Patrick Ness – Quelques minutes après minuit


cvt_Quelques-Minutes-Apres-Minuit_24474° de couverture

Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l’apparence d’un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage.

Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.

Mon avis

Prenez un écrivain particulièrement talentueux, avec un style d’écriture qui lui est propre. Prenez une histoire simple mais forte. Mélangez le tout avec un illustrateur aux traits sombres, pour mettre tout ça en image.

Le tout vous donne une histoire profondément humaine et touchante, assez loin de de l’ambiance des écrits dits « jeunesse ».

Parler de mort et de cancer n’est pas chose aisée quand on vise un tel public. C’est même plutôt casse-gueule (surtout quand on y rajoute les illustrations d’une noirceur totale de Jim Kay).

Patrick Ness met en valeur cette histoire (dans le cadre d’un court récit en forme de conte, plutôt une longue nouvelle qu’un roman), grâce à son écriture d’une profonde humanité et qui met si bien en avant les émotions.

Le récit est dur, Ness ne se cache pas derrière et fait face avec brio à la douleur et aux interrogations de son jeune personnage.

Comme tout conte, il y a une morale, éprouvante et belle à la fois.

Bel objet que cet ouvrage, à mettre entre toutes les mains.

Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

2 réponses

  1. Merveilleuse chronique !
    Je l’ajoute à ma liste ce livre 😊

Rétroliens

  1. Tag littéraire « EmOtionS

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :