Samantha Hayes – Les mères

97827491304534° de couverture  

Claudia est enceinte et au comble du bonheur. Heureuse dans sa vie de famille, elle s’épanouit également dans son métier d’assistante sociale. Mais quand James, son mari, est appelé en mission pour l’armée, le couple doit se mettre en quête de la « nanny » idéale.

Zoé Harper, charmante jeune femme aux références impeccables, s’impose comme la perle rare et s’installe aussitôt chez eux. Mais il apparaît rapidement que Zoé n’est pas là uniquement pour garder les enfants… et que sa détermination à entrer au service de ce couple tranquille cache de mystérieuses intentions.

Pendant ce temps, l’inspecteur Lorraine Fisher enquête sur une affaire qui terrorise la ville : le meurtre d’une femme sur le point d’accoucher, retrouvée éventrée dans son appartement. Bientôt, une seconde femme enceinte est agressée dans des conditions similaires. 

Mon avis

La quatrième de couverture donne le ton dès le départ en tamponnant en gros le terme « thriller psychologique » et en citant Gillian Flynn.

« Les mères » n’est, en effet, pas ce genre de thriller survitaminé où des rebondissements surgissent à chaque coin de feuille. C’est un roman d’ambiance, totalement ancré dans un quotidien crédible et c’est sans doute ce qui engendre le malaise diffus que le lecteur ressent tout au long de sa lecture.

Le roman souffre, à mon sens, de quelques petites longueurs, mais une fois la dernière page tournée, tout ceci est assez vite oublié.

Oui, vite oublié, parce que : quel final !! Ce livre ne se conçoit et ne prend véritablement sa raison d’être que par cette fin magistrale, ébouriffante. Une fin vraiment inattendue, tant le lecteur était tenu bien au chaud jusque là par la prose de l’auteure.

Ce roman est pourtant par moment glaçant, tout en suggestions (et c’est un homme qui parle, je n’ose imaginer l’effet qu’il peut faire sur une maman).

Hors de question d’éventer (d’éventrer ?) cette intrigue. Tout juste peut-on dire qu’elle s’inscrit dans la droite ligne du récent roman de l’anglaise Penny Hancock « Désordre ». Une vraie ambiance et un vrai ton à l’anglaise.

Ce récit à trois voix s’avère donc au final étonnamment bien monté, propose des personnages plutôt bien campés, se construisant sur les thèmes universels que sont la vie de couple, la maternité et les malaises qui peuvent en découler.

Bon, je m’en vais réfléchir au « comment » j’ai pu me faire abuser à ce point par cette fin que je n’ai absolument pas vu venir ;-).

 Publication française : 2013

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

23 réponses

  1. Tout à fait d’accord avec cet avis. Une fin qui en étonnera plus d’un. Même moi je me suis laissée avoir !

  2. grrr encore un roman dont j’entends parler, parler, parler ! j’essaye de rester sourd aux sirènes, mais que diable, je ne suis qu’une pauvre souris, comment voulez vous que je résiste à la tentation ! Monsieur yvan vous êtes démoniaque ! 😉

    • Une sirène et une souris, quel étrange couple ;-).
      Il y a peut être de quoi écrire une belle histoire, je vais y réfléchir (et ensuite vendre l’idée quelques millions de dollars)

  3. Sujet sensible ! Oser choisir ses victimes dans le berceau de la création ! J’en ai véritablement la nausée …. Et toi Yvan le démoniaque, tu te repais dans le plus merveilleux des mondes, d’histoires sordides ! Rhhaaaaa ! Quelle désillusion ! Mais tu as frémi, blêmi et tu imagines le malaise d’une femme ….. A peine pardonné, petit démon ! 😉
    Tu ne peux imaginer l’état de grâce qui habite une future maman….. neuf mois de bonheur et de paix. Mais tu sens bien que le sujet est sensible et interpelle.
    Toi et ta façon de sublimer tes impressions, tu m’interpelles, mais je me sens incapable de m’attaquer à un tel sujet, et de mettre ce livre incroyable dans ma PAL;
    Je perds peut-être la chance de découvrir une talentueuse auteure. Tant pis !
    Sujet très délicat, trop délicat pour moi.

    • Coucou Christine !
      Oui je comprend ta réaction, même si je suis à des années-lumière d’imaginer cet état de future maman.
      C’est une fiction, il n’empêche, c’est assez réaliste.
      Je vais essayer de continuer à t’interpeller dans le futur 😉

      • Ouiiiii, je veux ! C’est un plaisir de te lire et te sentir si enthousiaste ! Tu partages très bien tes émotions, et c’est toujours avec beaucoup d’intérêt que je prends un petit moment pour te lire 🙂

  4. Sieur Yvan le tentateur a encore oeuvré! Je suis obligée de le mettre sur ma liste!!! C’est l’idée d’un dénouement inattendu qui a décidé pour moi! Merci!

  5. Rien que pour la fin étonnante, vous me donnez envie de le lire.

  6. dans ma liste depuis un moment celui là! malgré le sujet et malgré le fait que je sois une femme ! même pas peur 😉

  7. Je me demandais si j’allais le lire!! Et bien, suite à ta succulente chronique, la réponse est oui!!!!
    Je vais m’empresser de le commander!! Même pas peur non plus!!! Hein Nath!!!

  8. Je me promène dans tes anciens billets ^^ Malgré tes quelques bémols, je me dis que moi aussi je veux me faire « abuser » par cette fin ! C’est décidé, je sors ce livre de ma PAL au mois de mars !
    Cajou

  9. Bon ce ne fut pas au mois de mars mais bien en juillet :p J’ai été un peu déçue parce que, chose qui n’arrive JAMAIS, j’avais deviné le nom du coupable dès les 50-100 premières pages. En effet, elle insistait tellement lourdement sur la nounou que je me suis dit qu’il allait falloir qu’elle nous surprenne avec un gros twist et hop j’avais bien deviné…. A part, c’est vria que c’est un roman plutôt sympa ! Je me suis permis de citer ton billet à la fin du mien pour offrir des voix un peu plus positives ^^
    Des bisous
    Cajou

Rétroliens

  1. Bilan livresque : janvier / Juin 2013 |

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :