Neil Gaiman – Neverwhere


cvt_Neverwhere_34774° de couverture

Londres, un soir comme tant d’autres. Richard Mayhew découvre une jeune fille gisant sur le trottoir, l’épaule ensanglantée. Qui le supplie de ne pas l’emmener à l’hôpital… Et disparaît dès le lendemain.

Pour Richard, tout dérape alors : sa fiançée le quitte, on ne le connaît plus au bureau, certains, même, ne le voient plus… Le monde à l’envers, en quelque sorte.

Car il semblerait que Londres ait un envers, la « ville d’En Bas », cité souterraine où vit un peuple d’une autre époque, invisible aux yeux du commun des mortels. Un peuple organisé, hiérarchisé, et à la tête duquel les rats jouent un rôle prépondérant.

Plus rien ne le retenant « là-haut », Richard rejoint les profondeurs…

Mon avis

Neverwhere est un conte, mais un conte urbain, poétique, sombre et parfois violent. Cette histoire est à la fois un hommage aux récits du genre et une aventure tout à fait moderne.

Car c’est dans une véritable aventure que nous plonge Gaiman, palpitante, remplie d’une foultitude de rebondissements et de situations rocambolesques. Les personnages sont hauts en couleur, improbables et pourtant on s’y attache rapidement grâce à la plume pleine de verve de l’auteur.

Oui, parce que c’est fichtrement bien écrit, une écriture « à l’ancienne » qui pourtant sonne avec modernité, sacré exploit.

Et la cerise sur le gâteau, c’est cet humour typiquement british, subtile et absurde, qui rend l’Aventure (avec un grand A) encore plus ludique.

Une belle réussite, basée sur une idée de départ géniale.

Publication française : traduction de 2005

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Neverwhere | Le Bibliocosme

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :