Interview littéraire 2013 – Paul Cleave

interview litteraire

paul-cleave-c-philip-hughesPaul Cleave est un des auteurs de thrillers les plus doués de sa génération.

Les trois romans publiés en France ont démontré toute l’étendue de son immense talent de conteur, tout au long de ses récits noirs, cyniques et assez désabusés.

Des romans où il explose les codes du genre et dans lesquels on s’attache profondément à ses personnages d’écorchés vifs.

C’est un immense honneur pour moi d’avoir pu réaliser cet entretien. Un grand merci à l’auteur.

Un grand merci également à Nath, qui a participé activement à la rédaction de ces questions et que vous pouvez retrouver sur son excellent blog :

 « Sous les pavés… la page »

Petite précision préalable : je ne suis pas traducteur professionnel, mes excuses aux puristes qui estimeraient que ma traduction n’est pas parfaite. J’ai essayé de rester au plus près du propos de l’auteur.

L’entretien :

Pouvez-vous décrire votre personnalité en trois mots, juste trois?

Hmm… c’est difficile. Je pense que je peux l’exprimer du point de vue d’autres personnes : ennuyeux… Voilà, je peux le faire en un seul mot.

Note du blogueur / traducteur : je ne peux que m’insurger devant cette réponse qui est à des années lumière de la réalité ! 😉

cvt_Necrologie_4247Pouvez-vous nous présenter votre livre « Nécrologie » avec vos propres mots (dernier roman en date, paru en janvier 2013 chez Sonatine) ?

« Nécrologie » est le premier livre qui introduit le personnage de Theodore Tate, un détective privé qui a commencé sa carrière en tant que flic jusqu’à ce que sa famille soit agressée quelques années plus tôt.

Theo cherche la rédemption par rapport aux mauvaises actions qu’il a pu faire dans sa vie, le problème est qu’il continue à faire de mauvaises choses en voulant aider les gens.

« Nécrologie » est l’histoire d’un tueur en série qui déterre des cercueils dans un cimetière, y remplace les cadavres à l’intérieur par ses victimes, puis jette les cadavres d’origine dans le lac à coté du cimetière.

J’ai lu que lorsque vous avez commencé à écrire la première version de « Nécrologie », vous ne connaissiez pas le nom de l’assassin…

C’est exact. J’ai écrit environ 80 ou 90 pour cent du livre sans savoir qui serait le méchant de l’histoire. Donc, si moi-même je ne pouvais pas le savoir, cela signifiait que le lecteur ne pouvait pas le deviner non plus (du moins je l’espérais). Une fois que j’avais choisi quelqu’un, j’ai dû réécrire un peu le roman pour que l’intrigue se tienne.

Vos livres sont sombres, cyniques et plongent des hommes ordinaires dans des situations extrêmes…

Oui, je pense que le lecteur peut mieux se reconnaître dans les personnages de gens ordinaires. De cette façon, le lecteur peut se demander ce qu’il ferait dans ce même genre de situations.

J’essaie d’écrire de telle sorte que le lecteur se sente directement plongé dans l’histoire, afin qu’il puisse littéralement vivre l’expérience des personnages du livre.

Je souhaite que vous vous attachiez à tous les personnages impliqués dans l’histoire, même les mauvaises personnes.

Vous écrivez régulièrement sur ​​la vengeance et les histoires de famille…

Le thème de la vengeance est celui sur lequel je préfère écrire. J’ai toujours aimé écrire là dessus, et pour moi, ce sera toujours un élément important de mes récits.

Je pense que la vengeance est une grande motivation ! Qui ne voudrait pas se venger du mal qui a été fait à un membre de la famille ?

Les personnages de « Un employé modèle » et « Nécrologie » verront une suite à leurs histoires, c’est exact ?

Oui, c’est vrai. « Nécrologie » est le début d’une série de livres où l’on retrouve le même personnage, Theodore Tate. Le prochain roman avec ce personnage est « Collecting Cooper », vient ensuite « The Laughterhouse ». Je viens tout juste d’envoyer le nouveau roman concernant Tate à mon éditeur.

« Un employé modèle » a également une suite appelée « Joe victim », qui vient de sortir en anglais il y a quelques semaines. Je ne sais pas quand cette suite sera disponible en France, peut-être en 2014.

Vos livres ont lieu dans la ville de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Votre description de la ville n’est pas très idyllique. Comment les habitants perçoivent-ils vos romans ?

Eh bien, peu de gens lisent mes romans en Nouvelle-Zélande, mais pour ceux qui le font le sentiment est assez mitigé. La ville est très sombre à certains endroits, et beaucoup de gens ne veulent pas l’admettre. Bien sûr ce n’est pas aussi sombre que dans mes romans !

Votre succès a paradoxalement commencé en Allemagne avec « Un employé modèle ». Aujourd’hui, vous avez un succès mondial… sauf en Nouvelle-Zélande et en Angleterre ! Comment percevez-vous ce manque de reconnaissance de votre pays ?

C’est parfois un peu douloureux, parce que je pense vraiment que les gens ici aimeraient mes romans, mais cela ne se passe pas ainsi. Idem pour le Royaume-Uni. J’espère qu’un jour cela va changer.

La Nouvelle-Zélande est importante pour moi, donc c’est toujours décevant quand peu de gens lisent vos romans.

Pouvez-vous nous parler de votre prochain roman à être publié en France ?

Il est trop tôt pour ça, je ne sais pas quel roman sera le prochain à être publié en France…

Vous avez visité plusieurs fois la France cette année pour aller à la rencontre de vos lecteurs, et vous avez découvert le grand froid de l’hiver de notre pays… 😉

Oui, c’est tout à fait vrai ! Mais j’ai également été en France lorsqu’il faisait un temps bien plus clément ! J’aime aller là-bas, c’est un de mes pays préférés !

Vous avez votre propre théorie de la vie, pouvez-vous nous en parler ?

J’ai cette théorie personnelle concernant le lancé de frisbee qui est quelque chose de si fondamental et zen, et qui est si sympathique à réaliser, que si vous lanciez un frisbee lors des sommets et des réunions de la paix de l’ONU, tout le monde s’entendrait beaucoup mieux.

Vous pourriez discuter des pourparlers de paix tout en criant « Belle prise, Barack ! »

Ce blog est fait de mots et de sons. La musique est-elle importante dans votre processus créatif ?

Absolument ! J’ai toujours une chaîne stéréo allumée et je suis toujours en train d’écouter de la musique. 

Quand j’écris, j’ai la stéréo poussée assez fort. Tous mes romans ont été écrits en écoutant certains albums : « The Laugherhouse » a été écrit principalement en écoutant The Doors, « Nécrologie » a été écrit en écoutant Pink Floyd, « Joe Victim » avec Bruce Springsteen. Je ne peux pas imaginer un monde sans musique.

Le mot de la fin ?

C’est toujours un réel privilège d’être invité à se déplacer en France, et un immense plaisir de rencontrer les fans qui ont apprécié mes romans. Merci beaucoup de vous intéresser à un écrivain de Nouvelle-Zélande et de me faire me sentir à ce point le bienvenu dans votre pays.

paul-cleave-interviewBibliographie :

  • 2006 : The Cleaner (2010 : Un employé modèle)
  • 2007 : The Killing Hour
  • 2008 : Cemetery Lake (2013 : Nécrologie)
  • 2010 : Blood Men (2011 : Un père idéal)
  • 2011 : Collecting Cooper
  • 2012 : The Laughterhouse
  • 2013 : Joe Victim

Ma chronique de « Nécrologie »

Ma chronique d' »Un père idéal »

Ma chronique d’Un employé modèle »

cvt_Un-employe-modele_4547 41aVTpH7fpL._SL160_ cvt_Necrologie_4247



Catégories :Interviews littéraires

Tags:, , , ,

46 réponses

  1. Voilà Gruz va encore rendre les filles folles de désir.
    Non, on a pas idée de publier une interview du beau Paul Cleave sitôt le lundi matin. Comment résister à cela. Alors on craque, on la lit et voilà on est déjà en retard pour bien commencer ce début de semaine..
    C’est pas raisonnable tout cela. Je sais pas si j’ai bien fait de venir sur ce blog ce matin.

  2. Encore une fois une chronique qui donne envie de lire tout ce que ce monsieur a écrit, mais je vais m’abstenir d’écrire des commentaires c’est toujours pareil, ça FAIT ENVIIIIIIIIIIIE

  3. Waouh, j’en suis toute chamboulée !!! il est beau comme un Dieu cet auteur ! La Nouvelle-Zélande n’est pas à côté, je connais un peu vu que j’ai passé 10 ans en Nouvelle-Calédonie, on la surnommait « La Suisse du Pacifique »… Il est humble cet auteur, je vais aller lire une de tes chroniques et en noter au moins un ! Lequel me conseillerais-tu pour commencer ! Et bravo pour cette ITW, encore très réussie ! 😉

    • C’est incroyable comme cet homme fait de l’effet, à mon niveau par ses mots, pour d’autres par autre chose ;-).
      Aïe la colle… quel livre conseiller… J’aime tellement les trois…
      Ils sont sensiblement différents :
      – « Un employé modèle » avec son coté cynique, dans genre genre « Dexter », sauf que c’est Cleave qui a inventé le concept et non la série
      – « Un père idéal » sombre, désabusé mais émouvant
      – « Nécrologie » encore plus sombre et assez dérangeant.
      Comme je ne sais pas répondre, autant les prendre dans l’ordre 😉

  4. P.S. : et en plus il aime les Doors, les Floyd et Springsteen, aillllle……………………… Tout pour lui, il a tout pour lui !!! 😀

  5. Il ne me manque plus que Nécrologie!!! 😀 Belle interview du bout du monde!!! Tu as fait l’aller-retour pendant le WE??? Merci Yvan!!!

  6. On sent bien que la saison de la chasse a commencée : Yvan aligne un auteur de plus à son tableau de trophées déjà bien chargé… La chasse au gros est lancée !

    My god, les yeux de monsieur Cleave sont des lacs norvégiens dans lesquels on plongerait bien pour ne plus en remonter.. rhâââ lovely !

    PS : ne parle jamais de ce comm à chouchou… il penserait que je ne suis plus raide dingue de ces yeux chocolat…

    Merci Yvan pour cette put*** de super interview ! je suis à cours de qualificatifs…

    • Tu sais quoi Belette ? (ça reste entre nous deux, hein) :
      je suis particulièrement fier de celle-là, fier qu’un petit frenchy comme moi réussisse à « prendre » un peu de temps d’un auteur de renommée internationale comme Cleave, un auteur que j’admire tout particulièrement.
      Ok je ne dis rien à chouchou

  7. hooo yessss! on en rêvait et on l’a fait ! Dis donc, la dernière fois que je l’ai vu je lui ai dit: I love you et finalement je me rends compte que je suis capable d’en dire un peu plus quand je le regarde pas dans les yeux! mdr
    Merci encore à toi mon ami de m’avoir fait partager ce fugace instant de bonheur 🙂

  8. Excellente interview gruz. Une chronique qui va booster les ventes de cet auteur et… faire chavirer les cœurs de nombreuses lectrices 🙂 Tout ça parce qu’il a des yeux bleus :p

Rétroliens

  1. Récapitulatif des interviews – Février / octobre 2013 | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Récapitulatif des interviews – février / novembre 2013 | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  3. Récapitulatif des interviews – février / novembre 2013 | EmOtionS – Blog littéraire et musical
  4. Paul Cleave - Bibliométrique

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :