Le livre de M – Peng Shepherd

Peut-on penser que le roman post-apocalyptique a encore quelque chose à inventer ? Entre les nombreux chefs-d’œuvre passés et la crise du COVID-19, une nouvelle venue pouvait-elle encore s’affirmer ? Oui, son nom : Peng Shepherd.

Le livre de M reprend les ingrédients types du genre. Il est donc en synergie avec les nombreux livres déjà parus dans le genre, et leur rend hommage. Mais Shepherd a réussi un miracle.

Le genre réinventé

Oui, ce qu’a réussi l’écrivaine tient de la magie. Il faut du talent pour réinventer une atmosphère. Et il éclabousse chacune de ces 580 pages.

Un petit temps d’acclimatation est nécessaire pour bien entrer dans le roman. Non pas qu’il soit complexe, mais le lecteur doit se laisser imprégner par l’ambiance. Après une cinquantaine de pages, le charme opère et la très grande difficulté sera d’arriver à sortir du livre.

Parce que cette histoire s’insinue dans vos pores et votre âme. C’est le genre de lecture impossible à oublier, qui vous trotte en tête, jusqu’à vous empêcher de démarrer un autre livre ensuite.

L’ombre de la mémoire

Un monde demain. Qui débute avec une attraction de foire, un homme en Inde perd son ombre. Le monde s’extasie. Jusqu’à que le phénomène se propage comme un virus, et que les personnes touchées commencent à perdre des pans entiers de leur mémoire.

Mais l’anomalie n’est pas un virus, nous ne sommes pas dans une histoire de pandémie. Même si une partie du résultat est le même.

Lire ce roman au moment de la crise du COVID-19 lui donne une dimension supplémentaire, c’est clair. Les sociétés s’y effondrent comme des châteaux de carte, et on sait maintenant combien elles sont fragiles.

Le parallèle peut s’arrêter là, ou plutôt servir métaphoriquement de réflexion pour la suite de l’intrigue. Les sujets traités sont bien plus vastes qu’un « simple » écroulement de civilisation.

Perdre son ombre est une chose, mais perdre la mémoire en est une autre. Les souvenirs sont la vie. Les voir se déliter progressivement, devenir des réminiscences pour ensuite disparaître, est une situation épouvantable. On perd qui on est, et qui on a aimé. La métaphore autour de la maladie d’Alzheimer est puissante, et violemment marquante.

Étincelle d’ombre

J’en perds d’ailleurs mes mots à tenter de décrire l’immensité des émotions ressenties durant cette lecture. A les trouver dignes de la fascination engendrée par ceux de la primo écrivaine.

Cette fable noire s’apprivoise. L’écriture, à la fois descriptive et forte, devient au fil des pages un parfait vecteur d’émotions. L’intrigue est surprenante sans jamais tomber dans la surenchère, par touches subtiles ou parfois brutales. Un livre dont il convient d’apprécier tous les passages, et les lire lentement.

C’est un vrai roman fantastique, dans tous les sens du terme, où l’imagination est au pouvoir, et où il convient d’ouvrir son esprit sans toujours attendre des explications. La science ne peut pas tout déchiffrer, il faut l’accepter pour bien se laisser porter par l’ambiance. L’autrice décrit, raconte, mais n’explique pas tout. Un choix gagnant, à mon sens.

Et quelle(s) histoire(s) ! Comme un roman choral, vu à travers les yeux de plusieurs personnages, dont des « sans ombre ». C’est noir, mais si humain.

Des personnages touchants, qui n’ont rien de super-héros, qui pourraient être vous et moi, dans une Amérique qui se désagrège à vue d’œil. Il fallait cette étincelle d’ombre pour la faire s’effondrer, si loin de ses valeurs d’origine.

Final admirable

L’écrivaine raconte, avec sensibilité quand il le faut (souvent), violence aussi quand c’est nécessaire. Une intrigue immersive qui fait vibrer tant d’éléments dans votre cœur et vos tripes. On s’en rend compte durant les moments où on pose le livre. C’est aussi un récit sur la quête de sens, les relations, le temps, la mémoire. Ces composants qui rendent la vie importante.

Quant aux situations, certaines sont d’une étonnante originalité, rendant ce roman unique par son cheminement, son imagination et son audace. Toujours au service de l’histoire et des personnages.

Et puis, il y a le final. Aussi incroyable qu’éblouissant. Éclatant de magie et d’inventivité. Et qui surtout trouve une conclusion admirable, digne de cette histoire, en lui donnant un vrai sens.

Oui, je pourrais dérouler les superlatifs concernant Le livre de M. Mais ils se résument en quelques mots : un des meilleurs livres lus ces dernières années.

Pour un coup d’essai, Peng Shepherd réussit un coup de maître, de ceux qui restent en mémoire pour longtemps. Paradoxal quand on parle d’un monde qui perd la mémoire !

M le béni, qui nous entraîne au bord de l’abîme…

Yvan Fauth

Date de sortie : 17 juin 2020

Éditeur : Albin Michel

Genre : Roman post-apocalyptique / SF / Fantastique

4° de couverture

Que seriez-vous prêt à sacrifier pour vous souvenir ?
Un jour, en Inde, un homme perd son ombre – un phénomène que la science échoue à expliquer. Il est le premier, mais bientôt on observe des milliers, des millions de cas similaires. Non contentes de perdre leur ombre, les victimes perdent peu à peu leurs souvenirs et peuvent devenir dangereuses.
En se cachant dans un hôtel abandonné au fond des bois, Max et son mari Ory ont échappé à la fin du monde tel qu’ils l’ont connu. Leur nouvelle vie semble presque normale, jusqu’au jour où l’ombre de Max disparaît…
Situé dans une Amérique tombée de son piédestal, où nul n’échappe au danger, Le Livre de M raconte l’incroyable destin de gens ordinaires victimes d’une catastrophe mondiale extraordinaire.



Catégories :Littérature, Livre : les incontournables

Tags:, , , , ,

18 réponses

  1. Quel plaidoyer ! Je ne peux que l’ajouter à ma wish-list 😏

  2. Depuis l’annonce de la sortie de ce livre, il est dans ma wishlist. Il m’intriguait énormément, et je dois dire qu’après avoir lu ta chronique, je n’ai qu’une seule envie : me plonger dedans. Je le prendre en librairie très bientôt, en tout cas, tu donnes réellement envie le lire 🙂

  3. Wooowwww Yvan. J’en bave partout. 🐌Quelle chronique 👋👋 merci à toi.

  4. J’avais lu le 4ème de couverture et étais restée sur la réserve. À te lire, c’est un avis, une approche qui est la tienne. Ce que je ressens dans ce que tu écris ? Un roman coup de cœur qui a pu te bouleverser où l’auteure semble avoir le génie d’emporter le lecteur dans le monde de son récit sans concession. Tu ajoutes ta touche personnelle et celle-ci est fort différente de l’anonymat du résumé, pas facile à écrire, je le suppose. Il n’y a que les avis comme le tien qui peuvent ainsi nous inciter à avoir envie de le lire. 😀 Il rejoindra ma liste d’achats futurs. Merci pour ce bel exposé.
    Geneviève-brindille33

  5. je le rajoute à ma PAL je n’étais pas trop tentée au début et surtout les 580 pages freinaient un peu aussi mais il semble bien accueilli par les critiques alors… Depuis le confinement ce genre de livres m’attire:-)

  6. Encore un pavé qui me fait envie 😉 il faut dire que tu le vends très bien ! Avec ce que j’ai vu ce matin de la rentrée littéraire Albin Michel ma PAL n’est pas prête de baisser .

  7. Mince alors, sans ombre, comment Brel aurait-il pu chanter ♫ l’ombre de ton ombre, l’ombre de ta main, l’ombre de tin chien ♪ ?

    Moi je dirai Ne me tente pas, ne me tente pas, ne me tente pas… ♪ (la sueur qui coule sur le front en moins)

    Mince alors, mon comm ne passe pas et ton blog me fait le coup de la page 409…

  8. Il me tente bien celui-là, merci pour la belle chronique !

  9. Merci pour cette belle chronique qui fait envie

  10. J’en suis au tiers… et j’adore! Impossible à lâcher. Et je me surprends à vérifier que j’ai toujours mon ombre…

Rétroliens

  1. « Pour un coup d’essai, Peng Shepherd réussit un coup de maître, de ceux qui restent en mémoire pour longtemps. Paradoxal quand on parle d’un monde qui perd la mémoire ! » - Albin Michel Imaginaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :