antérieures. 
Marie est en proie à des cauchemars aussi sinistres que sanglants. Qui est cette femme poignardée à mort qui l’implore ? Pourquoi lui demande-t-elle pardon ? Elle tente de découvrir ce qui se cache derrière ces images atroces qui l’assaillent chaque nuit… Dans sa descente en enfer, des secrets seront dévoilés, des masques tomberont, et la vérité éclatera. Qui en subira les conséquences ? Marie ? Sophie ? Luc ? Ou encore Jack Lee dont Marie est devenue l’obsession…? 
Plongez dans l’univers frissonnant et bouleversant de Salvatore Minni. 
Et n’oubliez jamais qui vous êtes…

Amélie Antoine et Jack Koch – Ernest et moi (Michel Lafon) 17/10

Je m’appelle Lucien et je viens de déménager. 
Au début, je me sentais très seul. 
Mais depuis quelques semaines, j’ai un nouvel ami. 
Un ami qui fait beaucoup de bêtises. 
Je l’ai appelé Ernest. 

Olivier Descosse – L’impasse (Michel Lafon) 17/10

Il a écrit le pire, à présent il le vit.

Marc Caron a tout pour être heureux. Une femme merveilleuse, Lucile, un adorable fils de onze ans, Arthur, et en tant qu’auteur de thrillers, un succès planétaire.
Alors pourquoi ces crises d’angoisse terrifiantes, ces cauchemars sanglants et ces épisodes de somnambulisme qui le laissent sans souvenirs au réveil ?
Seule certitude, depuis six mois il ne maîtrise plus rien.
Même si elle l’aime toujours, Lucile est à bout. Un soir, elle lui annonce qu’elle va le quitter et emmener leur fils. Le lendemain, Arthur disparaît.
Fugue ? Enlèvement ? Incapable de se rappeler ce qu’il a fait pendant les douze heures au cours desquelles Arthur s’est évaporé, Marc est aussitôt suspecté.
Incarcéré, lâché par tous et menacé, il plonge dans un monde de violence que, jusque-là, il n’avait fait qu’imaginer dans ses romans.
Pour découvrir ce qui l’a conduit dans cet enfer et tenter de sauver sa famille, il devra affronter une réalité à la noirceur insoupçonnée.

Solène Bakowski – Miracle (Cosmopolis) 17/10

La vie de Laure, vingt-et-un ans, s’écroule lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte d’une tumeur incurable au cerveau. Les médecins sont formels : la jeune femme est condamnée. Mais Laure est une battante, et grâce aux réseaux sociaux, récolte des fonds pour se lancer dans un projet fou : celui de traverser l’Atlantique en solitaire. Très vite, les internautes se prennent de passion pour cette jeune malade que d’aucuns voient comme une héroïne des temps modernes. Elle est invitée sur les plateaux de télévision, son périple est suivi sur YouTube par des centaines de milliers d’abonnés. Adulée, elle devient un symbole d’espoir et un modèle de courage. Dans sa course contre la montre, Laure pense avoir trouvé un sens à sa vie, mais une question parmi d’autres se pose : quel est le prix d’un miracle ?

Bernard Prou – L’ultime mystère de Paris (Anne Carrière) 18/10

En 1960, au lycée Bugeaud d’Alger, pendant les événements dramatiques qui marquent la fin de la guerre d’indépendance de l’Algérie, s’ébauche une amitié sans faille entre trois élèves, un surveillant et un professeur de l’établissement : Stefano Buenvenutto, Oreste Bramard et Michel Garousset, lycéens ; Philippe Courtillac, professeur de physique ; Ernest Bourbaki, surveillant et, accessoirement, membre de l’OAS.

Vingt ans plus tard, à Paris, les cinq hommes créent un cercle de recherches dédié à l’étude et à la conservation d’inestimables archives historiques disparues depuis plus de mille ans. Ces archives, conservées à l’origine dans le sanctuaire de Qadisha, au nord de l’actuel Liban, remontent aux premiers siècles de notre ère. Elles se composent de textes manuscrits et d’une relique mythique : l’authentique tête, suppliciée et embaumée, de saint Jean-Baptiste. Pour les conserver à l’abri des convoitises, les cinq amis ont aménagé une crypte, dans les anciennes carrières situées sous le cimetière du Montparnasse. Mais l’assassinat d’un de leurs proches, puis celui de Michel Garousset, au beau milieu du cimetière, sonnent comme un signal d’alarme. Gustave Mugniard, le lieutenant de police d’abord chargé de l’enquête, est mis d’office à la retraite. Il offre alors ses services aux membres survivants du « cercle Qadisha ».

Le diable vous emporte – Nouvelles Dora-Suarez Tome 7 (Caïman) 22/10

Elles sont huit à avoir prêté leur plume. Huit auteures de polars et de romans noirs reconnues. Et lorsque l’association Dora-Suarez* leur a proposé de participer à un recueil collectif dont le thème était de jouer avec les limites …à dépasser ou pas, elles ont pris un malin plaisir à jouer avec les-dites limites, dans toutes les acceptations du terme. C’est donc à un road-trip littéraire et géographique que ce septième opus des « Nouvelles Dora-Suarez » nous convie. Littéraire, d’abord, avec huit univers, huit styles pour éprouver les ressorts de chacun d’entre nous lorsque les situations, les autres, nous-mêmes, la vie, quoi, nous poussent dans nos derniers retranchements. Femme battue, humilié, peuple en guerre ou dominé, amour maternel, vengeance… non, tout n’a pas encore été écrit sur ces thèmes universels. Voyage géographique aussi, et parfois même géopolitique, puisque que l’imagination des auteures vous entraînera des rives cubaines jusqu’en Syrie…

M.T. Edvardsson – Une famille presque normale (Sonatine) 24/10

Faites connaissance avec la famille Sendell. Le père, Adam, est un pasteur respecté dans la petite ville de Lund, en Suède. Sa femme, Ulrika est une brillante avocate. Leur fille, Stella, dix-neuf ans, s’apprête à quitter le foyer pour un road trip en Asie du Sud-Est. C’est une famille normale, une famille comme les autres. Et comme toutes les autres familles de la ville, les Sendell sont horrifiés quand un important homme d’affaires, Christopher Olsen est retrouvé assassiné. Ils le sont plus encore quand, quelques jours plus tard la police vient arrêter Stella. Comment pouvait-elle connaître Olsen, et quelles raisons auraient pu la pousser à le tuer ? Il ne peut s’agir que d’une erreur judiciaire.

Dans ce récit en trois parties, chacun des membres de la famille tente à son tour de recomposer un puzzle dont il n’a pas toutes les pièces. C’est d’abord Adam qui s’exprime, puis Stella, et enfin Ulrika. Chaque fois, de nouvelles perspectives se font jour, la version précédente est remise en question, la vérité s’échappe. La seule évidence qui s’impose très vite, c’est qu’il n’existe aucune famille « normale ».

Henri Loevenbruck – Le loup des cordeliers (XO) 24/10

Cédric Sire et Isabelle Le Maguet – Hellfest (Grund) 24/10

Le Hellfest, le plus grand festival de la scène metal et hardcore internationale, raconté pour la première fois par les groupes eux-mêmes dans un livre officiel Hellfest
Anecdotes exclusives, plus de 300 photos inédites, un auteur connu des médias et des libraires pour ses thrillers : Cédric Sire associé à une journaliste reconnue de la scène metal, Isabelle Marcelly – Le Maguet.

Chaque année depuis bientôt 15 ans, le Hellfest reçoit des milliers de festivaliers et de festivalières. Il s’est imposé comme l’un des principaux festivals de musique européens et permet à la France et à la petite ville de Clisson, où se déroulent les concerts, d’avoir un rayonnement international sur la scène du metal et du hardcore. Cet événement a accueilli les plus grands noms du metal : Mötorhead, Kiss, Guns N’Roses, Black Sabbath, Rammstein, Ghost, Gojira mais aussi Alice Cooper et Iron Maiden. 

Dans ce livre, (re)découvrez le metal à travers les groupes eux-mêmes. Les artistes les plus connus prennent la parole pour dévoiler leurs souvenirs et anecdotes inédites. 

Michael Fenris – Diamants sur Macchabées (Eaux troubles) 31/10

David Llerellyn a disparu. Se méfiant de la police, sa soeur Véra décide d’engager un détective pour le retrouver. Mais il semble que beaucoup de personnes s’intéressent à ce petit malfrat sans envergure, et que sa disparition ne soit pas le seul fruit du hasard. Quand le privé Jeff Fergusson commence à enquêter, il soulève certaines choses qui n’ont pas envie d’être révélées, et réveille de vieilles rancoeurs. Car rien n’est jamais bon lorsqu’on hante les rues de la Ville…



Catégories :Littérature

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

38 réponses

  1. Quelle belle selection ! De belles heures de lecture en perspective. Et un choix cornelien….merci pour l info sur le prochain Donato je n etais pas au courant. Bonne journee bises

  2. Alléchant tout ça …

  3. Une sélection qui me donne plus qu’envie! C’est terrible ,si je le pouvais ,je les achèterais tous .Il devrait y avoir une allocation rentrée pour les « grands » lecteurs .Merci pour cette chronique.

  4. on a beaucoup de titre en commun, j’ai hâte de découvrir tout ça !!!

  5. Merci pour cette belle sélection, Yvan, j’ai pris plein de notes et rempli à ras bords mon panier de « sélection polars »!! 😉

  6. Superbe sélection ! Le Feuz et le Mini sont en chemin vers ma boîte aux lettres (grâce à Slatkine), j’ai précommandé le Gustawsson et le Loubry me fait de l’oeil, et je suis ravie d’avoir déjà dévoré le Coben (privilège d’adhérents Belgique Loisirs où il est sorti depuis plusieurs mois…) Pour les autres, cet article vient d’alourdir sensiblement ma wish-list 😏

  7. Merci Yvan pour ta sélection. Ça promet. 😍

  8. Quelle sélection ! Merci pour l’info sur le prochain Caryl Ferey ! Très bonne lecture et au plaisir de lire toutes ces chroniques !

  9. Isabelle Desesquelles – « UnPur ».. J’ai lu ce livre et j’ai beaucoup aimé ! Le Jane Harper me tente aussi. 🙂

  10. Des livres forts, celui où les chats veulent prendre le pouvoir m’attire bien!

  11. Mais que je te détestes, toi !!!! Assassin, tueur, criminel ! De portefeuilles et des finances… Banquier, tiens ! (insulte suprême, je le conçois). Ah non, j’aurais pu te traiter de politicien ! 😆

    Punaise, dis, quelle gueule il tire, le chat du livre de Weber ! Sûr, un jour, les chats domineront le monde, mais pas demain, parce que demain, c’est la sieste ! 😆

    Je te laisse, je vais acheter un nouveau carnet de Wish-list et un paquet de bics !! 😀

  12. Au risque de te surprendre, on a pas mal de titres en commun dans le collimateur 😀
    https://wordpress.com/page/amnezik666.wordpress.com/5175

  13. Quelle jolie liste! Je vais en piocher dedans! Et Mon territoire est un coup de ❤️!

  14. Magnifique sélection, beau travail de présentation, une belle occasion d’agrandir ma PAL :)…Et merci pour l’info sur le nouveau Carrisi, j’avais pas vu passer

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :