La vallée – Bernard Minier

Bernard Minier creuse son sillon depuis dix ans maintenant, une carrière exemplaire. Cet « anniversaire » méritait bien qu’il fasse exploser une montagne pour créer un immense huis clos à ciel ouvert.

Une vallée encaissée, dans les Pyrénées, en partie coupée du monde, terrain d’une série de meurtres horriblement mis en scène. Et le capitaine (ex commandant) Martin Servaz qui mène l’investigation (mais pas seul).

Cadeau

Sixième enquête de Servaz, dans une situation particulière (il est suspendu, voir épisodes précédents).

Suspendu également, le lecteur, à la formidable plume de Minier. La vallée est le genre de lecture littéralement avalée. 520 pages bourrées jusqu’à la moelle d’actions, de rebondissements, d’émotions et de violence. Aucun moment de répit, l’air pur des Pyrénées ne suffit pas à oxygéner une atmosphère asphyxiante, saturée de tensions.

L’écrivain maîtrise à la perfection l’art du thriller, ce n’est pas nouveau. Tout comme l’art de créer une ambiance, de parler du monde actuel, et de dépeindre graphiquement cette violence, par la grâce d’une écriture enlevée et rythmée.

Ce nouveau roman peut aussi se voir comme un joli cadeau à ses fans de la première heure. Ils comprendront, tout coule de source. Mais les autres ne seront pas dépaysés, et auront ensuite une envie folle de se précipiter sur le passé de Servaz.

Pertes de valeurs

Voilà une intrigue qui va toucher le flic au cœur, par son passé et à travers ses valeurs, car un bon roman noir ne peut se priver d’une large palette d’émotions. Sa vie est déjà chamboulée, et ça ne va guère s’améliorer pour lui…

A l’image d’une société qui se cherche, en perte de confiance et en perte de valeurs. Dans un tel contexte, la situation confinée au grand air devient vite volcanique (le roman a été en partie écrit durant la période « Gilets jaunes » et ça se ressent parfois).

Après le face-à-face ahurissant qui clôturait le roman Nuit, entre Servaz et Julian Hirtmann, le Mal et la violence ont cette fois-ci de multiples visages. Certains inédits, d’autres plus familiers. Mais le Bien aussi, en balance, Bernard Minier faisant preuve d’autant de générosité que de noirceur.

Attachement aux personnages

Sa profonde humanité passe par ses personnages, du genre auxquels on s’attache, de ceux dont on se souvient. Et qui évoluent, changent, se questionnent.

Un livre de Minier ne fait pas que se lire, il se vit. Celui-ci autant que les autres, peut-être même avec une plus grande urgence (due au rythme soutenu de l’intrigue). Le lecteur ressent, et donc participe. Et ce qu’il éprouve (et parfois endure) ne peut que le remuer et le perturber.

Après un formidable roman visionnaire, M le bord de l’abîme, Bernard Minier revient à une forme plus traditionnelle de thriller. Qu’il maîtrise à la perfection. Car il a compris que la pire des noirceurs doit aussi être contrebalancée par la lumière.

Oui, en matière de thriller, La vallée est un modèle du genre. Impossible à lâcher, diablement addictif, et furieusement humain.

Lien vers mon interview de Bernard Minier au sujet de « La vallée »

Yvan Fauth

Date de sortie : 20 mai 2020

Éditeur : XO

Genre : Thriller

4° de couverture

Un appel au milieu de la nuit
Une vallée coupée du monde
Une nouvelle enquête de Martin Servaz



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

33 réponses

  1. Je voulais faire l’impasse. C’est raté …je suis conquise ♥️

  2. J’ai trouvé servaz plus humain mais aussi plus persécuté, le sentiment d’un livre plus intimiste, des questionnement sur la perception des valeurs, la fin est démentielle, je n’aurai imaginé cela mais c’est tellement réaliste que cela en est terrifiant

  3. Il faut d’abord que je rattrape mon retard avec Servaz (je n’en ai lu que deux…) mais forcément, tu mets l’eau à la bouche !

  4. Tout à fait d’accord avec cette fine analyse 😉

  5. J’arrive presqu’à la fin. C’est une bombe livresque ce bouquin, sans jeux de mots. Et Servaz ❤️

    Merci à toi Yvan pour cette chronique enthousiaste 🙏😘

  6. Bonjour Yvan,
    J’ai lu tous les Minier sauf le dernier. Depuis la première sortie de son premier livre j’ai plongé dans son univers et me suis attachée aux personnalités diverses. J’aime beaucoup le personnage Servaz même le « méchant » qu’il poursuit.
    Je ne comprends pas ta phrase concernant les gilets jaunes. Bon je verrai bien à la lecture.
    Je suis pour les revendications qu’ils ont exprimées, je suis contre les détournements par les médias et les extrémistes qui en profitent pour semer le doute et la zizanie. Après lecture de ton avis puis-je savoir si je puis lire cet opus de suite ou alors dois-je acheter l’avant-dernier ? Je le lirais après si c’est possible. Le personnage Servaz un homme très attachant et qui en voit de toutes les couleurs. Bonne journée à toi. Geneviève

  7. Bonjour Geneviève. Je me permets de te répondre, ce serait mieux que tu lises les autres avant pour re situer Servaz ❤️et tout ce qui lui tombe sur la tête, le pauvre 🙃 Bonne journée à toi également. Valérie

  8. Bonjour à tous ! Que de chroniques positives sur ce roman : j’ai hâte de m’y plonger !! Je confirme l’avis de laplumedelulu : lire la série consacrée à Servaz dans le bon ordre me semble important,tant pour la compréhension des événements (beaucoup de références au passé et de retours en arrière), que pour cerner le personnage de Servaz… Belles lectures!

  9. Faudrait que je rattrape mon retard sur les enquête de cet inspecteur mais celui-ci est dans mon viseur assurément! Joli retour, bien sûr tu as dit tous les mots pour que je craque…;)

  10. Hi, I love interactions between Martin And Julian, from the start…
    I must Wait Till that past book Will be translate to my language so… I must ask you if Hirtmann Will be in that  » La Vallee  » book???
    Thanks. I have a milion Theories about Julian in my head 😉😇
    Martina from Czech

    • Surprise! 🙂
      It would be criminal to tell this story.
      But I can tell you that it has everything to do with Servaz’s past.
      Good luck waiting for the translation!
      It’s nice to have a message from Czech !

  11. Ben voilà. Déjà que je chante cette chanson depuis la fin de ma lecture, vous en rajoutez une couche. 😜

  12. Cela fait des années que je n’ai pas lu un Minier…j’ai presque des regrets car c’est un auteur que j’aime beaucoup .
    Je ne saurais même pas dire pourquoi d’ailleurs…une lassitude des thrillers peut-être, une envie d’autre chose.
    Et puis je dois avouer que je ne me rappelle plus du tout des premiers, j’ai peur de devoir réviser mes leçons du coup

  13. Je l’ai lu en deux jours. J’en ai attendu de trop. L’auteur reste toujours aussi génial, sauf que j’ai eu au début d’étranges sensations, comme du déjà lu. ??? Impossible, je rêve, c’est son dernier livre. Ensuite il y a des personnages qui m’ont vraiment énervée. Tellement c’est écrit avec justesse. Je comprends très bien ta référence aux gilets jaunes. Je n’aurais pas fait le parallèle 😉.
    Beaucoup de personnages et des fameux. La fin est totalement inattendue, surprenante, monstrueuse. Et il parvient encore à m’assommer. L’auteur a eu beaucoup d’imagination pour aller visiter les lieux, la vallée. J’y étais avec lui, et les protagonistes. Il continue à surprendre et j’en reste baba !!! Pas très objective, je l’avoue.
    Bonne nuit Yvan et bon mardi.

  14. Pas encore lu !
    Je ne sais m^me pas si je vais trouver le temps et pourtant il ne fais envie surtout après ta chronique mon ami

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : La vallée - Bernard Minier - EmOtionS - Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :