Larmes blanches – Hari Kunzru

Larmes blanches est un roman aussi étrange que surprenant. La quatrième de couverture et la lecture des premières pages ne sauraient dire à quel point cette histoire est inclassable.

Le récit d’Hari Kunzru est aussi méticuleux que nébuleux, son style aussi travaillé que filandreux. Déstabilisant, pour le moins, mais c’est clairement une volonté de l’auteur.

Déstabilisant

Il est parfois aisé de parler d’une lecture. Celle-ci me donne un peu de fil à retordre, à l’image de la lecture, qui n’a pas été d’un parcours aisé. Il faut dire que le trajet n’est pas, comme souvent, balisé et qu’il laisse une large part à l’interprétation avant de pouvoir appréhender le fin mot de l’histoire.

Cette amitié, entre un sans-le-sou asocial et un héritier qui refuse son statut de caste, réserve bien des surprises. Elle est improbable, à l’image de l’intrigue, et pourtant on s’y attache. Du moins si on a l’esprit ouvert à l’irrationnel et qu’on aime lire entre les lignes.

Larmes blanches a plusieurs niveaux de lectures, mieux vaut avoir l’envie de naviguer entres les flux narratifs qui s’entrechoquent. Ce fut mon cas, même si parfois les circonvolutions de l’auteur m’ont perdu en route, trop quelquefois. Un chemin recouvert de chausse-trappes que j’ai pourtant aimé parcourir.

Black Sound

Il faut dire que le début du roman m’a appâté, moi l’amateur de musique. Les deux personnages principaux sont obsédés par leur passion, bien au-delà de l’excitation normale envers un art. Obnubilés par leur collectionnite aiguë (d’albums comme de sons divers), ils vont peu à peu perdre pied. L’étrangeté du récit va vite les engloutir (et le lecteur avec).

Si vous recherchez un livre linéaire, facile à suivre, sans trop demander d’efforts, passez votre chemin. Appréhender et comprendre Larmes blanches se mérite. D’autant plus qu’Hari Kunzru est allé très loin dans ses recherches et que le propos « musical » est souvent très pointu.

Cette singularité est un réel atout, même si l’écrivain a eu parfois eu tendance à se perdre dans son excentricité narrative, à mon sens. Mais les concepts frappent l’esprit, au fil de la compréhension de cette sombre intrigue. Il faut parfois savoir s’égarer pour mieux comprendre.

Ce récit de blancs obsédés par la musique noire, va bien au-delà de ce qu’on pourrait imaginer. Il est question d’appropriation, de classes. Et de tant d’autres sujets non divulgables ici.

Hari Kunzru est un auteur étonnant, comme l’est son roman noir, Larmes blanches. Un voyage à l’aveugle dans le monde des sons. Un périple par les mots dans l’univers de la musique noire et de ce qu’elle représente réellement.

Sortie : 10 janvier 2018

Éditeur : JC Lattès

Genre : Roman inclassable

Ce que j’ai particulièrement aimé :

L’univers musical, omniprésent

Le propos, marquant

Une partie de la construction, diabolique

Ce que j’ai moins aimé :

Trop de circonvolution parfois

4° de couverture

Carter et Seth, âgés d’une vingtaine d’années, appartiennent a des mondes opposés. Le premier est l’héritier d’une grande fortune américaine, l’autre est un misfit social sans le sou, timide et maladroit. Ils forment un tandem uni par une passion commune, la musique, qu’ils écoutent dans leur studio. Seth, obsédé par le son, enregistre par hasard un chanteur de blues inconnu dans Washington Square. Carter, enthousiasmé par la mélodie, l’envoie sur Internet, prétendant que c’est un disque de blues des années 20, un vinyle perdu depuis longtemps, oeuvre d’un musicien obscur, Charlie Shaw.
Lorsqu’un vieux collectionneur les contacte pour leur dire que leur faux musicien de blues a réellement existé, Seth accompagné par Leonie, la soeur de Carter, partent dans le Mississipi sur les traces de ce personnage.

« Captivant, ce roman élucide l’histoire inique de l’appropriation par les Blancs de la culture noire. » The Washington Post



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

7 réponses

  1. moi ce que j’ai moins aimé c’est quand tu emploies circonvolution 😉

    J'aime

  2. Tu m’as clairement convaincue! Je le veux! Merci pour ce retour et cette jolie idée de lecture qui nous fera voir d’autres passionnés… 😉

    J'aime

  3. Moi aussi j’ai adoré l’emploi du mot circonvolution, très joli mot 🙂
    Bon sinon, je te sens pas super emballé du coup je laisse tomber… les filles !
    Ah zut c’est addictif loool (private joke !)

    Aimé par 1 personne

  4. Je passe mon tour car j’ai bien trop de retard …. 😊

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :