Paul Cleave – Un père idéal


41aVTpH7fpL._SL160_4° de couverture

Jack Hunter a longtemps été un bon époux et un père idéal. Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s’attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte de leur maison si tranquille pour arrêter le premier serial killer de l’histoire de Christchurch, Nouvelle-Zélande.

Vingt ans plus tard, Edward est à son tour devenu un citoyen modèle. Comptable sans histoire dans un cabinet d’avocats de la ville, il a tout fait pour oublier et faire oublier ses sombres origines. Mais le jour où sa femme est sauvagement assassinée, c’est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu’il va se tourner pour prendre conseil. Pourra-t-il faire autrement que de marcher sur ses traces ?

L’instinct de tueur est-il vraiment héréditaire ? Autant de questions qu’Edward va devoir affronter durant une folle semaine qui verra sa vie bien rangée basculer dans l’horreur.

Mon avis

Dire que j’attendais avec impatience le successeur de l’extraordinaire « Un employé modèle » est un euphémisme.

Avec ce second roman paru en France, Cleave prouve à nouveau qu’il est un maitre dans l’art de modeler un personnage sous toutes ses coutures (avec des gros piquants qui dépassent du costume).

L’histoire aurait pu être de facture classique, mais elle est régulièrement dynamitée, le lecteur se demandant souvent vers où l’auteur l’emmènera et s’il osera aller si loin (il ose). Vu l’histoire et l’écriture à la première personne, on pouvait se dire que Cleave allait nous proposer une redite de son précédent roman à succès.

Ce n’est pas vraiment le cas, le ton est bien plus sombre, moins caustique.

Le personnage principal vit une véritable descente aux enfer, autant intérieurement qu’à cause des évènements.

L’écriture est sèche, l’ambiance sinistre, mais un humour très noir et désabusé est présent à chaque page ou presque.

Au final, un personnage tourmenté, d’une complexité rare, que l’on suit halluciné ; un thriller qu’on prend souvent en pleine poire.

Publication française : 2011

Originalité de l’intrigue : ♥♥♥♥

Profondeur de l’histoire : ♥♥♥♥

Qualité de l’écriture : ♥♥♥♥

Émotion : ♥♥♥♥

Note générale : ♥♥♥



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Interview littéraire 2013 – Paul Cleave | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :