Sélection de sorties littéraires : Août – septembre – octobre 2020

Après le marasme du début d’année, les sorties qui s’annoncent sont nombreuses. C’est même une véritable déferlante ! Dans tous les genres, tous les styles. Inévitablement, même un grand lecteur doit faire des choix.

Voici ma sélection personnelle des sorties littéraires de août à octobre 2020qui ne se veut absolument pas exhaustive et est uniquement le reflet de mes goûts et envies.

Une sélection éminemment intime, volontairement orientée. Parce qu’avec ce qui se déroule dans ce monde, mes envies de lectures évoluent. J’ai besoin d’évasion, d’imagination, de créativité et de nouveauté ! Peu de lectures nombrilistes ou trop ancrées dans le banal quotidien, mais l’envie de défricher d’autres terrains tout en profitant de ceux qui résonnent encore en moi. Beaucoup de littérature dite « de genre », donc. A venir, avenir.

Auteurs connus, mais aussi des découvertes, d’écrivains capables d’inventer un monde tout en étant ancré dans les valeurs qui sont le fondement du nôtre.

Cette liste sera affinée et éventuellement complétée tout au long de ses prochaines semaines.

La liste est tellement importante que je l’ai découpée en deux : mes priorités, et en second une liste de lectures qui peuvent également m’attirer. Je le répète, le choix reflète l’humeur du moment.

Bonnes découvertes, bonnes futures lectures ! Allez chez vos libraires et lisez !

Deon Meyer – La proie (Série noire) 13/08

Au Cap, Benny Griessel et Vaughn Cupido, de la brigade des Hawks, sont confrontés à un crime déconcertant : le corps d’un ancien membre de leurs services, devenu consultant en protection personnelle, a été balancé par une fenêtre du Rovos, le train le plus luxueux du monde. Le dossier est pourri, rien ne colle et pourtant, en haut lieu, on fait pression sur eux pour qu’ils lâchent l’enquête.À Bordeaux, Daniel Darret, ancien combattant de la branche militaire de l’ANC, mène une vie modeste et clandestine, hanté par la crainte que son passé ne le rattrape. Voeu pieux : par une belle journée d’août, un ancien camarade vient lui demander de reprendre du service. La situation déplorable du pays justifie un attentat. Darret, qui cède à contre coeur, est aussitôt embarqué, via Paris et Amsterdam, dans la mission la plus dangereuse qu’on lui ait jamais confiée. Traqué par les Russes comme par les services secrets sud-africains, il ne lâchera pas sa proie pour autant…

Franck Bouysse – Buveurs de vent (Albin Michel) 19/08

Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et soeur, soudés par un indéfectible lien.

Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette.

Matthieu, qui entend penser les arbres.

Puis Mabel, à la beauté sauvage.

Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs.

Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid…

Laurent Petitmangin – Ce qu’il faut de nuit (La manufacture de livres) 20/08

C’est l’histoire d’un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent, et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l’importance à leurs yeux, ceux qu’ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C’est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le cœur de trois hommes. Laurent Petitmangin, dans ce premier roman fulgurant, dénoue avec une sensibilité et une finesse infinies le fil des destinées d’hommes en devenir.

Jean-Marie Blas de Roblès – Ce qu’ici bas nous sommes (Zulma) 20/08

Qui peut jurer de ne pas inventer, au moins en partie, ses souvenirs ? Certainement pas Augustin Harbour. Quarante ans plus tôt, errant dans le désert du Sud libyen, il est tombé sur une mystérieuse oasis : Zindān. On y arrive de n’importe où, de n’importe quand, et aucun des autres voyageurs échoués là ne sait comment en repartir. C’est que Dieu lui-même apparemment y vit, en compagnie de son envoûtante vestale, Maruschka Matlich.

Réfugié dans une clinique de luxe, sur les rives du lac Calafquén au Chili, carnets, croquis et annotations à l’appui, Augustin dresse l’inventaire de cette extravagante épopée, des habitants et de leurs mœurs étranges – tabous alimentaires, pratiques sexuelles, objets sacrés et autres signes parleurs –, qui prend vite des allures de fantasmagorie. Présent et imaginaire se mêlent, comme pour une dangereuse immersion au cœur des ténèbres.

Tiffany McDaniel – Betty (Gallmeister) 20/08

“Ce livre est à la fois une danse, un chant et un éclat de lune, mais par-dessus tout, l’histoire qu’il raconte est, et restera à jamais, celle de la Petite Indienne.”

La Petite Indienne, c’est Betty Carpenter, née dans une baignoire, sixième de huit enfants. Sa famille vit en marge de la société car, si sa mère est blanche, son père est cherokee. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et sœurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour, toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler.

C.A. Fletcher – Un gars et son chien à la fin du monde (J’ai lu) 26/08

Griz vit avec sa famille et ses chiens sur une île au large de l’Écosse. Ses premiers voisins sont à trois îles de là, et les suivants… si loin que ce ne sont sans doute plus des voisins. En fait, si Griz additionnait toutes les personnes croisées au cours de son existence, on pourrait à peine former une équipe de football. Car, une génération après la Castration, la Terre compte moins de dix mille habitants. Et pas beaucoup de chiens. Alors, quand on lui vole un des siens, son sang ne fait qu’un tour. Ainsi débute l’épopée de Griz au coeur des vestiges de notre civilisation laissée à l’abandon, avec pour seuls compagnons son autre chien, son journal et la nostalgie d’un monde entraperçu au travers des livres trouvés sur son chemin.

Patrick Bauwen – L’heure du diable (Albin Michel) 26/08

Chris Kovak est médecin, agoraphobe, incapable de sortir de chez lui. Quand un mystérieux patient le contacte, un compte à rebours meurtrier commence.
Audrey Valenti est lieutenant de la brigade Évangile, spécialiste des crimes du métro. Lorsque le corps d’une inconnue habillée en sorcière est retrouvé sur les voies ferrées, débute la plus incroyable des enquêtes.
Tous deux traquent le diable, un psychopathe monstrueux et insoupçonnable.
Mais c’est le diable qui va les trouver.

Après Le jour du Chien et La Nuit de l’ogre, Patrick Bauwen achève sa trilogie et révèle l’identité de son tueur hors normes.

Graines de héros (recueil en faveur de UNICEF) (Le livre de poche) 26/08

Jorge vit en Equateur. Tous les jours il plante des graines de kapokier là où une compagnie forestière américaine a eu l’autorisation d’exploiter l’or vert d’Amazonie. Pour chaque arbre déraciné, Jorge dépose une graine dans l’espoir de combattre la déforestation massive de son pays, mais un jour, le couperet tombe. Jorge et son père sont contraints de quitter leur maison en plein cœur de la forêt. Commencent alors trois histoires :
Julien Sandrel, Laure  Manel, Gavin’s Clemente-Ruiz et Sophie Tal Men ont projeté Jorge trente ans plus tard, en France ; Aurélie Valognes, Lena Walker, Romain Puertolas et Lorraine Fouchet ont pris le chemin de l’exil avec le petit planteur de kapokier, le faisant traverser l’Equateur avec pour destination le volcan Cotopaxi  ; quant à Baptiste Beaulieu, Serena Giuliano, Sophie Astrabie et Virginie Grimaldi, ils ont réveillé l’Esprit du Fleuve Napo et confronté  Jorge à son destin.

Jacques Saussey – Cinq doigts sous la neige (Cosmopolis) 27/08

Une fête d’anniversaire.
Une forêt enfouie sous la neige.
Quinze jeunes coupés du monde.

Marc Torres, écrivain à succès, vit seul avec son fils dans un immense domaine isolé dans les bois.
Alexandre a été très perturbé par le décès de sa mère, cinq ans plus tôt. Plongé dans son travail pour tenter d’oublier la douleur du deuil, Marc ne l’a pas soutenu comme il l’aurait dû.
Lorsque son fils lui demande l’autorisation d’inviter des amis chez eux pour son dix-huitième anniversaire, Marc ne peut refuser, même s’il craint les débordements des jeunes.

Pendant la fête, le ciel se couvre très vite au-dessus des sapins noirs. Bientôt, la neige bloque les accès à la montagne et verrouille la quinzaine d’adolescents chez les Torres au cœur de la forêt silencieuse.

Marc est inquiet. Alexandre est un garçon fragile. Il va devoir le protéger des autres, mais aussi de lui-même.

À tout prix.

Robert Jackson Bennett – Vigilance (Le Belial’) 27/08

Trois tireurs armés jusqu’aux dents lâchés dans un « environnement » public aléatoire délimité. Un but : abattre le plus de personnes possible. Une promesse : un énorme paquet de fric pour celui qui quitte les lieux indemne. Si l’une des « cibles » met hors d’état de nuire l’un des tireurs et survit, une part du pactole lui échoit. Des règles simplissimes, et des dizaines de drones qui filment le tout pour le plus grand bonheur de millions de spectateurs hystérisés, d’annonceurs aux anges et de John McDean, producteur et chef d’orchestre de Vigilance, le show TV qui a résolu le problème des tueries de masses aux États-Unis…

Caitlín R. Kiernan – Les Agents de Dreamland (Le Belial’) 27/08

Winslow, Arizona. Deux agences du renseignement y ont dépêché leur meilleur élément. Il y a le Signaleur, un homme désabusé, brûlé aux secrets défense d’un nombre d’administrations qu’il ne peut même plus compter. Et il y a Immacolata Sexton, un mythe vivant, une femme à la réputation proprement terrifiante — si elle n’était pas humaine, le Signaleur n’en serait pas plus étonné que cela… Leur mission ? Enquêter sur une secte dont on vient de retrouver les membres à l’état de cadavres horriblement mutilés au cœur du désert. Une femme en a réchappé. Persuadée d’être investie d’une mission sacrée, elle représente peut-être une bombe à retardement pour l’humanité toute entière… Car dans les tréfonds ténébreux du Système solaire, la sonde New Horizons s’approche de Pluton. Or, nul ne sait ce qu’elle va vraiment trouver aux abords de la planète naine…

Astrid Monet – Soleil de cendres (Agullo) 27/08

L’histoire se déroule à Berlin aujourd’hui et se passe en trois jours :  » Le jour du retour, le jour du tremblement et le jour sans nom « . Trois jours durant lesquels va se jouer le destin de trois personnages.

Dans une Europe accablée par une chaleur étouffante, Marika, 38 ans, revient à Berlin avec son fils Solal. Ce voyage en Allemagne replonge la jeune française dans une langue étrangère et un passé douloureux : sept ans plus tôt, à la naissance de Solal, elle a quitté la ville brutalement. Aujourd’hui, elle emmène son enfant rencontrer pour la première fois son père, Thomas, un célèbre dramaturge et metteur en scène allemand. Elle accepte de les laisser seuls tous les deux pour une nuit.
Le lendemain, alors qu’elle doit les retrouver dans un café, une catastrophe naturelle sans précédent va bouleverser le pays et le destin de cette famille. Dans l’Ouest de l’Allemagne, un vieux volcan s’est réveillé : une éruption d’une intensité terrible laisse échapper une nuée ardente et en quelques heures un nuage de cendres recouvre Berlin de ses flocons noirs. Au même moment, la ville est secouée par un violent tremblement de terre qui coupe la ville en deux. Dans ce décor de fin du monde, Marika part à la recherche de son fils, pris au piège avec son père dans les décombres.

Dominique Maisons – Avant les diamants (La Martinière) 27/08

Hollywood, 1953. L’industrie cinématographique est un gâteau fourré à l’arsenic que se disputent la mafia, l’armée et les ligues de vertu catholiques. Dans ce marécage moral et politique, ne survivent que les âmes prêtes à tout. Le producteur raté Larkin Moffat est de ceux-là. Abonné aux tournages de séries B, il fait vivoter les crève-la-faim du cinéma et enrage contre ce système qui l’exclue. Jusqu’au jour où il se voit proposer la chance de sa vie. Dans cette combine dangereuse vont graviter autour de lui le major Buckman, parieur et coureur invétéré, le très ambivalent père Santino Starace, l’impresario et proxénète Johnny Stompanato. Tous vont croiser leurs destins, multiplier les manœuvres et les crimes dans ce grand cirque du cinéma américain. Alors que défilent les Errol Flynn, Clark Gable, Hedy Lamarr et autres Frank Sinatra, ce petit monde sans scrupule va s’adonner à ce qu’il sait faire de mieux : manipuler les masses et veiller à son profit.

Charles Yu – Chinatown, intérieur (Aux forges de Vulcain) 28/08

Willis est un Américain d’origine asiatique qui tente de percer à Hollywood. Dans un monde qui voit tout en noir et blanc, qui se pense comme un affrontement entre Noirs et Blancs, Willis a-t-il sa place ? Mêlant le petit et le grand écran, la série policière, le film de kung-fu, la comédie romantique, le film de procès, Charles Yu nous offre un grand roman américain, émouvant, tendre et parfois amer, un récit d’odyssée personnelle et de conquête sociale dans ce champ de bataille qu’est la société américaine.

Jérôme Loubry – De soleil et de sang (Calmann-Lévy) 02/09

Dans ce quartier chic de Port-au-Prince s’élèvent de belles demeures de pierre entourées de palmiers, de flamboyants et d’arbres orchidées. C’est là que, pour la deuxième fois en une semaine, un couple est retrouvé assassiné dans sa chambre. Deux corps mutilés gisant au pied du lit conjugal. La presse titre déjà sur une série de « crimes vaudous ».
Pourtant l’inspecteur Simon Bélage refuse de tomber dans la superstition. Sur cette île, la corruption et le trafic d’enfants font plus de ravages que le terrible Baron Samedi, le dieu des morts. Simon sait avec certitude que ces crimes sont l’oeuvre d’un être de chair et de sang. Et tous les indices convergent vers un orphelinat fermé depuis près de vingt ans, surnommé la « Tombe joyeuse ».
Mais Simon devrait prendre garde. En Haïti, ignorer les avertissements des esprits, qu’ils soient vrais ou faux, peut se révéler dangereux…

Colin Niel – Entre fauves (Rouergue) 02/09

Martin est garde au parc national des Pyrénées. Il travaille notamment au suivi des derniers ours. Mais depuis un an et demi, on n’a plus trouvé la moindre trace de Cannellito, le seul plantigrade avec un peu de sang pyrénéen qui fréquentait encore ces forêts, pas d’empreinte de tout l’hiver, aucun poil sur les centaines d’arbres observés. Martin en est chaque jour plus convaincu : les chasseurs auront eu la peau de l’animal. L’histoire des hommes, n’est-ce pas celle du massacre de la faune sauvage ? Alors, lorsqu’il tombe sur un cliché montrant une jeune femme devant la dépouille d’un lion, arc de chasse en main, il est déterminé à la retrouver et la livrer en pâture à l’opinion publique. Même si d’elle, il ne connaît qu’un pseudonyme sur les réseaux sociaux : Leg Holas. Et rien de ce qui s’est joué, quelques semaines plus tôt, en Afrique.
Entre chasse au fauve et chasse à l’homme, vallée d’Aspe dans les Pyrénées enneigées et désert du Kaokoland en Namibie, Colin Niel tisse une intrigue cruelle où aucun chasseur n’est jamais sûr de sa proie.

Léafar Izen – La marche du levant (Albin Michel) 02/09

Une Terre au ralenti. Une héroïne déterminée. Une épopée inoubliable.

Trois cents ans. C’est le temps que met la Terre pour tourner sur elle-même. Dans le ciel du Long Jour, le soleil se traîne et accable continents et océans, plongés tantôt dans une nuit de glace, tantôt dans un jour de feu. Contraints à un nomadisme lent, les peuples du Levant épousent l’aurore, les hordes du Couchant s’accrochent au crépuscule.
Récemment promue au rang de maître, l’assassine émérite Célérya accepte un enrôlement douteux dans le désert de l’est. Là, sans le vouloir, elle contribue à l’accomplissement d’une prophétie en laquelle elle n’a jamais cru.
Un domino vient de tomber ; les autres suivront-ils ?

David Joy – Ce lien entre nous (Sonatine) 03/09

Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne, il tue un homme par accident. Le frère du défunt, connu pour sa violence et sa cruauté, a vite fait de remonter la piste jusqu’à lui. Un face à face impitoyable s’engage alors.

Samir Machado de Machado – Tupinilandia (Métailié) 03/09

Situé au cœur de l’Amazonie, un fabuleux roman entre Orwell et Jurassic Park, un blockbuster d’aventures et une réflexion sur la nostalgie, la mémoire et le nationalisme.

Tupinilândia se trouve en Amazonie, loin de tout. C’est un parc d’attractions construit dans le plus grand secret par un industriel admirateur de Walt Disney pour célébrer le Brésil et le retour de la démocratie à la fin des années 1980. Le jour de l’inauguration, un groupe armé boucle le parc et prend 400 personnes en otages. Silence radio et télévision.

Trente ans plus tard, un archéologue qui ne cesse de répéter à ses étudiants qu’ils ne vont jamais devenir Indiana Jones revient sur ces lieux, avant qu’ils ne soient recouverts par le bassin d’un barrage. Il découvre à son arrivée une situation impensable : la création d’une colonie fasciste orwellienne au milieu des attractions du parc dévorées par la nature. À la tête d’une troupe de jeunes gens ignorant tout du monde extérieur qu’ils croient dominé par le communisme, il va s’attaquer aux représentants d’une idéologie qu’il pensait disparue avec une habileté tirée de son addiction aux blockbusters des années 1980.

Avec humour, intelligence et une imagination foisonnante, l’auteur renverse les clichés des romans d’aventures et des films d’action tout en réfléchissant sur l’ambiguïté de la nostalgie, l’importance de la mémoire et les dangers du nationalisme.

Une magnifique preuve que le plaisir de raconter une histoire extraordinaire, servi par un talent littéraire remarquable, peut se mettre au service d’une réflexion politique actuelle.

Benjamin Whitmer – Les dynamiteurs (Gallmeister) 03/09

1895. Le vice règne en maître à Denver, minée par la pauvreté et la violence. Sam et Cora, deux jeunes orphelins, s’occupent d’une bande d’enfants abandonnés et défendent farouchement leur “foyer” – une usine désaffectée – face aux clochards des alentours. Lors d’une de leurs attaques, un colosse défiguré apporte une aide inespérée aux enfants, au prix de graves blessures que Cora soigne de son mieux. Muet, l’homme-monstre ne communique que par des mots griffonnés sur un carnet. Sam, le seul qui sache lire, se rapproche de lui et se trouve ainsi embarqué dans le monde licencieux des bas-fonds. Expéditions punitives, lynchages et explosions précipitent l’adolescent dans l’univers honni des adultes, qui le fascine et le repousse à la fois. Au point de modifier sa nature profonde, et de l’éloigner insidieusement de Cora.

Amélie Antoine – Le jour où (XO) 03/09

Quand l’amour redonne vie et espoir à des âmes cabossées…

Printemps 2019, un cimetière parisien.
Rebecca a pris l’habitude de venir fleurir des tombes à l’abandon.
Benjamin, lui, vient assister à l’enterrement d’un inconnu.
Quand le hasard les met sur la route l’un de l’autre, le rapprochement se fait avec douceur et prudence, chacun prisonnier de sa propre souffrance.
Les secrets du passé sont parfois lourds à dévoiler, et ceux de Rebecca font osciller Benjamin entre amour fou et inquiétude sourde.
Et comment séduire une femme alors que l’on porte en soi une lourde culpabilité ?

Ces deux écorchés vifs vont pourtant apprendre à s’apprivoiser, à baisser les armes, laissant de côté l’ombre pour la lumière…

Un roman bouleversant, une plume hypnotisante.

Rita Indiana – Le tentacules (Rue de l’échiquier) 03/09

En 2027, dans une République Dominicaine ravagée par des désastres écologiques qui ont détruit toute forme de vie sous-marine et où règne une technologie ultra-développée, Acilde, adolescente de classe pauvre, est depuis peu la domestique d’Esther Escudero, une prêtresse de la Santería. Elle cherche à vendre illégalement l’anémone que possède sa patronne pour acquérir le Rainbow Bright, une drogue qui lui permettrait de changer de sexe sans intervention chirurgicale. Mais la situation dégénère et Acilde se retrouve en fuite…

Dans les années 2000, Argenis, artiste en perdition, se voit proposer une résidence artistique à Sosùa de la part d’un mécène italien, Giorgio Menicucci, qui souhaite y créer un sanctuaire marin avec sa femme, Linda.

Par un concours de circonstances, Acilde et Argenis se retrouvent en contact avec leurs vies antérieures : Acilde est propulsée en 1991 et Argenis sur un bateau flibustier du XVIIe siècle – à deux époques-clés dans l’histoire des Caraïbes. Parviendront-ils à changer le cours des choses et à empêcher les catastrophes qui ont ravagé leur pays ?

Edouard Verkine – Sakhaline (Actes Sud) 09/09

Un virus foudroyant envenime le monde : la MOB, la rage mobile, qui transforme les hommes en zombies. Dans les lendemains apocalyptiques du feu nucléaire, seul le Japon a survécu. Aux marches ouest de ce nouvel empire despotique, l’île de Sakhaline reste l’éternelle terre de bagne peinte en son temps par Tchekhov. La mort est son industrie. Réfugiés chinois et coréens y sont relégués. C’est là que débarque la jeune Lilas, russo-japonaise, pour une mission de recherche en futurologie appliquée : « l’art de coopérer avec après-demain ». Elle se voit bientôt flanquée d’Artiom, soldat d’élite. Mais de tremblement de terre en insurrection, d’épidémie en débandade, d’attaque chimique en razzia, le voyage d’étude se transforme en une longue course à travers l’île dans un climat de désespoir triomphant. S’inspirant de la prose carcérale classique, de l’esthétique des thrillers hong-kongais, du style des carnets de voyage de Tchekhov ou encore de «La Route» de Cormac McCarthy, «Sakhaline» fait exploser le genre post-apocalyptique classique.

Christophe Carpentier – Cela aussi sera réinventé (Au diable vauvert) 10/09

IMAGINER L’AVENIR N’EST PLUS UN PASSE-TEMPS ANODIN. C’EST DEVENU UN JEU RISQUÉ.

« L’Accablement Climatique est devenu un agent mortifère au service de la Décontextualisation Nomade. Il n’y a pas une parcelle de terrain planétaire qui ne porte pas, soit les stigmates géologiques des cataclysmes en cours d’amplification, soit les stigmates psychologiques des populations sinistrées peinant à cohabiter avec le souvenir de leur vie passée. »

Deux siècles après, nés pour réconcilier le biologique et l’éthique, les Nomades Décontextualisés ont transformé le monde en un lieu où les singularités et les affects n’existent plus. Claire Kraft va le découvrir à ses dépens.

Rivers Solomon – Les abysses (Aux forges de Vulcain) 11/09

Lors du commerce triangulaire, quand une femme tombait enceinte sur un vaisseau négrier, elle était jetée à l’eau. Mais en fait, toutes ces femmes ne sont pas mortes. Certaines ont survécu, se sont transformées en sirènes et ont oublié cette histoire traumatique. Un jour, l’une d’entre elles, Yetu, va leur rappeler.

Cécile Cabanac – Requiem pour un diamant (Fleuve) 17/09

Ce matin, la DRPJ de Versailles fourmille déjà. On vient de leur signaler un meurtre…
Malgré la fatigue d’une nuit de planque, la commandant Virginie Sevran est envoyée sur les lieux. Elle ne cache pas son soulagement d’y retrouver son ancien collègue et ami Pierre Biolet, qui a récemment quitté Clermont-Ferrand pour la rejoindre dans cette partie cossue de la région parisienne.
Ensemble, ils découvrent le cadavre de Victor Bardier, bijoutier renommé installé rue du Faubourg-Saint-Honoré, profondément lacéré et baignant dans son sang. Le corps a été déplacé, la scène de crime n’a pas été correctement gelée, quant à la femme de la victime, elle a disparu… Et que dire de cette énigmatique gemmologue russe avec laquelle le joaillier travaillait depuis peu ?
De la place Vendôme au quartier des diamantaires d’Anvers, ce polar nous entraîne dans un monde confidentiel et feutré où, comme les diamants, la vérité comporte bien des facettes.

Nicolas Beuglet – Le dernier message (XO) 17/09

Le dernier message pourrait vous plonger dans des abysses d’angoisse et de folie…

Île d’Iona, à l’ouest de l’Ecosse. des plaines d’herbes brunes parsemées de roches noires. Et au bout du  » Chemin des morts « , la silhouette grise du monastère.

Derrière ces murs suppliciés par le vent, un pensionnaire vient d’être retrouvé assassiné. Son corps mutilé de la plus étrange des façons. C’est l’inspectrice écossaise Grace Campbell qui est chargée de l’enquête. Après un an de mise à l’écart, elle joue sa carrière, elle le sait.

Sous une pluie battante, Grace pousse la lourde porte du monastère. Elle affronte les regards fuyants des cinq moines présents. De la victime, ils ne connaissent que le nom, Anton. Tous savent, en revanche, qu’il possédait un cabinet de travail secret aménagé dans les murs. Un cabinet constellé de formules savantes…

Que cherchait Anton ? Pourquoi l’avoir éliminé avec une telle sauvagerie ? Alors qu’elle tente encore de retrouver confiance en elle, Grace ignore que la résolution d’une des énigmes les plus vertigineuses de l’humanité repose tout entière sur ses épaules…

Josh Malerman – Inspection (Calmann-Lévy) 23/09

« Le croisement improbable de 1984 et de Sa Majesté des mouches.  »
Kirkus Reviews

Il existe une école isolée dans la forêt, coupée du reste du monde.
Là-bas, vingt-quatre garçons, tous orphelins, sont formés à devenir des génies, sans jamais qu’on leur dévoile l’existence du sexe opposé.
J est le seul élève persuadé qu’on leur cache quelque chose.
De l’autre côté de la forêt, dans une école en tout point similaire, K, orpheline élevée exclusivement entre filles, se pose elle aussi des questions.
Mais quel est le but des adultes qui dictent les règles de ces instituts ?
J et K mènent l’enquête, chacun de leur côté.
Ils vont se trouver.
Et révéler les horribles secrets de leur univers clos.

Elisa Beiram – Rêveur zéro (L’Atalante) 24/09

Dans un futur proche, une épidémie de rêves.
Ils se matérialisent dans la réalité. Leurs manifestations peuvent être badines, terrifiantes, ou simplement ridicules. Mais les pires d’entre elles provoquent de réels dégâts. Face à leur multiplication, l’ensemble de la société est mise à l’épreuve.

Martha Wells – Journal d’un AssaSynth, Effet de réseau (L’Atalante) 24/09

« Dans la catégorie androïde, je suis une SecUnit séditieuse. Il y a beau temps que j’ai piraté mon module superviseur et j’ai pris goût au libre arbitre. Cela m’apparente-t-il au genre humain ? Beurk. Sûrement pas. Dans l’ensemble les humains sont des imbéciles répugnants dévorés par leurs émotions. »

Mais on ne se refait pas. Ou bien si, justement. Et quand une mission d’exploration de ceux qui l’ont accueilli dans leur communauté tombe sous l’assaut d’un bâtiment hostile, AssaSynth n’hésite pas à payer de sa personne. À plus forte raison si la situation tourne à l’inextricable : un vaisseau qui-n’est-pas-son-ami (« ça n’a rien à voir avec les interactions humaines ») décérébré, des pirates contrôlés par un implant sauvage, un monde dévoyé qu’on s’arrache et jusqu’à une ado encombrante trop futée. Il faut protéger les uns (y compris d’eux-mêmes), rentrer dans le lard des autres. Et attention : se méfier des reliques aliens imprévisibles. Action.

Le roman Effet de réseau fait suite aux quatre novellas du « Journal d’un AssaSynth ».

Marc Lévy – C’est arrivé la nuit (Robert Laffont) 29/09

Ils sont hors-la-loi
Mais ils œuvrent pour le bien
Ils sont amis et partagent leurs secrets
Pourtant ils ne se sont jamais rencontrés
Jusqu’au jour où… 

C’est arrivé la nuit
Le premier tome de la série 9.

Romain Puértolas – Sous le parapluie d’Adélaïde (Albin Michel) 30/09

Rose Rivière, une jeune et jolie femme, a été étranglée le 25 décembre sur la place de la grande ville de M., au milieu de cinq cents personnes qui assistaient au spectacle de Noël.
Pourtant, personne n’a rien vu. De l’événement il ne reste qu’une photo en noir et blanc, prise par le journaliste local, où l’on voit deux mains noires encerclant le cou de Rose. Or, à cette époque, il n’y a qu’un noir à M. Celui-ci est vite incarcéré, mais son avocate, commise d’office, est persuadée de son innocence. Elle décide de tout faire pour la prouver, car il y a peut-être un unique témoin… qui était caché sous le parapluie d’Adélaïde…
Sous le parapluie d’Adélaïde est le deuxième volet de la série littéraire initiée par Romain Puértolas avec La Police des fleurs, des arbres et des forêts, dans laquelle l’auteur se joue subtilement du lecteur.

Bernard Werber – La Planète des chats (Albin Michel) 30/09

Après l’effondrement de la civilisation humaine, Bastet, reine autoproclamée des chats, et sa petite communauté hétéroclite composée notamment de Champollion, le perroquet traducteur,
de Nathalie, sa servante humaine et de Pythagore, le chat encyclopédique, ont dû se résoudre à fuir direction New-York pour échapper aux rats qui ont envahi l’Europe.
Mais l’arrivée sur la terre promise est un cataclysme : la statue de la Liberté est recouverte de rongeurs et les hommes ont disparu de tout horizon terrestre. Heureusement, Bastet et ses compagnons sont recueillis par les derniers américains repliés dans les buildings. Un refuge hors sol, précieux, mais au sein duquel Bastet, bien que connectée par le biais de son port USB, va devoir refaire toute sa place. Car dans cette étrange démocratie reconstituée en 102 tribus, les chats n’ont pas vocation à régner… Dehors pourtant le danger est grand, les rats
grouillent, plus forts et organisés que jamais. Et les hommes ont beaucoup de mal à se mettre d’accord pour combattre ensemble.
Bastet va-t-elle parvenir à les rallier derrière elle ?

François-Xavier Dillard – Prendre un enfant par la main (Belfond) 01/10

Lorsque vous lâchez la main de votre enfant, êtes-vous certain de pouvoir la serrer de nouveau un jour ?

Quatre ans après la disparition de leur fille Clémentine dans le naufrage d’un voilier, Sarah et Marc sont rongés par la culpabilité et la tristesse.
Jusqu’à ce que de nouvelles voisines emménagent sur le même palier avec leur enfant, Gabrielle, dont la ressemblance avec Clémentine est troublante. Au contact de cette adolescente vive et enjouée, Sarah reprend peu à peu goût à la vie.
Mais lorsque le destin de Gabrielle bascule dans l’indicible, les démons que Sarah avait cru pouvoir retenir se déchaînent une seconde fois.

Marina Carrère d’Encausse – Les enfants du secret (Heloïse d’Ormesson) 01/10

Noirceur des tourments sous la pureté de l’enfance.

Paris, porte de la Chapelle. À quelques heures d’intervalle, deux hommes sont retrouvés défigurés, scarifiés, empreintes effacées. L’affaire s’annonce compliquée pour le commandant de la Crim’, Marie Tebert. Et elle vire au cauchemar lorsque la légiste succombe à une fièvre hémorragique après l’autopsie. Que cache le rituel autour de ces crimes ? Quel lien unissait les victimes aux profils si différents ? Au fil de l’enquête, Marie et son équipe remontent la piste d’un scandale entre la Creuse et la Réunion. Un drame qui dépasse de loin tout ce qu’elle pouvait imaginer.

Adrien Pauchet – Désert noir (Aux forges de Vulcain) 01/10

Jocelyn est un jeune flic qui, après une sale affaire, se retrouve mis à l’épreuve. Il intègre une équipe qui a pour mission de démanteler un trafic à Paris d’une nouvelle drogue qui permet, à celui qui la consomme, de revoir chacun des êtres chers qu’il a perdus. En butte à l’hostilité d’une partie de la police, sur le qui-vive, il finit par avoir l’impression de chercher à sauver une société qui ne veut pas l’être.

China Miéville – En quête de Jake et autres nouvelles (Fleuve) 01/10

Entrez dans un Londres post-apocalyptique ravagé par des créatures surnaturelles, à la fois étranges et familières… Dans la novella récompensée par le prix Locus en 2003  » Le Tain « , Miéville imagine que nos miroirs abritent des êtres d’une nature incertaine, dangereux. Enfermés et réduits à une condition de simple reflet après avoir été défaits par les hommes dans une guerre très ancienne, ils attendent leur heure… Une fois libérées, ces créatures se mettent à assouvir sans merci leur désir de vengeance. Un seul survivant au milieu de l’apocalypse, Sholl, va tenter de rassembler ce qu’il reste de l’humanité pour résister.

Contenant treize autres nouvelles mettant en scène des paysages visionnaires, des histoires de monstres et de maladies impossibles, aux multiples niveaux de lecture, le recueil En quête de Jake démontre une nouvelle fois le pouvoir de l’imagination virtuose de China Miéville. Certaines histoires sont inédites, dont la nouvelle  » Jacques  » située dans l’univers de Perdido Street Station.

Craig Johnson – Une évidence trompeuse (Gallmeister) 01/10

Un accident apparemment banal, en marge d’un rassemblement de motards dans le Wyoming, laisse un jeune homme entre la vie et la mort. Mais l’affaire semble partir en roue libre pour Walt Longmire et Henry Standing Bear, appelés sur les lieux, tant le gang de motards auquel appartenait le jeune homme se fait menaçant. Pour ne rien arranger, la mère de la victime, l’extravagante Lola, n’est autre qu’une ex-petite amie de Henry et garde un ascendant certain sur lui.
Dans la confusion qui s’ensuit, Walt et Henry, aidés par Vic, se raccrochent aux faits indubitables. Mais un témoignage qui paraît vrai ne l’est pas forcément, car comme le dit si bien Sherlock Holmes «il n’y a rien de plus trompeur qu’une évidence».
Tout au long de cette trépidante enquête, le trio de choc devra apprendre à se méfier de tous pour percer les secrets d’une affaire aux proportions bien plus grandes qu’un simple règlement de comptes.

François Médéline – L’ange rouge (La manufacture de livres) 01/10

À la nuit tombée, un radeau entre dans Lyon porté par les eaux noires de la Saône. Sur l’embarcation,  des torches enflammées, une croix de bois, un corps mutilé et orné d’un délicat dessin d’orchidée. Le crucifié de la Saône, macabre et fantasmatique mise en scène, devient le défi du commandant Alain Dubak et de son équipe de la police criminelle. Six enquêteurs face à l’affaire la plus spectaculaire qu’ait connu la ville, soumis à l’excitation des médias, acculés par leur hiérarchie à trouver des réponses. Vite. S’engage alors une course contre la montre pour stopper un tueur qui les contraindra à aller à l’encontre de toutes les règles et de leurs convictions les plus profondes. Porté par la plume brillante et explosive de François Médéline, L’Ange rouge invite son lecteur à une plongée hallucinée parmi les ombres de la ville et les âmes blessées qui  s’y débattent. 

Maud Mayeras – Les monstres (Anne Carrière) 02/10

Ils vivent dans un « terrier ». Les enfants, la mère. Protégés de la lumière du jour qu’ils redoutent. Sales et affamés, ils survivent grâce à l’amour qui les réchauffe et surtout grâce à Aleph, l’immense, le père, qui les ravitaille, les éduquent et les préparent patiemment au jour où ils pourront sortir. Parce que dehors, il y a des humains. Parce qu‘eux sont des monstres, et que tant qu’ils ne seront pas assez forts pour les affronter, ils n’ont aucune chance.

Mais un jour Aleph ne revient pas, un jour les humais prédateurs viennent cogner à leur porte. Alors, prêts ou pas, il va falloir faire front, sortir, survivre.

Pendant ce temps, dans une chambre d’hôpital, un homme reprend conscience. Une catastrophe naturelle sème la panique dans la région. La police, tous les secours sont sur les dents. Dans ce chaos, l’homme ne connait qu’une urgence : regagner au plus vite la maison où on l’attend.

Gilles Legardinier – Une chance sur un milliard (Flammarion) 07/10

« Je venais d’avoir onze ans lorsque j’ai pris conscience de ce qu’était le destin. C’est drôle, en repensant à cette soirée et à tout ce qui m’est arrivé d’important depuis, je me dis que dans une vie, on ne voit jamais venir les événements qui vont vraiment compter. Depuis ce jour, plus personne ne m’a pris dans ses bras. Enfin, jusqu’à la semaine dernière. C’était encore pour m’annoncer une nouvelle qui allait dynamiter mon existence. Il n’y a pas que les insectes qui se prennent des coups de pantoufle. Je ne sais pas qui les donne, mais si c’est un dieu, il chausse grand. »

À travers cette histoire aussi réjouissante qu’émouvante, j’espère vous entraîner au moment où chacun doit décider de ce qui compte réellement dans sa vie. Plus de temps à perdre. Plus question de s’égarer. Se jeter sans filet. Remettre les pendules à l’heure, dire, faire, espérer. Aimer, libre comme jamais.

Jax Miller – Les lumières de l’aube (Plon) 08/10

Le retour de Jax Miller avec un True crime addictif, dans la lignée de Breaking Bad et De sang-froid de Truman Capote.
30 décembre 1999, Welsh, Oklahoma. Lauria Bible et sa meilleure amie Ashley Freeman, 16 ans, passent la soirée ensemble chez les Freeman. Le lendemain matin, le mobil home familial est en feu et les deux jeunes filles ont disparu. Les corps des parents d’Ashley, sont découverts dans les décombres, deux balles dans la tête.

L’affaire est restée non résolue et les jeunes filles n’ont jamais été retrouvées.
Que s’est-il réellement passé cette nuit-là ? Entre règlement de compte sur fond de trafic de drogue, vengeance, corruption et négligence policière, Jax Miller nous plonge dans les villes oubliées de l’Amérique profonde, loin des lois, là où les plus sombres secrets peuvent s’épanouir..

Cyril Carrère – Le Quatrième Rassemblement (Cosmopolis) 08/10

Trois associés, un cadavre, un butin, une embrouille. Un coup de maître.Visalia, Californie centrale.William, l’homme d’affaires, rêve de créer un nouveau pôle d’excellence dans la région qui l’a vu naître, loin de la Silicon Valley et de la Baie de San Francisco. Lorsque sa société Educorp fait faillite, étourdi par le désir de revanche, il accepte l’aide d’un fonds privé sans en avertir ses associés. Quand Carl, l’avocat fiscaliste, met son nez dans les affaires d’Educorp, ce qu’il découvre va l’aspirer au cœur d’un engrenage incontrôlable.Philip s’active pour offrir une fin de vie décente à sa mère. Pour y parvenir, le lieutenant de police est prêt à tout.Le destin de ces trois hommes va se télescoper quand William doit revoir ses associés, une semaine plus tard, à l’occasion du Rassemblement, rituel instauré depuis la fin de leur aventure commune. Parfaite symétrie des situations et des hommes : dans ce dédale de faux-semblants, de violences feutrées et de trahisons, le face-à-face s’annonce comme la plus dangereuse réunion à laquelle ils aient jamais participé.

Harlan Coben – L’inconnu de la forêt (Belfond) 15/10

WILDE.
SON NOM EST UNE ÉNIGME, TOUT COMME SON PASSÉ.

Il a grandi dans les bois. Seul.
Aujourd’hui, c’est un enquêteur aux méthodes très spéciales.

VOUS IGNOREZ TOUT DE LUI.

Il est pourtant le seul à pouvoir retrouver votre fille et cet autre lycéen disparu.
Le seul à pouvoir les délivrer d’un chantage cruel. D’un piège aux ramifications inimaginables.

Mais ne le perdez pas de vue.

CAR, DANS LA FORÊT, NOMBREUX SONT LES DANGERS ET RARES SONT LES CHEMINS QUI RAMÈNENT À LA MAISON.

A .J. Kazinski – La mort d’une sirène (Robert Laffont) 15/10

Derrière tout conte se cache un cauchemar. Une enquête du célèbre H.C. Andersen, détective à Copenhague.

Erin Morgenstern – la mer sans étoiles (Sonatine) 15/10

 » Aucune histoire ne s’achève jamais vraiment tant qu’elle continue à être racontée. « 

Dans la bibliothèque de son université, Zachary Ezra Rawlins trouve un livre mystérieux, sans titre ni auteur. Découvrant avec stupéfaction qu’une scène de son enfance y est décrite, il décide d’en savoir davantage. C’est le début d’une quête qui le mènera à un étrange labyrinthe souterrain, sur les rives de la mer sans Étoiles. Un monde merveilleux fait de tunnels tortueux, de cités perdues et d’histoires à préserver, quel qu’en soit le prix…

Storia (Hugo) 15/10

15 AUTEURS DE THRILLERS DÉTOURNENT LES CONTES POUR ENFANTS
AU PROFIT DE L’ASSOCIATION ELA

Saint-Nicolas, Barbe-Bleue, Pinocchio,
La belle au bois dormant, Le vilain petit canard, Peau d’âne, Boucle d’or, Le Petit Poucet,
L’arbre de la connaissance, Cendrillon, Blanche-Neige, Les 3 petits cochons,
La petite fille aux allumettes…

Shining in the dark (ActuSF) 16/10

Vos nuits vont devenir blanches. Douze histoires de fantastique et de terreur vous attendent dans ce livre qui rassemble de grandes plumes mondiales de l’horreur, de Stephen King à Jack Ketchum, en passant par Clive Barker et Ramsey Campbell. Des histoires pour la plupart inédtes en français. ce livre a été réalisée à l’occasion des 20 ans du site de référence sur Stephen King : Lilja’s Library.

Elizabeth Little – Les filles mortes ne sont pas aussi jolies (Sonatine) 22/10

 » Donnez-moi un film, et je trouverai la vérité. « 

Au départ, elle n’a rien d’une enquêtrice. Timide, un brin asociale, elle s’efforce d’éviter les ennuis. Marissa Dahl est surtout une étonnante monteuse de films. Engagée sur un long métrage dont le tournage a lieu sur Kickout Island, elle fait la connaissance du metteur en scène Tony Rees, réputé pour son comportement tyrannique. Très vite, elle comprend que quelque chose ne tourne pas rond : une atmosphère de secrets et de paranoïa, des acteurs persécutés… Le film reconstitue une histoire vraie, celle du meurtre non élucidé, vingt ans plus tôt, de Caitlyn Kelly. Pourquoi un tel projet ? Marissa n’en sait pas assez. Elle veut en savoir plus, bientôt elle en saura trop. Alors, il sera trop tard pour revenir en arrière…

Henri Loevenbruck – Le mystère de la main rouge (XO) 22/10

(Résumé à suivre)

Olivier Norek – Impact (Michel Laffon) 22/10

Face au mal qui se propage et qui a tué son fils, pour les millions de victimes passées et les millions de victimes à venir, Virgil Solal entre en guerre, seul, contre des géants. Car, il n’y a pas qu’un seul meurtrier. Ils sont des milliers… et les victimes sont des millions. Pour prouver à tous la menace qui pèse sur l’humanité, il sera forcé de tuer à son tour… 

C’est l’histoire d’un monstre qui existera bientôt. C’est l’histoire d’un monstre que nous construisons jour après jour. C’est l’histoire d’un monstre. Et vous serez de son côté. 

Pierre Bordage – Contes des sages d’autres mondes et d’autres temps (Seuil) 22/10

Une réflexion spirituelle sur l’humanité, son évolution et son futur.

Maxime Chattam – L’illusion (Albin Michel) 28/10

Jack Koch – L’enfance, c’est… (Le livre de poche) 28/10

Illustrateur très actif sur les réseaux sociaux, Jack Koch a invité 120 auteurs, connus et moins connus, français et étrangers, issus de tous les genres littéraires, à offrir leur définition de l’enfance, qu’il a illustrée. La magie opère à nouveau  : ce sont autant de souvenirs et d’émotions qui sont dites, avec justesse, finesse et beaucoup de tendresse.

Baptiste Beaulieu, Franck Bouysse, Michel Bussi, Barbara Constantine, David Foenkinos, Lorraine Fouchet, Eric Giacometti et Jacques Ravenne, entre autres, autant de sensibilités et de visions du monde, pour notre plus grand bonheur !

Et d’autres titres qui pourraient m’intéresser :

Colson Whitehead – Nickel boys (Albin Michel) 19/08

John Crowley – Kra (L’Atalante) 20/08

Christian Niemiec et Ludovic Manchette – Alabama 1963 (Cherche-Midi) 20/08

Sacha Erbel – Eugène Terredefeu (Eaux troubles) 21/08

Gilles Marchand – Requiem pour une apache (Aux forges de Vulcain) 21/08

Armèle Malavallon – La pire espèce (Ramsey) 25/08

Blake Crouch – Recursion (J’ai lu) 26/08

Hervé Jourdain – Terminal 4 (Fleuve) 27/08

Renee Knight – La confidente (Fleuve) 27/08

Leigh Bardugo – La neuvième maison (De Saxus) 27/08

Ted Chiang – Expiration (Denoël) 02/09

Ragnar Jonasson – Sigló (La Martinière) 17/09

Matthieu B. Gousseff – Ici finit le monde occidental (La manufacture de livres) 03/09

Vincent Villeminot – Comme des sauvages (Pocket jeunesse) 10/09

Eva Garcia Saenz – Le silence de la ville blanche (Fleuve) 10/09

Ken Follett – Le crépuscule de l’aube (Robert Laffont) 17/09

Robert Goddard – Le monde des Abberley (Sonatine) 17/09

Katerina Autet – La chute de la maison Whyte (La bête noire) 17/09

Joe Hill – Le carrousel infernal (Lattès) 23/09

Jean-Luc Bizien – Et puis mourir (Fayard) 30/09

Thomas Sands – L’un des tiens (Les Arènes) 30/09

Jacob Ross – Lire les morts (Sonatine) 01/10

Max Annas – Kodjo (Belfond) 01/10

Cai Jun – Comme hier (XO) 01/10

Marc Voltenauer – Les protégés de Sainte Kinga (Slatkine) 01/10

Romain Slocombe – La Gestapo Sadorski (Robert Laffont) 01/10

Michael Fenris – Vengeance sur Pellicule (Eaux troubles) 02/10

Jacques Expert – Plus fort qu’elle (Calmann-Lévy) 07/10

Hugh Howey – Une colonie (Actes Sud) 07/10

Bruce Benamran – L’ultime expérience (Flammarion) 07/10

Antoine Tracqui – Lune de glace (Critic) 08/10

François d’Épenoux – Les désossés (Anne Carrière) 09/10

Stéphane Marchand – Face mort (Fleuve) 15/10

Tom Chatfield – Bienvenue à Gomorrhe (Hugo) 15/10



Catégories :Littérature

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

30 réponses

  1. Pfiouh, quelle liste !!!
    Le pire, c’est qu’il y en a pas mal qui m’intéressent aussi, dont certains en plus de la liste que j’ai déjà dressée… Il va encore falloir oublier de dormir ! Et demander au banquier de regarder ailleurs si j’y suis 😛

    • je suis content de t’en avoir rajouté, sadiquement 😉 (tu l’as fait aussi !)

      • Il m’a semblé en effet relever des titres que je n’aurais pas forcément penser y trouver 😉
        Je crois que j’ai bien travaillé cette année avec « à première vue » ^^

        Sinon, en passant ta liste en revue, je me suis fait une réflexion car ça m’a sauté aux yeux : les couvertures des livres de « littérature de l’imaginaire » sont spécialement magnifiques, non ? Les deux titres du Bélial’, « Rêveur Zéro » à l’Atalante, « Désert Noir » d’Adrien Pauchet aux Forges de Vulcain (encore un qui me fait très envie chez eux !!!), le China Miéville chez Outrefleuve… Il y en a un paquet que je pourrais acheter seulement pour la couv’ !

        • j’ai le même sentiment ! Quel beau boulot (celles du Bélial’ sont incroyables)

          • Cette collection du Bélial’ est incroyable !

            Anecdote rigolote, cet été j’étais en vacances chez des amis qui vivent dans une petite ville paisible à côté de Fontainebleau. On se promenait un matin, et là, bim ! au détour d’une petite rue tranquille, une plaque discrète à côté d’une porte d’entrée : éditions du Bélial’…
            C’est idiot mais ça m’a fait plaisir 🙂

  2. Alors là, le nombre de livres dans cette sélection me donne le tournis !
    Même si j’ai repéré des livres je ne suis pas forcément sûre de les lire…Tout
    dépend de l’envie et des disponibilites car sinon j’ai l’impression d’être au boulot, comme obligée.
    J’admire ! Bravo …
    De plus, tes chroniques vont nous donner encore envie sur des livres qu’on n’avait pas repéré 😉…
    Je te laisse! Je vais lire 📚

  3. Merci pour cet article. J’ai déjà noté quelques références.
    Contente de voir aussi des noms inconnus’ de petites maisons d’éditions. Le fletcher me fait de l’œil notamment,

  4. Merci pour cette liste, il y a plein de titres que je n’avais pas vu passer. En même je n’ai regardé toutes les sorties ! Après une bonne de dose de café, je vais venir noter ce qui m’attire !

  5. Une sacrée liste ! J’avais déjà repéré certains mais grâce à toi, j’en ai d’autres 😉
    Merci 🙂

  6. Bon ! J’ai déjà acheté la première de la liste , « La proie » de Don Meyer. Et j’avais repéré « Avant les diamants » de Dominique Maisons… Mais quelle liste ! On va être frustrés de ne pas pouvoir tout découvrir … En tout cas, merci pour tous ces titres !

  7. belle liste et bien-sûr plein de tentations 🙂

  8. Il y a du choix et tout a l’air plein d’attraits!

  9. Tu me tues, Yvan… D’ailleurs, j’inscrirais en lettre de sang « Yvan m’a tuer », na ! 😛 Bon, entre nous, le David Joy « Ce lien entre nous », c’est de mars 2020… Lu & approuvé ! 😉

    Pour le reste, je vais attendre un peu de voir qui parle de quoi afin de me faire un avis et sélectionner au plus serré pour ne pas vider les coffres de la banque 😀

    • tu parles encore bien fort pour une morte ! ;-). Et si si le David Joy sort en septembre, il a été décalé à cause du vilain virus

      • Même la tête coupée je causerais encore… Oh, ils ont décalé le David Joy…. Moi je l’avais lu en mars pourtant, alors j’ai pensé que tu avais bu… oups, je sors 😉

        Un virus ?? Quel virus ? On dirait que tout baigne vu comment les gens se comportent…

  10. Je note. Je note. En fait, j’ai tout noté là 🤪. Bref, je veux tous les lire ceux de ta liste que tu nous as si gentiment préparée 😉 Me reste plus qu’à trouvé le temps ….

  11. Coucou Yvan
    De ta liste j’en ai déjà acheté deux.
    Colson Whitehead – Nickel boys (Albin Michel) 19/08
    Buveurs de vent de Franck Bouysse.
    J’ai été surprise de voir un nouveau de Saussey, youpee, et puis d’autres….. 🙂 🙂 🙂
    Bon dimanche. Gene

  12. Sur les deux prochains mois j’ai 38 titres dans le collimateur. Et il en manque sûrement !

  13. Sacré liste,tellement envie de découvrir toutes ces livres,en tout cas en à du choix !!! Merci Yvan pour cette liste qui me fait rêver et belle journée !!!!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :