Pour le bien de tous – Laurent Scalese

Bien vu ! Voilà un titre qui tranche par rapport à la production actuelle de romans noirs, et qui est parfaitement en phase avec cette histoire plus complexe qu’il n’y paraît.

Polar et humanité

Avec son précédent livre (Je l’ai fait pour toi) et celui-ci, on pourrait croire que l’auteur se lance dans le feelgood, mais c’est bien un polar auquel on a affaire. Avec du rythme, des personnages très marqués, et une thématique qui surprendra même les plus blasés. Ça n’empêche pas que l’on retrouve la belle et touchante humanité de Laurent Scalese à travers ces titres.

La quatrième de couverture est parfaite, elle a l’intelligence de ne pas dévoiler le cœur de cette intrigue. Ne comptez donc pas sur moi pour vous gâcher le plaisir, restons au plus proche des ressentis.

L’écrivain avait dessiné un incroyable personnage dans son précédent roman, le commandant Samuel Moss. Il aurait pu faire dans la facilité et continuer avec les aventures de ce flic. Mais Laurent Scalese marche à l’envie du moment. Je pense qu’on retrouvera Moss un jour, mais il avait le souhait de proposer d’autres caractères.

Sacré tandem et sacrés dialogues

Et pas n’importe lesquels ! Le résumé évoque le tandem le plus mal assorti de l’histoire de la police. Ce n’est pas faux et ça fait tout le charme de ce récit.

Laurent Scalese est également scénariste, et ça se sent à chaque page. Il sait ménager ses effets, et construire des personnages atypiques, aux traits très marqués, aux caractères prononcés.

L’auteur a réalisé un joli travail pour en faire des protagonistes attachants, malgré leurs défauts. Et, à l’image de tout bon scénariste, les dialogues font souvent mouche. Mais Laurent Scalese n’oublie jamais qu’un livre n’est pas un scénario.

Voilà bien le genre de polar qui assume sa volonté de divertir. Tout en faisant réfléchir sur le monde actuel, les deux ne sont pas incompatibles. Grace à son écriture directe, touchante et parfois mordante, on plonge dans l’histoire pour la dévorer d’une traite. Le lecteur gourmand que je suis aurait aimé un livre un peu plus long.

Ce qui marque le plus les esprits, c’est l’empathie de tous les instants de l’auteur. Pour ses personnages de flics qu’il a construits avec amour, mais aussi pour ceux de l’autre côté de la barrière morale.

Brûlant d’actualité

Le récit est très ancré dans les problématiques sociétales actuelles. Oui, il est brûlant d’actualité. A cet égard, certains dialogues sont particulièrement marquants, des vrais tirs à balles réelles entre protagonistes, d’étonnantes saillies et contre-saillies de part et d’autre. Il n’y a bien qu’un bon écrivain qui sache prendre ainsi du recul et tenter de comprendre le monde pour arriver à ce genre de résultat.

Voilà bien un bon polar qui, comme le dit son titre, a été pensé Pour le bien de tous. Laurent Scalese a le sens du tempo, l’amour pour proposer des personnages mémorables, le talent pour ciseler des dialogues qui laissent des traces, et une volonté de divertir tout comme de se pencher sur notre société malade.

Je fais un rêve, maintenant. Qu’un jour, l’écrivain ait l’envie de rassembler tous ses étonnants personnages passés au sein d’une même histoire. Un beau rêve ;-). D’ailleurs, quelques clins d’œil sont lancés dans celui-ci, preuve que le monde des personnages de fiction est petit.

Lien vers l’interview de Laurent Scalese au sujet de : « Pour le bien de tous »

Sortie : 14 mars 2019

Éditeur : Belfond

Genre : Polar

4° de couverture

Sur une route de campagne, un homme est percuté par une voiture. Mort sur le coup, ce n’est pourtant pas la collision qui l’a tué mais les balles qu’il a reçues dans le dos. Si la victime n’a pas de nom ni de papiers, son identité semble précieuse, puisque le véhicule des pompes funèbres qui le transporte est braqué, et le corps enlevé… Les deux flics chargés de l’enquête forment le tandem le plus mal assorti de l’histoire de la police. Mélanie Legac est jeune, brillante, nerveuse. Le commandant Joseph Schneider a la soixantaine bien tapée, il ne peut plus courir après personne, et ce  » croulant « , comme elle l’a baptisé, pourrait être son père. C’est la première fois qu’ils travaillent ensemble et ils vont vivre la pire affaire de leurs carrières.

Laurent Scalese s’empare d’un grand drame de l’actualité dans ce thriller noir comme le monde. Heureusement qu’il existe des hommes et des femmes à l’image des héros dont l’auteur a le secret, attachants et drôles, profondément humains, et qui tentent de se battre POUR LE BIEN DE TOUS…



Catégories :Littérature

Tags:, , ,

12 réponses

  1. Matatoune – Retraitée, je profite de ce nouveau temps libre pour lire, visiter et voyager et comme j'aime partager, j'ai créer ce blog : vagabondageautourdesoi.com. Venez y faire un tour !

    Le même livre chroniqué par deux blogueurs que je suis, et en même temps, ou presque …il faut peut-être faire plus qu’aimer, alors! Bonne journée !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      On est connectés avec Aude ;-). Et en plus on est totalement en accord sur ce livre !

  2. Aude Bouquine – « Lire c’est pouvoir se glisser sous différentes peaux et vivre plusieurs vies. » Ici, je lis, je rêve, je parle de mes émotions de lectures, avec des mots. Le plus objectivement possible. Honnêtement, avec respect. Poussez la porte. Soyez les bienvenus dans mon univers littéraire.

    Waouh !! On est hyper connectés !!

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Sur ce coup, à 99 % 😉

  3. Marie-Christine – Antibes – Bonne maîtresse de deux chats, Agathon et Miranda, Agathon est chat écrivain, il écrit son blog depuis environ 10 ans. J'aime lire, faire des photos, dessiner... Agathon n'est plus de ce monde depuis le 18 juin, il a succombé à l'âge de 15 ans à la maladie cardiaque dont il souffrait depuis dix ans. Pour combler le vide qu'il laissait, une petite chatte tricolore est entrée dans notre vie, elle s'appelle Agathe et est très coquine! Miranda aussi nous a quittées, en juin 2019, victime d'une maladie incurable, Pollux, chaton roux lui a succédé, un gentil chaton, plein de ressources!

    L’intrigue semble passionnante, et les personnages intéressants.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Tu n’imagines pas de quoi il parle vraiment, pas du tout ! Et je ne t’aiderai pas là-dessus 😉

  4. belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

    Bah, des tandems de flics mal assortis, on a plein au ciné ou dans les série (miami vice ou l’arme fatale)… Mais tu sais que j’ai confiance donc je compte bien lire ce roman, d’autant plus que j’ai apprécié « je l’ai fait pour toi » !!

    J’apprécie aussi le fait que tu ne spolies pas, que tu ne divulgâche par tout !

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Tu sais que je déteste le divulgachage 😉

      • belette2911 – Grande amatrice de Conan Doyle et de son "consultant detective", Sherlock Holmes... Dévoreuse de bouquins, aussi ! Cannibal Lecteur... dévorant des tonnes de livres sans jamais être rassasiée, voilà ce que je suis.

        Je sais, mais bon, j’aime rappeler les qualités des gens, c’est plus constructif ! mdr

  5. Cela fait un moment que je n’ai pas lu quelque chose de notre ami Laurent.
    Un mec vraiment bien.

    • Yvan – Strasbourg – Les livres, je les dévore. Tout d’abord je les dévore des yeux en librairie, sur Babelio ou sur le net, Pour ensuite les dévorer page après page. Pour terminer par les re-dévorer des yeux en contemplant ma bibliothèque. Je suis un peu glouton. Qui suis-je : homme, 54 ans, Strasbourg, France

      Une belle personne et ça se sent tout particulièrement dans cette histoire

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Pour le bien de tous – Laurent Scalese – EmOtionS – Blog littéraire

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

%%footer%%