Pain Of Salvation – Remedy Lane Re:visited (Re:mixed & Re:lived)

Année de sortie de cette version : 2016

Année de sortie initiale : 2002

Pays d’origine : Suède

Style : rock / metal progressif

Personnalité : 5/5

Technicité : 5/5

Émotions : 5/5

Note générale : 5/5

Quand un groupe décide de remixer et de retravailler en profondeur un album qui date d’il y a 15 ans, à quoi peut-on s’attendre ? Y a t-il un réel intérêt ? Surtout quand beaucoup (comme moi) classent cet album dans la liste très restreinte des chefs-d’oeuvre du metal progressif (et du rock progressif tout court)…

Pour cette expérience, Pain Of Salvation s’est acoquiné avec l’ingénieur du son Jens Bogren qui a travaillé auparavant sur des albums de Opeth, Katatonia, Devin Townsend, Paradise Lost ou encore Symphony X.

Le résultat est juste… époustouflant !

Imaginez qu’un album parfait se retrouve à l’être plus encore. Comme s’il avait été nettoyé au point que chaque note et chaque son prennent une nouvelle dimension. Au point qu’on a l’impression de redécouvrir cet album pourtant inoubliable et écouté tant de fois. Au point d’atteindre un équilibre absolu.

Dans cette version, Remedy Lane est donc toujours un chef-d’oeuvre… en mieux. Une sorte de perfection de la perfection. Une expérience inimaginable. L’album était intemporel, il en prend une dimension plus moderne, c’est paradoxal.

Ceux qui aiment cet album doivent vraiment se jeter dessus. Pour les autres, c’est une occasion unique de découvrir cette oeuvre exigeante et foisonnante.

Énorme cerise sur le gâteau, le deuxième CD propose une version live de l’album, joué en intégralité durant le festival ProgPower USA de 2014. Une autre manière d’appréhender les morceaux, puisque des musiciens du groupe présents en 2001, il ne reste que Daniel Gildenlöw (tête pensante et chanteur / guitariste). Autres musiciens, autre manière de jouer cet album. A noter que le son de ce Live est de bonne facture et que Gildenlöw laisse davantage de place aux autres musiciens sur les parties chantées, étonnant.

Deux extraits :

Rope Ends (Remix)

(L’un des meilleurs morceaux de l’histoire de la musique pour moi, oui oui, rien que ça)

Fandango (Live)



Catégories :Musique

Tags:, ,

7 réponses

  1. Stéphane Gallay – Geneva, Switzerland – Quinqua rôliste, fan de rock et de metal progressifs (et de plein d'autres trucs bruyants du même genre), de science-fiction et de bêtises internetiennes diverses. Je suis l'auteur de l'univers de science-fiction Tigres Volants / Erdorin, décliné en jeu de rôle et en romans et j'ai aussi co-écrit le jeu de rôle dans l'univers de Freaks’ Squeele. Officiellement graphiste papier et web.

    Nous sommes donc d’accord. 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Voilà 😉

  2. belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

    Heu, je connais pas mais je ne demande qu’à le connaître ! 😀 Un jour, tu nous parleras d’un album de Johnny ?? Je sors…

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Johnny B. Good ? 😉

  3. Je ne connaissais pas. J’ai écouté et c’est sympa 🙂 La jaquette est superbe. On voit que tu aimes ce groupe (oui oui ^^).

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Ta belle curiosité me fait plaisir !

Laisser un commentaireAnnuler la réponse.

%%footer%%