L’ami imaginaire – Stephen Chbosky

Si vous comptez rester sain d’esprit, ne lisez pas ce livre.

Si vous voulez vivre une expérience unique, loin du cadre trop cartésien de nombreux romans, lisez-le.

Mais prenez conscience que Stephen Chbosky va devenir votre ami imaginaire durant un long moment. Déjà, par le temps de lecture que vous allez lui consacrer, le livre fait 750 pages. Puis par la manière dont son histoire et ses personnages vont insidieusement s’incruster dans votre cerveau. Même après l’avoir définitivement posé, vous y penserez encore, en vous disant que vous n’avez pas souvent lu un livre pareil (jamais ?).

Tu dois leur dire, tu dois leur dire…

L’écrivain l’annonce haut et fort, les accroches commerciales tout autant, Stephen King est l’inspirateur central de tout. Le Dieu qui a engendré le monstre. Il est là, présent comme une entêtante petite voix lancinante, comme s’il veillait sur votre lecture (surveillait ?).

On parle du King des années 80 et 90, celui de Ça ou Simetierre, mais aussi du Fléau, avec une pointe du Talisman des territoires (et d’autres encore). La période où on le qualifiait de Maître de l’horreur. Mais on ne pense pas qu’à lui, aussi à toute cette mouvance féconde de l’époque qui a terrorisé nombre d’adolescents et d’adultes. J’ai fait partie de ces adolescents-là.

D’ailleurs, pour en rajouter dans l’ambiance, Calmann-Lévy a eu la judicieuse idée de confier la traduction à celui qui s’est occupé des derniers livres de Stephen King, l’excellent Jean Esch.

Arrête de l’aider ! Ne quitte pas la rue, tu vas mourir.

L’ami imaginaire est donc un vrai roman d’horreur, comme on n’en fait plus beaucoup. Et je me demande même si quelqu’un a osé en écrire un pareil avant… Parce qu’inspiration ne veut pas dire recopiage. L’influence est prégnante, mais Stephen Chbosky arrive vite à imprimer sa patte, à vous déchirer l’âme de ses propres griffes (mais à vous toucher au cœur aussi).

Son style s’impose, ses trouvailles narratives sont singulières. Son histoire, qui démarre sobrement, prend ensuite une tournure hallucinante.

Cela fait des décennies que les livres (ou les films) ne me font plus peur. Une émotion bien lointaine. Jusqu’à ce livre. J’ai flippé, souvent…

Ne pas s’endormir… Les personnes boite aux lettres viennent de se réveiller… Si je renverse un cerf, je serai sauvé…

Ce roman est complètement dingue, follement terrifiant. Je crois ne jamais avoir vu une telle histoire, poussée aussi loin dans ses extrémités, encore et encore, toujours plus profondément dans la folie.

Entendons-nous bien, il n’est pas question d’un livre gore, la violence est davantage dans les actions, les ressentis et la psychologie.

Tout ira bien, le gentil monsieur veille…

Sauf que rien n’est normal, vous vous mettez peu à peu à entendre des voix dans votre tête, tant l’histoire et la manière de la raconter colonisent votre esprit tel un virus. Je les sens d’ailleurs qui viennent perturber jusqu’à cette chronique…

2h17. C’est l’heure

Ce n’est pas qu’une simple lecture, c’est une expérience. Clairement, il faut avoir l’esprit ouvert, l’envie de lâcher prise et de se laisser emporter dans ce monde fantasmagorique (à ce propos, j’aime l’une des définitions de ce mot dans le Larousse : « Procédé consistant à produire dans l’obscurité, sur une toile transparente, au moyen d’appareils de projection dissimulés, des figures lumineuses diaboliques ». C’est exactement ce que fait l’auteur).

Clairement, cette expérience n’est pas faite pour tous les lecteurs. Par son histoire et sa narration. Et parce que Chbosky a, lui, un talent inné de conteur populaire débridé et timbré !

Un cauchemar n’est qu’un rêve qui a mal tourné.

Tout dépend si je dors ou si je suis éveillé…

Une mère, son jeune fils, une forêt. Une vie à reconstruire, dans le calme. Sauf que le petit bonhomme disparaît. Et réapparaît. Le début du cauchemar.

L’enfance, l’amitié, des thèmes chers à Stephen King, qu’on retrouve ici. Ça ressemble à ce qu’il propose souvent, mais au fil des pages Stephen Chbosky s’extirpe de la référence et trouve sa voix (voie) dans cette petite ville et cette forêt pleine de cerfs.

Si je renverse un cerf, ça sera un signe, Dieu faites que je renverse un cerf…

Les pièces sont en place, l’enfer peut se déchaîner. 750 pages d’événements surnaturels qui vont engendrer le chaos. La fièvre va toucher tous les protagonistes (et les lecteurs) dans un suspense inouï qui prend des proportions aussi atypiques qu’ahurissantes.

2h17. C’est l’heure !

L’Amérique et sa fascination pour le bien et le mal, où la religion est incrustée aux plus profond des strates de la société, des familles, des femmes et des hommes. L’écrivain utilise cette composante dans son intrigue et pour construire certains de ses personnages. Logique de parler de chaînes, quand on parle d’enfer qui se déchaîne, non ? Certains vont être remués dans leurs croyances.

Vous connaissez cette citation ? « Quand une personne a un ami imaginaire, on appelle ça de la démence. Quand plusieurs personnes ont le même ami imaginaire, on appelle ça une religion ». Alléluia ! Heureux les fous dans la maison de Dieu. Ils brûleront avec le sourire.

Dieu est un assassin.

Ce livre prend le contre-piEd, à l’heure où les livres sont de plus en plus formatés, l’art de La perte de repères pour les lecteurs quI ont l’ouVeRture d’Esprit et l’amusEment de laiSser Toutes leurs marques de côté, pour suivre Follement cette Originale intrigUe.

Ce livre va diviser, Stephen Chbosky est le Moïse du livre surnaturel. Il faut arriver à entrer dans son univers, dans son délire fascinant (paradoxalement aussi libre que construit). Ça a été diablement mon cas, fasciné que je fus du début à la fin. Le seul petit bémol est que j’aurais enlevé une cinquantaine de pages à ce pavé si consistant, mais sans que ça me gâche mon plaisir de lecture (immense).

2h17. C’est l’heure !!

Ce roman apporte une nouvelle dimension au mot « fantastique ». Il le développe dans tous les sens du terme. Une histoire surnaturelle follement originale tout en marquant clairement ses références au modèle du genre, Stephen King. Exigeant mais si prenant.

Une ambiance addictive, genre Les griffes de la nuit en version forêt, mais en plus psychologique, où le bien et le mal s’affrontent, où il devient difficile de distinguer la réalité du cauchemar.

Stephen Chbosky pave son enfer de bonnes intentions, et réussit magistralement son suspense aussi maîtrisé que complètement barré. Et surtout, sans oublier les émotions, et les bonnes valeurs ; la lumière qui tente de transpercer les ténèbres.

C’est l’heure !

Yvan Fauth

Date de sortie : 17 juin 2020

Éditeur : Calmann-Lévy

Genre : Fantastique

4° de couverture

« Une histoire d’horreur assurément flippante. Stephen King peut être fier ! » Kirkus

Une mère et son fils en cavale trouvent refuge dans la petite communauté de Mill Grove, en Pennsylvanie.
Mais dans ce havre de paix, le petit garçon disparaît.
Quand il émerge de la forêt six jours plus tard, il a l’air indemne.
Lui seul sait que quelque chose a changé.
La voix du bois est dans sa tête et lui dicte une mission.
S’il ne lui obéit pas, sa mère et tous les habitants de Mill Grove risquent son courroux…

Entre suspense effroyable et richesse émotionnelle, Stephen Chbosky renouvelle la littérature de l’horreur. À lire les lumières allumées.

« Si vous n’êtes pas renversé par les 50 premières pages, il faut aller consulter. » Joe Hill, auteur
« Un roman captivant, original et véritablement surprenant. » The Washington Post



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

30 réponses

  1. Ton résumé fait froid dans le dos.

  2. Ça c’est de la chronique bien flippante !!! Retranscription parfaite de ta peur puisque j’ai peur aussi…. Tu nous donnes sacrément envie 😉

  3. L’ambiance est terriblement bien posée avec cette chronique… Chapeau !
    Il ne me reste qu’une chose à faire : attendre que la librairie ouvre ses portes pour repartie avec le Graal !

    • merci beaucoup, je suis content si j’ai pu retranscrire une ambiance ;-). (et bravo encore pour ta chronique du Livre de M qui pourrait être mes mots)

  4. J’EN VEUX !!!
    Aaaaaahhhhh, après tes ébauches de promesse sur FB, j’attendais ta chronique avec impatience. Hé bien, on peut dire que je ne suis pas déçu !
    (Ce livre est fou… hein 😉 )
    Vu mon rythme de lecture actuel, il risque de me prendre des semaines, mais c’est pas grave 🙂
    Merci ami Yvan !

  5. Brrrr, tu m’a fichu la pétoche 😉 mais surtout tu m’as donné sacrément envie de le lire! C’est vrai que des histoires qui font vraiment peur il n’y en a plus alors du coup je tenterais bien celui ci .

  6. Quelle chronique !! Ce titre était déjà dans ma liste « A lire » mais là je crois que je vais y aller plus tôt que prévu !!

  7. Purée l’ambiance que tu me donnes, est très alléchante.

  8. ça fait flipper mais cela donne une énorme envie de le lire pour se faire une idée…
    Et puis ce n’est peut-être pas plus anxiogène que les JT qui nous rabattent les oreilles avec le COVID,les émeutes 🙂

  9. Je ne sais pas 🤷‍♂️ peut-être ? ? Je dois dire que j’ai commencé un livre qui s’appelle La Forêt de Lucas Tahtieazym. J’ai dû le refermer j’ai vraiment commencé à ne plus trop avoir envie d’en savoir davantage. C’était vraiment angoissant au possible. Je ne l’ai plus ouvert. Depuis ce temps, je pourrais le continuer. Alors celui dont j’ai bien lu tout ce que tu as écrit, je ne pense pas que je m’y essayerai. Je l’écris aujourd’hui…mais ? ? ? 😀

  10. Bonjour,trés bon chronique,tu m’a donner envie de lire ce polar bien angoissant !!! Merci !!!

  11. Je le veux! Non mais là, je le veux vraiment! Quelle chronique en plus!!!!!!! Bravo Yvan! Je veux faire cette expérience, je veux avoir peur pour de vrai! Merci pour ce super retour! Tu m’as plus que convaincue!!!!!!
    Je le veux!!!!

  12. Tu me donnes envie d’avoir envie d’avoir peur !
    Pas sûre que ce soit très clair mais tu m’as comprise 😉

  13. Purée, tu me fiches plus la trouille avec ta chronique que l’arrivée des impôts !! C’est te dire comme j’ai failli me faire dessus en te lisant… Si ce livre est fou, alors je suis folle de le vouloir ! Envie d’avoir peur avec de la littérature plutôt qu’avec autre chose, même si j’ai déjà eu mon quota de sueurs froides.

    Allez, je suis folle, je suis comme mes deux louloutes ci-dessus (la fée et Nath), je veux le lire !!!

  14. Je le note sur mes tablettes, je l’avais zappé… mais maintenant j’ai vachement envie de le lire !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :