Interview – 1 livre en 5 questions : Né d’aucune femme – Franck Bouysse

1 livre et 5 questions à son auteur, pour lui permettre de présenter son œuvre

5 réponses pour vous donner envie de vous y plonger

FRANCK BOUYSSE

Titre : Né d’aucune femme

Éditeur : La manufacture de livres

Sortie : 10 janvier 2019

Lien vers ma chronique du roman

Ce roman est un nouveau voyage vers le passé…

Il n’y avait rien de prémédité. J’avais besoin de silence autour des hommes, qu’il ne soit pas fourvoyé par des bruits de moteurs ou toute autre expression accablante de modernité, et puis il y a ce lieu éminemment romanesque : un ancien monastère du XII ème siècle, et aussi mes premières amours en littérature : Victor Hugo, Flaubert, Dickens, Poe… Le dix-neuvième siècle, évidemment.

La spécificité de ce récit est qu’il est choral, avec ton style qui s’adapte à la manière d’être et de penser de chaque protagoniste…

La forme narrative s’est imposée assez rapidement, instinctivement. Le récit devait être fait de la chair des personnages en prise avec leur ressenti au moment où ils vivent les événements, à l’exception d’Onésime et de sa femme. La distanciation par la troisième personne du singulier à ce moment-là, me permettait ainsi de recadrer mes emballements, mes incompréhensions. Je n’avais jamais fait ça avant, ni même tenté de le faire.

On dirait bien que de livre en livre, tes récits se féminisent…

Peut-être est-ce ma manière de parler de problématiques très contemporaines avec recul et pudeur…

« Quand c’est trop chaud, ça sonne toujours un peu faux », disait Jules Renard.

Certaines scènes sont particulièrement dures, plus noires qu’à ton habitude…

Il me semble en avoir terminé avec mon exploration du mal(e) absolu, à travers la figure de l’ogre, ou tout au moins être allé au bout de quelque chose, sans tabou, sans concession d’aucune sorte, sans même tenter de me préserver moi et les lecteurs.

Ton roman est magnifique de bout en bout, jusqu’à sa fin que tu as particulièrement soignée…

Il y a ces mots du poète Guillevic :

« Je creuse dans le noir

Et j’en ramène de quoi

Offrir du travail

A la lumière. »

C’est parfait !



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

2 réponses

  1. C’est pas étonnant que ce soit toujours mon Chouchou ❤️et ce dernier roman est de toute beauté, c’est un magicien qui illumine la noirceur par ses mots poétiques ❤️

Rétroliens

  1. Né d’aucune femme – Franck Bouysse – EmOtionS – Blog littéraire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :