Dark net – Benjamin Percy

Quelle étrange impression de lecture ! Comme un sentiment d’avoir été un peu mystifié par un titre de roman et par une quatrième de couverture qui en dit beaucoup. Chaque lecteur se fait son petit film préalable. Et pourtant, j’ai lu ce roman avec un certain plaisir. Paradoxal.

Version 2.0 qui se fait attendre

J’attendais un thriller horrifique hyper connecté, version 2.0. Il l’a été, mais durant le dernier tiers de l’intrigue, guère davantage.

Si vous aimez les histoires de possessions et de surnaturel, Dark net est un honorable roman de genre. A mon sens, il vaut surtout pour ses personnages atypiques et par son parti pris assez original pour construire le récit.

Le grand Dean Koontz, l’un des maîtres incontesté des romans fantastiques et d’horreur dans les années 80-90 (malheureusement plus édité en France…) a loué le rythme rapide du roman et son coté sombre. C’est assez vrai, concernant l’ambiance et le rythme effréné de la dernière partie.

Benjamin Percy a, avec intelligence, mis en place ses pions et pris le temps de les installer sur l’échiquier avant de déclencher les vraies hostilités. Le roman est un thriller horrifique somme tout assez classique avant que ne vienne s’y greffer la partie numérique (qui aurait vraiment méritée davantage de développements).

Affaire de perspective

« Les gens font tellement d’histoires à propos de ce qu’ils mangent. Bisphénol A, par-ci, OGM, par-là. Acides gras trans. Sucres simples. Colorants, additifs. Mais ils ne se soucient pas autant de ce qu’ils consomment en ligne ».

Dark net est un divertissement plaisant (si on peut utiliser un tel mot avec un sujet pareil), plutôt bien écrit, même si j’ai trouvé certaines tournures de phrases assez étranges (auteur ? Traducteur ?). La tension est palpable, mais on est bien loin des références du genre qui savent instiller la terreur par les mots. Et la manière de traiter le sujet m’aura davantage frustré que fait frissonner.

Vous ne croyez pas au surnaturel ? Comme le dis Benjamin Percy, tout est affaire de perspective. Dark net offre un point de vue original sur ce que pourrait être l’avènement des forces diaboliques au XXIème siècle, et ce n’est déjà pas si mal.

Sortie : 07 septembre 2017

Éditeur : Super 8

Genre : Fantastique

Traduction : Paul Simon Bouffartigue

Ce que j’ai particulièrement aimé :

La manière d’avancer ses pions

Ce que j’ai moins aimé :

Le fait que l’aspect numérique ne soit pas assez développé

4° de couverture

Le Dark Net, vous connaissez ? Sous les fondations du réseau, un second Internet prospère : un eldorado sulfureux où rien n’est impossible et où on trouve de tout – drogues, armes à feu, instructions terroristes, etc.

Mais aujourd’hui, les forces obscures s’assemblent dans ces profondeurs. Des démons qui menacent d’envahir notre mon physique en « hackant » les esprit des utilisateurs pour les transformer en tueurs psychotiques.

Pour les arrêter, quatre personnages que rien ne destinait à se rencontrer : Hannah, une jeune aveugle de 12 ans ayant récemment recouvré la vue (mais pas seulement) grâce à une prothèse futuriste ; Mike Juniper, un ancien évangéliste qui combat ses propres démons et veille, dans le sous-sol de son refuge pour sans-abri, sur un impressionnant arsenal d’armes à feu ; Derek, un hacker aux allures d’Anonymous qui entend faire régner la justice au sein du réseau ; et Lela, une journaliste technophobe persuadée d’être tombée sur une histoire que personne ne veut entendre.

Bientôt, les portes de l’enfer vont s’ouvrir. Sont-ils prêts ?



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

17 réponses

  1. Bon, j’hésitais pour celui-ci (Benjamin Percy avait publié des nouvelles réalistes assez épatantes chez Albin Michel il y a quelques années), mais ton avis me permet de le rayer de ma liste – déjà largement encombrée à court terme du Bourbon Kid (j’ai commencé suite à ta chronique, quel plaisir de retrouver cet univers de dingue !!!), Stone Junction, le Paul Cleave, sans parler des Norek et Lehane qui arrivent la semaine prochaine et de l’énorme Jonathan Safran Foer qui sort aujourd’hui et dont il me reste 500 pages à lire…
    Donc, pas de place pour le moyen 😉 Merci Yvan !

  2. J’adore la couverture! Je la trouve super réussie, et rien que pour cela j’aurai pu craquer…Je le note dans un coin. Merci pour ton avis, qui m’aide toujours à trouver de nouvelles pistes de lectures!

  3. oh je le voulais celui-ci ..Mais du coup j’hésite …suis pas certaine qu’il soit pour moi !

  4. Je passe aussi mais vais ressortir les quelques Dean Koontz de ma biblio 🙂

  5. Je vais faire l’impasse sur celui là car tu n’es pas assez enthousiaste 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :