Salon du livre de Nancy 2013 – compte-rendu

Nancy et sa place Stanislas.

place-stanislas (Copier)

Nancy et son salon du livre « Le livre sur la place » (du 13 au 15 septembre 2013), 35° du nom, qui se déroule à deux pas.

Un salon devenu incontournable, une énorme machinerie : plus de 550 auteurs (principalement de langue française) et 170 000 visiteurs sur 3 jours.

Autant dire que pour éviter la cohue, si l’on tient à ses doigts de pieds et que l’on souhaite côtoyer les auteurs autrement qu’en se tapant des longues minutes (ou heures) de queue, il valait mieux arriver tôt le matin.

Coté organisation, rien à redire (il n’y a plus qu’à trouver le moyen d’empêcher la pluie de s’inviter à la fête). Énorme chapiteau, un joli jardin éphémère juste à l’entrée, de nombreuses manifestations un peu partout dans la ville…

Le salon étant plutôt généraliste, assez peu d’auteurs de « genre » (polar, SF…), qui sont les styles que j’affectionne tout particulièrement.

Mais la qualité était clairement au rendez-vous, qualité des échanges avec les auteurs (le matin), discussions longues et décontractées. Bref, un vrai plaisir de découvrir (ou redécouvrir) l’auteur derrière les mots, la femme ou l’homme derrière ses pages.

Un contact très enrichissant tant humainement que concernant leurs écrits (anecdotes, « secrets de fabrication », contexte lors de l’écriture…).

Les rencontres :

Ma visite a débuté avec le « staff » Fleuve Noir et deux de leurs auteurs.

Démarrer la journée par une chouette discussion avec Gilles Legardinier vous rend de bonne humeur pour le WE ! L’homme est à l’image de ses romans, drôle, souriant et d’une belle gentillesse.

L’occasion d’échanger sur ses bouquins bien sûr (son nouveau livre sort le 10 octobre), mais aussi sur ses lecteurs (bien que marié, il vient d’avoir sa première demande en mariage par écrit ;-)), les salons, son écriture… Un vrai échange bon enfant qui donne la pêche (d’où l’intérêt d’être son premier visiteur).

Une discussion pour :

  • apprendre que sa femme est sa première relectrice et que sans elle ses romans sont comme des meubles en bois brut ni poncés ni vernis (belle métaphore de l’auteur),
  • parler de sa prochaine venue en Alsace en novembre (le 22 à Sélestat, le 23 et 24 au salon du livre de Colmar)
  • qu’il nous explique qu’il ne lit plus : faute de temps bien évidemment, mais aussi parce que si le livre est bon, il a l’impression d’être une « brêle » (dixit l’auteur), et si ce n’est pas le cas, il a l’impression de perdre son temps.
  • Nous expliquer que de toute façon il a trop d’histoires dans la tête
  • nous parler du sentiment bizarre du livre terminé, lorsque l’auteur n’a plus de maîtrise dessus
  • nous dire combien il est extrêmement sollicité pour les salons (de nombreuses demandes toutes les semaines).

Mon interview réalisée avec l’auteur en février dernier

Ma chronique de “Complètement cramé !”

Ma chronique de “Demain j’arrête !”

Sophie Loubière ensuite, que je découvrais à travers ce salon. J’ai entendu tellement de bien de son polar « Black coffee », que je ne pouvais pas passer à coté.

Un vrai plaisir de discuter du contexte du livre (la fameuse route 66 qui traverse une partie des États-Unis).

Un polar en forme de carnet de route pour qui voudrait faire le même trajet (un site internet donne les bonnes adresses et partage de nombreuses photos de son voyage familial le long de cette route mythique).

Un roman avec des références musicales, les deux univers étant clairement imbriqués pour l’auteure (je ne peux être qu’en phase avec sa façon de voir les choses).

Son prochain roman se déroulera en France avant l’écriture de la suite de « Black coffee ».

Un merci au passage à l’éditrice de Fleuve Noir, Céline, pour nos échanges super agréables.

Jean-Philippe Depotte, auteur de romans fantastiques, est un homme passionné et passionnant. Quel enthousiasme pour parler de son superbe dernier roman « Le chemin des dieux », de son amour du Japon (terre de ce roman) et de ses précédents romans.

Son regard s’illumine littéralement quand il parle du Japon. D’où un long dialogue sur ce pays étonnant.

Nous avons parlé aussi de ses échanges avec les lecteurs durant les salons, qui lui parlent de ses personnages de telle sorte qu’ils ont l’impression d’avoir des connaissances communes.

L’échange a dérivé sur le dernier Stephen King (voir ici le lien vers sa vidéo qui décortique ce roman, très instructif), et la surprise de voir ce roman prendre une voie différente que celle qu’il avait imaginé (paradoxal quand on sait que l’auteur fait le même effet avec ses romans fantastiques ayant une base historique comme « Les jours étranges de Nostradamus », par exemple).

Un homme avec qui ont pourrait passer des heures entières à discuter sans se lasser.

Mon interview avec l’auteur en mai dernier 

Ma chronique du “Chemin des dieux”

Place ensuite aux régionaux de l’étape, les Camhug, soit Jérôme Camut et Nathalie Hug, auteurs à 20 doigts du magnifique « W3, le sourire des pendus », sorti cette année.

Troisième rencontre avec les auteurs me concernant, le ton est donc résolument décontracté et blagueur, un échange à la bonne franquette.

Échange super enrichissant, sur leurs romans, ce que les lecteurs attendent d’eux, la suite de W3 (il va falloir encore attendre) et certains destins de personnages (avec la grande question : qui en ressortira vivant ;-)).

Jérôme Camut n’aime pas trop quand on lui dit préférer un tome plutôt qu’un autre dans les séries qu’ils proposent (Les voies de l’ombre ou Malhorne), les tomes étant volontairement différents et complémentaires. Je ne dit donc pas que le tome que je suis venu leur faire signer est mon préféré de la tétralogie des Voies de l’ombre ;-).

A Nathalie Hug, version solo, j’ai eu le plaisir de lui acheter son roman « La demoiselle des tic-tac », univers radicalement différent de ce que propose le couple habituellement. Son nouveau roman en solitaire doit sortir en janvier.

Mon interview avec le duo d’auteurs en mai dernier

Ma chronique de “W3, le sourire des pendus”

J’ai chroniqué il y a quelques jours « Des nœuds d’acier » de Sandrine Collette, j’ai pu profiter de sa présence pour venir la féliciter et lui dire à quel point son roman est une réussite marquante. Un échange sobre, une auteure discrète, à suivre de près.

Ma chronique des “Nœuds d’acier”

L’après-midi, la foule a déferlé dans les travées, énorme troupe de gnous en transhumance, rendant extrêmement compliqué l’approche des auteurs. Trop pour moi, j’ai donc dû renoncer à voir quelques auteurs notés sur ma liste, dont Bernard Werber (l’idée de faire 2 heures de queue pour dire deux mots, très peu pour moi).

Au final, un salon qui vaut le coup, si on n’est pas effrayé par la foule. Les grosses pointures, pas possible de les voir (sauf Eric Emmanuel Schmitt, croisé dans la rue avec sa valise ;-)).

Plaisir supplémentaire, l’excellent restaurant libanais Le Mandaloun à deux pas de la place, je recommande !



Catégories :Dédicaces, Littérature

Tags:,

40 réponses

  1. Nostalgie quand tu me tiens… Voilà que tu me rappelles avec plaisir les quelques années que j’ai passées à Nancy avant de réaliser ma propre transhumance de gnou nancéienne 😉
    De belles rencontres et des interviews en vues à mon avis!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Belle ville que je découvre en effet !
      Les gnous n’étaient pas tous nancéiens 😉

  2. Je bave je bave je bave…..je pensais envoyer une demande en mariage à Gilles mais bon…être la deuxième c’est pas marrant!!!! Délicieux compte rendu qui donne l’eau à la bouche…surtout pour Gilles hein!!!! Merci de partager ces superbes moments avec nous!!!!

    • Du coup j’étais persuadée que c’était toi Foumette! lol

      • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

        Ben Foumette a envoyé plusieurs lettres, Legardinier devait se trouver dans la deuxième fournée 😉

        • L’autre femme a été plus rapide que moi!!!pffffff…pas de chance!!!! 😉

          • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

            Tu as été trop lente sur ce coup là (je croyais que c’était les suisses qui étaient connus pour le lenteur, pas les belges) 😉

    • lol ma Foumette , je pense qu’on va pas se marier de si tôt

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      c’est un plaisir 😉
      Bon désolé de te casser ton fantasme de mariage 😉

  3. Bravo ça restera marqué cette matiné , j’ai passé un excellent moment

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Oui des belles et intenses rencontres, je constate qu’on a fait un peu les mêmes tous les deux 😉

  4. Asphodèle – https//leslecturesdasphodele.wordpress.com https://motsandco.wordpress.

    tu en fais des salons dis donc !!! Reportage très intéressant d’autant que je n’ai lu aucun des auteurs que tu cites !!! En revanche, beaucoup trop de monde pour moi !!! 😀

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      tu as donc des choses à découvrir 😉
      et je confirme, l’après-midi c’est infernal, mais le matin c’est royal !

  5. Ça doit être super chouette pour ceux-ci aiment ça. J’ai juste une petite remarque quand à la façon d’aborder un auteur et d’assumer ses opinions ; tu dis : “Je ne dit donc pas que le tome que je suis venu leur faire signer est mon préféré de la tétralogie des Voies de l’ombre  .” Là ça veut dire que tu prends des gants avec l’auteur.
    C’est une des choses pour lesquelles je ne me rends pas dans ces pince-fesses.
    Ils me prendraient pour une méchante. : ) Pffffffffff 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      non, je t’assure je ne prend pas de gants, c’était de l’humour.
      On en a parlé avec les auteurs et on a bien rigolé là dessus, puisque justement j’ai insisté sur le fait que c’était mon préféré 😉

  6. Beau compte rendu, entièrement d’accord avec toi concernant Gilles, il est vraiment adorable, j’ai passé un super moment avec lui à Paris, coup de chance il était seul à ce moment là. Pour les voies de l’ombre c’est en prévision et si tu ne l’as pas lu je t’invite vivement à te pencher sur ‘l’enfant-rien’ de Nathalie. Chef d’œuvre, je le préfère aux demoiselles.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Oui j’ai l’u “L’enfant rien”, une histoire effectivement marquante.
      C’est intéressant de suivre ce que fait Nathalie Hug en solo car très différent de ces romans “en couple”

    • Comme dit Yvan c’est extrêmement intéressant de lire d’un coté Jérôme seul puis de lire Jérôme et Nathalie. Et puis maintenant Nathalie seule. Aujourd’hui quand je lis un Camhug, j’essaie de savoir lequel des 2 a écrit telle phrase ou tel chapitre. Je suis pas toujours certaine de mes pronostiques.

      • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

        ça c’est un petit exercice que je n’ai pas tenté, en tout cas ça ne saute pas aux yeux

  7. Merci pour ce partage mon cher Yvan ! J’aurai fait un petit tour au salon sans me faire piétiner les orteils ! ^_^

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      eheh
      Je suis aux petits soins pour vos petits petons 😉

  8. Black Kat – Ni O-, ni A- ... juste mon sang artistique, passionnément livresque...

    Merci beaucoup de ce compte-rendu Yvan, c’est un plaisir que tu fais tout le taff pour les absents!!! De belles rencontres à nouveau à ton actif!!! Un régal!!! 😉

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Une preuve supplémentaire de la gentillesse des auteurs et de l’aspect passionnant de pouvoir discuter longuement avec eux
      Merci à toi 😉

  9. Superbe ce compte-rendu…j’avais un peu oublié l’ambiance des salons…. Et puis…tu me donnes envie de lire : Black Coffee…pour le coup !!! Arf !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      eheh
      Content de te rafraîchir la mémoire 😉

  10. moi qui rêve de visiter Nancy ! … l’année prochaine peut-être 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      J’ai effectivement profité du déplacement pour visiter un peu la ville (sous la pluie)
      L’an prochain sous le soleil 😉

  11. Merci Yvan de nous avoir fait partager cette journée ou tu as pris beaucoup de plaisir. On le ressent dans chaque ligne de ton texte. Nous aurons pu nous aussi profiter de ce salon, sans la cohue…
    A bientôt… 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      eh oui, je suis attentif à votre bien être 😉
      Amitiés Vincent

  12. Erika – Une dévoreuse de livres, Twitter Addict & blogueuse sur tout et rien mais surtout très forte quand il s'agit de dévorer des pavés.

    Dommage que j’étais si loin 🙂
    Merci de nous avoir partagé ces moments 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Avec plaisir 🙂 Merci pour la visite de ce blog !

  13. Te voilà, une fois de plus, rempli de dédicaces d’auteurs ! Encore une belle journée pour toi, remplie de signatures toutes plus belles les unes que les autres. Tu emmènes tes propres livres ou bien c’est comme sur certains salons, faut acheter le livre sur place sinon, ta dédicace, tu l’auras “dans le c**” ?

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      c’est MON Legardinier et MON Camut & Hug 😉

  14. Comme d”had nos alsaciens ont été matinaux, bien leur en a pris.
    Merci pour ce partage, tu nous fais envie.
    Et… As tu bisé qui de droit comme convenue.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Je n’en suis pas encore à faire la bise aux auteurs 😉

Laisser un commentaireAnnuler la réponse.

%%footer%%