Noël 2022 : les conseils de 28 libraires

Pour la huitième année, j’ai invité des libraires à une table virtuelle. 28 libraires venant des 4 coins de l’hexagone (et de Belgique), à qui j’ai proposé de partager avec nous leur pain quotidien : l’amour des livres.

En cette période de fêtes, qui mieux qu’un libraire sait partager un coup de cœur ? Surement pas un site déshumanisé de vente en ligne.

Ces libraires ont joué le jeu pour vous proposer un livre qu’ils avaient particulièrement envie de mettre en avant. Il y en a pour tous les goûts. Pour faire ou se faire un cadeau, c’est idéal en cette période !

Et si vraiment, vous ne pouvez-pas vous déplacer, de nombreux libraires proposent aussi la vente en ligne en direct, ou il existe aussi des sites de libraires en réseau comme Lalibrairie.com ou encore Placedeslibraires.

Si d’autres libraires souhaitent participer à cet échange l’an prochain, n’hésitez pas à me contacter ici ou sur Facebook, ce sera avec plaisir !

Conseil de Caroline – FNAC Rosny 2

Sandrine Collette – On était des loups (JC Lattès)

C’est le 10ème roman de Sandrine Collette. 10 romans, 10 cœurs brisés.

Elle aborde dans celui-ci toute la complexité d’être père, de le devenir, de s’approprier ce rôle offert à la naissance de l’enfant. Quelle beauté ! Cet homme et ce petit garçon de 5 ans qui vont s’apprivoiser, ce père et ce fils qui vont devoir compter l’un sur l’autre, au péril de leurs vies, dans ces montagnes choisies comme terre de vie, au milieu de cette nature qui peut s’avérer à tout moment terrifiante et hostile. Et quand ce n’est pas la nature, c’est l’Homme qui terrorise. L’adage ‘L’homme est un loup pour l’homme’ prend toute sa dimension dans ce livre.

Que d’émotions, de coups au cœur, d’adrénaline, de frissons… Que j’aime cette femme, qui me fait autant rire dans la vraie vie qu’elle me fait pleurer dans ses récits ! Un grand livre qui m’a laissée une fois encore, une fois de plus, en larmes, le cœur explosé, vidée mais définitivement vivante !

4ème de couverture :

Ce soir-là, quand Liam rentre des forêts montagneuses où il est parti chasser, il devine aussitôt qu’il s’est passé quelque chose. Son petit garçon de cinq ans, Aru, ne l’attend pas devant la maison. Dans la cour, il découvre les empreintes d’un ours. À côté, sous le corps inerte de sa femme, il trouve son fils. Vivant. Au milieu de son existence qui s’effondre, Liam a une certitude. Ce monde sauvage n’est pas fait pour un enfant. Décidé à confier son fils à d’autres que lui, il prépare un long voyage au rythme du pas des chevaux. Mais dans ces profondeurs, nul ne sait ce qui peut advenir. Encore moins un homme fou de rage et de douleur accompagné d’un enfant terrifié.
 

Lien vers la page de la Fnac Rosny 2

Conseil de Pépita – Librairie La maison Lacoste à Mont-de-Marsan

Jacques Saussey – L’aigle noir (Fleuve)

Bouclez vos ceintures, départ imminent pour la Réunion. Oui, mais ce ne sera pas un voyage de tout repos, car c’est sans compter sur la plume redoutable de Jacques Saussey.

L’aigle noir, un thriller palpitant, tout en tension, une mécanique implacable où les chapitres s’enchaînent sans nous laisser ne serait-ce qu’un peu de répit. L’île paradisiaque de la Réunion, un paysage de rêve envoûtant sur fond de trafics de drogue et de maltraitance d’enfants, un cocktail détonant qui bouscule et parfois dérange. Sans doute une des plus belles réussites d’un auteur qui mériterait, ô combien, d’être enfin reconnu à la hauteur de son talent.

4ème de couverture :

La Réunion, 2020. Un sorcier vaudou tisse sa toile autour de l’obscure Eglise qu’il a fondée loin de son Togo natal. Un homme meurt dans une terrible attaque de requin. Une petite fille se replie sur sa détresse de jour en jour. L’île, malgré ses paysages entre lagons turquoise et montagnes luxuriantes, n’a rien du paradis auquel Paul Kessler s’attendait. Pourtant, cet ex-commandant de police n’aspirait qu’à un peu de tranquillité jusqu’à sa rencontre, à Toulon, avec Hubert Bourdonnais.
Trois ans plus tôt, ce riche industriel a quitté l’archipel en confiant la direction de la vanilleraie familiale à Pierre, son fils unique. Mais celui-ci est décédé dans un crash d’hélicoptère. Et si la gendarmerie a conclu à un accident, Hubert Bourdonnais, lui, ne croit pas à cette thèse. Face à ses doutes, Kessler a accepté de mener l’enquête, sans imaginer qu’il serait confronté à une réalité bien sombre…

Lien vers le site internet de la Maison Lacoste

Conseil de Jérôme – Librairie Les Cyclades à Saint-Cloud

David Baldacci – Sur le chemin du pardon (Talent)

David Baldacci est le nouveau prodige du thriller !!! Une nouvelle ère commence… L’auteur nous revient après plusieurs années d’absence au sommet de son art…

Il frappe fort avec cet opus, on ne s’ennuie jamais dans ce page turner ou l’action est mené tambour battant avec ses multiples twists à n’en plus finir… Atlee Pine est la nouvelle héroïne à découvrir, c’est le digne successeur de Jack Reacher au féminin !!!

4ème de couverture :

Elle était gravée au fer rouge dans la mémoire d’Atlee Pine : la comptine enfantine que le kidnappeur avait récitée pour choisir entre Atlee et sa sœur jumelle, Mercy. Mercy a été enlevée. Atlee a été épargnée. Elles avaient six ans. Elle n’a jamais revu Mercy.
 
Trois décennies après cette nuit de terreur, Atlee Pine travaille pour le FBI. Elle est la seule agente affectée à l’agence résidente de Shattered Rock, en Arizona, en charge de la protection du Grand Canyon.
 
Lorsque l’une des mules du Grand Canyon – dont le cavalier a disparu – est retrouvée morte, poignardée au fond du canyon, Pine est appelée pour mener l’enquête. Il devient très vite évident que l’homme n’est pas venu faire du tourisme. Pine commence tout juste à recueillir des indices montrant qu’un terrifiant complot se trame, lorsqu’elle est soudain dessaisie de l’enquête.
 
Si elle désobéit à un ordre direct et poursuit son enquête sur le disparu, cela risque de sonner le glas de sa carrière.
 
Mais si Pine arrête son enquête avant d’avoir découvert la vérité, cela pourrait sonner le glas de la démocratie aux États-Unis telle que nous la connaissons…

Lien vers le site internet de la librairie Les Cyclades

Conseil d’Aurélie – Librairie La Pléiade à Cagnes-sur-Mer

Flore Vesco et Kerascoët – De cape et de mots (Dargaud)

Noël approchant, on a encore plus envie de partager des moments en famille. Vous proposer cette BD de Flore Vesco et Kerascoët était donc pour moi une évidence. Ce conte pétillant qui joue de façon très habile avec nos zygomatiques et nos méninges nous entraîne aux côtés de Serine, jeune comtesse atypique.

À lire avec délectation et avec vos enfants dès 10 ans. Mais s’ils sont plus jeunes, particulièrement espiègles et amoureux des mots, ne les en privez pas !

4ème de couverture :

Au palais, les demoiselles de compagnie se succèdent. Aucune d’elles n’est capable de satisfaire les caprices d’une reine tyrannique. Serine décide de tenter sa chance. Avec son goût des bons mots et ses facéties, la jeune fille va souffler un vent de folie sur la cour. Sans se douter qu’elle est en train de risquer sa vie.

Lien vers la page Facebook de la librairie La Pléiade

Conseil de Christian – Librairie Wachenheim à Sélestat

Armand Delpierre – Paris se lève (Plon)

Sans aucun temps mort et toujours sur un rythme soutenu, on assiste à une véritable immersion dans le quotidien d’une équipe d’enquêteurs d’un commissariat parisien, avec en toile de fond les attentats de janvier 2015.

4ème de couverture :

Janvier 2015. Pierre-Louis Madec, alias PLM, débarque au commissariat de la Défense après avoir quitté sa Bretagne natale. Il y découvre une équipe surmenée, proche de l’implosion.

À peine arrivé, on lui confie l’affaire Françoise Laborde : une femme âgée retrouvée morte dans son salon, le corps en lambeaux, signe d’un acharnement viscéral, presque animal. S’ajoute à cette enquête le mystérieux viol d’une jeune fille, trouvée inconsciente devant un bloc d’immeubles…

La menace est partout et le SRPJ 92 n’a pas fini d’être ébranlé. Tapis dans l’ombre, des hommes se préparent à frapper fort, à commettre une atrocité au nom de leur Dieu. De quoi bouleverser le monde et mettre à mal les forces de police. Mais il faut rester vigilant, car le chaos ambiant pourrait bien être le décor parfait d’un nouveau drame…

Lien vers la page Facebook de la librairie Wachenheim

Conseils de Bruno – Librairie de la Renaissance à Toulouse

Sylvie Le Bihan – Les sacrifiés (Denoël)

Une tragédie sur fond historique. Juan petit gitan andalou, va travailler pour le grand toreador Mejias, amoureux des arts et de la poésie. Mejias rejoint son amour, Encarnacion, plus connue sous le nom de la Argentinita, à Madrid. Il emmène Juan avec lui. Juan est tout à coup plongé dans la ferveur de la capitale, les soirées s’enchaînent à l’appartement. Les artistes du moment défilent.

On croise Dali, Bunuel et surtout Garcia Lorca. Ami du couple et de Juan. Juan tombe amoureux, d’Encarnacion. Amour impossible. Un grand roman, une grande fresque historique. Porté par la plume délicieuse de Sylvie Le Bihan.

4ème de couverture :

Dans les mots que la vieille femme déposa au creux de son oreille, Encarnación perçut le murmure d’un oracle lointain : “Éloigne de toi ceux que tu aimes, car la nuit les engloutira et tu porteras leur corps…”

À l’âge de quinze ans, alors que la famine sévit dans son Andalousie natale, Juan Ortega quitte sa famille pour devenir le cuisinier d’Ignacio, un célèbre torero. Dans son sillage, à Madrid, New York et Paris, Juan se laisse happer par l’effervescence des années folles. Il croise la route du poète solaire Federico García Lorca et se consume d’amour pour Encarnación, danseuse de flamenco, muse de toute une génération d’artistes et amante d’Ignacio. Mais déjà la guerre gronde et apporte son cortège de tragédies. Hommage passionné à une Espagne légendaire, Les Sacrifiés est un roman d’apprentissage chatoyant qui dépeint la fabrique d’un héros et le prix de la gloire.

Lien vers le site internet de la librairie de la Renaissance

Conseil d’Anne Librairie Oberlin à Strasbourg

Ryan T. Higgins – Debout maman ours ! (Albin Michel)

Dernier-né de la série des mamans ours par Ryan T. Higgins, « Debout maman ours ! » est un album interactif où les jeunes lecteurs et lectrices doivent accompagner Michel, notre maman ours, lors de sa sieste et selon les directives des souris. Vous vous doutez bien que tout ne se passe pas comme prévu et que la sieste vire au cauchemar ! 

Dès 4-5 ans.

4ème de couverture :

Les trois souris turbulentes de Michel rêvent d’un livre dont il serait la vedette. Mais Michel a d’autres projets… Michel veut faire la sieste. Va-t-il y arriver ? Secoue, remue et tape sur ce livre pour aider les souris à réveiller un ours mal léché !Une nouvelle aventure de Maman Ours

Lien vers le site internet de la librairie Oberlin

Conseils d’Annaïk – Librairie Dialogues à Brest

Deon Meyer – Cupidité (Série noire)

« Cupidité » fait directement suite à « la Proie », puisque à peine deux ans les séparent. Nous y retrouvons Benny Griessel et Vaughn Cupido, les deux capitaines chevronnés du groupe criminalité violente des Hawks, au Cap, Afrique du sud. Il y a deux ans, Griessel et Cupido avaient mis en état d’arrestation trois membres de l’Agence de Sécurité Nationale et continué leurs investigations malgré les ordres de leur hiérarchie. En conséquence, les voilà rétrogradés au rang d’enquêteurs de base et il ne tient qu’à un fil qu’ils se retrouvent mutés très loin de leur terrain de jeux habituel.

Ces nouvelles attributions les conduisent à enquêter sur deux disparitions, celle d’un étudiant, véritable petit génie de l’informatique et celle d’un homme d’affaires réputé pour ses malversations. Leur expérience de flics d’élite et leur sagacité ne seront, en définitive, pas de trop pour mener à bien cette enquête surprenante. Personnages récurrents et nouveaux venus cohabitent à merveille, l’intérêt du lecteur est maintenu jusqu’aux dernières pages. Un coup de maître !

4ème de couverture :

Benny Griessel et Vaughn Cupido, ravalés au rang d’enquêteurs de base pour avoir enfreint les ordres de leur hiérarchie, soupçonnent leur punition d’être liée au meurtre en plein jour d’un de leurs collègues et aux lettres anonymes qu’ils ont reçues récemment. Mais ils n’ont pas le loisir d’approfondir la question car on les charge d’élucider la disparition de Callie, brillant étudiant en informatique. Dans le même temps, Jasper Boonstra, milliardaire et escroc notoire, confie à une agente immobilière accablée de dettes la vente de son prestigieux domaine viticole. Conscient que la commission de trois millions de rands réglerait tous les problèmes de la jeune femme, l’homme d’affaires exerce sur elle un chantage qui la met au pied du mur. A priori, il n’y a aucun lien entre les deux affaires, sauf le lieu, Stellenbosch, au cœur des vignobles du Cap. Mais lorsqu’elles convergent, la cupidité se révèle être leur moteur commun.

Lien vers le site internet de la librairie Dialogues

Conseil de Michaël – Librairie Les Papiers Bavards à Audincourt

Anthony Doerr – La cité des nuages et des oiseaux (Albin Michel)

Une odyssée grandiose, un voyage passionnant à travers les siècles et les continents. Avec subtilité, tous les genres sont confondus, du polar au roman historique, de la SF au récit d’aventure, comme s’ils ne faisaient qu’un pour célébrer la littérature…

Un livre magique qui aura touché le rêveur que je suis.

4ème de couverture :

Un manuscrit ancien traverse le temps, unissant le passé, le présent et l’avenir de l’humanité.

Le roman d’Anthony Doerr nous entraîne de la Constantinople du XVe siècle jusqu’à un futur lointain où l’humanité joue sa survie à bord d’un étrange vaisseau spatial en passant par l’Amérique des années 1950 à nos jours. Tous ses personnages ont vu leur destin bouleversé par La Cité des nuages et des oiseaux, un mystérieux texte de la Grèce antique qui célèbre le pouvoir de de l’écrit et de l’imaginaire. Et si seule la littérature pouvait nous sauver ?

Lien vers la page Facebook de la librairie Les papiers bavards

Conseil d’Arnaud – Librairie 47° Nord à Mulhouse

Benjamin Dierstein – La cour des mirages (Les Arènes)

Juin 2012, changement de majorité présidentielle : la chasse aux sorcières est ouverte, des changements radicaux s’opèrent dans les différents services de police, c’est la valse des chaises tournantes et tout le monde n’y est pas à la fête. C’est sur ce fond délétère que Gabriel Prigent revient à la Brigade Criminelle de Paris. Ex grand flic il dérive entre hôpitaux psychiatriques et antidépresseurs suite à la disparition de sa fille. Parallèlement, Laurence Verhaeghen ex-DCRI est mutée à la Brigade Criminelle pour débusquer et dénoncer les policiers trop « ancien régime ». Quand un homme politique, son épouse et leur fils sont assassinés c’est à Verhaegen et Prigent d’enquêter. Et quand on découvre la disparition de la petite sœur, Verhaegen et Prigent vont s’acharner jusqu’au bout du bout. Ils seront confrontés à de telles violences que leur humanité en sera sérieusement secouée.

Ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains. Si vous pensez que les humains sont bons, si vous pensez que les parents sont gentils, si vous pensez que l’humanité est belle, n’essayez pas de lire ce roman. Mais si un voyage sur les rives de la perversion vous tente, apprêtez-vous à une expérience violente. Ce livre ne vous lâchera pas, vous n’en serez pas indifférent et n’en sortirez pas indemne. Ce roman est une trance hallucinogène d’une rare intensité. Merci Benjamin Dierstein pour cette montée en BPM particulièrement maîtrisée.

4ème de couverture :

Juin 2012. Triomphe politique pour la gauche et gueule de bois pour la droite. Les têtes tombent. Les purges anti-sarkozystes au sein du ministère de l’Intérieur commencent. La commandante Laurence Verhaeghen quitte la DCRI et rallie la Brigade criminelle de Paris. Elle est rapidement rejointe par son ancien collègue Gabriel Prigent, hanté par la disparition de sa fille six ans plus tôt.
Pour leur retour au 36, les deux flics écopent d’une scène de crime sauvage : un ancien cadre politique a tué sa femme et son fils avant de se suicider. L’enquête débouche sur la découverte
de réseaux puissants, à mi-chemin entre l’organisation pédocriminelle, la prostitution de luxe et l’évasion fiscale. Désabusés par leurs erreurs et leurs doutes, tourmentés par leurs obsessions,
Verhaeghen et Prigent vont partir pour un voyage sans retour vers la barbarie moderne.

Lien vers le site internet de la librairie 47° Nord

Conseil de Céline – Librairie Trarieux à Tulle

Sébastien Vidal – Où reposent nos ombres (Le mot et le reste)

Années 80. Haute Corrèze. Une bande d’amis vivent leur dernier été avant leur rentrée dans un plus grand établissement scolaire. Au même moment, toutes les polices de France sont à la recherche de deux jeunes braqueurs ayant tué un convoyeur. Leurs routes vont se percuter…. En croisant l’innocence et la nonchalance de l’adolescence avec les coups de poings de la vie, Sébastien peint une toile où chaque couleur a à la fois la teinte du bonheur et celle d’un hématome.

La langueur des après-midi d’été, au bord de l’eau. Les premiers émois. L’enthousiasme juvénile de la découverte… L’idyllisme de ces précieux moments ne fait que renforcer la bestialité d’une nature humaine parfois déchaînée. Sébastien ne fait pas dans le sensationnel. Par son écriture, ses personnages, ses descriptions des lieux et des choses, il remet la nature et l’humain, au sens le plus noble du terme, au centre de tout. Il y a de la curiosité, de la promiscuité, de l’authenticité dans son écriture.

Il dissèque, à la manière des grands auteurs auxquels il rend merveilleusement hommage, une société repliée sur elle-même, en autarcie autant dans son mode de fonctionnement que dans ses non-dits. Un monde clos enchâssé dans sa routine, sa poisseur, ses a priori et… ses drames. Il interroge nos consciences et lance aux trousses du déterminisme social la cavalerie de nos idées préconçues.

4ème de couverture :

Été 1987, Corrèze. Johanna, Franck, Vincent et Christophe se connaissent depuis toujours et forment une bande que rien ne peut séparer. Un dimanche d’août, quittant les rues de leur village pour rejoindre la forêt, ils découvrent un paradis coupé du monde, où ils sauront épuiser l’oisiveté de leur adolescence. Au même moment, en région parisienne, deux jeunes amis braquent des convoyeurs de fonds et entament une cavale sanglante, fuyant la police et leur condition de prolétaire. Portées par le rejet commun d’un avenir déterminé, ces trajectoires divergentes seront amenées à se croiser, non sans exhumer de grandes souffrances laissées au passé. Tous apprendront, le temps d’un brûlant été, que l’innocence a une fin, contrairement à la violence.

Lien vers la page Facebook de la librairie Trarieux

Conseil d’Eric – Librairie La tache noire à Strasbourg

Valentine Imhof – Le blues des phalènes (Rouergue)

Valentine Imhof aime surprendre et nous emmener vers des horizons que peu ont osé explorer avant elle, et rarement avec autant d’allant. Ses personnages sont profonds, habités, et s’emparent du lecteur au détour d’une phrase, d’un paragraphe ou d’une page, sans crier gare, pour s’installer durablement dans nos cœurs et dans nos âmes.

Avec Le blues des phalènes, son troisième ouvrage, Valentine Imhof a délaissé les terres du polar pour s’essayer avec brio au roman noir. Epopée, roman épique, grand roman américain… ? Le lecteur cherchera longtemps dans quelle catégorie déposer Le blues des phalènes. C’est l’effet que font les grands romans, les textes qui marquent, les écrits qui durent… C’est aussi la preuve d’un talent rare, c’est tout ce qui différencie l’auteur de l’écrivain.

Le blues des phalènes, c’est la fresque sanglante d’une Amérique magnifique mais terrifiante, l’Amérique de la Grande Dépression, vue et vécue par quatre déclassés pétris d’espérance… C’est un roman « à fragmentation », splendide et implacable, qui fait définitivement entrer Valentine Imhof dans la cour des grands.

4ème de couverture :

C’est l’Amérique des années 1930. Celle de la Prohibition, du suprémacisme blanc, de la misère qui a jeté des millions d’affamés sur les routes. Quand ils ne voyagent pas agrippés sous un train, de ceux dont la conquête de l’Ouest a pavé le pays et qui mènent à présent jusqu’au Pacifique. Et cet horizon-là, celui des rivages de la Californie, prometteurs d’un avenir doré, c’est celui de deux hommes, d’une femme et d’un enfant. Milton, le rejeton prodigue qui a rompu les ponts avec sa richissime famille ; Arthur, le vétéran de la guerre des Boers et des tranchées de la Somme, qui porte le poids de crimes impardonnables ; Pekka, née le jour où sa mère posait le pied sur le sol de New York et qui change de nom à chaque fois qu’elle veut changer de vie ; Nathan, enfin, le fils de l’Explosion, qui fuit le mal et le retrouve où qu’il aille. Ces quatre destins prodigieux s’entrecroisent autour d’un moment unique qui les réunit tous : l’explosion de la ville d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 6 décembre 1917, la plus terrible dévastation causée par l’homme avant l’ère nucléaire.

Lien vers le site internet de la librairie La tache noire

Conseil de Gilles – FNAC Saint-Lazare à Paris

Claire Favan – De nulle part (HarperCollins)

Un roman noir psychologique qui aborde un sujet délicat… le placement par l’ASE des jumeaux.

Un récit dur et sans compromis qui vous plonge dans les méandres de la « nature humaine » et de ses absurdités. Sombre, violent, touchant…

4ème de couverture :

Chatou. Fin des années  1990. Deux nouveau-nés sont trouvés et confiés à l’Assistance publique. Des jumeaux que l’existence va vite se charger de séparer.
Trappes. 2020. Ballotté de foyers sordides en familles d’accueil, Antoine, dit «  Tony  », s’est construit tant bien que mal avec l’idée que la vie est un combat. Il lutte pour mener de front études de droit et petits boulots, et qui sait  : dépasser sa condition. 
Alors que tout ce qu’il réussit à faire est d’accumuler les dettes, se préésente un beau jour à sa porte un certain Raphaël. Raf, c’est son frère, sa copie conforme et son exact contraire, un héritier qui a les codes et la confiance qui va avec. Raf a un plan qui peut changer le destin de son frère. Passé la surprise de la première rencontre, Tony hésite à qualifier la visite de providentielle. Car il n’oublie pas  : l’échec est inscrit en lui depuis son premier cri. Mais il reste l’espoir. Cet espoir qui engendre le supplice.

Lien vers la page de la Fnac Saint-Lazare

Conseil de Valérie – Librairie Le divan à Paris

Hanya YanagiharaVers le paradis (Grasset)

Voici une fiction hors du commun qui se déploie sur trois siècles, de 1893 à 2093. Dans chacun des trois livres qui composent le roman, l’auteure évoque une Amérique différente pour imaginer ce que son pays aurait pu être, ce qu’il a été, et ce qu’il pourrait devenir.

Gigantesque roman qui, au fil de trois siècles, raconte l’attachement à ses proches, Hawaï, les États-Unis, l’enfer que peut devenir notre Terre déréglée par les pandémies et les dérèglements climatiques, et pourtant, encore et toujours, la recherche de l’amour et d’un paradis !

J’en profite pour vous conseiller son premier roman, l’un de mes préférés au monde ! : Une vie comme les autres (Le livre de poche).

4ème de couverture :

Dans cette autre Amérique de 1893, New York fait partie des États-Libres où l’on peut vivre et aimer selon son cœur, au moins en apparence. Le jeune et fragile héritier d’une famille distinguée de Washington Square résiste ainsi à un mariage arrangé avec un prétendant de son milieu après être tombé sous le charme d’un professeur de musique désargenté.
À New York en 1993, dans une ville marquée par le sida, un jeune Hawaïen partage sa vie avec un homme plus âgé et plus riche tout en lui cachant son enfance troublée et le destin de son père.
En 2093, dans un monde déchiré par les épidémies et gouverné par des régimes totalitaires, la petite-fille d’un scientifique influent tente de vivre sans son grand-père – et de résoudre le mystère des absences régulières de son mari.
Une maison de ville à Washington Square, trois siècles, trois destins. Les échos et résonances entre ces trois histoires enrichissent un roman qui devient une symphonie bouleversante. La maladie et le prix à payer pour s’en protéger, la droiture des puissants et celle des révolutionnaires, l’aspiration à trouver un paradis terrestre et la prise de conscience qu’il n’existe pas – voilà quelques-uns des thèmes qui traversent ce grand roman, d’une puissance émotionnelle rare. Vers le paradis est porté par l’empathie exceptionnelle de Hanya Yanagihara pour ses personnages, ces êtres frappés par la douleur et mus par le désir brûlant de protéger ceux qu’ils aiment.

Lien vers le site internet de la librairie Le divan

Conseil de Damien – Librairie La cour des grands à Metz

Dominique Scali – Les marins ne savent pas nager

Dans un 18éme siècle alternatif, Dominique Scali nous invite sur l’ile d’Ys, en plein milieu de l’Atlantique, pour nous faire découvrir le peuple issois – son histoire, son dialecte, sa culture, sa société – à travers le récit des aventures de Danaé Berrubé-Portanguen dite Poussin, qui possède le don extraordinaire de savoir nager.

Porté par une écriture et une langue brillante et exigeante, « Les marins ne savent pas nager » est un roman de mer et d’aventure ambitieux, original et extraordinaire. L’autrice réussit avec brio à nous embarquer très vite dans cette odyssée épique grâce à un talent de conteuse hors-pair. Ce roman fait partie des textes qui m’ont le plus marqué dans toute ma vie et remporte le prix Goncourt 2022 de mon cœur, loin devant tous les autres.

4ème de couverture :

Danaé Berrubé-Portanguen dite Poussin possède le rare don de savoir nager. Orpheline, tour à tour sauveuse et naufrageuse, elle vit au milieu de l’Atlantique, sur l’île d’Ys, berceau d’un peuple obsédé par l’honneur et le courage. Une île où même les terriens se vantent d’être marins, où seuls les plus braves ont le privilège de vivre dans la cité fortifiée à l’abri des grandes marées d’équinoxe. Suivant le destin des riverains qui doivent se partager plages et marges, Danaé Poussin se soumettra aux cycles qui animent les mouvements de la mer comme à ceux qui régissent le cœur des hommes.

Les marins ne savent pas nager s’adresse à celles et ceux qui, un jour, se sont demandé si c’était la montée des eaux qui les faisait pleurer ou leurs larmes qui faisaient monter les eaux. Dominique Scali signe un roman d’aventures maritimes époustouflant campé dans un XVIIIe siècle alternatif salé par l’embrun et rempli de la cruauté du vent.

Lien vers le site internet de la librairie La cour des grands

Conseil de Didier – Librairie Passages à Lyon

Witi Ihimaera – La Baleine tatouée (Au Vent des îles)

Envie d’évasion pour Noël ? Laissez-vous guider par Witi Ihimaera, superstar des lettres dans son pays, la Nouvelle-Zélande, qui gagne à être massivement connu chez nous.

« La Baleine tatouée » est un merveilleux conte moderne dans lequel une petite fille, Kahu, va déjouer la méfiance ancestrale de son grand-père à l’encontre des femmes et prouver que son peuple est encore capable de répondre à l’appel de la nature, et en particulier à celui des baleines, surtout quand la survie de ces dernières est en jeu… Une fable écologiste et humaniste, pleine de poésie, de tendresse et d’humour, qui célèbre la culture du peuple maori et prouve qu’elle a encore toute sa raison d’être, même dans le monde d’aujourd’hui.

4ème de couverture :

Kahu grandit dans une tribu maorie de Nouvelle-Zélande. Enfant prodige, elle se confronte très tôt à l’autorité du chef Koro Apirana, son arrière-grand-père, qui refuse l’idée qu’une femme puisse un jour lui succéder. Mais peut-il rester insensible au chant des baleines et à l’intrépidité de Kahu ? Jusqu’à quel point le respect des traditions doit-il rester figé dans une vision du monde qui ne reflète plus la réalité ?

Witi Ihimaera tisse un conte contemporain captivant et plein d’humour sur le lien de l’homme à la nature, le courage, l’espoir, la puissance des femmes et l’importance des liens entre les générations. Un livre-phare qui permit au romancier néo-zélandais d’asseoir sa renommée internationale.

Lien vers le site internet de la librairie Passages

Conseil de Marc-Olivier – La Librairie Noire (Librairie en ligne en Belgique)

Marcus M.D. – Il y a longtemps que je t’aime (Mix éditions)

Avec ce livre, je suis clairement sorti de ce que j’ai l’habitude de lire en tant que libraire spécialisé en littérature noire. Et vous savez quoi? J’ai bien fait ! Je vous le conseille d’ailleurs fortement !

Si vous avez aimé « Poussière d’homme » de David Lelait-Helo, que vous appréciez la plume de Solène Bakowski, et/ou les histoires d’amour réchauffant le cœur et réconfortant, procurez-vous cet ouvrage. Satisfait ou remboursé ! Je me porte garant que vous allez vous laisser emporter par cette histoire qui montre que « l’amour existe encore ». « Il y a longtemps que je t‘aime », « jamais je ne t’oublierai» dit la chanson. Et bien, jamais je n’oublierai ce livre ni les bons souvenirs qu’il m’a rappelés… (clin d’œil perso à la personne qui se reconnaîtra 🙂 ).

Chose assez rare à souligner : un livre qui m’a fait verser une larme… Un personnage principal qui continuera à grandir en moi, un peu comme « Héloïse » (Ophélie Cohen). « Le temps est l’ennemi de celui qui aime ».

Disponible en ligne et auprès de votre libraire habituel (n’hésitez pas à le commander s’il devait ne pas être de stock, car il n’est pas tout récent).

4ème de couverture :

Jérémie est vieux désormais. Entouré de sa famille, il sait que le temps lui file entre les doigts et qu’il ne sera bientôt plus. Il se remémore sa vie, ses doutes, ses peines, ses joies, et ce merveilleux jour de 1998 où il fit la rencontre d’Antoine Bourdieu. Son premier amour. Comment oublier ?

Installez-vous au coin du feu et écoutez. Apprenez que le temps qui sépare réunit aussi ceux qui s’aiment.

Lien vers le site internet de La Librairie Noire

Conseil de Céline – Espace culturel Leclerc de Niort

Benoît Philippon – Petiote (Les arènes)

Gus est prêt à tout pour récupérer la garde de sa fille. Déterminé, ce loser au bout du rouleau n’a plus rien à perdre. Il décide alors d’organiser une prise d’otages rocambolesque dans un hôtel miteux, le « love hôtel », repaire d’âmes cabossées et oubliées de la société.

Un plan foireux évidemment, des personnages inoubliables mais surtout l’amour d’un père pour sa fille. Vous y retrouverez les thèmes chers à l’auteur, son écriture scénaristique qui vous fait dire à chaque page « waouh mais quel bon film ça ferait ! », sa langue truculente et quelques scènes cocasses à hurler de rire. Cette magnifique équipe de bras cassés, abîmés par la vie mais plein d’humanité et de solidarité va vous faire passer du rire aux larmes. Touchée en plein cœur !

4ème de couverture :

Pour récupérer la garde de sa fille, Gus, un père au bout du rouleau, se lance dans une prise d’otages dans l’hôtel de naufragés où il vit. Sa revendication ? Un Boeing pour fuir au Venezuela avec Émilie, sa petiote.
Pour ce plan foireux, Gus s’allie à Cerise, une prostituée à perruque mauve. À eux deux, ils séquestrent les habitants déglingués et folkloriques de cet hôtel miteux : George, le tenancier, Boudu, un SDF sauvé des eaux, Fatou, une migrante enceinte, Gwen et Dany, un couple illégitime enregistré incognito, Hubert, un livreur Uber jamaïcain, mais aussi Sergueï, un marchand d’armes serbe en charge d’un transit de drogue mafieux. Et bien sûr, Émilie, son ado rebelle de quatorze ans.
La capitaine de police Mia Balcerzak est la négociatrice de cette cellule de crise. Crise familiale, crise de la quarantaine, crise sociale, crises de nerfs… quoi qu’il arrive, crise explosive !
L’histoire d’un loser qui n’a plus rien à perdre.

Lien vers le site de l’espace culturel Leclerc de Niort

Conseil de Benoit – FNAC La Défense CNIT

James Harren et Dave Stewart – Ultramega (Delcourt)

La quintessence du récit de Kaiju avec son lot de planches asphyxiantes autant que magnifiques, un récit franchement jamais lu et une générosité dans l’action et l’hémoglobine.

C’est puissant, addictif, innovant et c’est fou que ce soit un Américain qui nous bluffe sur la thématique de Godzilla. Immense coup de cœur et des palettes à vendre !

4ème de couverture :

Un fléau cosmique s’est propagé, transformant les gens ordinaires en kaiju hyper-violents et monstrueux. Seuls les UltraMegas, trois individus dotés de pouvoirs incroyables, peuvent faire front face à cette déferlante de destruction. Leurs batailles détruisent des villes et sèment une horreur indicible dans leur sillage. Mais est-ce une guerre qu’ils peuvent gagner ?

Lien vers la page internet de la FNAC La Défense

Conseil de Jérôme – Maison de la Presse à Haguenau

Joseph Incardona – Les corps solides (Finitude)

Encore un roman coup de poing de Joseph Incardona. Encore un roman « total ».

C’est à dire que c’est un roman noir, un roman social, un roman d’amour d’une mère à son fils (et inversement) et encore plus.

Anna vend des poulets rôtis dans son food truck. Elle est mère célibataire. Elle galère. Elle est sur une crête entre survivre et basculer dans la pauvreté. Un besoin d’argent la pousse à participer à un jeu télé où celui qui touche le plus longtemps une voiture la gagne. 50000 euros a priori facile à choper.

Un roman tellement cynique mais tellement humain.

4ème de couverture :

Anna vend des poulets rôtis sur les marchés pour assurer ­l’essentiel, pour que son fils Léo ne manque de rien. Ou de pas grand-chose. Anna aspire seulement à un peu de tranquillité dans leur mobile-home au bord de l’Atlantique, et Léo à surfer de belles vagues. À vivre libre, tout simplement.
Mais quand elle perd son camion-rôtissoire dans un accident, le fragile équilibre est menacé, les dettes et les ennuis s’accumulent.
Il faut trouver de l’argent.
Il y aurait bien ce « Jeu » dont on parle partout, à la télé, à la radio, auquel Léo incite sa mère à s’inscrire. Gagner les 50.000 euros signifierait la fin de leurs soucis. Pourtant Anna refuse, elle n’est pas prête à vendre son âme dans ce jeu absurde dont la seule règle consiste à toucher une voiture et à ne plus la lâcher.
Mais rattrapée par un monde régi par la cupidité et le voyeurisme médiatique, a-t-elle vraiment le choix ?
Épopée moderne, histoire d’amour filial et maternel, Les corps solides est surtout un roman sur la dignité d’une femme face au cynisme d’une époque où tout s’achète, même les consciences.

Lien vers le site internet de La maison de la presse de Haguenau

Conseil de Stéphanie – Librairie du Hérisson à Montargis

Claire Oshetsky – Chouette (Phebus)

Lorsque Tiny donne naissance à cet enfant à moitié chouette, l’autrice en profite pour nous questionner sur le désir d’enfanter, puis sur la maternité dans l’imaginaire collectif.

Entre conte fantasque et difficile réalité, Claire Oshetsky puise ce récit de ses tripes et de son expérience personnelle, pour créer une fable attendrissante et très atypique, sur la différence et la peur qu’elle renvoie. Pour pouvoir apprécier ce récit, il faut le prendre, comme on prendrait Chouette : pour ce qu’il est, simplement !

4ème de couverture :

Ma vocation, en tant que mère, sera de t’apprendre à être toi-même – et de respecter la vie sauvage en toi, enfant-chouette -, au lieu de te modeler à ma convenance ou à la convenance de ton père. Lorsque Tiny tombe enceinte, elle pressent instinctivement que son enfant sera différent. Le nourrisson, prénommée Chouette, est un bébé rapace. Comment élever cet être indomptable, l’accepter et l’aimer ? Chouette est un roman sur l’obéissance à la norme et la part sauvage en chacun de nous, qui égratigne notre sens des convenances. A la lisière du conte de fées et du fantastique, l’écriture de Claire Oshetsky est libératrice, audacieuse. Viscérale. Je t’aime. Je t’aime. Pour m’habituer à l’idée, je le répète plusieurs fois. J’ai peur de toi. Je suis ta mère.

Lien vers le site internet de la librairie du Hérisson

Conseil de Jeanne – Librairie L’attrape plume à Dorlisheim

Geoffroy Monde et Mathieu Burniat – Furieuse (Dargaud)

Le Roi Arthur est devenu un vieil ivrogne qui délaisse son royaume. Il n’a que faire de l’énorme faille qui permet aux démons d’entrer sur Pendragon. Entre deux verres, Arthur organise les épousailles de sa fille, Ysabelle. Excalibur, l’épée magique forgée par Merlin, offre une porte de sortie à la princesse. Nos deux rebelles prennent alors la fuite dans ce royaume hostile. Qu’est devenue la grande sœur d’Ysabelle, qui a également fui à l’aube de son mariage arrangé ? Où se cache Merlin ? Pourront-ils aider nos héros à repousser les créatures de l’enfer ?

Une BD inspirée du mythe arthurien à la fois drôle et féministe, parfois attendrissante dans un rythme effréné !

4ème de couverture :

Le roi Arthur, celui de la légende ? Un vieil ivrogne décrépit qui passe ses journées vautré sur son trône. Sa gloire désormais bien lointaine, il la doit à l’épée magique que Merlin lui a forgée pour terrasser les hordes de démons venues envahir le royaume de Pendragon. Devenue témoin de sa déchéance, l’arme enchantée s’ennuie ferme tandis que la princesse Ysabelle fulmine car son débris de père l’a promise en mariage à l’ignoble petit baron de Cumbre. Toutes deux bien décidées à se trouver un meilleur destin, Ysa et l’épée s’allient pour fuir le château et partir à la recherche de Merlin et de Maxine, la grande soeur disparue. Mais le vaste monde peut se montrer bien cruel pour une princesse qui n’a connu que la vie de palais. Et les intentions de l’épée sont peut-être moins nobles qu’il n’y paraît…

Lien vers le site internet de L’attrape plume

Conseil de Julie – Librairie Molière à Charleroi

Ellen Marie Wiseman – Ce qu’elle a laissé derrière elle (Faubourg Marigny)

1929, Clara, jeune fille de bonne famille, héritière d’une belle fortune, tombe amoureuse de Bruno, un jeune émigré italien. Ses parents s’opposent à leur amour, car ils avaient arrangé pour elle un mariage.

1995, Izzy est orpheline de père depuis que sa mère l’a assassiné quelques années auparavant. Elle est désormais baladée de famille d’accueil en famille d’accueil. 

L’histoire de Clara est révoltante et celle d’Izzy déchirante ! Un roman passionnant, bouleversant, rude, et parsemé d’injustices ! Une lecture marquante, addictive, un gros coup de cœur !

4ème de couverture :

1995. Dix ans auparavant, la mère d’Izzy Stone a tué son mari d’un coup de fusil, alors qu’il dormait. Dévastée par la folie de sa mère, Izzy, qui a maintenant 17 ans, refuse de lui rendre visite en prison. Elle a depuis été accueillie par une famille d’accueil. Ses « parents » travaillent pour le musée local et décident d’inscrire la jeune fille dans leur groupe. Sa mission : les aider à cataloguer les objets trouvés dans un asile abandonné depuis des années. Et au milieu de monceaux d’affaires, Izzy va découvrir des lettres jamais ouvertes, un vieux journal intime… et une fenêtre vers son propre passé. 1929. Clara Cartwright a 18 ans. La jeune femme est prise en étau entre ses parents autoritaires et son amour pour un jeune immigrant italien. Furieux qu’elle ait rejeté un mariage arrangé, son père l’envoie dans une chic résidence pour « malades nerveux ». Mais les Cartwright perdent leur fortune lors du krach boursier qui va suivre. Ne pouvant plus payer les soins de Clara, la jeune femme est transférée à l’asile public… Même si Izzy fait face aux défis d’un nouveau départ, l’histoire ne cesse de l’entraîner dans le passé. Reconstituer le destin de Clara va obliger à réexaminer ses propres choix, avec des résultats… inattendus.

Lien vers le site internet de la librairie Molière

Conseil de Sarah – Librairie Carpe Diem à Munster

René Manzor – Du fond des âges (Calmann-Lévy)

Ce polar mêle une intrigue scientifique, du fantastique, le récit d’une expédition en Antarctique, une profiler fragile et même un peu de culture maori. Bref tout y passe dans un concentré d’émotions pour notre plus grand plaisir.

Il se lit, non se dévore comme un film il n’y a pas de temps mort. A chaque phrase lue, on visualise directement la scène. Deux mots de plus : lisez le !

4ème de couverture :

Nouvelle-Zélande. Un petit garçon court à perdre haleine dans les rues de Christchurch, poursuivi par un homme armé. Des coups de feu éclatent. À l’hôpital, on découvre que l’enfant a été porté disparu il y a trois ans. Il s’appelle Nateo, c’est le fils du célèbre explorateur Marcus Taylor. Pourquoi le retrouve-t-on maintenant ? Était-il séquestré ? S’est-il enfui ? Et qui peut vouloir tuer un enfant de huit ans ?

Un an auparavant, le glaciologue Marcus Taylor dirige une mission de scientifiques envoyés dans une base implantée en plein milieu de l’Antarctique. Quand ils arrivent sur place, ils découvrent des bâtiments saccagés et déserts. L’équipe précédente a disparu sans laisser de trace. 

Quel lien y a-t-il entre la réapparition de l’enfant et cette expédition qui tourne au cauchemar ?

Lien vers le site internet de la librairie Carpe Diem

Conseil de Jennifer – Librairie itinérante Le gang du livre à roulettes (Bas-Rhin)

Jakub Szamałek – Tu sais qui (Métailié)

Julita, jeune journaliste people pour un site web, est chargée d’informer la toile d’un fait divers : une voiture qui se jette dans le vide. Suicide, accident, meurtre ? Elle croit reconnaître le conducteur, se lance dans une enquête et plonge dans les réseaux cachés du web au péril de sa vie.

« Tu sais qui » est un excellent polar avec des personnages bien campés et un grand sens du détail, mais aussi et avant tout un thriller actuel, documenté et original qui sensibilise sur la rapidité des changements technologiques et pointe notre vulnérabilité face à Internet : cette immense machine impossible à maîtriser.

C’est vertigineux, c’est terrifiant, c’est réel… Jakub Szamałek est un auteur de la scène européenne à suivre avec attention !

4ème de couverture :

Une jeune journaliste débutante chargée de la rubrique people dans un média sur le Net se lance dans une enquête qui la dépasse très vite. Elle réalise que la vie des stars de la télévision est beaucoup plus effrayante que tout ce qu’elle a pu imaginer. Elle devient une cible sur les réseaux sociaux, trouve une aide inattendue, et son enquête nous apprend aussi à nous protéger des dangers du hacking et du dark web. Des personnages brillants et mystérieux mènent la danse et soulignent la perversité des transformations du système judiciaire polonais.

Lien vers la page Instagram du Gang du livre à roulettes

Conseil d’Arno – Librairie La griffe noire à Saint-Maur-des-Fossés

Guillaume Lebrun – Fantaisies guérillères (Bourgois)

Dire que ce livre fait sortir de sa zone de confort est un euphémisme. Et si la pucelle de Domrémy n’était qu’un mythe, et qu’elle n’était pas une, mais quinze.

Guillaume Lebrun nous emmène au cœur des terres du milieu du royaume de France. Un roman incroyablement actuel par son féminisme éblouissant et pas que… A découvrir absolument.

4ème de couverture :

En ce début de xve siècle, tout est chaos au Royaume de France : les Englishes imposent leur présence depuis près de cent ans, Armagnacs et Bourguignons n’en  finissent pas de s’écharper. La guerre civile menace de ravager le pays. C’en est trop pour Yolande d’Aragon. Puisqu’une prophétesse est attendue pour couronner le dernier Dauphin vivant, il n’est plus temps de rester avachi dans les palais. La fulminante duchesse prend donc la décision de hâter le destin. Et la voilà reconvertie dans l’élevage de quinze petites Jehanne. En secret, elle crée une école dans le but de les former aux exigences militaires et intellectuelles de Guérillères accomplies. Mais la Douzième, de loin la plus forte et la plus féroce, n’a rien à voir avec celle que Yolande aurait voulu initier à la vraie nature de sa mission.

Porté par une langue inouïe d’inventivité, d’insolence et de drôlerie, ce roman iconoclaste en diable réinvente l’un des plus illustres épisodes de l’histoire de France avec panache.

Lien vers le site internet de La griffe noire

Conseil de David – Cultura de Chambray Les Tours

Lucas Belvaux – Les tourmentés (Alma)

Entre littérature et roman noir, dans ce premier opus du réalisateur Lucas Belvaux, un pacte immoral est conclus entre trois personnages. Madame, riche veuve, passionnée de chasse, demande à son homme à tout, Alex, avec qui elle entretient une relation ambiguë, de lui trouver un homme pour qu’il devienne une proie d’une chasse indigne. Skender, ancien collègue d’armée d’Alex, devenu associable, semble l’élu désigné, surtout que la prime promise lui permet de renouer des liens avec sa famille abandonnée.

Est ce que l’argent peut tout acheter ? Est ce que la chasse ira à son terme ? Une terrible tension addictive nous tient en haleine.

4ème de couverture :

Dix ans que les deux hommes s’étaient perdus de vue et puis, d’un coup, ils se retrouvaient au détour d’une rue, face à face. Le hasard, paraît-il, fait bien les choses. S’il s’agissait de lui, il aurait mieux fait ce jour-là de se mêler de ce qui le regardait, mais il n’y était pour rien. Skender le comprendrait bientôt, ce n’est pas le hasard qui avait mis Max et Madame sur son chemin.

Il le comprendrait bientôt.

Conseil de Marie – Librairie Gibert à Poitiers

Sandrine Collette – On était des loups (JC Lattès)

Le roman initiatique d’un père qui apprend à aimer son fils au milieu d’une nature parfois moins dangereuse que les hommes qui l’habitent.

Sombre comme une nuit d’orage, sublimé par l’écriture ciselée de Sandrine Collette.

4ème de couverture :

Ce soir-là, quand Liam rentre des forêts montagneuses où il est parti chasser, il devine aussitôt qu’il s’est passé quelque chose. Son petit garçon de cinq ans, Aru, ne l’attend pas devant la maison. Dans la cour, il découvre les empreintes d’un ours. À côté, sous le corps inerte de sa femme, il trouve son fils. Vivant. Au milieu de son existence qui s’effondre, Liam a une certitude. Ce monde sauvage n’est pas fait pour un enfant. Décidé à confier son fils à d’autres que lui, il prépare un long voyage au rythme du pas des chevaux. Mais dans ces profondeurs, nul ne sait ce qui peut advenir. Encore moins un homme fou de rage et de douleur accompagné d’un enfant terrifié.

Lien vers le site internet de la librairie Gibert à Poitiers



Catégories :Littérature

Tags:,

26 réponses

  1. Aude Bouquine – « Lire c’est pouvoir se glisser sous différentes peaux et vivre plusieurs vies. » Ici, je lis, je rêve, je parle de mes émotions de lectures, avec des mots. Le plus objectivement possible. Honnêtement, avec respect. Poussez la porte. Soyez les bienvenus dans mon univers littéraire.

    Et de 4 en plus dans ma PAL 😉
    J’adore cet article que tu proposes chaque année : une superbe idée !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      4 tu t’en sors bien :-). Oui j’adore cet exercice de partage !

  2. Très fier d’avoir participé cette année encore sous ma forme libraire ! Et quelle belle sélection, pleine de surprises et de variété, c’est un bonheur à chaque fois 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      merci d’en être, une fois de plus !

  3. Merci pour toutes ces idées ! Ce serait encore mieix si les traducteurs et traductrices étaient cités. Sans leur travail, personne ne pourrait lire ces livres de littérature étrangère…

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Je cite toujours les traducteurs dans mes chroniques, tu sais que j’ai un énorme respect pour votre travail 🙂

  4. Merci pour cette mine d’idées très diverses !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      oui très diversifié, c’est une richesse !

  5. Merci pour les idées, mon banquier vous remercie : je viens d’en commander 2 !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      super, ça fait plaisir de donner envie d’acheter de suite 😉

  6. Merci pour cette liste. Je découvre certains livres qui me font de l’oeil. Je n’ai lu que le Sandrine Collette que j’ai beaucoup aimé.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      il te reste de quoi faire alors !

  7. Je n’ai lu que la cours des mirages. Me voilà bien. Merci pour la sélection Yvan et merci aux libraires de t’avoir proposé leurs avis. 🙏😘

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      et tu n’as pas encore tout vu 😉

  8. Hello Yvan, merci pour ce condensé de tentations 😈❤️
    Certains sont lus, d’autres que je vais découvrir…. Bizkipet 💋

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      sacrées tentations de lecture oui !

  9. Un super article que je découvre. J’ai noté « il y a longtemps que je t’aime » de Marcus M.D. je vais regarder à nouveau pour le mettre sur ma liste de Noël. on verra ce que je trouverai sous le sapin.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      de quoi faire une bonne liste 😉

  10. Collectif Polar : chronique de nuit – Simple bibliothécaire férue de toutes les littératures policières et de l'imaginaire.

    Quelques-uns que j’ai adoré dans cette belles sélections, merci les libraires.
    Et un grand merci à Caro et Marie, hihi 😉 🙂

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      😉

  11. belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

    Et donc, on fait un papier avec tous les titres que l’on souhaite et petit papa Noël les apporte le 25 décembre dans nos petits souliers ??? 😆

    Belle liste, j’ai coché quelques titres, mais je suis restée sobre…

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      sobre toi ? Tu ne connais pas de mot ! 🙂

      • belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

        Bon, tu n’es pas obligé de le crier sur la Toile ! Des fois que des gens nous liraient… 🙂

  12. Génial trop cool cette liste 👍 merci Yvan pour ce partage ♥️😘

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      merci à toi pour ta fidélité !

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%