Hyenae – Gilles Vincent

Mise en page 1Enfer.

Gilles Vincent va vous faire vivre un enfer à travers ce thriller. Le genre de roman qui vous prend aux tripes, entre nausée et fascination. Le genre de récit qui fait tant souffrir ses personnages que vous vous demandez jusqu’où l’auteur osera aller (et vous serez loin d’imaginer le pire).

Violence inouïe

Hyenae est un uppercut. Une raclée d’une violence inouïe, menée à un rythme d’enfer par un auteur qui ne nous avait pas habitué à aller aussi loin dans la noirceur et la violence.

Un récit court (210 pages) où Vincent va à l’essentiel, privilégiant la cadence infernale à coup de chapitres très courts.

Une noirceur de tous les instants, parfois brisée par une lueur d’humanité ; le déchaînement de violence n’en est que plus éprouvant.

Des personnages jusqu’au-boutistes, un sujet ultra-sensible qui met en scène des enfants et un auteur qui n’a pas peur de frapper là où ça fait mal. Très mal.

Un autre registre

Je dois dire qu’un tel déferlement de fureur et de sauvagerie m’a étonné de la part de Gilles Vincent. Le moins que l’on puisse dire, c’est que dans ce registre là, il est également parfaitement à l’aise.

Il a beau aller à l’essentiel et épurer au maximum son écriture, il maîtrise son intrigue. La brièveté du récit aurait pu être un réel handicap, mais ce n’est globalement pas le cas, tant cette plongée en apnée doit se faire d’une traite.

Un récit à ne clairement pas mettre entre toutes les mains, mais de l’obscurité jaillit parfois la lueur d’humanité (ou pas…). Une éprouvante lecture, à l’image de la couverture. Plutôt une réussite dans le genre.

Sortie : 15 février 2015

Éditeur : Jigal Polar

Notes (sur 5) :

Profondeur : ♥♥♥ 1/2

Psychologie : ♥♥♥♥  

Qualité de l’écriture : ♥♥♥ 

Émotion : ♥♥♥♥ 

Note générale : ♥♥♥♥

4° de couverture

Hyenae : dans les quartiers, les campagnes, aux abords des écoles, des fêtes foraines, des prédateurs rôdent, chassent et emportent nos enfants. Quatre ans que Camille a disparu. À la sortie de l’école, elle est montée dans une camionnette blanche, et puis plus rien. Quatre ans sans nouvelles, sans demande de rançon, sans la moindre piste. Et brusquement, une vidéo surgie de nulle part. Depuis quatre ans, Sébastien Touraine, détective privé, s’est coupé du monde.

Depuis que cette gamine a été enlevée à Marseille. Depuis qu’il sait qu’elle n’est pas la seule… Pour aider  la commissaire Aïcha Sadia, sa compagne, il va devoir replonger dans une enquête aux confins du supportable. Et pour débusquer le chasseur dont il est devenu la proie, plus d’autre choix que de jouer sa vie et celle des autres…



Catégories :Littérature

Tags:, ,

34 réponses

  1. Merci Yvan , mais en fait non …. j’aime pas trop avoir peur !!!! suis une froussarde 😉

  2. Ah Gilles Vincent … un auteur que j’adoooorrreeee ! Apparemment je vais découvrir une nouvelle facette de l’auteur et ça n’est pas pour me déplaire (dans l’idée en tout cas …) 😉 Merci pour cette chronique percutante mon cher Yvan … Je me l’offrirai à Lyon car je ne l’ai pas trouvé où je prends mes livres habituellement … Amitiés …

  3. J’ai peur d’etre trop sensible sur ce sujet…..Je me laisserai peut etre tentée, mais mon coeur est déjà en train de se soulever….;)

    • oui un sujet hyper sensible. Vois-tu, je ne lis jamais les 4ème de couverture des auteurs que j’apprécie, ce qui fait que j’ai pris cette histoire en pleine tronche…

  4. je dois être un brin maso ! ben oui quoi, je te lis, et du coup j’ai envie de prendre une raclée !! 🙂

  5. Il faudra que je le lise, mais je vais faire une pause  » enfer », car je lis actuellement Pike de Benjamin Whitmer, et après ça je vais avoir besoin de douceur…

  6. J’adore l’uppercut ^^ Belle critique musclée 🙂

  7. Brrrrr
    Ça fait froid dans le dos. .. mais comme je ne connais pas encore l’auteur, je ne vais peut être pas commencer par celui là !

  8. J’aime beaucoup Vincent (l’auteur), et comme apparemment il est à Lyon, je lui prendrai cet ouvrage à QDP. J’en ai encore un de lui en attente dans ma PaL (3 heures avant l’aube). Et il est toujours intéressant de découvrir d’autres facettes d’un auteur. A bientôt l’ami Yvan…

  9. Et voilà, tu m’énerves déjà !! Je le note parce que dès qu’on parle de ambiances noires, de coups, de violence, je suis de la partie !!! 😛

  10. Je dois avouer que ça ne me fait pas trop envie…
    Pensé à toi en recevant ça dans ma boite mail :
    http://www.quaisdupolar.com/blog/appel-a-blogueurs/

  11. C’est avec plaisir que j’ai retrouver Gille Vincent et Aicha.
    Et tu as raison, l’auteur ici cherche surtout à nous faire prendre conscience de l’horreur du thème abordé. Car tu parles de sujet sensible, moi je parlerai d’horreur. Horreur absolu, c’est un des rare thème avec la violence faite aux femme qui me met hors de moi. C’est tellement facile de faire du mal à plus faible que soit.

  12. Rhhhoooo mais c’est pas possible ça hein!!!! Pourquoi??? Pourquoi?????

Rétroliens

  1. Interview – 1 livre en 5 questions : Hyenae de Gilles Vincent | EmOtionS – Blog littéraire et musical

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :