Margaret Atwood – Le temps du déluge


cvt_Le-temps-du-deluge_3264° de couverture

On les appelle les « liogneaux », les « porcons », etc. Ce sont des animaux transgéniques créés par l’homme. Dans le monde chaotique et terrifiant qui constitue le cadre du nouveau roman « dystopique » de Margaret Atwood, ces créatures ont pris le pouvoir. La société y est gangrenée par le culte de l’argent et de la marchandise, une absurde division du travail y sévit, ainsi qu’une impitoyable guerre des classes.

Une secte religieuse et écologique, les Jardiniers de Dieu, dont Adam Premier est le chef spirituel, entraîne ses adeptes dans une mission sacrée : favoriser les conditions nécessaires à la survie d’une partie de l’espèce humaine, puis à sa restauration… Pour cela ils s’isolent du « monde exfernal » dans leur Jardin.

Car pour Adam et les Jardiniers de Dieu, l’arrivée du « Déluge des Airs » ne fait aucun doute. Une catastrophe naturelle apocalyptique va châtier les hommes pour les pillages et les destructions infligés par leur espèce à la Terre et à son environnement. C’est seulement une question d’échéance… Et il faut s’y préparer. Mais dans cet univers diabolique, l’entreprise s’annonce pour le moins ardue, voire désespérée…

Autour d’Adam, après le passage de l’effroyable désastre annoncé, plusieurs personnages s’aventureront dans le monde exfernal pour tenter de survivre et de retrouver d’éventuels rescapés. Parmi eux, Ren et Amanda, deux jeunes filles que tout aurait dû opposer, réussiront à tisser une belle et solide amitié, sous la protection de Toby, leur aînée, qui par sa grande sagesse deviendra en quelque sorte leur ange tutélaire…

Mon avis

Margaret Atwood nous livre une vision apocalyptique à la fois crédible à bien des égards et d’une grande inventivité.

Sous couvert d’un récit post-apocalyptique, l’auteure, nous présente une peinture féroce voire satirique des tares de notre monde actuel : dérives des manipulations génétiques, dérives sécuritaires et sectaires.

L’histoire et le background sont passionnants, les personnages complexes et l’écriture est étonnamment moderne pour un auteur né en 1939. Rythme, violence, créativité, tout y est, comme pourrait le proposer un auteur de la nouvelle génération.

Le récit foisonne de trouvailles, entre flash-back et actualité et si je devais émettre une critique, ce serait le déséquilibre entre ces deux parties.

Un miroir déformant de notre société, une vision d’un futur bluffante et inquiétante.

Sacrée découverte que ce livre en ce qui me concerne. A mettre entre toutes les mains, amateurs de récits post-apocalyptiques ou non (pour preuve, le bouquin est publié dans une collection dite de « littérature générale »).

Publication française : 2012

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Tag littéraire « EmOtionS

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :