Les monstres – Maud Mayeras

Dans l’immensité de la mer de livres, il y en avait quelques-uns qui surnageaient. D’autres encore plus uniques qui volaient au-dessus des flots de pages, grâce au pouvoir insufflé par leur écrivaine. LA plume (c’est bien ce qui sert à voler, non ?), rare. Et ce qui est rare est chair.

Ces histoires-là avaient réellement de la chair, vous touchaient véritablement dans votre chair. Les tripes à l’air, par l’horreur des situations et l’immense éventail de l’émoi.

Il fallait être attentif pour réussir à attraper ces écrits-là, pour avoir le privilège de s’y plonger, de se laisser emporter par les vagues de mots et d’émotions. Il fallait le bon Reflex pour avoir le Lux d’être touché d’un Hématome de l’âme aussi singulier.

A ce jour, il était quatre fois. Rare ne veut pas dire unique, et cette plume noire revenait, volait, changeait même de couleur. A travers le noir, on percevait du rouge flamboyant, du jaune aveuglant, et tant d’autres teintes qui pigmentaient vos ressentis. Une tessiture de couleurs, parce que cette autrice savait faire chanter les mots.

Il est donc jour pour laisser sortir ce quatrième de la nuit. Sortir du terreau plutôt, tant celui-ci sent la terre, l’humus, les racines mêmes de ce que sont les humains.

Dans l’obscurité peuvent se cacher des monstres. Mais qu’est-ce qu’un monstre, au juste ? Et ne sont-ils pas plutôt enfermés ? La folie des hommes peut engendrer des êtres contre-nature, façonnés à son envie.

Ce Quatre était conte autant qu’histoire vraie. Une sorte de mythe en somme, la condition humaine dévoyée, une énergie sombre mettant en scène des créatures travaillées de glaise. Des composants élémentaires dont LA plume extirpe le fondamental.

C’est le récit d’une mère et de ses deux enfants. L’instinct maternel mis en bocal, l’amour filial et de fratrie en vase clos. La quintessence de l’attachement, jusqu’au dévoiement ultime. Mais que se passe-t-il lorsque l’on ouvre le couvercle ? Une obsession pour LA plume.

Si vous vous aventurez entre ces mots, vous allez les sentir s’insinuer dans chacun de vos pores. Parce que LA plume vous fait entrer dans la tête des monstres, tous les monstres, même les plus cachés (et parfois ils sont beaux, si beaux). Ce n’est pas seulement une histoire qu’elle vous raconte, ce sont des pensées qu’elle vous fait ressentir. Des émotions qu’elle vous fait éprouver, subir, goûter, comprendre, découvrir. Pleurer.

Tant qu’on n’a pas lu LA plume, on ne sait pas ce qu’est réellement la peur, ni qu’elle est intimement liée à une palette de saisissements beaucoup plus large qu’il n’y paraît.

Quand on ressent, on s’identifie ; empathie. Face à la violence et à la puissance des ébranlements de ces êtres de papier, comment rester de marbre ? La terre n’est pas du plomb, elle vit.

LA plume est habile, elle sait qu’il ne faut pas nous démolir complètement. Le Quatre entrecoupe son histoire d’intermèdes narratifs, respirations métaphoriques originales.

Mais pourquoi si court ? Trois cents pages, quand on voudrait rester encore et encore proche de ces personnalités-là. LA plume nous a appris à voler à leurs côtés. L’impression est grisante tant elle sait se transformer en démiurge, comme si elle était dans toutes les têtes. L’atterrissage est brutal, le mal de l’air reste matériel, tactile, tangible bien après l’hallucinant alunissage.

LA plume maîtrise tous les éléments, trie l’air ; thriller. Roman noir par excellence. Mais surtout, elle dompte et domine toutes les émotions, les plus puissantes, les plus vraies comme les plus déformées. Jusqu’à les lâcher ; libres. Sans brides, elles deviennent incontrôlables et vous submergent. Avec de l’amour aussi, beaucoup d’amour.

LA plume a pour nom Maud Mayeras. Le Quatre s’appelle Les monstres. Et il vous appelle.

Yvan Fauth

Date de sortie : 02 octobre 2020

Éditeur : Anne Carrière

Genre : Roman noir

4° de couverture

Ils vivent dans un « terrier ». Les enfants, la mère. Protégés de la lumière du jour qu’ils redoutent. Sales et affamés, ils survivent grâce à l’amour qui les réchauffe et surtout grâce à Aleph, l’immense, le père, qui les ravitaille, les éduquent et les préparent patiemment au jour où ils pourront sortir. Parce que dehors, il y a des humains. Parce qu’eux sont des monstres, et que tant qu’ils ne seront pas assez forts pour les affronter, ils n’ont aucune chance.
Mais un jour Aleph ne revient pas, un jour les humains prédateurs viennent cogner à leur porte. Alors, prêts ou pas, il va falloir faire front, sortir, survivre. Pendant ce temps, dans une chambre d’hôpital, un homme reprend conscience. Une catastrophe naturelle sème la panique dans la région. La police, tous les secours sont sur les dents. Dans ce chaos, l’homme ne connait qu’une urgence : regagner au plus vite la maison où on l’attend.



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

25 réponses

  1. Une auteure qui sort des sentiers battus de l’écriture. Lire ta chronique donne envie, évidemment. J’ai lu deux livres d’elle. Indéfinissable Maudie Mayeras, tant elle étonne par ses mots denses. En une seule phrase elle peut y résumer tout une atmosphère, un statut, psychologie, faire briller son œil photographique des sentiments humains. Merci Yvan pour ta belle chronique. Geneviève

  2. Vous voici bien lyrique, Maître Yvan… c’est l’un des pouvoirs de Dame Maud de susciter ce genre d’élan 😉

  3. Ah la belle critique. Voilà qui pousse à acquérir ce roman hors norme. Merci Yvan.

  4. La Plume qui fout le Chair de poule. Merci Yvan 🙏❤️

  5. Depuis la claque « Hématome » j’attends chacune de ses sorties avec impatience !!!!

  6. Ton article me donne envie de sortir les titres de cette auteure que j’ai déjà dans ma PAL.

  7. De plume à plume… Autant de plaisir à vous lire l’un et l’autre…

  8. Joli l’ami ! La plume de Maud t’inspire et comme j’avais apprécié « Reflex », j’ai acheté celui-là aussi (comme Lux d’ailleurs, mais je n’ai pas encore eu le luxe de le lire).

    Yvan, tu es un monstre de tentation livresque !! 😀

  9. Il me le faut,
    Mais pourquoi je l’ai pas encore ???

  10. Ben j’ai pas de librairie dans les parages pour l’instant et tant de livre à lire. 😉

  11. J’aime tellement Maud. C’est ma Reine. T’as bien raison, une plume comme aucune autre! 😉
    Un coup de cœur ❤️

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :