Aires – Marcus Malte

Marcus Malte a un talent unique, il nous l’a prouvé avec ses précédents romans, Single Malte. Avec « Aires », son don s’est déMalteiplié !

Voilà un roman qui ne ressemble à aucun autre. Un chassé-croisé d’automobilistes sur des routes surchargées, tel un collage de morceaux de vies passés et présents. Des sucreries souvent acides, Maltesers de la littérature (mais absolument pas junk food).

Jeux de mots

Jeux de mots. L’une des caractéristiques de ce nouveau livre étonnant. La forme surprend d’emblée (avant qu’on ne se rende compte que le fond l’est tout autant). En ce qui concerne le jeu avec la langue, l’écrivain s’en donne à cœur joie. Et ce sur 500 pages, souvent denses ! Mots d’esprit, calembours, piques, saillies verbales…, tout y passe.

Ne tentez pas de trouver un point commun avec son précédent roman, Le garçon, il n’y en a aucun. Histoire contemporaine (même si le passé ou l’Histoire font quelques incursions), construction syncopée, multiplication des voix et des voies (on roule et on parle). Un récit en mode patchwork, dont il est impossible d’anticiper le cheminement, sauf à se retrouver échec et Malte.

Pensées, monologues, dialogues, échanges, discordes, digressions. Les idées et les mots vagabondent le long des routes, rythmés par le staccato des infos radiophoniques et des publicités. Entrecoupés d’histoires dans l’histoire, de faits divers et variés qui ont changé la vie quotidienne des protagonistes ou marqué la société. Entremêlés.

Mordant et déstabilisant

Qu’il est difficile de parler d’un tel livre ! Inenvisageable d’imaginer le raconter. Chaque personnage vit sa vie dans son auto, pense à son existence, coincé entre ces tôles ondulantes et ces morceaux de plastique, parenthèses de leurs vies qui pourtant vont s’entrechoquer. L’auteur ne rend pas la vie facile à ses personnages (ni au lecteur), Maltetraitance assumée pour mieux faire passer le message.

Parce que les errances d’Aires sont tout sauf une plaisanterie. Le ton est souvent mordant. L’auteur utilise l’humour, parfois le non-sens, et cette construction déstabilisante, pour imager son humeur sur les dérives d’une société qui roule à tombeau ouvert droit dans le mur. On comprend vite que le fond du propos n’a rien d’amusant.

Ça claque, ça tranche dans le vif, Malte ne mâche pas ses mots à travers l’imagination de ses chapitres. A chacun de se faire ensuite sa propre image mentale de ce qu’il vit à travers ce récit.

Car, l’écrivain nous fait douter durant ce roman touffu, on se demande ce qu’on lit exactement, comment qualifier un tel texte. Avant d’arriver à s’en faire sa propre signification. Aires permet en fait de prendre de la hauteur en roulant pied au plancher. Pas le seul paradoxe de cet étonnant roman.

Sensibilités

Cet assemblage romanesque fait que chaque partie du tout sera vécu différemment, selon chaque lecteur, chaque sensibilité. Certains passages m’ont subjugué, d’autre intrigué, j’en ai trouvé certains trop longs, j’ai été également désorienté ou encore poussé à de vrais questionnements sur la vie.

Avec Aires, Marcus Malte ne reste pas à la surface des choses, il creuse, il approfondit. Son cheminement à géométrie variable n’est pas de tout repos, mais se révèle d’une richesse singulière. Dans la forme comme dans le fond, il prouve que la littérature ne tourne pas en rond. Comme s’il avait emmagasiné informations et émotions durant de longues années, et décidé de les partager à ceux qui ont l’esprit ouvert et curieux. Et qui ne sont pas effrayés de confier les clés du camion à l’écrivain sans savoir où il va les emmener (à l’image de l’étonnante aire de lancement et d’atterrissage du récit).

Yvan Fauth

Date de sortie : 03 janvier 2020

Éditeur : Zulma

Genre : inclassable

4° de couverture

Ils sont sur l’autoroute, chacun perdu dans ses pensées. La vie défile, scandée par les infos, les faits divers, les slogans, toutes ces histoires qu’on se raconte – la vie d’aujourd’hui, souvent cruelle, parfois drôle, avec ses faux gagnants et ses vrais loosers. Frédéric, lanceur d’alerte devenu conducteur de poids lourds, Catherine, qui voudrait gérer sa vie comme une multinationale du CAC 40, l’écrivain sans lecteurs en partance pour « Ailleurs », ou encore Sylvain, débiteur en route pour Disneyland avec son fils… Leurs destins vont immanquablement finir par se croiser.

Un roman caustique qui dénonce, dans un style percutant à l’humour ravageur, toutes les dérives de notre société, ses inepties, ses travers, ses banqueroutes. Et qui vise juste – une colère salutaire, comme un direct au cœur.



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

13 réponses

  1. Il me tarde de le lire

  2. Ah la la mais je n’ai même pas encore sorti le garçon de ma PAL ! Je rebondis sur le post du blog de Stef : je veux arrêter de vieillir là maintenant, comme ça j’aurai tout le temps pour lire ^^

  3. Ce roman est-il fait pour mon esprit embrouillé ? En tout cas, tu en parles redoutablement bien ! La librairie n’est pas loin en cas d’envie subite d’aller « ailleurs »… le caviste est son single Malte non plus 😉

  4. je le note… Je suis tellement en retard que je n’ai toujours pas lu « Le garçon » 🙂

  5. Je le note de suite, j’avais adoré « le garçon » et si en plus il y a des jeux de mots, je suis pour ! J’ai adoré les tiens 🙂 Bravo !

  6. Je savais que j’aurai du mal à résister une fois que j’aurai vu ton retour! J’ai très envie de découvrir ce nouveau roman après le coup de foudre pour Le garçon…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :