Nos âmes au diable – Jérôme Camut et Nathalie Hug

Sur le papier, ce roman n’était plus fait pour moi. Je me détourne de plus en plus des histoires autour des enfants, et j’ai tellement eu en mains des affaires de kidnapping que je pense avoir tout vu à ce sujet.

Sauf qu’une (double) composante essentielle de cette œuvre change la donne. Jérôme Camut et Nathalie Hug. Deux auteurs à part, deux génies du Noir. Deux écrivains à qui je voue une admiration sans borne et en qui j’ai une confiance aveugle.

Surprise à laisser sans voix

Le sujet reste donc vu et revu. Mais PAS la manière dont le duo l’a traité, malaxé, dévoyé. Aussi incroyable que ça puisse paraître, et à mon plus grand étonnement, cette intrigue se développe de manière totalement inattendue.

Comment puis-je parler de ce livre alors qu’il m’a laissé sans voix ? Comment puis-je exprimer des sensations qui ont touché les tréfonds de mon être ?

Au sortir de cette lecture, j’ai envie d’étaler les superlatifs, tant elle représente pour moi la quintessence du thriller.

Les Camhug sont un peu revenus aux sources, Rémanence des Stigmates de leur première tétralogie, où l’Instinct de Prédation était mis à nu. Le début de notre histoire commune qui a marqué à vie le lecteur que je suis.

Plongez profondément dans cette nouvelle intrigue les yeux fermés, les bras tendus. Vous n’imaginez pas une seule seconde ce qui vous attend. Les deux auteurs vont vous broyer les tripes, vous retourner le cerveau, vous arracher le cœur.

(Double) Talent unique

Le tout en vous emmenant sur un terrain que vous n’attendez pas. Un tel tour de force relève de la magie, quelle diablerie !

Quand vous comprendrez vraiment ce qui se cache derrière le titre, ce qu’il implique, vous ne pourrez rester de marbre. Pour ma part, j’ai versé une larme à la toute fin, qui est juste parfait.

Un final à l’image du reste, dans la noirceur, mais avec les émotions exacerbées. Comment pourrait-il entre être autrement avec ce duo.

Il faut simplement leur faire confiance, les laisser construire leur affaire durant les 100 premières pages pour que le roman puisse prendre toute son envergure. Un livre se juge dans son entièreté.

Il n’est pas question que je vous dise un traître mot de ce que raconte ce livre, ce serait criminel. J’espère juste insuffler suffisamment de confiance dans mes mots choisis pour que vous l’accordiez aussi à ces deux auteurs.

Parce qu’il n’est pas question ici que d’une intrigue inimaginable. Leur manière de décortiquer l’âme humaine, de théoriser le Mal par la pratique, de jouer sur la corde des sombres émotions est d’une profondeur unique.

Ahurissant

Et quelle leçon d’écriture ! Même durant la première partie qui semble nous emmener sur un terrain connu et qui met en place les pièces du puzzle, leur plume à quatre mains est percutante, acide, directe, brutale, dynamique.

Pour un amateur de thriller, cette écriture est juste un délice, et un (gros) intérêt supplémentaire qui fait sortir ce roman du flot ininterrompu des livres du genre.

Nos âmes au diable questionne la nature humaine. C’est un roman qui propose un suspense de dingue, et des retournements ahurissants. C’est surtout une histoire bouleversante et qui marque au fer. Empathie XXL.

Oubliez tout ce que vous avez déjà lu, ce que vous avez déjà ressenti à travers un thriller, Jérôme Camut et Nathalie Hug vous invitent à vivre une expérience unique qui transcende le genre, réinvente les émotions éprouvées, vous trouble au plus profond, chahute vos convictions.

Une véritable expérience littéraire, vibrante, doublée d’un tour de force scénaristique. Dantesque !

Yvan Fauth

Date de sortie : 17 mars 2022

Éditeur : Fleuve

Genre : thriller

4ème de couverture

Il vaut parfois mieux ignorer la vérité…
Mi-juillet, Sixtine, dix ans, disparaît sur une plage de l’île d’Oléron. Pour Jeanne, sa mère, c’est tout son monde qui s’écroule. Elle s’en veut d’avoir été trop accaparée par son métier. Elle en veut à son mari, qui aurait dû surveiller leur petite brune aux yeux bleus, mais qui a failli, trop occupé à donner un énième coup de canif dans leur contrat de mariage.
Lorsque les recherches conduisent finalement à un multirécidiviste connu par la justice pour le viol de quatre fillettes, Jeanne comprend que rien ne sera jamais plus comme avant. Et son travail de résilience s’annonce d’autant plus long que le corps de Sixtine n’a jamais été retrouvé.
Une absence qui laisse planer comme une incertitude… Et si la vérité s’avérait plus sordide et glaciale encore que la mort d’un enfant ?



Catégories :Littérature

Tags:, , , ,

26 réponses

  1. Dantesque c’est un très bon mot en effet ! Très belle chronique ❤️

  2. Tu as mis le paquet là! Pas de pitié pour nos PAL qui croulent sous les tentations…

  3. Après cette chronique, on n’a plus le choix..il doit se retrouver dans nos PAL 😉

  4. Waouw, comment rester indifférente à cette chronique, je suis ferrée !
    Je sors de « L’armée d’Edward », une sacrée bombe !!!! Merci encore pour tes conseils

  5. Wooowwww j’en reste sans voix. Quelle chronique Yvan. Merci à toi 🙏❤️. Va vraiment falloir que je vende un rein.

  6. J’ai bcp aimé aussi ce roman, qui nous emmène bien loin du vert paradis de l’enfance … Excellent !

  7. Je vais m’y mettre rapidement, tu le sais, tu m’avais déjà convaincue avant même ta chronique. Mais quelle chronique !!!!

  8. Terminé. J avais commencé les thrillers avec ces auteurs… Comme toi les histoires kidnapping, enfant plus pour moi. Mais là ! Quels talents. Merci pour cette chronique qui m a fait dépasser mes peurs

  9. J’ai découvert ce couple d’auteur grâce a Ge du Collectif Polar, et je crois bien que c’est ce roman qui me tente le plus pour découvrir leur travail qui semble très fort. 🙂

  10. Terminé hier soir. Je lis quoi moi après ça, hein ?
    Une fois de plus, en plein dans le mille. Merci à toi Yvan et à Aude. 🙏😘

  11. Enfin je l’ai lu et oh comme c’est étrange j’ai adoré…
    Maintenant il va falloir que j’arrive à écrire la chronique,
    ça c’est une autre histoire !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :