Zoran Drvenkar – Toi


images4° de couverture

Imagine une tempête de neige sur l’autoroute. Un bouchon qui s’étire sur plusieurs kilomètres, aucune visibilité. Un homme sort de sa voiture et en silence assassine méticuleusement, à mains nues, vingt-six personnes dans les véhicules alentours. C’est le début d’une série de meurtres sans mobiles apparents commis par celui que la presse surnomme Le Voyageur.

Imagine maintenant cinq adolescentes. Cinq amies avec leurs espoirs et leurs peurs, leurs envies et leurs problèmes. Cinq jeunes filles que rien ne peut séparer, qui vont être prises au piège d’une situation qui les dépasse. Prises en chasse par un homme à qui tu ne voudrais pas avoir affaire, elles vont se jeter dans une fuite en avant sauvage et désespérée.

Imagine enfin un voyage jusqu’à un hôtel isolé en Norvège où tous ces protagonistes vont se retrouver pour une confrontation à la tension extrême et un dénouement qui te laissera sans voix.

Mon avis

Toi ! Oui toi lecteur, approche ! Viens te confronter à une expérience mémorable !

Quand on se lance dans la lecture de ce roman, autant s’habituer tout de suite au tutoiement. Oui, car ce roman est écrit à la seconde personne du singulier. Voilà qui est singulier !

L’étonnement du début de lecture passé, on s’adapte rapidement à cette manière d’écrire insolite. Mais qu’on soit clair : ce n’est pas juste un simple artifice pour faire « genre », non c’est un vrai parti pris qui fait plonger le lecteur au plus profond de l’histoire. On se sent encore plus proche des personnages (on se sentirait presque dans leur tête) et l’écriture vive et rugueuse devient vite quasi hypnotique.

Parce que Drvenkar a un talent immense, gigantesque, formidable !

Il a un art hors du commun pour insuffler vie à ses personnages torturés. Il a le talent de nous raconter une histoire extravagante, façon puzzle, improbable mais à laquelle on adhère sans limite.

Une histoire, qui nous trimbale entre passé proche et présent, se joue de nous jusqu’à la fin et qui demandera un minimum de concentration au lecteur.

Son précédent roman « Sorry » était déjà une réussite éclatante, en voici une seconde.

Après le magistral « les apparences » de Gilian Flynn, les éditions Sonatine viennent nous proposer une deuxième oeuvre majeure en 2012.

Je l’ai dit et je le répète à l’envie : Mémorable ! (j’arrête ici avec les superlatifs)

Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

6 réponses

  1. Hé, mais j’avais loupé la chronique, moi ! Voilà pourquoi ma liste de « je le veux » n’était pas à jour 😉

    Sorry, mais j’ai son précédent dans ma PAL, tu ne me le feras pas acheter ! 👿

Rétroliens

  1. Tag littéraire « EmOtionS
  2. Zoran Dvrenkar, Toi | Le Marque-page de Nath'
  3. Top 10 de mes thrillers / polars / romans noirs préférés depuis 2010 | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :