Sélection de sorties littéraires : Août – septembre – octobre 2021 – L’autre rentrée littéraire

La rentrée littéraire est toujours un moment particulier, et un déferlement de nouveautés sur 3 mois.

Voici une sélection personnelle des sorties littéraires de août à octobre 2021qui ne se veut absolument pas exhaustive et est uniquement le reflet de mes goûts et envies.

Des choix qui vont, pour beaucoup, sur des terres qui ne font pas partie de cette fameuse rentrée officielle. Cet article est donc un peu « l’autre rentrée littéraire ».

Une sélection éminemment intime, volontairement orientée, faite de nombreux choixJ’ai envie d’évasion, d’imagination et de créativité ! Avec toujours le désir de défricher d’autres terrains tout en profitant de ceux qui résonnent encore en moi.

Souvent de la littérature dite « de genre », donc. Même si j’aime de moins en moins cette expression, nombre de ces livres faisant tomber les barrières entre les genres, entre les styles. C’est ce coté inclassable qui m’attire le plus.

Cette liste sera affinée et éventuellement complétée tout au long de ses prochaines semaines. Elle se veut vivante et en évolution.

Bonnes découvertes, bonnes futures lectures ! Allez chez vos libraires et lisez !

Deon Meyer – La femme au manteau bleu (Série Noire) 12/08

Le corps, soigneusement lavé à l’eau de Javel, d’une Américaine experte en peinture de l’âge d’or hollandais a été abandonné sur un muret au panorama du col de Sir Lowry, à soixante kilomètres du Cap.

Benny Griessel et Vaughn Cupido, tandem choc de la brigade criminelle des Hawks, se demandent ce qu’elle était venue faire en Afrique du Sud. Personne, dans son entourage, ne semble au courant. Mais lorsqu’ils découvrent que son travail consistait à localiser des tableaux disparus, et qu’elle avait contacté un professeur d’histoire retraité ainsi qu’un détective privé, des pistes inattendues s’ouvrent à eux…

Ta-Nehisi Coates – La danse de l’eau (Fayard) 18/08

Le jeune Hiram Walker est né dans les fers. Le jour où sa mère a été vendue, Hiram s’est vu voler les souvenirs qu’il avait d’elle. Tout ce qui lui est resté, c’est un pouvoir mystérieux que sa mère lui a laissé en héritage. Des années plus tard, quand Hiram manque se noyer dans une rivière, c’est ce même pouvoir qui lui sauve la vie. Après avoir frôlé la mort, il décide de s’enfuir, loin du seul monde qu’il ait jamais connu. Ainsi débute un périple plein de surprises, qui va entraîner Hiram depuis la splendeur décadente des premières plantations de Virginie jusqu’aux bastions d’une guérilla acharnée au cœur des grands espaces américains, du cercueil esclavagiste du Sud profond aux mouvements dangereusement idéalistes du Nord. Alors même qu’il s’enrôle dans la guerre clandestine qui oppose les maîtres aux esclaves, Hiram demeure plus que jamais déterminé à sauver la famille qu’il a laissée derrière lui.

Michael Christie – Lorsque le dernier arbre (Albin Michel) 18/08

« Le temps ne va pas dans une direction donnée. Il s’accumule, c’est tout – dans le corps, dans le monde -, comme le bois. Couche après couche. Claire, puis sombre. Chacune reposant sur la précédente, impossible sans celle d’avant. Chaque triomphe, chaque désastre inscrit pour toujours dans sa structure. »

D’un futur proche aux années 1930, Michael Christie bâtit, à la manière d’un architecte, la généalogie d’une famille au destin assombri par les secrets et intimement lié à celui des forêts.

2038. Les vagues épidémiques du Grand Dépérissement ont décimé tous les arbres et transformé la planète en désert de poussière. L’un des derniers refuges est une île boisée au large de la Colombie-Britannique, qui accueille des touristes fortunés venus admirer l’ultime forêt primaire. Jacinda y travaille comme de guide, sans véritable espoir d’un avenir meilleur. Jusqu’au jour où un ami lui apprend qu’elle serait la descendante de Harris Greenwood, un magnat du bois à la réputation sulfureuse. Commence alors un récit foisonnant et protéiforme dont les ramifications insoupçonnées font écho aux événements, aux drames et aux bouleversements qui ont façonné notre monde. Que nous restera-t-il lorsque le dernier arbre aura été abattu ?

Fresque familiale, roman social et écologique, ce livre aussi impressionnant qu’original fait de son auteur l’un des écrivains canadiens les plus talentueux de sa génération.

Martha Wells – Télémétrie fugitive (L’Atalante) 19/08

Les contrats de travail sur Préservation étaient très simples, principalement parce que le Code civil planétaire prévoyait déjà toute une panoplie de protections inhérentes.
Sauf que je ne faisais pas partie des citoyens, pas plus que je n’étais – techniquement – une personne. Néanmoins, le contrat de Pin-Lee, l’avocat du Dr Mensah, veillerait à ce que nul ne me force à agir contre mon gré. (Par le passé, j’avais uniquement été l’objet de contrats de location émis par la compagnie, où je n’étais alors qu’un équipement.) (« Ne t’inquiète pas, avait promis Pin-Lee. Je prévoirai une clause qui te permettra de prendre la tangente comme une crapule si tu le souhaites. »).

Dans ce huis clos policier riche en rebondissements, AssaSynth, qui ne demande toujours qu’à rester dans son coin à regarder des séries (une vidéosurveillance digne de ce nom aurait permis de boucler l’affaire en deux temps trois mouvements, si vous voulez son avis), découvrira la valeur du travail d’équipe – avec les humains, qui ne sont pas tous incompétents, et les autres bots, qui ne sont pas tous stupides. Mais, surtout, notre androïde apprendra à ne pas céder à un travers finalement très humain : dépasser ses préjugés.

Cécile Coulon – Seule en sa demeure (L’iconoclaste) 19/08

Une histoire d’espoirs fous et de désirs, dans un XIXe siècle dominé par les interdits.

Cécile Coulon nous plonge dans les affres d’un mariage arrangé comme il en existait tant au XIXe siècle. À dix-huit ans, Aimée se plie au charme froid de Candre Marchère, un riche propriétaire terrien du Jura. Pleine d’espoir et d’illusions, elle quitte sa famille pour le domaine de la Forêt d’Or. Mais très vite, elle se heurte au silence de son mari, à la toute-puissance d’Henria, la servante. Encerclée par la forêt dense, étourdie par les cris d’oiseaux, Aimée cherche sa place. La demeure est hantée par le fantôme d’Aleth, la première épouse de Candre, morte subitement peu de temps après son mariage. Aimée dort dans son lit, porte ses robes, se donne au même homme. Que lui est-il arrivé ? Jusqu’au jour où Émeline, venue donner des cours de flûte, fait éclater ce monde clos. Au fil des leçons, sa présence trouble Aimée, éveille sa sensualité. La Forêt d’Or devient alors le théâtre de désirs et de secrets enchâssés.

Seule en sa demeure est une histoire de domination, de passions et d’amours empêchés.

Camille Leboulanger – Le chien du forgeron (Argyll) 19/08

Approchez, approchez ! Alors que tombe la nuit froide, laissez-moi vous divertir avec l’histoire de Cuchulainn, celui que l’on nomme le Chien du Forgeron ; celui qui s’est rendu dans l’Autre Monde plus de fois qu’on ne peut le compter sur les doigts d’une main, celui qui a repoussé à lui seul l’armée du Connacht et accompli trop d’exploits pour qu’on les dénombre tous.

Certains pensent sans doute déjà tout connaître du Chien, mais l’histoire que je m’apprête à vous narrer n’est pas celle que chantent les bardes. Elle n’est pas celle que l’on se raconte l’hiver au coin du feu. J’en vois parmi vous qui chuchotent, qui hésitent, qui pensent que je cherche à écorner l’image d’un grand homme. Pourtant, vous entendrez ce soir la véritable histoire du Chien. L’histoire derrière la légende. L’homme derrière le mythe.

Approchez, approchez ! Venez écouter le dernier récit d’un homme qui parle trop…

Kate Reed Petty – True Story (Gallmeister) 18/08

Talentueuse mais solitaire, Alice Lovett prête sa plume pour écrire les histoires des autres. Pourtant elle reste hantée par la seule histoire qui lui échappe : sa propre vie. Une simple rumeur, lancée en ce lointain été 1999 par deux ados éméchés, a embrasé en un rien de temps toute la communauté. Que s’est-il réellement passé sur la banquette arrière de cette voiture alors qu’ils ramenaient Alice, endormie, chez elle ? Accusations, rejets, déni, faux-semblants… la réalité de chaque protagoniste vacille et reste marquée à tout jamais. Et quand le présent offre une chance de réparer le passé, comment la saisir ? Faut-il se venger ou pardonner ? Ou mieux vaut-il tout oublier ? Mais peut-on oublier ce qu’on n’a jamais vraiment su ?

Construit comme un piège machiavélique qui bouscule les certitudes, True Story explore la fluctuante tension entre fiction et réalité et la manière dont notre société diffuse et affronte la rumeur.

Elsa Marpeau – L’âme du fusil (Gallimard) 19/08

Depuis qu’il est sans travail, Philippe passe ses journées à attendre. Attendre que Lucas, son fils de seize ans, rentre du lycée, attendre que sa femme termine sa journée de travail. Il n’y a guère que les dîners du dimanche avec ses copains du hameau, la chasse et la perspective d’y initier son fils qui rompent le fil des jours. Lorsque Julien, un Parisien venu se terrer dans la maison d’en face, débarque, la vie de Philippe bascule.

Il se met à épier ce voisin qui le fascine et l’obsède, cherche à le faire accepter de son entourage qui s’en méfie. Tout au bonheur de se sentir à nouveau vivant et utile, et d’exister pour son fils et ce voisin novice, Philippe ne voit pas poindre le drame.

Mariana Enriquez – Notre part de nuit (Éditons du sous-sol) 19/08

Un père et son fils traversent l’Argentine par la route, comme en fuite. Où vont-ils ? À qui cherchent-ils à échapper ? Le petit garçon s’appelle Gaspar. Sa mère a disparu dans des circonstances étranges. Comme son père, Gaspar a hérité d’un terrible don : il est destiné à devenir médium pour le compte d’une mystérieuse société secrète qui entre en contact avec les Ténèbres pour percer les mystères de la vie éternelle.

Alternant les points de vue, les lieux et les époques, leur périple nous conduit de la dictature militaire argentine des années 1980 au Londres psychédélique des années 1970, d’une évocation du sida à David Bowie, de monstres effrayants en sacrifices humains. Authentique épopée à travers le temps et le monde, où l’Histoire et le fantastique se conjuguent dans une même poésie de l’horreur et du gothique, Notre part de nuit est un grand livre, d’une puissance, d’un souffle et d’une originalité renversants. Mariana Enriquez repousse les limites du roman et impose sa voix magistrale, quelque part entre Silvina Ocampo, Cormac McCarthy et Stephen King.

Helene Bukowski – Les Dents de lait (Gallmeister) 19/08

Skalde et sa mère Edith vivent dans leur maison isolée à l’orée de la forêt. L’adolescente n’a jamais vu le bleu du ciel : leur région est en proie au brouillard et à la sécheresse depuis si longtemps. Les derniers habitants du coin, après avoir fait sauter l’unique pont qui les reliait au reste du monde, espèrent ainsi que leur autarcie volontaire les protègera du chaos. Un jour, Skalde découvre dans une clairière une enfant à la chevelure rouge feu. D’où vient-elle ? Comment a-t-elle pu arriver jusqu’ici ? Consciente de sa transgression, l’adolescente recueille la petite fille, sous le regard méfiant de sa mère Edith. Car les deux femmes ne se sont jamais vraiment intégrées à cette communauté pétrie de peurs et de superstitions. Tandis que les villageois s’organisent, le trio devra bientôt faire face à une véritable chasse aux sorcières.

Premier roman frappant, Les Dents de lait est une fable moderne sur la peur et la différence.

Céline Lapertot – Ce qu’il nous faut de remords et d’espérance (Viviane Hamy) 19/08

À 10 ans, Roger Leroy vit comme une trahison l’arrivée dans sa vie de son demi-frère, Nicolas Lempereur. C’est le début d’une haine que rien ni personne ne saura apaiser.
Bien des années plus tard, Roger, garde des Sceaux d’un gouvernement populiste, œuvre à la réhabilitation de la peine de mort. Nicolas, lui, est une véritable rock star, pacifiste et contre toute forme de discrimination. Un fait divers impliquant un pédophile récidiviste rallie bientôt l’opinion publique à la cause du garde des Sceaux, et la peine de mort est rétablie. Mais quand Nicolas est accusé du meurtre d’une jeune femme et clame son innocence, la querelle fraternelle qui l’oppose à Roger devient alors un enjeu sociétal et moral.
Ce qu’il nous faut de remords et d’espérance est la chronique annoncée d’une tragédie contemporaine ; un roman coup de poing, criant de vérité.

Xavier Lapeyroux – Dans les oiseaux (Anne Carrière) 20/08

Milan doit se rendre à l’évidence : tout converge. Les attaques de corbeaux qui frappent Paris, les cours de cinéma qu’il donne sur Hitchcock, la mort de son épouse, Suzanne, dans les mêmes circonstances que celle de l’institutrice des Oiseaux.

Et cette ressemblance frappante entre Suzanne Pleshette, la comédienne du film, et la femme qu’il aime.

C’est comme si la fiction avait ouvert une porte sur le monde réel, par laquelle les oiseaux se seraient engouffrés pour semer la terreur.

Milan doit se rendre à l’évidence, une chance s’offre à lui. Une chance inestimable.
Son projet est simple, invraisemblable, irrationnel : emprunter ce passage en sens inverse. Entrer dans Les Oiseaux. Puis suivre le scénario pour retrouver Suzanne…

Jérôme Loubry – Les soeurs de Montmorts (Calmann-Lévy) 25/08

Novembre 2021. Julien Perrault arrive à Montmorts, village isolé desservi par une unique route, où il vient d’être nommé chef de la police. Alors qu’il s’imaginait atterrir au bout du monde, il découvre un endroit cossu, aux rues d’une propreté immaculée, et équipé d’un système de surveillance dernier cri.  

Mais quelque chose détonne dans cette atmosphère trop calme. Est-ce la silhouette menaçante de la montagne des Morts qui surplombe le village ? Les voix et les superstitions qui hantent les habitants ? Les décès violents qui jalonnent l’histoire des lieux ? 

Jean-François Hardy – La riposte (Plon) 26/08

 » Tu sais, Jonas, je ne vais pas passer mon existence à baiser tandis que le monde tombe en morceaux. Il est temps d’arrêter le carnage et de riposter. « 

Dans Paris désagrégé par la crise écologique, la misère a définitivement pris ses quartiers. Au rationnement alimentaire s’ajoutent la violence de l’État, la canicule et les maladies. Un mystérieux mouvement, Absolum, placarde ses affiches dans toute la ville et gagne du terrain. Son slogan :  » Révolution pour la Terre « .

Dans ce chaos, Jonas est infirmier à domicile. Quand il ne s’occupe pas de ses patients, il se réfugie dans les bras de la jeune Khadija, déterminée à sauver le monde. À 37 ans, Jonas est quant à lui désabusé et s’apprête à fuir comme tant d’autres vers le nord de l’Europe, en quête d’une vie meilleure. Mais peut-il partir si facilement sans se retourner ? Qu’est devenue sa sœur Natalia, sa seule famille, dans la campagne aride privée d’électricité ? Et s’il parvenait à convaincre Khadija de le suivre ? Incapable de s’engager comme de rester loyal à un système dont il a su pourtant profiter, Jonas va devoir faire face au murmure d’une grande révolte.

Avec une remarquable inventivité et une lucidité féroce, La Riposte nous plonge dans ce qui pourrait ressembler à 2030. Une invitation littéraire saisissante au monde de demain.

Olivier Caruso – Symposium inc. (Le Bélial’) 26/08

Le jour de ses dix-huit ans, Rebecca Bertrand a commis l’irréparable. Au couteau. Dans un déferlement de violence rien moins qu’effroyable. Rebecca Bertrand, fille de Stéphane Bertrand, ce génie des neurosciences en passe de révolutionner la biotechnologie à l’échelle du monde avec sa firme Neurotech. Que s’est-il passé dans la tête de Rebecca pour se livrer à une telle atrocité ? Le jour de sa majorité ? Sur sa propre mère ? C’est tout l’enjeu du procès en passe de s’ouvrir, et ce qu’Amélie Lua, charismatique ténor du barreau, devra découvrir. Et vite, si elle veut éviter la perpétuité à sa cliente. Car déjà la vox populi des réseaux sociaux omniprésents a rendu son verdict… et quelque part, dans les secrets du cerveau malade d’une jeune femme, entre la pianiste assassinée, le scientifique révolutionnaire et l’avocate en quête d’absolu, patiemment, une araignée tisse sa toile…

Carole Johnstone – Mirrorland (Fleuve) 26/08

Cat est partie s’installer à Los Angeles, loin de sa ville natale d’Edimbourg, et de sa sœur jumelle, El, dont elle est sans nouvelles depuis de longues années. La première partie de sa vie semble effacée de sa mémoire. Mais le jour où elle apprend la disparition inquiétante de sa sœur, elle décide de rentrer en Ecosse. La police locale l’attend en effet pour l’interroger.

Peu après son arrivée, des messages apparaissent en divers endroits de la maison, tels des indices dans une chasse au trésor. Tous font référence à Mirrorland, le pays imaginaire que les deux sœurs s’étaient inventé dans leur enfance, à la fois terrain de jeu et refuge personnel.

Qui sème ces indices ? Qu’est-il véritablement arrivé à El ? Cat comprend alors qu’elle devra déverrouiller sa mémoire pour comprendre le présent.

Jeremy Robert Johnson – Apprendre à se noyer (Cherche-Midi) 26/08

Qu’avait vu le garçon ? Son père, tendant la main. La gorge sans fin de la bête. Quoi d’autre ? Peut-être était-ce allé si vite qu’il n’avait rien vu. Rien compris. De grâce.

Quelque part dans la jungle somptueuse et inquiétante d’un pays d’Amérique du Sud, un père emmène son fils pêcher, l’autorisant pour la première fois à s’aventurer au milieu d’un fleuve dont les eaux se révèlent aussi dangereuses que généreuses. Ce rite d’initiation va bientôt tourner au cauchemar lorsque le jeune garçon disparaît subitement. À la recherche de son enfant, l’homme débarque sur un rivage hostile, peuplé de tribus, de chamans et de sorcières.

Apprendre à se noyer est un conte initiatique et horrifique, saisissant par sa cruauté autant que par sa poésie et sa délicatesse. Jeremy Robert Johnson nous entraîne dans un voyage apocalyptique et intime qui, par-delà le macabre, offre une fable de toute beauté sur l’amour, la disparition, et la possibilité toujours présente, pour nous autres les vivants, de défier la mort pour lui arracher ce dont elle nous a privés.

Claire North – 84K (Bragelonne) 01/09

Théo Miller connaît la valeur de la vie humaine – jusqu’au dernier centime.

Au Bureau d’audit des crimes, son rôle consiste à évaluer chaque dossier qui lui est confié et à s’assurer que les criminels paient intégralement leur dette à la société.

Mais lorsque son amour d’enfance est assassinée, tout change. Cette mort est la seule qui ne peut se résumer à une ligne de plus dans un bilan annuel.

Car si les puissants de ce monde peuvent tuer en toute impunité, il arrive parfois que le compte n’y soit pas.

Diane Cook – Dans l’état sauvage (Gaïa) 01/09

Dans un monde dévasté par le changement climatique et dans lequel l’air est devenu irrespirable, Bea voit l’état de santé de sa fille Agnes se dégrader de jour en jour. Comme bon nombre de personnes, la fillette de cinq ans souffre de graves troubles pulmonaires et il ne fait aucun doute qu’elle va mourir si elle ne quitte pas rapidement la Ville, mégapole surpeuplée et plongée dans un éternel brouillard de pollution.

La seule solution qui s’offre à Bea et Agnes est de gagner l’État Sauvage, ultime espace naturel préservé où la présence humaine a toujours été proscrite.

Finaliste du Man Booker Prize 2020.

Dean Koontz – Dévotion (L’Archipel) 02/09

Woody Bookman, 11 ans, n’a pas dit un mot depuis sa naissance. Pas même quand son père est mort dans un prétendu accident. Mais pour Megan, sa mère, le plus important est que son fils autiste, doté d’une intelligence supérieure, soit heureux.

Woody, lui, est persuadé qu’un laboratoire se livrant à des expériences génétiques secrètes et ultrasensibles est responsable de la mort de son père. Et que la menace se rapproche désormais de lui et de sa mère.

Avec l’aide de Kipp, un golden retriever télépathe, Woody va tenter de stopper l’être maléfique tapi dans l’ombre…

Dean Koontz – Chasse à mort (L’Archipel – poche) 02/09

Deux créatures étranges s’échappent d’un laboratoire scientifique ultrasecret se livrant à des manipulations génétiques.

Le premier de ces cobayes, Einstein, un golden retriever hyper intelligent et sensible, est recueilli par Travis Cornell, 36 ans, ex-membre de la Delta Force, une unité d’élite de l’US Army.

Le second, le plus dangereux, aussi sauvage que sanguinaire, recherché par les services secrets, n’a qu’une obsession : retrouver Einstein et le tuer.

La traque commence…

(Re-sortie du classique de Koontz, publié initialement en 1988 en français)

Marin Ledun – L’enfer (In8) 07/09

Qui se souvient des bagnes de Guyane ? Sur les îles du Salut, au large de Kourou, où la France envoie ses détenus. Où les prisonniers profitent si peu du charme des tropiques. Car le bagne, c’est l’Enfer. Là-bas, tout menace. Les fièvres. Les insectes. Les requins. Les gardiens. Le désespoir. C’est là qu’arrive Ahmed, un jeune homme de 19 ans, condamné pour avoir bravé le couvre-feu en rendant visite à sa fiancée. C’est pourtant là, au cœur de ce chaudron sans horizon ni humanité qu’Ahmed va retrouver un peu d’espoir quand son chemin va croiser celui d’une petite fille.

Sonja Delzongle – Sur l’Île Noire (Paulsen) 09/09

Faut-il croire aux monstres ? Comment un mythe façonne-t-il une région ? Comment une légende fascine-t-elle le monde ? C’est la question que se pose Sonja Delzongle, auteur de polar, pour qui la différence, la solitude, la marginalité ont toujours été sources d’inspiration. Autour de Nessie, créature des profondeurs, on trouve : des îles mystérieuses riches en légendes, des canulars, des présumées apparitions, mais aussi de sérieuses études scientifiques ayant abouties en 2018 à 600 prélèvements d’ADN et surtout, des doux dingues, aventuriers du lac, pour qui le fantastique est devenu le quotidien.

Sonja Delzongle est partie sur les noires terres écossaises pour saisir l’esprit des Highlands et apprécier le trouble de ses eaux. Elle est revenue avec un palpitant récit alternant entre enquête, rencontres improbables et voyage (intérieur comme extérieur).

David Klass – Green Man (Les Arènes) 09/09

Un justicier vert masqué.  Les États‐Unis sont victimes d’une série d’attentats sanglants visant des installations, des organismes ou des personnalités connus de tous pour leurs atteintes notoires à l’environnement…  Alors qu’un sixième attentat fait sauter un barrage, les médias reçoivent une lettre‐manifeste signée d’un mystérieux Green Man qui dévoile son projet : sauver la planète de son pire prédateur, l’Homme. Alors que la Terre s’enfonce tous les jours un peu plus dans la catastrophe écologique annoncée, Green Man a définiti‐ vement choisi son camp : la Terre plutôt que l’Humanité…  Militant écologiste radical ayant sombré dans l’ultra‐violence ? Green Man provoque un vaste débat au sein de la société américaine. Certains le soutiennent, tandis que d’autres lui promettent la peine capitale.

Le loup et les brebis.  Alors que le FBI n’a aucune piste, le jeune Tom Smith rejoint l’équipe chargée de traquer Green Man. Doué d’une redoutable empathie, il parvient à se projeter dans l’esprit de ce vengeur sanguinaire. Alors que Green Man est de son côté traversé par le doute quant au bien‐fondé de sa croisade radicale, une course‐poursuite se met en place pour stopper cette vague criminelle… L’Apocalypse en marche.

Christopher Brookmyre – La ville dans le ciel (Denoël) 15/09

En orbite autour de la Terre, Ciudad de Cielo est la première marche permettant à l’humanité d’atteindre les étoiles. Décrite comme un lieu utopique où le crime n’existe pas, la station spatiale est néanmoins contrôlée par des gangs qui se livrent une guerre sans merci : prostitution, contrebande et racket sont omniprésents. Jusqu’ici, les autorités ont toujours fermé les yeux. Mais les choses vont changer : un cadavre vient d’être découvert, flottant en mille morceaux dans la microgravité de cette ville dans le ciel.

L’enquête sur ce meurtre est confiée à Nikki « Fix » Freeman. Corrompue jusqu’à la moelle, c’est peu dire qu’elle n’est pas ravie d’être chaperonnée par Alice Blake, une jeune envoyée du gouvernement terrien fraîchement arrivée sur la station et particulièrement stricte dès qu’il s’agit du règlement.

Alors que les morts s’accumulent, les masques vont finir par tomber, et les vraies raisons de ce déchaînement de violence se révéler au grand jour.

Nick Gardel – Bancal (Friends Only) 15/09

Que peuvent avoir en commun un ancien tatoueur et sa fille qui a repris le flambeau, des puissants à l’érotisme borderline, une maquerelle sans âge, des étudiants en génération sacrifiée, un vieux transformiste et une poignée de gamins à la marge de la société ? Et que peuvent bien venir faire dans cette histoire le quatuor de flics le plus improbable de la place ?
A n’en pas douter, la réponse risque d’être… bancale.

Paula Hawkins – Celle qui brûle (Sonatine) 16/09

Jusqu’où sont-elles prêtes à aller pour obtenir réparation ?

Londres. Trois femmes sont frappées de plein fouet par l’assassinat d’un jeune homme à bord de sa péniche. Carla, sa tante. Miriam, sa voisine, qui a découvert le corps. Et Laura, avec qui la victime a passé sa dernière nuit. Si elles ne se connaissent pas, ces trois femmes ont un point en commun : chacune a été victime d’une injustice qui a gâché sa vie. Chacune couve une colère qui ne demande qu’à exploser. L’une d’entre elles aurait-elle commis l’irrémédiable pour réparer les torts qu’elle a subis ?

Nicolas Beuglet – Le Passager sans visage (XO) 16/09

 » Tu n’es pas seule à chercher « …


Ce mot anonyme laissé sur son paillasson est plus qu’un appel : un électrochoc. Cette fois, l’inspectrice Grace Campbell le sait, elle n’a pas le choix. Elle doit ouvrir la porte blindée du cabinet situé au fond de son appartement. Et accepter de se confronter au secret qui la hante depuis tant d’années…

Des confins de la campagne écossaise aux profondeurs de la Forêt-noire où prend vie le conte le plus glaçant de notre enfance, jamais Grace n’aurait pu imaginer monter dans ce train surgi de nulle part et affronter le Passager sans visage…

Avec ce thriller au suspense angoissant, Nicolas Beuglet nous plonge dans les perversions les plus terribles de nos sociétés. Et, au passage, nous interroge : et si parmi les puissants qui régissent le monde se cachaient aussi des monstres sans visage ?

Un train, un passager sans visage, une organisation terrifiante.

Guillaume Musso – L’inconnue de la Seine (Calmann-Lévy) 21/09

Elle était devant moi, endormie. Ou elle faisait semblant. Quel secret cachait-elle derrière cette moue lassée qui n’était pas de son âge ? À l’instant même où le brocanteur a dit simplement « L’Inconnue de la Seine… », comme s’il faisait les présentations, j’ai reconnu la jeune noyée dont le visage a été moulé à la morgue.

L’anonymat n’a jamais été levé. Elle reste retranchée derrière le rempart de son secret. Pour qui, pourquoi a-t-elle choisi la mort ? Qu’a-t-elle entrevu pour en ramener ce souvenir d’extase ?
Elle est tombée dans le domaine public, mais on n’a pas réussi à la faire parler.

À quoi sert de trépaner les morts ?

Richard Powers – Sidération (Actes Sud) 22/09

Dans une Amérique au bord du chaos politique et climatique, un père embarque son jeune fils souffrant de troubles du comportement dans une sidérante expérience neuroscientifique. Richard Powers signe un nouveau grand roman questionnant notre place dans le monde et nous amenant à reconsidérer nos liens avec le vivant.

François-Xavier Dillard – L’enfant dormira bientôt (Plon) 23/09

Quoi de plus rassurant, de plus émouvant que de tenir un nouveau-né dans ses bras et de le regarder dormir, reposer paisiblement, comme un petit ange… Pour l’éternité ?

Néonaticide : Homicide commis sur un nourrisson qui vient d’être mis au monde, depuis moins d’un jour. Le néonaticide est dans quasiment tous les cas commis par la mère du nourrisson, souvent jeune et ayant déjà d’autres enfants. Ce terme ne peut être employé que si l’enfant naît vivant.

L’homme remonte l’escalier de la cave. Il a la démarche saccadée et chancelante d’un automate brisé. Il tient dans ses mains deux petits sacs poubelles recouverts de cristaux de givre qui s’éparpillent en miette évanescentes sur les marches de pierre. Des larmes coulent sur ses lèvres et sa lente progression est stoppée, parfois, par des sanglots abrupts qui ressemblent à des hauts le cœur. Il y a quelques instants, son costume, ses certitudes, son armure, sa famille idéale, tout ce qu’il a construit depuis des années s’est brisé en une fraction de seconde. Au moment précis où il a ouvert la porte du grand congélateur.

Quinze ans après sa découverte macabre, Michel Béjard tente de mener une vie normale avec son fils Hadrien, un jeune adulte perturbé qui ne guérira jamais du drame familial qui a envoyé sa mère en prison et l’a rendu handicapé à vie. Son père passe la majeure partie de son temps à la Fondation Ange qu’il a créé pour la protection de l’enfance et l’aide à l’adoption et tente de surmonter son chagrin et sa culpabilité en achetant une poupée reborn, étrange bébé plus vrai que nature. Un matin, Michel Béjard voit débarquer le commissaire Jeanne Muller en charge d’une enquête très particulière. Deux nourrissons viennent d’être enlevés dans des maternités parisiennes. Leur point commun ? La proximité de leurs parents avec la Fondation Ange…

Un thriller poignant sur la résilience impossible, sur la maternité et ce qu’elle porte en elle de si puissant et de si bouleversant. Une intrigue haletante dans laquelle personne n’est vraiment innocent, à part peut-être, les enfants…

M.R. Carey – Le Livre de Koli (L’Atalante) 23/09

La vie est rude à Mythen-Croyd, deux centaines d’âmes, au nord d’un pays qui s’appelle l’Engleterre. Et au-delà des murs du village règne une nature sauvage, ce qui n’est pas une façon de parler : tout ce qui vit est dangereux ; ce qu’on veut manger se défend et ce qui veut vous manger est innombrable.

Pour Koli, quinze ans, l’avenir est tracé à la scierie familiale, sauf à devenir un Rempart, un des privilégiés du village, ceux qu’ont reconnus et choisis les « techs » anciens qui permettent d’assurer la protection de la communauté. Pas facile de réussir l’épreuve : une seule famille accapare les techs et les garde jalousement.
Mais Koli ne renonce pas. Il se fera Rempart à Mythen-Croyd.

Il a tout faux.

Cédric Sire – La saignée (Fayard) 29/09

La saignée est l’histoire d’Estel Rochand, écartée de la police à la suite d’une bavure qui a causé la mort d’une innocente. Désormais garde du corps de seconde zone, cette ancienne championne de boxe se fraie un chemin dans l’existence comme elle l’a toujours fait : à coups de poing. Prise dans un engrenage infernal, Estel a de plus en plus de mal à contrôler ses accès de violence. Quentin Falconnier, policier spécialisé en cybercriminalité, enquête sur un site du Dark Web, qui propose des vidéos de torture et de mise à mort en direct. Qui peut bien se cacher derrière cette « red room » appelée La Saignée, diffusant des meurtres à la perversité absolue ? Le jeune homme se lance corps et âme dans cette nouvelle croisade : découvrir l’identité du coupable derrière le masque du bourreau, et l’arrêter.

Bernard Werber – La Prophétie des abeilles (Albin Michel) 29/09

Depuis la nuit des temps, une prophétie annonce le destin de l’humanité. Elle révèle que notre avenir est lié à celui des abeilles. Les Templiers l’ont préservée à travers les époques, mais sa trace s’est perdue.

Pour la retrouver, il faut remonter le temps, traverser les continents et affronter tous les dangers. Etes-vous prêts à la découvrir ?

Boris Quercia – Les Rêves qui nous restent (Asphalte) 01/10

Natalio est un classe 5, les flics les plus méprisés de la City, chargés d’éliminer discrètement les dissidents. Suite à un accident, il doit se procurer un nouvel « électroquant », robot d’apparence plus ou moins humaine qui lui sert d’assistant. Fauché, il se rabat sur un vieux modèle bas de gamme qui se distingue rapidement par l’inquiétante étrangeté de ses expressions et de ses réactions. Mais Natalio n’a pas le temps de s’interroger sur ces anomalies : il a un nouveau cas à résoudre. Une intrusion a eu lieu dans une de ces usines à rêves où se réfugient tant d’habitants de la City pour échapper à leurs vies misérables. Et des résultats lui sont demandés au plus vite…

Après la trilogie « Santiago Quiñones », Boris Quercia change d’univers et nous projette dans un futur digne d’un Philip K. Dick, gangrené par la marchandisation du vivant et la dépendance aux machines.

Jérémy Fel – Nous sommes les chasseurs (Rivages) 06/10

Dans un univers sombre et magnétique, où les époques et les lieux se superposent jusqu’au vertige, Gabriel, Damien ou Natasha se débattent avec de vieilles peurs héritées de l’enfance et leurs pulsions les plus inavouables.

Jérémy Fel entraîne ici son lecteur dans un imaginaire éblouissant, où cruauté et trahison règnent en maître. Comme dans un palais des glaces, les destins se répondent et se reflètent, créant un monde où visible et invisible, réel et fiction, se confondent.

Johana Gustawsson – Te tenir la main pendant que tout brûle (Calmann-Lévy) 06/10

(Résumé à venir)

Mary Robinette Kowal – Vers mars (Denoël) 06/10

Alors qu’une sonde robotisée se pose enfin sur Mars, prélude à une première mission habitée vers la planète rouge, Elma York embarque à bord de la navette qui la ramènera sur Terre après une affectation de trois mois sur la Lune.

Mais le retour ne se passe pas comme prévu : un incident contraint son appareil à se poser en urgence dans un champ désert, loin du lieu d’atterrissage initial.
Un groupe de terroristes appartenant au mouvement Earth First en profite pour prendre en otage l’ensemble des passagers du vaisseau. Leurs revendications sont simples : l’arrêt de la conquête spatiale et la réaffectation du budget à la survie sur Terre.

Est-ce que cette action violente va ruiner tous les espoirs de la Lady Astronaute d’aller sur Mars ?

Vincent Hauuy – L’étudiant (HarperCollins) 06/10

Dans les hauteurs alpines, le piège se referme…

Le destin en veut à David Lessard. Après la mort de son père et la disparition de son frère aîné, voilà que sa mère est victime d’un cancer. Ce n’est pas avec son salaire de musicien compositeur – malgré son petit succès – que David aurait pu payer les frais médicaux et les dettes du restaurant familial. Mais les voyous auxquels il a emprunté de l’argent veulent maintenant être remboursés…

Alors, quand un riche inconnu lui propose de devenir le professeur particulier de son fils, Maxime, David ne peut qu’accepter. Tant pis si le garçon, un jeune génie de 11 ans dont la technique est parfaite mais dénuée d’émotion, le met très mal à l’aise, et si le père semble avoir d’autres projets pour son nouvel employé. Il savait que le job était trop beau pour être vrai. Mais il est prêt à jouer le jeu, le temps de découvrir leurs secrets.

Dans cette maison d’architecte cachée sur les hauteurs alpines, le piège se referme…

Anne Bailey – Une pluie de septembre (Sonatine) 07/10

« Nous avons laissé entrer le péché dans cette maison. »

Après une soirée arrosée dans la forêt de Tall Bones, Abigail Blake, dix-sept ans, est portée disparue. Dans la communauté pieuse qui l’a vue grandir, les rumeurs vont bon train. A-t-elle fui une famille notoirement déséquilibrée, où le père règne en maître sur une femme et des enfants terrorisés ? A-t-elle fait la mauvaise rencontre, au mauvais endroit ? Un assassin se cache-t-il dans cette petite ville du Colorado ? Ce qui est certain, c’est que les bois de Tall Bones renferment de nombreux secrets. Et de nombreux mystères, à commencer par les pages déchirées du journal intime d’Abigail.

Une intrigue captivante, une écriture somptueuse, des personnages inoubliables : avec Une pluie de septembre, immédiatement en tête des ventes et des sélections presse à sa sortie, Anna Bailey frappe très fort. Une émotion sans pareille se dégage en effet de ce premier roman, où la religion, la violence et l’intolérance viennent frapper de plein fouet et marquer à jamais des existences trop sensibles. On pense à un Twin Peaks revisité par Gillian Flynn. Que demander de mieux ?

Susanna Clarke – Piranèse (Robert Laffont) 07/10

La maison de Piranèse n’est pas un bâtiment ordinaire : ses pièces sont infinies, ses couloirs interminables, et ses murs sont ornés de milliers de statues. Au cœur de cette architecture monumentale, un océan est emprisonné ; les vagues déferlent sur les escaliers, les salles sont submergées en un instant. Mais Piranèse n’a pas peur.

Harlan Coben – Gagner n’est pas jouer (Belfond) 07/10

La mort est un jeu dangereux…

Le maître incontesté du thriller vous plonge dans les méandres d’un labyrinthe fatal, à la découverte des profondeurs infiniment noires de l’âme humaine.

La police new-yorkaise découvre dans un pent-house des beaux quartiers le corps mutilé d’un vieil homme à moitié ermite, ainsi que plusieurs objets de valeur volés aux Lockwood des années plus tôt. Appelé à venir les identifier, Win Lockwood voit soudain ressurgir un passé familial englouti…

Vingt ans plus tôt, sa cousine Patricia avait été enlevée et séquestrée pendant des semaines dans une cabane perdue dans les bois. Si elle avait pu en réchapper, ses ravisseurs, eux, n’avaient jamais été retrouvés. Jusqu’à ce jour.

Alors qu’il réalise que le second tortionnaire court toujours, Win se trouve bientôt mêlée à une autre affaire classée sans suite, un acte terroriste mortel commis dans les années 70 par une bande de hippies déchaînés, dont l’ermite assassiné était l’éminence grise. Et auquel les Lockwood n’étaient pas totalement étrangers…

Qu’est-ce qui relie ces actes criminels à sa prestigieuse famille ? Et pourquoi tous ces mystères autour de « La Cabane de la terreur » ?

Pour Win, l’heure est venue de faire sa propre justice. Pour gagner, tous les coups sont permis.

Stéphane Beauverger – Collisions par temps calme (La volte) 07/10

Sylas mène une vie heureuse sur son île. Il fait le métier qu’il aime, dans la maison qu’il aime, entouré des rares personnes qu’il aime. Mieux que ça : il sait que le monde est beau, paisible, fluide grâce à Simri, l’artefact sapiens présidant au confort de l’humanité depuis 50 ans. Une super-IA, en gros, dont le déploiement global a porté l’humanité vers un avenir serein. Sylas partage sa vie entre son travail d’analyste système au service de Simri et sa passion pour la conception de bateaux. Oui, le monde est beau et va bien, vraiment, pour tous. Mais Calie, la soeur de Sylas, veut quitter ce monde. Demander à quitter le giron protecteur de Simri, qui veille au bien-être de tous, c’est rare, mais possible. Simri accorde aux personnes qui le désirent le droit de se soustraire à son attention. Mais Sylas ne s’attendait pas à ce que cela arrive à sa soeur, et cela lui est douloureux.

S’il espère la faire changer d’avis, il sait que leurs trajectoires respectives ne peuvent aboutir qu’à une collision. Une collision par temps calme dans un ciel sans nuages.

Collisions par temps calme raconte les déchirements entre un frère et une soeur n’ayant pas le même point de vue sur le monde. L’un s’en satisfait, l’autre n’y trouve pas sa place. Tour de force métaphysique et littéraire, alternant les deux points de vue de façon originale, le dernier livre de Stéphane Beauverger est la chronique d’une utopie qui a réussi, acceptant ceux qui n’en veulent pas. Écho de ce que pourrait être notre monde s’il avait pris une voie différente.

L’histoire se conclut par deux fins différentes, ainsi fera-t-elle l’objet d’une double publication.

Gilles Legardinier – Mardi soir 19h (Flammarion) 07/10

Elynn est assez jeune pour avoir la vie devant elle. Pourtant, elle a souvent le sentiment que ses rêves sont de plus en plus loin derrière.

Entre son couple qui végète et la réalité quotidienne de son métier d’infirmière, la jeune femme a l’impression de faire du sur-place dans un horizon sans intérêt. Comment en est-elle arrivée là ? Qu’est devenue l’enfant pleine d’envies qu’elle était ?

Cherchant à bousculer sa routine, Elynn s’inscrit dans un club de sport. De rencontres inattendues en expériences inédites, ce simple rendez-vous va vite se révéler essentiel et déclencher d’imprévisibles réactions en chaîne. Elynn et ses nouvelles amies vont peu à peu trouver les moyens de forcer les verrous qui les entravaient. La cage ne résistera pas longtemps…

Ian Manook – A Islande (Paulsen) 07/10

En 1904, pendant la grande période de la pêche à la morue à Islande, le gouvernement français se prépare à légiférer sur la séparation des Églises et de l’État. La population est divisée par la future loi et le pouvoir reprend en main une marine trop longtemps laissée aux religieux. Mais est­ce pour le bien des hommes ? Dans ce contexte tendu, Marie Brouet, jeune infirmière bretonne à peine diplômée, se retrouve infirmière­chef d’un hôpital français dans les fjords isolés de l’est de l’Islande. Loin des légendes bretonnes et des romans à la gloire de ces islandais, elle découvre les terribles conditions de vie des marins-pêcheurs, forçats d’une mer terrible.

Ce roman, inspiré de faits réels, raconte l’arrivée de Marie Brouet sur cette île où rien ne sera comme elle l’imaginait. Dans un village nommé Bùdir, au fond du Faskrudsfjordur, vont se croiser les destins de Lequéré et Kerano, deux pêcheurs bretons, d’une institutrice islandaise et d’une religieuse danoise opposée à la jeune infirmière républicaine venue soignée les pauvres marins. Tous, sur cette terre sauvage et quasi déserte, cherchent un sens à leur sacrifice. Une histoire de marins et de pêche, un grand roman social au souffle islandais, au tout début du XXe siècle.

Antoine Renand – S’adapter ou mourir (La bête noire) 07/10

Elle a 17 ans et s’est enfuie de chez sa mère pour se sentir enfin libre. Accompagnée de son petit ami, elle fait escale chez un homme qu’elle n’a jamais rencontré mais avec lequel elle discute depuis des mois sur Internet. Elle en a fait son confident. Alors qu’il pourrait bien s’agir du plus abject des monstres…

Il a 40 ans, est réalisateur de cinéma, en couple avec la même femme depuis leurs années de lycée. De soudains déboires conjugaux et professionnels le contraignent à trouver un job alimentaire : modérateur pour Lifebook, le plus important des réseaux sociaux. Sa mission : supprimer des vidéos interdites du fait de leur caractère choquant, sexuel ou ultraviolent.

Dans une société en constante évolution, où le précepte « S’adapter ou mourir » connaît des résonnances tant dans la folie meurtrière des hommes que dans le monde du travail, les destins de ces deux êtres, si éloignés au départ, finiront par s’entrechoquer.

Franck Bouysse – Fenêtre sur terre (Phébus) 07/10

Le texte le plus intime et personnel de Franck Bouysse. Un récit fait de textes en prose alternant avec des poèmes en vers et des photos de l’artiste qui racontent son arrière-pays d’écriture : sa Corrèze quotidienne depuis son enfance. Une portait du territoire d’inspiration qui a façonné son imaginaire et ses romans. On y retrouve toute l’authenticité et l’ambiance claire obscure de sa littérature, ainsi que ses personnages, et ses décors naturels. De l’émotion à l’état pur.

Ketty Steward – L’évangile selon Myriam (Mnémos) 08/10

Après l’apocalypse, Myriam récolte ce qu’il reste des livres ; elle recolle patiemment les fragments de récits oubliés pour créer une mythologie nouvelle, capable de guider sa communauté et, pourquoi pas, toute l’humanité.
De la chute de Lucifer aux chaussons de Cendrillon, en passant par le Lac des Cygnes et les pérégrinations d’oedipe, L’Évangile selon Myriam revisite les mythes fondateurs de nos sociétés et les questionne :
Qu’y a-t-il au début de l’histoire ?
Qu’est-ce que la solidarité ?
Quels liens entretiennent la Vérité et le Mensonge ?
Et l’amour dans tout ça ?

Ophélie Cohen – Héloïse (IFS) 13/10

« Toutes les femmes ont une histoire. La mienne est plutôt moche. » À la veille de ses trente ans, au cours d’une nuit entourée des fantômes de son passé, Héloïse va se raconter. Portée par les souvenirs et les remords, elle ouvre la boîte de Pandore. Noir, intime et dérangeant, un roman à la fois sombre et lumineux dans lequel les émotions sont à fleur de mots.

Fabrice Papillon – Alienés (Plon) 14/10

Le pire danger pour l’espèce humaine ? L’ALIENation…

Mai 2022. À 400 kilomètres de la terre, la station spatiale internationale sombre dans la nuit artificielle. Tandis que l’équipage dort, le cadavre éventré d’un astronaute américain flotte en impesanteur dans l’un des modules de recherche. Le même jour, à Lyon, le corps éviscéré d’un biologiste américain est retrouvé à 30 mètres de profondeur, dans un mystérieux réseau de galeries souterraines baptisé les  » arêtes de poisson « .

S’engage une double enquête, d’abord internationale avec la NASA, aux États-Unis, pour tenter d’élucider un meurtre inédit dans l’histoire : celui d’un astronaute dans l’espace. À Lyon, Louise Vernay, commandant de la brigade criminelle, fait rapidement le rapprochement entre les deux assassinats, très semblables et synchrones, l’un dans l’espace, l’autre sous terre… Qu’est-ce qui les relie ? Pour quelle raison ces deux Américains ont-ils été visés ? Comment ont-ils pu être éliminés au même moment, à une telle distance ?

Louise fait rapidement la rencontre d’un étonnant moine jésuite, astrophysicien et directeur de l’observatoire du Vatican, de passage à Lyon et qui avait rendez-vous avec la victime. Ce personnage troublant lui laisse entendre que des signes d’une présence extraterrestre se multiplient, et qu’ils pourraient bien être à l’origine de ces deux meurtres…

Zygmunt Miloszewski – Inestimable (Fleuve) 14/10

À Varsovie, le couple Zofia et Karol doit faire face à un quotidien compliqué. Zofia a été licenciée du musée national pour raisons politiques et Karol est atteint d’une maladie neurodégénérative qui efface ses souvenirs rattachés aux émotions fortes.

Lorsque Zofia est contactée par une ancienne connaissance, Bogdan Smuga, pour retrouver la collection perdue des artefacts Aïnou, apportés en Europe il y a cent ans depuis l’île de Sakhaline par un ethnologue de renom, elle ne peut refuser.

Alors que Karol est placé dans une clinique spécialisée dans les Pyrénées françaises pour traiter sa maladie, Zofia, accompagnée de Bogdan, se lance dans sa nouvelle mission qui l’amène notamment à Saint-Pétersbourg et Paris, et plus particulièrement au musée national d’Histoire naturelle.

Mais nombreux sont ceux qui, comme eux, veulent mettre la main sur l’un des artefacts d’une valeur inestimable, une sculpture représentant un ours…

En plein milieu d’une lutte acharnée entre un groupe pharmaceutique et un ensemble de scientifiques indépendants, commence alors une course contre la montre, qui risque fort de pousser Zofia et Bodgan au bout de leurs limites…

Bernard Minier – Vallées secrètes – Entretiens avec Fabrice Lardreau (Arthaud) 20/10

« J’ai grandi à Montréjeau, Haute-Garonne, 2 863 habitants. Une petite ville située dans le pays de Comminges, au pied des Pyrénées. Et j’ai eu ces montagnes devant les yeux durant toute mon enfance. Cette vue vaste, pas ordinaire, vous confronte très tôt à votre finitude. Quand elle vous accompagne ainsi, elle devient si familière qu’elle finit par installer en vous une géographie mentale. »

Enfant des Pyrénées, Bernard Minier voue un amour profond à ce massif qui a nourri son imaginaire et sa sensibilité. Source d’émerveillement, ses randonnées dans le Comminges l’ont initié au « pyrénéisme », approche globale de la montagne où les expériences physique et culturelle sont indissociables.

Mais la montagne a aussi sa part d’ombre. Terre d’effroi, de mystère et, parfois, de sauvagerie, elle constitue un matériau idéal pour l’auteur de thriller. Au fil de ces entretiens, Bernard Minier évoque ses lectures, ses voyages, son écriture où les reliefs, plus qu’un décor, sont un personnage à part entière.

Donato Carrisi – Je suis l’Abysse (Calmann-Lévy) 20/10

Tout commence par une piscine abandonnée dans laquelle une mère tente de noyer son petit garçon. Des années plus tard, il est devenu un homme, mais pas tout à fait comme les autres. Les séquelles sont là, et les cicatrices aussi. Il a choisi un métier pour que personne ne le remarque jamais : éboueur. Mais lui, remarque tout ce que l’on fait chez nous. Chaque ordure est une clé pour mieux nous comprendre et plonger dans notre sphère intime, car contrairement aux humains, les déchets ne mentent pas. L’éboueur lui-même cache bien des secrets, notamment sa fascination pour les femmes blondes, comme sa mère, et vivant seules…

Mais un jour, sa vie anonyme bascule quand malgré lui, il se retrouve à secourir une adolescente qui se noie dans le lac de Côme. Tout le monde cherche à en savoir plus sur ce sauveteur de l’ombre. Aussi, une enquêtrice, bien décidée à punir les hommes malveillants, cherche à rétablir la vérité sur les disparitions de femmes, toutes blondes…

Henri Loevenbruck – L’assassin de la rue Voltaire (XO) 21/10

(Résumé à venir)

Olivier Bordaçarre – Appartement 816 (L’Atalante) 21/10

« J’ai fait l’expérience que je voulais faire depuis toujours : me raser la tête. Je suis un autre maintenant. Comme quoi on peut devenir un autre assez facilement. Cela veut bien dire quelque chose. »

Le monde traverse une période peu ordinaire. Depuis trois ans, la France a assigné ses citoyens à résidence. Chacun reçoit ses courses par drone. Interdiction d’ouvrir sa fenêtre en dehors des heures programmées. Didier Martin, comptable, vit avec sa femme, son fils et son chien dans un immeuble d’une ville moyenne. Il raconte son histoire à la première personne. Sur les murs, sur les meubles, sur les objets : partout autour de lui, il écrit. Petit à petit, le lecteur se retrouve happé par le mystère de sa situation. Le monde extérieur est devenu infréquentable, mais Didier Martin semble s’en satisfaire. Il aime l’ordre, le respect et préfère la compagnie de ses poissons exotiques à celle des humains.

Dans le huis clos de cet appartement, un suspense psychologique se noue.

R.J. Ellory / Fabrice Colin et Richard Guérineau – Seul le silence (Philéas) 28/10

(Résumé à venir)



Catégories :Littérature

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

47 réponses

  1. Bon ben voilà c’est la catastrophe 🤣. J’en ai rajouté 6 !!

  2. Je sens que ma banquière va pas m’aimer en septembre…. Y en a 4 ou 5 qui me tentent +++ : FX DIllard, Cédric Sire, Antoine Renand, Paula Hawkins…. notamment…

  3. Merci pour cette contre-rentrée ! Grâce à toi, j’élargis toujours mes horizons (déjà bien (trop) remplis) par la rentrée « officielle », et ça fait du bien de pouvoir ouvrir ces portes sur des mondes si différents.

    On a déjà quelques titres en commun, mais j’y ajoute Jérémy Fel (pour une deuxième chance après ma déception sur « Helena »), Elsa Marpeau (j’avais adoré son précédent), le Delzongle écossais, Deon Meyer (forcément), et Chris Brookmyre parti s’aventurer en S.F.
    Et aussi, côté découvertes, « Apprendre à se noyer » de Jeremy Robert Johnson (dont j’entends déjà beaucoup de bien), « Le Livre de Koli » de M.R. Carey, et « Mirrorland » de Carole Johnstone.

    Il va falloir que je retrouve mon rythme de lecture professionnel pour absorber tout ça 🙂

  4. Quelle sélection!!!!! Merci.

  5. Merci Yvan 😘

  6. Euh…. Comment te dire Yvan ? Je vais négocier la vente d’un de mes organes qui éventuellement repousserait 😂 j’en ai sélectionné dix. Merci merci. 🙏😘

  7. 😂😂 Il y a mon sang aussi B- c’est rare, je peux trouver des acquéreurs.

  8. Vais pas tarder à être une espèce en voie de disparition, oui. 😁 Si je croise un vampire, c’est foutu pour moi. Je préfère donner mon sang aux personnes qui en ont besoin. Les livres, je m’arrangerai.
    Merci pour tes rires, Yvan. 🙏❤️

  9. Bonjour et merci pour ces infos de sorties prochaines, déjà hâte pour certains ! 🙂

  10. J’ai déjà pré-commandé le Loubry et celui d’Ophelie, j’ai déjà lu le Coben qui sort toujours en avant-première sur Belgique Loisirs et j’attends particulièrement celui de Johanna Gustawsson. Mais tu viens de mettre un sacré coup à ma wish-list 😄.

  11. Ce genre d article qui m emmene direct à ma ruine 🤣🤩🤩📚📚📚📚 bravo et merci pour tes conseils 🤩

  12. Myron et Win, ça fait un bail que je n’ai pas lu une de leur aventure !
    Je ne connais pas les livres de Mary Robinette Kowal, je vais vite remédier à cela !

  13. Merci pour cette sélection. 6 nouveaux romans dans ma PAL. Minimum !!!

  14. Oh punaise, ma pal vient de faire un énorme bond. Merci Yvan 😅😊

  15. Oups, en voilà 7 dans ma whislist + le dernier Sandrine Destombes qui sort le 07 octobre…va falloir manger des pâtes au beurre cet automne 😁

  16. Finalement j’ai tout noté, Yvan. Tant pis si je finis au gnouf pour braquage de librairie. 😅

  17. C’est bien ce que j’ai l’intention de faire. Mais chut. C’est top secret. Je compte sur ta discrétion. 😋😘

  18. Merci pour Le Chien du Forgeron i

  19. Bonjour, ma PAL ne vous remercie pas !!
    Je suis en trin de lire et d’apprécier Lorsque le dernier arbre.
    J’ai lu aussi et été surprise par Feu de Maria Pourchet.
    Bonne rentrée et surtout bonne lecture

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :